Récit de la course : Night & Run 2014, par freerunner21

L'auteur : freerunner21

La course : Night & Run

Date : 8/2/2014

Lieu : Brochon (Côte-d'Or)

Affichage : 420 vues

Distance : 15km

Objectif : Se défoncer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

night and run!

http://runfreerunner.wordpress.com/2014/02/09/night-and-run/

 

affiche

En ce début de saison, les trails ne sont pas légion. Donc je n’allais pas laisser passer un trail de 15 bornes à quelques kilomètres de chez moi: le trail de Brochon. D’autant plus qu’il s’agit d’un trail nocturne, une première pour moi.
Je ne découvre pas totalement la course de nuit car je me suis déjà entrainé dans le noir et certains de mes précédents trails partaient avant le lever du jour (les Templiers et le Roc la Tour).

 

http://runfreerunner.wordpress.com/2011/12/26/into-the-dark/

 

Courir la nuit est un vrai plaisir, mais ce soir, je suis là pour une compétition. Ayant commencé mon plan marathon cette semaine, l’objectif est surtout de ne pas se blesser, de monter un peu dans les tours et de gérer au mieux la course sur un terrain bien gras et boueux avec 300 m de dénivelé.
Nous sommes plus de quatre cents au départ sous l’arche mais c’est un peu la cohue car personne ne sait dans quel sens nous allons partir…je trouve ça drôle car beaucoup de participants sont inquiets.

 

depart

Finalement, le départ se fera en montée ce qui permettra d’éclaircir assez vite les rangs. Je suis concentré sur les premiers hectomètres car il y a du runners au mètre carré et le sol est irrégulier mais sec pour l’instant car nous sommes chanceux : il ne pleut pas.
Les premiers kilomètres sont plutôt en faux plat montant ce qui me permet de prendre mon rythme de croisière et de m’habituer à l’éclairage de la frontale en slalomant entre les flaques d’eau. Nous avons le droit à une vue magnifique sur Dijon éclairé au loin.
Le peloton est toujours bien serré et la partie en plus fort dénivelé se présente à  nous avec un sol bien gadouilleux…un vrai bonheur mais faut s’accrocher.
La dernière partie est très raide et la marche s’impose naturellement et ceux qui s’obstinent à courir n’avancent pas beaucoup plus vite. Je reste à ma place sans prendre de risque dans ce single montant. Mais dès que j’arrive en haut je relance aussitôt sur la partie large et plate où mon entrainement marathon me permet de carburer. Je double évidemment beaucoup de concurrents qui payent leurs efforts pendant la montée.
Bon, mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un trai, et nous abordons un long single dans la boue et la roche, glissant à souhait, où il s’agit non plus de doubler mais bien de tenir debout et d’avancer. Le regard est fixé un mètre devant soi et ce n’est pas le moment d’admirer le paysage…
Le ravitaillement est prévu après ce single mais franchement je n’en ai pas besoin et je le zappe.
Un chemin large est au programme des prochains kilomètres et la chasse commence. J’adore ce moment où le peloton est plus clairsemé et où il faut aller chercher les coureurs un par un. Ces sensations un peu primitives sont jouissives et le fait de n’apercevoir que les frontales rajoute au plaisir. La nuit, la vue n’étant pas suffisante pour assurer sa stabilité, tous les autres sens sont en éveil : l’ouie, le toucher des pieds sur le sol…Je rattrape une dizaine de concurrents qui ne réussissent pas à accrocher mon rythme.
Maintenant, c’est la grande descente jusqu’à l’arrivée. La parole est à la technique. Adepte du trail depuis presque deux ans, ma technique s’est améliorée et cela me permet de descendre rapidement sans appréhension malgré la pénombre et le sol glissant et pierreux. Ne surtout pas réfléchir où l’on doit poser son pied. On fonce et on gère…Des concurrents moins habitués à l’exercice me prennent pour un cinglé mais franchement je ne me sens pas en risque.
A mi-descente, concentré sur l’analyse du sol, j’embrasse un arbuste que je n’avais pas vu venir…je recale mes lunettes et ma frontale et ris tout seul de cet rencontre imprévue.

 

arbre1


La fin du parcours est en descente mais sur des chemins moins cabossés et plus large…il est temps de lâcher les chevaux car les spectateurs nous crient "plus que 2 kilomètres". C’est partie pour le sprint où je suis au coude à coude avec deux jeunes seniors. A 1 km de l’arrivée je réussis à prendre 30 mètres d’avance et je suis à bloc…mais sur les 50 derniers mètres un des deux jeunots réussis à me dépasser…beau combat à la régulière, j’aime ça.

 

coureur2

Voilà, je passe sous l’arche en 1 h 13 mn 36 s, satisfait de ce trail où j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir. Je suis classé 30 ème sur 470 participants avec une moyenne de 12,23 km/h.

Pour accéder au classement  :

http://lyc21-liegeard.ac-dijon.fr/NightAndRun2014/classementgeneral2014.pdf

A noter une organisation parfaite, un parcours bien indiqué et un ravitaillement en fin de course très sympa : fromage local, pain, cake salé et sucré…par contre je n’ai toujours pas compris pourquoi les gobelets pour boire de l’eau étaient si petits…

epoisse1

Bravo au Lycée Stephen Liégeard!

seuil 135 08-02-2014, Allure

3 commentaires

Commentaire de freerunner21 posté le 09-02-2014 à 22:00:34

bonsoir, je découvre que je peux insérer les photos dans mon récit...bonne lecture Vous y étiez?

Commentaire de freerunner21 posté le 13-02-2014 à 08:54:35

dans les jours qui viennent le lycée stephen liegeard publiera une vidéo de l'événement...

Commentaire de freerunner21 posté le 16-02-2014 à 22:52:26

la video est faite vous pouvez la retrouver sur le site du lycée ou sur mon blog
http://runfreerunner.wordpress.com

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran