Récit de la course : La Transmartinique 2013, par paspeur

L'auteur : paspeur

La course : La Transmartinique

Date : 7/12/2013

Lieu : Grand Rivière (Martinique)

Affichage : 577 vues

Distance : 133km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

de boue en boue

Transmartinique 2013

 

Ce trail devait-être l’épreuve de clôture de la saison, il s’est transformé en défi.

 

Logiquement, je ne peux pas aller au bout,  je prends le départ un peut inquiet tout de même.

Evidement, mon objectif est de rejoindre Sainte-Anne tout de même.

 

3 H du mat, je suis avec Gilbert “le père Noël “, nous retrouvons Christophe (KrysDaix) que nous avions rencontré à l’aéroport de Paris.

C’est parti pour la grosse montée de la montagne pelée. Une ascension assez facile au  départ pour se terminer avec des passages plus difficiles, passages d’échelles, grosses marches d’escaliers et tout çà sous la pluie et même l’orage gronde. Ce ne sont pas des feux d’artifices que les organisateurs auraient pus prévoir, non ce sont éclaires et tonnerres. Au sommet quelques rafales de vent déséquilibrent certains. Je passe le sommet en compagnie de Christophe “le jeunot“. La descente : je croyais ne pas être trop mauvais en descente, mais je prends une leçon ; un martiniquais me double et me donne un conseil: « dans la boue, ne mets pas les pieds sur la terre, mais là ou la boue parait la plus liquide ». Incroyable, çà marche, que dis-je çà court et voilà que je commence à doubler.

 

1er ravitaillement, je rejoins mon guide (Christophe “le jeunot“). Nous repartons ensemble dans la partie forêt tropicale. Nous y découvrons une autre boue, plus grasse, plus épaisse qui pénètre dans les chaussures. Encore une leçon : plus tu tapes fort les pieds dans la boue, moins elle rentre dans les chaussures. Nous voilà comme des gamins heureux de faire gicler la boue à chaque pas. Dans les montées, l’adhérence est précaire, et dans les descentes, c’est comme tu peux. Tout çà pour les 10 Kms qui nous amènent au 2ème ravitaillement de Ste-Cécile.

 

2ème ravitaillement, j’ai reçu des messages, c’est mon fan club qui m’encourage et pour la 1ère fois  la famille. Çà fait du bien.

Un coureur martiniquais m’annonce que jusqu’au ravitaillement de St-Joseph (27 Kms) c’est forêt tropicale certainement plus boueuse. Je ne pensais pas que cela existe, et bien si : de la boue jusqu’à mi mollets, on y met les mains pour monter, et les fesses pour descendre. Ce que l’on trouvait drôle et originale devient une “chianlie“ de 1ère classe. Passage à gué très agréable pour se laver, et surtout laver l’intérieur des chaussures. Je connaissais la compression pour les cuisses et les mollets, je découvre la compression pour les pieds.il y a tellement de terre à l’intérieur des chaussures.  Nous laverons à trois reprises les chaussures. C'est-à-dire : enlever les semelles et les chaussettes et tous rincer.

Cette forêt va bien nous allumer physiquement, par moment les nerfs prennent le dessus. A l’approche du 4ème ravitaillement, Bruno est venu à notre rencontre. Le fan club c’est déplacé !! Bruno est Catherine sont venu passer une semaine de vacances en Martinique et ont consacrés une journée pour moi. C’est bon çà. merci.

 

Enfin St-Joseph Km 50.

Contrôle médical obligatoire. Tension, température et glycémie ; tout est OK

Douche et changement de vêtement. 4 membres de mon fan club sont là (Catherine “Mme Paspeur“, Dominique, Catherine et Bruno. Je leur annonce que mon objectif est d’aller de ravitaillement en ravitaillement, c'est-à-dire je ferai le point au prochain ravitaillement.

Ou comment préparer un échec.

On repart tout propre est surtout sec. Bruno nous accompagne jusqu’au Lamentin (prochain ravitaillement). Cette partie n’est certes pas la plus jolie à travers les bananerais, mais il ne pleut plus, plus de boue et puis on est 3, dont un tout frais. Merci Bruno. Nous arrivons juste avant la nuit au Lamentin.

 

5ème ravitaillement, je m’assoie, prend une soupe, et je ne comprends pas, le coup de barre !!! Plus envie, plus faim, plus soif.

Le fan club est là. 

« çà va ?

Pas trop bien. Je recommence : je ferai le point au prochain ravitaillement. »

Ou comment préparer un échec.

Je repars avec mon guide. Au programme, 16 Kms dont une montée sèche et descente de 480 de dénivelé. Rien de particulier. Et c’est la qu’on rigole. Sur le plat nous rejoignons Sylver. Le début de la montée est sympa et puis là, c’est du jamais vu ni entendu. Une montée droit dans le pentu qui doit se faire sans les pieds. La boue, une nouvelle, lisse, jaune, sans aucune accroche sous les semelles. Le passage est équipé de cordes, je ne les ai pas comptée, mais on doit atteindre les 8 ou 10 cordes à la suite. Tout à la force des bras, et tout çà sous la pluie qui s’invite encore.  Je n’ai jamais entendu autant de jurons au Km². Pascal (organisateur de l’épreuve) tes oreilles ont du siffler dans la nuit.

 

6ème ravitaillement.

Sylver n’a pas l’air bien, mais moi non plus. Mon fan club n’est plus là. Discussions courte mais enrichissante avec Christophe :

« Je ne peux plus vous suivre.

Si c’est ce que tu veux ? »

Qu’est ce que je veux ? Au départ c’est rejoindre Sainte-Anne. Si je ne repars pas avec mon guide, c’est fini, je n’irai pas plus loin. A quoi servent tous les messages d’encouragements ? Je sais que certains sont devant leur ordinateur à attendre. Je ne suis pas blessé, alors fais toi violence, “lèves toi et marche“.

Le premier Km est laborieux et puis çà repart, il fallait enlever les idées parasites, ne pas changer d’objectif en cours de route.

Devant nous se dresse la dernière côte. LA MONTAGNE DU VAUCLAIN : 700m D+

Le début se passe sur une route en béton (ici, les goudronneuses ne peuvent pas monter), on nous annonce une côte à 35%. La route, c’est un mur, même en marchant, on prend les virages à l’extérieur, les 700m vont êtres vite fait. Mais au bout de la route, il y a ce qu’ils appel le calvaire.

Le calvaire, c’est une montagne de saindoux équipé de cordes, c’est comme la côte d’avant mais sans les arbres ou lianes pour s’aider. Et puis en haut, il faut descendre dans les mêmes conditions, mais là, il y a une corde et après, “démerdes“ toi.

On s’en fou, c’est la dernière.

 

7ème ravitaillement

2ème base de vie ou on peut prendre une douche et se changer. Que s’est bon d’être au sec !!!

J’avais prévu : si j’arrive à Vauclain, je vais au bout. Il n’y a plus de doute, sauf blessure, Sainte-Anne me voilà. Reste 40 Kms dont la côte des éoliennes 300 D+. Là, plus peur de rien.

Descente sur macabou et c’est la plage. Le jour se lève, les paysages sont magnifiques, mais que ce fut long jusqu'à un détail ?  l’hélico de Canal+. A 10 Kms de l’arrivée, l’élico qui nous survole, nous film, et bien çà nous donne la pèche et on accélère,  un détail et çà va mieux. Arrivée à Sainte-Anne en 34 H 37 ; voilà c’est fait.

 

Adaptation  d’un texte de BARBARA

 

Est-ce dieux, est-ce diable

Ou les deux à la fois

Qui, un jour s’unissant

Ont fait cette année là ?

Est-ce l’un, est-ce l’autre ?

Vraiment, je ne sais pas.

Mais pour tant de beauté,

Merci et chapeau bas.

Est-ce l’un, est-ce l’autre ?

Vraiment, je ne sais pas.

Mais pour ces moments là

Merci et chapeau bas.

 

 

Un grand coup de chapeau aux bénévoles toujours aux petits soins pour nous, très sympa. Un trail a faire, rendu difficile par la pluie et surtout la boue, mais une expérience formidable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 17-12-2013 à 23:47:26

Finalement, c'était presque aussi humide que la Chambotte et le Meyrieu.

bravo, c'est très très fort ce que tu as fait ... et toujours de boue malgré les aléas de la vie.

Commentaire de KrysDaix posté le 18-12-2013 à 07:05:59

Même pas peur!!! Avec le recul de 10 jours (nécessaire a la digestion de tant de boue )
J’apprécie ton récit et encore plus le plaisir d'avoir partager cette course avec toi.
Encore Bravo pour ta course et avec de la prepa adéquate tu vas tout déchirer!!!
Me suis régalé Encore merci

Commentaire de Xavhië posté le 18-12-2013 à 12:28:41

Bravo à toi! Le calvaire, finalement c'était presque tout le long, et qu'est ce qu'il y avait comme stations !!!
Bonne récup et à un de ces jours...

Commentaire de ptijean posté le 18-12-2013 à 13:23:49

BIG BRAVO Denis. A+ JF

Commentaire de Françoise 84 posté le 18-12-2013 à 17:15:39

Bravo!!! Mais qui en doutait???!! Ah, j'ai eu le plaisir de croiser ta 'tite femme à St Joseph! Bisous à vous!!

Commentaire de paspeur posté le 18-12-2013 à 17:23:01

Mais qui en doutait???
Moi,...

Commentaire de paspeur posté le 18-12-2013 à 17:20:26

merci à vous tous pour vos commentaires.
J'en profite pour vous souhaiter de bonnes fêtes. Denis

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran