Récit de la course : Trail de Signes 2006, par akunamatata

L'auteur : akunamatata

La course : Trail de Signes

Date : 27/5/2006

Lieu : Signes (Var)

Affichage : 5363 vues

Distance : 42km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Sacred Spirits

Hello les kikoureurs et kikoureuses, Ca fait bien 2 mois que je me suis inscrit à ce trail, la Jacq me l'avait chaudement recommandé. Et puis c'est tout de meme le trail final du challenge Salomon, epreuves toujours bien dotées (en fin je parle de ravito, maillots car pour le prize money faudra faire des progrès - ou peut être faire appel à notre ami espagnol Manolo Saiz). La météo a prévu un grand beau temps chaud: au dessus de 30°C, c'est la journée la plus chaude de l'année jusqu'à présent. J'en avais déjà méchamment ch.. à la la semaine dernière avec des temperatures similaires. Un mauvais pressentiment me dit que je vais souffrir. 7h30, je croise mon ami Steve Joy, puis Frank et Eric, puis Nadya et Alain, puis ...(c'est bon je passe) Nous parlons de son challenge perso de la journée: trail de signes ce matin 42 km, ce soir 22h raid nocturne leclerc à Pelissane 53 km, que ne faut il pas faire pour se prouver que l'on est prêt à affronter l'UTMB (à prononcer avec déférence l'UTEUMEUBEU Alléluia). Je retrouve aussi Olivier avec qui j'ai fait la fantastique sortie off du Garlaban trail de Signes 2006 (24) Le depart a lieu au centre ville, au milieu d'une rue etroite, les quelques fontaines éparses nous rappellent que là ou nous nous rendons nos bidons d'eau seront de précieux alliés. Du balcon, tel un pasteur ascétique, Sam Bonaudo nous prodigue les derniers conseils et de faire gaffe à la chaleur (d'aileurs en sermonant quelque peu les trailers présents sans casquettes). c'est parti, la bonne nouvelle c'est que les premiers kilomètres sont roulants, montants et larges (pas de bouchons). On attaque bille en tête les barres de la sainte baume. mais avant l'enfer Samuel (le traceur) nous a concocté une petite fraicheur avant les grosses chaleurs, nous longeons un petit étang puis le canal du splendide ruisseau du Vallon de la Caou. c'est à ce moment que Joy me dépasse, je ne le rattraperai plus. un petit peu d'escalade agrémente ce début de parcours enchanteur

Trail de Signes 2006 (52)
Vidéo envoyée par akunamatata
Et l'on suit toujours notre "fil d'eau" La pente se raidit, les muscles commencent à chauffer... Nous débouchons des arbres sur un plateau proche du sommet, la vue partielle est déjà impressionnante. Quelques hectomètres plus loin, j'en prend plein les mirettes: La vue, sur 360°, est extraordinaire, on peut apercevoir la méditerranée et les massifs enneigés des Alpes. A contre coeur, je bascule sur le versant nord de la Sainte Baume Là l'ambiance est tout autre, je ne peux que citer le
du site du trail de signes sur cette partie de parcours surprenante: " Cette montagne de la Sainte Baume, née au secondaire, est un véritable château d'eau pour la source de différentes rivières de la région. Du sommet vous vous orientez vers le versant nord, plus froid, vous glissez dans une surprenante forêt, une forêt unique en Europe, avec ses hêtres géants, ses énormes tilleuls, ses érables, ifs, fusains ou lierres qui assombrissent ce sentier. De nombreuses chapelles et oratoires attestent de la haute spiritualité dont ces lieux ont toujours porté la marque." La Chapelle des Parisiens (ou des Morts),elle a été érigée à la demande d'Esprit Blanc, un riche inspecteur des impôts, en 1629 oui il faisait si frais dans cette forêt, pas étonnant que par le passé les gens y exploitaient de la .. glace: Ce site était idéal pour la construction de ces immenses réservoirs en pierres car il est abrité du soleil, il y a des sources à proximité et un courant d'air frais (le mistral). En hiver, ils remplissaient les glacières de glace issue de grands bassins de congélation, l'été ils la transportaient principalement vers les grandes villes (Toulon, Aubagne, Marseille) pour les brasseries, hôpitaux, et la conservation des produits frais. Cette activité était juteuse aux XVII et XVIIIè siècle, le développement du chemin de fer a permis à la glace naturelle des Alpes de concurrencer les glacières de la région. Un peu plus tard, ce fut au tour de la glace industrielle. Elle sonna le glas de la glace naturelle en 1940. Nous ressortons de la forêt par une interminable montée (qui mène accessoirement à la grotte sainte marie madeleine, Au flanc de la falaise s'ouvre la grotte sacrée où se réfugia Ste Marie-Madeleine et qui rassemble, depuis la fin du XIIIème siècle, des pélerins de toute l'Europe, je ne savais pas qu'on faisait le trail Da Vinci Code). Après quelques recherches sur le net, cette forêt est le pendant méditerraneen de Brocéliande! "6000 ans en arrière, la montagne était connue comme étant le lien mystique entre la terre et le ciel, car elle était très souvent frappée par les éclairs et son alignement est-ouest correspond à la course du soleil (utile pour calculer les calendriers). Sa grotte, la Sainte Grotte que nous connaissons, représentait la Porte du Nord des peuples indo-européens, séparant notre monde de celui des âmes éternelles. Elle servait de nécropole pour les grands personnages, cependant que la plaine accueillait de petits villages de cabanes en bois et des tumuli à offrandes ou sépulcraux. Les légions de Jules Cesar n'osèrent y porter la hache qu'une fois que le consul ait du lui-même montrer que cette forêt sacrée ne se défendrait pas. Cette forêt qui hébergeait l'Artemis des phocéens de Massalia devait bientôt accueillir une autre déesse ; du moins, fut-elle aussi vénérée par la suite et l'est encore de nos jours : Marie Madeleine" Désolé pour la disgression, un peu de spiritualité dans ce monde de kikoureurs. Des cameras nous attendent pour immortaliser l'instant (un CD sera offert aux participants), mais bien peu ont le courage de courir. A droite le 42 km à gauche le 29 km, je suis toujours d'attaque alors va pour le grand parcours! Nous longeons La crête de la chaîne de la Saint Baume où plusieurs sommets culminent : le Saint-Pilon (1000 m), le joug de l'aigle (1118 m), le Signal des Béguines (1148m) avec sur notre droite: les Ecrins, la Sainte Victoire, l'Etoile, Lure, Ventoux, ... et sur la gauche: on distingue la mer, les Maures et N-D des Anges, le Bec de l'Aigle de La Ciotat et les montagnes qui dominent Toulon. Tout baigne, la chaleur n'est pas trop forte jusqu'à présent. Cependant le sentier est technique (beaucoup de roches et de devers), la vegetation est minimaliste, tout juste quelques arbustes donnent quelques touche de vert à cet univers quelque peu minéral. Etait ce l'altitude, la fatigue? Je suis stoppé violemment dans ma course au niveau d'un arbuste, une douleur aigue au niveau de la cuisse gauche me vrille le cerveau. Nom de Zeus! Je me suis pris de plein fouet, sous cet arbuste, une branche dissimulée et pointant dans ma direction, je regarde ma cuisse, le soulagement est palpable pas de plaie! Heureusement que cette branche n'était pas pointue, l'idée d'être embroché comme un vulgaire poulet est peu réjouissant. Je ne souffre que d'une méga bequille. J'ai beau me repeter le mantra des GI "Pain is your friend, your ally it will tell you when you are seriously injured. It will keep you awake and angry and remind you to finish the job and get the hell home. But you know the best thing about pain? .... it lets you know you're not dead yet." Ouais, ca va 5 minutes, puis avez vous essayé de sauter de roches en roches avec une patte qui se rebelle au moindre effort? Grrr... c'est le 20eme kilo sur les crêtes, je ne peux pas être plus loin de tout endroit civilisé. J'aurai du faire une prière avant la course ou me faire bénir par saint Bonaudo. Le moral est en berne, je marche, non je claudique de point de controle en point de controle pour m'entendre dire qu'il faut rejoindre le 28éme km (point de la sécurité civile). Je prends tout de même quelques clichés du versant nord que l'on rejoint de nouveau après le signal de Beguines. je vais à la même allure que ce vaillant papy Je passe la grotte aux oeufs. Visuellement c'est sans équivoque (je vous laisse aller voir vous même). L'histoire nous dit: Marie Madeleine, déesse de fécondité Dans le massif de la Sainte-Baume, il existe une autre grotte, appelée grotte aux oeufs. Autrefois, les pèlerins rapportaient des oeufs de la montagne, appelés "coucounets". C'étaient de petits reliquaires taillés dans des coquilles d'oeuf qui renfermaient un petit personnage en papier. Le culte de la sainte est à rapprocher des cultes anciens de la triple Hécate et d'Artémis d'Ephèse. Artémis était représentée avec un grand nombre de seins. On sait aujourd'hui qu'elle portait en fait un collier pectoral couvert d'oeufs d'autruche, symbole de fécondité. Depuis le début du culte de Madeleine, au moyen âge, le pèlerinage rend les femmes fécondes et assure le mariage aux jeunes filles. terminus pour moi Heureusement qu'il y a les amis pour me remonter le moral! Ici Steve, tel le sauveur, m'attend les bras en croix avec .....deux bieres fraiches à la main! (L'organisation a eu l'idée trop cool de plonger les bieres et les bouteilles minerales dans la fontaine) trail de Signes 2006 (191) Une jolie traileuse (tiens, si on l'appelait Marie-Madeleine) prend ses aises, imité rapidement par quelques afficionados, décidement cette fontaine est une ... bénédiction (vous l'avez vu de loin celle la, n'est-ce pas?) Ne riez pas car la chaleur, comme prevu, a fait bien des dégats (hyperthermie, malaise etc..), avec mon hématome je passais pour un privilegié aux yeux de la protection civile. Apres le T-Shirt technique, une paella attend tout le monde, personnellement je suis rentré direct à la Ciotat me soigner avec des packs de glaces (venant de mon congelateur et pas de la sainte baume!). Au final je suis frustré de ne pas avoir été au bout (mais émerveillé par la beauté picturale et historique du lieu), je reste bien décidé à dompter ce superbe parcours le plus tôt possible. ... Mais je me signerai avant de le faire.... Akunaum Sanctum

5 commentaires

Commentaire de troll posté le 29-05-2006 à 11:34:00

un vrai régal ce commentaire, et en plus une leçon d'histoire, chapeau bas et aussi merci pour les clichés de Steve, toujours aussi beau !!!!!

Commentaire de azroua posté le 29-05-2006 à 11:39:00

JM,
Merci pour ce beau récit!
Azroua (Eric A.)

Commentaire de joy posté le 29-05-2006 à 18:29:00

Eh bendidon ça c du recit en plus je me trouve tres photohygienique,bon trêve de plaisanterie,j espere que ta cuisse va mieux et que jack s occupe bien de toi a ce niveau.
AKUNAMATATA tu est un grand et respectable sportif
qui nous fais tjs revé avec tes photos de paysage et d animaux sauvage mdr.
A+ et a bientot sur les sentiers du monde entier

Commentaire de Cyrille posté le 29-05-2006 à 19:09:00

A lire (et voir) ton CR, je me dis qu'on a vraiment de la chance de pratiquer ce sport : on se gave de paysages plus beaux les uns que les autres.
En espèrant que cette béquille se résorbe vite.
A+.

Commentaire de L'Dingo posté le 29-05-2006 à 22:44:00

--------- MAGNIFIQUE -------------

je connais le coin et pourtant j'ai quasi tout découvert au travers tes commentaires et images.

Comme tout s'est mieux terminé que ça aurait pu l'etre à cause de cette fout... branche, il ne reste plus qu'à attendre 2007 pour avoir la fin du parcours :-))

--------- MAGNIFIQUE -------------

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran