Récit de la course : 12 heures de Bures-sur-Yvette 2006, par éliane martin

L'auteur : éliane martin

La course : 12 heures de Bures-sur-Yvette

Date : 21/5/2006

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 1058 vues

Distance : 86.6667km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

les 12 heures de bures 2006

LES 12 HEURES DE BURES SUR YVETTE - 21 MAI 2006


C’est une épreuve à laquelle je tiens beaucoup, mais, vous avez tous deviné pourquoi ?
Parce qu’elle dure 12 heures. Pourtant, il y a 2 semaines, je n’avais pas encore cette course en tête.

Mais le jour J approchant très vite, je n’ai plus de pensées négatives, d’autant plus que Roger fait
le tour de toute l’équipe du Gag pour rassembler du monde ce dimanche. Il m’informe que Marianne
va se lancer sur les 12 heures (les souvenirs de l’année 2000 me reviennent…), et puis Annie m’appelle
un soir pour me dire qu’elle allait m’accompagner et essayer de faire le maximum, afin de se tester.
Nous passerons donc la soirée qui précède ensemble, autour d’un menu composé de bonnes pâtes fraîches
bien sûr.

Samedi, le temps est maussade et très pluvieux, il tombe des trombes d’eau à l’aube, pourvu que nous
n’ayons pas cette pluie dimanche matin !!

Après une nuit très courte, j’ai dû voir toutes les heures défilées, éveillée, Annie, elle a passé une bonne
partie à lire pendant ses moments d’insomnies, nous nous levons d’un bon pied et partons décidées
pour Bures.

Arrivées sur les lieux à 4H30, nous apercevons Jean Luc et Bernard, bon, c’est bien, le Gag est
déjà présent c’est le principal ; Bernard, lui voudrait tenter le marathon, mais pour le moment il
cherche après Pascal qui l’avait lui-même incité à venir à 5heures ce matin… Je ne vois ni Marianne ni
Alain (!)

Après avoir accroché nos dossards, Annie et moi prenons bien soin de déposer nos sacs sous l’estrade
du podium, ils contiennent de quoi tenir toute la journée, des vêtements de rechange, de la boisson, de la
nourriture… Christian a bien pris soin de me concocter quelques mixtures à lui pour tenir le coup dans
l’effort (attention : pas de méprises : seulement de l’Overstim ou quelque chose de ce genre !) et bien sûr,
il ne faut pas que j’oublie toutes ses recommandations.

Nous sommes environ 70 coureurs à s’élancer dans le noir quand le top départ est donné, beaucoup ont
leurs lampes frontales allumées, elles seront tout de même très utiles à certains endroits très sombres du
parcours. Marianne & Alain arrivent enfin juste au moment du départ, ils partiront donc quelques petites
minutes après nous tous, le temps de s’inscrire et d’accrocher leurs dossards.

Ce qui me plaît beaucoup dans ce genre d’épreuve, c’est la pression qui ne te monte pas à la tête dès
le départ, ici tu pars à ton rythme, pas besoin de se forcer à « foncer », tu sais qu’il y en a pour 12 heures,
donc « piano-piano », moi cela me va très bien et me mets d’emblée de bonne humeur et en confiance.
Je suis habituée à courir ce tour, c’est la piste d’échauffements du Club de l’OC, alors je dis à Annie qu’il
faudrait que l’on fasse 17 minutes/tour, cela correspond à un peu plus de 9km/h, et qu’il faut tenir ce
rythme un maximum de temps…

Nous prenons donc une allure de croisière, il n’est pas difficile pour moi de m’adapter dès le premier
tour, donc Annie prend la cadence à côté de moi et tout va bien…

Maintenant, parlons ravitaillement ; Ah oui ! ravitaillement = Christian ! Je lui demande conseils la veille,
J’enregistre le principal : au lever pas de petit déjeuner, seulement un thé bien chaud, prendre une barre
de céréales avec soi au moment du départ, et la manger dès que la faim s’en fait ressentir, ensuite de l’eau.
Nous suivons scrupuleusement ses conseils, et jusque là, tout va pour le mieux, heureusement. Nous
sommes presque les dernières de tout ce petit monde de coureurs et coureuses, mais cela ne m’inquiète
pas pour autant ; Annie et moi, sommes bien synchro, si nous nous séparons quelques minutes, lors des
ravitaillements, nous nous retrouvons plus loin pour repartir ensemble.



Tous les autres coureurs autour de nous semblent aussi être partis très cools, je dis à Annie que je suis
étonnée de ne pas voir les premiers concurrents nous doubler, car nous en sommes maintenant au 4ème
tours, mais à ce moment là, justement, la course commence à s’animer, voici le 1er concurrent qui nous
dépasse (un UFO), puis le 2ème : c’est Robert C (JDM) que nous tous au Gag connaissons bien,
toujours aussi gentil, il me reconnaît et nous encourage à son passage, cela ravigote et montre la bonne
ambiance des coureurs de fonds.
Puis c’est au tour de Jean-luc qui court à bonne allure, il me tapote l’épaule au passage.

Le jour s’est levé, il est maintenant 8 heures, il tombe une petite pluie par moments, mais pas trop
gênante, Annie et moi sommes restées sur le même rythme pendant 3 bonnes heures, 17minutes au tour
à plus ou moins 20 secondes d’écarts à chaque tour, j’ai vidé mon bidon d’overstim orange, je suis bien,
Annie commence un peu à peiner, je la sens crispée, mais elle s’accroche encore, c’est bien, nous nous
distançons un peu l’une de l’autre, mais je sais qu’Annie préfère rester seule lorsqu’elle commence à
peiner …

Je pense à Christian, je prends des morceaux de barres de céréales à chaque tour et je bois un verre
d’eau. Je passe au niveau de Bernard, çà y est, il a retrouvé Pascal, nous sommes une bonne dizaine
du Gag maintenant sur le parcours. Pascal tient lieu de photographe, c’est sympa. Pour Bernard, c’est
maintenant marche forcée, à cause d’une blessure. Je continue mon petit bonhomme de chemin, sachant
qu’Annie est encore sur le circuit, ce qui me rassure, elle ne craquera pas tout de suite.

Mais après quelques longues minutes, je m’inquiète un peu de ne plus la voir quand je me retourne.
Je l’aperçois face à moi sur l’estrade, elle s’est arrêtée et se repose maintenant.
Moi je prends un bidon d’Overstim à la menthe dans mon sac, et je repars tranquillement.

Là, voici Marianne et Alain en compagnie de Bonie, qui me doublent, nous échangeons quelques mots
sur nos impressions. Quand il est environ 10heures, j’ai face à moi Christian qui arrive avec tout son
fan Club : c’est le moment de le dire, c’est leur coach préféré ! Ils sont tous venus comme promis faire
un ou deux tours avec moi. C’est drôle, mon allure va bien plus vite d’un coup ! c’est normal je vais
être « le centre » pendant un petit moment. Mais bien entendu Christian surveille mon alimentation,
une chance, j’ai ma bouteille contenant de la boisson énergétique à la main, je n’aurai pas de réprimandes.

Avant de repartir pour un vrai entraînement avec son équipe, il me conseille de manger vers midi un
bon casse croûte au jambon et de finir avec de la semoule en dessert. Ce que je vais respecter à la lettre,
sinon… ! Puis je croise Roger vers 11heures qui est en compagnie de Jean Pierre, si furtivement que
j’ai juste le temps de leur faire un petit coucou.

Lors d’un ravitaillement, vers 11h30, je me retrouve avec Marianne & Alain qui m’informent
qu’ils vont s’arrêter à midi, leur décision est prise, il ne faut pas faire ressortir d’anciennes blessures,
et se retrouver bloqués durant des jours avant que toute la mécanique se remette en place, moi, je
déguste mon casse croûte au jambon que j’apprécie bien, tout en discutant avec mes deux amis, je
suis bien, j’explique à Marianne et Alain, que, de toutes les façons je ne forcerai pas et continuerai
mon chemin tranquillement pour ne pas non plus avoir à souffrir de la récupération, et pouvoir penser
à un prochain objectif positivement….

Je reprends donc mon allure, et, vers midi, rencontre François, un copain de l’OC, il me demande si
tout va bien, et me parle classement : je n’y avais pas encore trop pensé.
Tu es 7ème féminine au classement de 11 heures, me dit il, il me fait remarquer que je suis classée en V1
sur les résultats, c’est bizarre !
7ème féminine ! cela me ravigote un peu, d’autant plus que je ne sais pas qui sont ces autres filles
qui courent, à part Christine Bodet la 1ère qui a fait partie de l’équipe de France. Pour être un peu plus
motivée, il faut que je remonte la mécanique et que je gagne quelques places.

La météo ne m’accommode nullement, je n’ai ni chaud, ni froid, le vent est assez fort, nous l’avons de
face sur le côté boisé, donc protégé, et dans le dos sur la partie découverte, le long de l’Yvette, ce qui
nous avantage tout de même et c’est tant mieux ! il fait gris et le soleil jusque là est peu présent.
Les heures défilent, d’autres personnes du Gag sont venues tourner sur le parcours, j’y ai aperçu
Anne Marie, Nadine, Christian et son épouse, Jean-Marie, Serge,et puis aussi le petit Sacha avec son
grand Papa Thierry…
J’arrive à la hauteur d’Anne Marie qui me dit qu’elle arrête, très satisfaite de son exploit, elle a couru
plus de 3 heures en faisant l’objectif qu’elle s’était fixé (euh ! plutôt celui de Roger !) 14 tours, 37km,
Bravo les femmes !!!
Je ne vois plus Jean-luc me doubler, je crois qu’il s’est arrêté, je ne sais pas qu’elle en est la cause,
mais pense que c’est dommage, il avait la 2ème place au général à midi. Il m’aura doublée 6 fois au
moins ! ( impressionnant !).

Je continue tranquillement mon parcours, je n’ai pas de baisse de moral, je rencontre beaucoup de monde
qui me soutient. Et maintenant voici Annie qui arrive, bien reposée, elle voudrait faire encore quelques
tours avant 17heures, je la prends donc au passage et nous partons d’un pas décidé pour quelques tours
supplémentaires à ma plus grande joie.

Le fait qu’Annie revienne courir à coté de moi me redonne une allure un peu plus soutenue, cette fois ci
c’est moi qui me mets à son diapason.
Je trouve que le temps passe assez vite tout de même, je ne vois que des coureurs d’UFO me doubler, ils
sont venus en force cette année, j’entends le commentateur au micro dire que ces coureurs d’Ultra ont
un ravitaillement concocté spécialement pour le long, je ne serai pas de quoi est fait celui-ci aujourd’hui,
mais j’essaierai plus tard de savoir, en quoi sont constituées ces préparations ??

Annie lâche prise maintenant, je crois qu’elle s’arrêtera là, avec tout de même 20 tours et presque
53km, Bravo Annie je le savais, tu es une battante ! merci pour ton soutien, même si l’on ne se disait
pas grand-chose sur le parcours, ta présence me réconfortait beaucoup…

Maintenant j’attends 15 heures, car Christian doit revenir pour terminer les 2heures restantes avec moi.
Bien sûr il faut qu’il surveille mon alimentation, cela n’est pas plus mal, car comme à mon habitude, je
je ne sais plus ou j’en suis à ce niveau là ! je prends à chaque tour un peu de banane, de chocolat, de l’eau
mais je n’ai pas pris mon dernier bidon contenant de la boisson énergétique à la menthe, la menthe
m’écoeure un peu au bout d’un moment…

Je cours encore, il est 14h30 environ, cela fait maintenant 9H30 d’efforts, je ne souffre pas, je n’ai aucune
douleurs, mais je me sens crispée tout de même, et très dure, quand je touche mes avant bras, je sens
un petit mal, comme une sensation de bleus. Je décide alors que je terminerais les 2heures restantes en
marchant, car, à ce moment de la course, je suis contente de moi et sais pertinemment que je vais terminer.

J’aperçois Pascale G qui arrive en VTT et qui va m’accompagner quelques tours, chouette, c’est sympa !!
On discutera pas mal bien entendu, le temps passera plus vite.

Christian arrive, il me donne des nouvelles du classement, tu es 4e féminine, il me met la pression, car
Il n’y a qu’un tour d’écart entre chacune de nous. Je me dis que j’ai déjà remonté 3 places, alors, pour
moi c’est bon, je suis heureuse. Je vais donc prendre comme je l’ai décidé toute à l’heure
une bonne allure de marche pour faire 2 tours en 1heure ce qui m’en fera encore 4 supplémentaires.

Pascale et Christian tiennent une conversation animée, moi, je suis bien mais comme à toutes fins de
longues courses, je voudrais tout de même en voir le bout. Pascale est maintenant partie et c’est
Martine (de l’oc) qui prend la relève, elle est tout simplement passée pour savoir ou j’en étais, c’est toujours
très agréable et me touche beaucoup.


Cà y est je pense que maintenant c’est le dernier tour pour moi : 11h46mn à la pendule, Claude Hardel,
qui a compté les tours des participants durant une bonne partie de la journée, me dit qu’à moins de courir
très très vite, je pourrais en boucler un dernier avant 12HEURES. Bien sûr je ne l’écouterais pas…

Une foule de concurrents se retrouvent dans la joie et la bonne humeur bien sûr, tous contents d’avoir
atteint leur propre objectif.
C’est avec impatience que nous allons attendre le podium, d’autant plus que la pluie nous menace
depuis un certain temps.

Les premières récompenses reviennent aux enfants qui ont couru autant de tours qu’ils avaient d’âge
14ans 14tours etc… Et Thierry est fier quand il attrape sont petit bout de Sacha et le pose sur le Podium,
il a 4 ans, il a fait 4 tours, BRAVO Sacha, voilà une graine de champion, il est tout ému de se voir
ovationner par de forts applaudissements lorsque qu’on lui accroche une jolie médaille autour de son cou.

Nous nous apercevons que les catégories pour les féminines sont plus ou moins très originales, François
tu avais raison je suis une VF1 ! là encore pour moi çà peut passer, mais ce qui est bien plus inquiétant,
c’est qu’Annie, elle, est enregistrée VH2, il y a eu confusion entre le nom et le prénom d’Annie, en effet le
nom de famille d’Annie est ETIENNE, vous avez donc tout compris, sauf, que bien entendu, jusque là
rien de très très grave, mais si ! du coup Annie très déçue ne se verra pas la joie de monter sur le
podium avec tous les honneurs qu’il se doit ! en tant que 3è VF2.

Pour ma part, je n’ai pas la joie de monter sur la marche N°1 VF2, mais seulement la N°2 VF1, (est ce
que vous me suivez ??).

A notre grande surprise, la coupe VF2 revient à devinez qui ? Marianne, je m’empresse de prendre sa
place pour récupérer la coupe, !!!

Au final, tout de même 3 féminines du GAG sur le PODIUM. C’est super !!!

ELIANE,


















2 commentaires

Commentaire de L'Castor Junior posté le 31-05-2006 à 17:52:00

Bonjour Eliane,
Merci pour ce CR très vivant ! J'ai bien croisé Marianne, Alain et Bonie, ainsi que Jean-Luc, mais j'avoue que, contrairement à mon père Robert C, je ne connais pas encore tous les membres du GAG.
Peut-être nous croiserons-nous sur d'autres courses ?
A très bientôt j'espère...

Commentaire de éliane martin posté le 08-06-2006 à 14:36:00

oui je l'espère aussi - j'ai également bien aimé ton compte rendu et j'ai découvert que Robert avait donné le virus à son fils - c'est super de pouvoir se faire plaisir en famille -
je ne sais pas encore quel est mon prochain objectif
on verra - mais j'espère que l'on pourra se parler
A Bientôt - donne bien le bonjour à ton père
Eliane

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran