Récit de la course : Raidlight Winter Trail - 10 km 2014, par Fufanerunner

L'auteur : Fufanerunner

La course : Raidlight Winter Trail - 10 km

Date : 2/2/2014

Lieu : St Pierre De Chartreuse (Isère)

Affichage : 818 vues

Distance : 0km

Objectif : Balade

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Raidlight WinterTrail 2014 - KMV + 10km

Samedi 1er février

Direction St Pierre de Chartreuse, la neige et le Raidlight WinterTrail.

Après 1h30 de route, j’arrive en Chartreuse en famille. On pose nos affaires chez Beau-Papa et je file chez Raidlight.

Papa Noyel m’a offert un bon cadeau qui sera très vite dépensé.

Je sors du magasin 5 minutes plus tard avec un olmo5, un PB1000-45 et un « buff » en cadeau ;-)

Merci Papa Noyel !!

 

Je fonce à la Salle des fêtes pour retirer mon dossard.

J’ai 2 courses de prévues ce week-end, un KMV tout à l’heure et un petit 10km / 500D+ demain matin. Y’a de la neige par terre, des nuages au-dessus de nos tetes. Tout va bien.

 

Je retourne à la maison (du Beau-Père) et je me prépare pour le KMV. Le départ est dans 1h à environ…20m de ma chambre. Je suis large.

 

Un petit collant, mes mizuno cabrakan, des guêtres pour éviter la neige dans les godasses et en haut, maillot, petite polaire, coupe-vent, bandeau polaire sur les oreilles, buff autour du coup et gants. Sans oublier les batons. Je connais le parcours et certains passages sont vraiment raides.

Je pars léger avec seulement un petit bidon de 550ml et 2 ou 3 petits trucs à grignoter, au cas où.

 

15h50, je fais des bisous à toute ma petite troupe qui joue dehors dans la neige et je vais prendre le départ. Nous ne sommes qu’une petite centaine à s’aligner.

Et c’est parti. Ça commence cash avec un bon petit raidillon, pas très long mais très pentu, suivi d’un grand faux plat montant, une fausse descente, et on longe la rivière jusqu’en bas de St Pierre de Chartreuse. Les cadors sont partis comme des balles, moi je marche dès le premier casse patte, après 20m de course…Et je ne suis pas le seul.

Au bout de la rivière, on grimpe vers le village que l’on traverse tranquille sur le goudron verglacé.

Déjà 100D+…Plus que 900 ;-)

Et on retrouve enfin un chemin qui grimpe en lacet le long des pistes de ski. Je m’arrête 5 minutes pour enlever ma polaire et repartir plus léger. Je trouve un petit rythme sympa. Vu que je n’ai rien foutu depuis la SaintéLyon, j’ai les mollets qui me rappellent mon manque d’entrainement.

200D+, tout va bien.

Je rattrape même du monde en arrivant vers les 300D+.

400D+, de plus en plus de neige malgré la couverture des arbres. On vient de passer une partie très pentue qui a laissée des traces. Je me pose 5 secondes pour avaler une pâte de fruit et quelques gorgées d’eau.

500D+, mi-parcours, 40’, j’avais dans la tête un temps de 1h30 environ, je suis pas mal mais ça commence à tirer dans les mollets.

600D+, C’est blanc, c’est froid, c’est partout… Je commence à dépasser les arbres et à avoir de magnifiques vue sur les sommets environnants. J’en chie mais putain, c’est beau.

700D+, ça y est, les premiers sont en train de repasser dans l’autre sens. Et oui, une fois en haut, faut bien rentrer à la maison ;-)

J’attaque la dernière montée…

Enfin, la fin de la montée, vu que cette course n’est qu’une seule grosse montée en fait.

Droit dans le pentu, la piste de ski à l’envers. J’ai les cuisses qui commencent à chauffer bien comme il faut.

800D+, quand je vois le nombre de coureurs qui me croise, je me dis que je ne dois pas être loin de la fin du peloton…Et de la course.

Bingo !!!! Le parcours est raccourci pour des questions de sécurité.

Les 100 derniers D+ étant à pic dans une partie rocheuse, avec la neige c’est un peu trop risqué.

Du coup je passe la ligne d’arrivée après à peine 900D+ et 4,5 km en 1h24’27’’, vraiment pas loin de la fin (104ème sur 109)

Et maintenant faut redescendre, et la nuit arrive.

Après avoir souffert des mollets dans la montée, ce sont les cuisses qui souffrent un peu dans la poudreuse. Heureusement, dans ce sens là, c’est quand même beaucoup plus fun. Je coupe à travers les pistes de ski et termine à la frontale.

J’aurais mis moins de 45’ pour descendre…C’est le temps qu’à mis le premier pour monter…

Une bonne douche chaude, des crêpes au nutella un peu de cidre et au lit. Demain je remets ça !!

 

 Dimanche 2 Février.

7h40, je sors du lit, m’habille en petit traileur (même équipements que la veille) et je sors doucement pour ne pas réveiller les monstres.

Il neige, doucement, mais surement. Tout est gris. Je prends un petit dèj éclair et monte à pied vers le départ (en gros, je me retape le début du KMV pour arriver au centre du village.)

 

8h20, le départ est retardé à 9h30…Arrrrgggggghhhh, je vais cailler encore 1h…

Je croise Clément, un copain de chez Raidlight qui va faire serre-file sur le grand parcours du jour (réduit à 25,5km pour cause de neige)

Arrive enfin l’heure du départ. Je laisse Clément fermer la marche.

Je ressens bien le travail d’hier au niveau des cuisses et des mollets. Tout va bien, plus que 10km…

Il neige non-stop, la poudreuse recouvre la glace et m’empêche de tomber. Cool. Mais quand tu veux doubler (si, si, ça m’arrive !!)  dans une mono trace, tu te retrouves vite avec de la neige jusqu’à mi mollet.

Bref, c’est que du bonheur ;-)

Après un départ sur la route, on se retrouve vite dans une longue grimpette (3km) pas trop pentue (y’a que 500D+ en tout) dans les sous-bois et les champs. Super balade qui aurait mérité un poil de soleil.

Je suis un peu dans la lune sur ce début de course, ça tire de partout dans les jambes et les km défilent sans que je m’en aperçoive trop.

La preuve, j’arrive au ravito de St Hugues, km5, et j’ai l’impression que je viens de partir. Je ne m'arrete pas, j’ai tout ce qu’il faut sur moi.

On traverse le petit village de St Hugues et on enquille sur la piste de raquette pour rentrer sur St Pierre. C’est un parcours que je connais bien, je le fais souvent quand je viens dans le coin. Je me concentre un peu plus en arrivant dans la descente vers la rivière qui est un peu raide (la descente, pas la rivière…)

Et le moment fatidique arrive, je me re-re-trouve au départ du KMV, pour la 3ème fois du week-end…

Eh ben c’est pas plus facile la 3ème fois… Mais je rattrape quand même du monde.

Un dernier casse patte, et c’est la ligne d’arrivée.

1h21, Cool, je pensais mettre 1h30 environ. Je profite de la voiture d'un copain pour redescendre chez Beau-papa et prendre une bonne douche.

Et après j’ai fait la feignasse en remontant pour le repas d’après course…en voiture.

 

Bilan du weekend

Un KMV – 4,2km / 900D+ en 1h24 + la descente en 43’ (104ème / 109)

Un 10km / 500D+ en 1h21 (103ème / 137)

Un classement général KMV+11km en 2h45’31’’ (25ème / 25 mais c'est la première fois que je suis dans les 30 premiers...Ok, je sors)

Résumé du Weekend: Que du bonheur !!

 

Fufanerunner

2 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 03-02-2014 à 13:36:50

Pas de montée au bec charvet donc. Pas simple ce km vertical quand il a neigé. Moi j'aime bien, surtout la redescente par les pistes (mais je préfère encore avec les skis aux pieds).
Et puis beau papa devait faire les crêpes je crois non ? Donc tu as pu te reconstituer derrière.
@ +

Commentaire de Fufanerunner posté le 03-02-2014 à 14:07:40

Je confirme pour les crêpes. Je sentais bien la "pâte à tartiner aux noisettes" dans le bide au départ du 10 km le lendemain ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran