Récit de la course : La Corrida de Sassenage 2013, par Albacor38

L'auteur : Albacor38

La course : La Corrida de Sassenage

Date : 24/11/2013

Lieu : Sassenage (Isère)

Affichage : 1229 vues

Distance : 11km

Matos : Bonnet noir façon contrefaçon STL 2012

Pompes-ASICS

Dédicace Gilbert Montagné

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

J'ai fini mort. Tout juste gardé mes oreilles et ma ... motivation

Celle là j'ai failli ne jamais la faire ! Panne d'oreiller et 30 minutes de retard sur le planning.
Mode panique. Le café avalé sous la douche. Les runnings lacées sur les toilettes.
Et le tout en choeur car Mme ("Sonnez hautbois, résonnez musettes") me fait une démonstration de courage en affrontant tout à la fois le réveil matinal, le froid glacial et la perspective de 11km de course plutôt solitaire (oui je suis pas très sympa, j'avoue, je ne l'attends pas) !


Bravo Cécile !


C'est donc tout auréolé de ma récente "palme" (et pour cause) de plomb au festival de Montagnole  (ceux qui y étaient comprendont ! sinon pour les autres "répêchage" (et pour cause bis): http://www.kikourou.net/recits/recit-15336-trail_de_montagnole-2013-par-christian38330.html) que je me présente à cette Corrida avec l'assurance de bien figurer parce que vous comprenez, maintenant, môssieur fait du trail et se gausse de la perspective de 11 km et 1 mètre 20 de D+. Je vise, même allez pourquoi pas: 52'. (Connard que je suis).


L'arrivée se fait sous les sourires bienveillants des bénévoles qui, un dimanche matin à 8h30, sous la pluie, par 5°C, accueillent des mecs en collants fluo comme mère Thérésa accueillait les enfants malades de Calcutta. Moi ça m'épatera toujours...


Passage aux préinscriptions pour découvrir que mon dossier, pourtant envoyé dès le 19/11 au courrier du matin n'est manifestement jamais arrivé. Apparemment je ne suis pas un cas isolé : 35 dossiers en errance quelque part dans la galaxie de la poste. Je suppose que mon courrier de Meylan a rejoint le centre de tri de Grenoble qui est à ... Sassenage ... avant de repartir pour de lointaines contrées enneigées et, du coup, ne jamais revenir.


Mais en Kikoureur avisé j'ai toujours un certificat médical, une brassée de pièces, un slip propre, 2 ou 3 rondelles de saucisson de la course précédente et une dédicace de Gilbert Montagné dans la poche donc ni vu ni connu je peux finalement prendre le départ ... et du même coup la superbe veste technique sans manche façon bob-le-bricoleur que mon cousin Dédé m'envie déjà pour aller au bois au printemps prochain.


J'enfile mon Bonnet noir, une contrefaçon de la STL 2012 plutôt moche, et j'ai juste le temps de réchauffer la mécanique avant de rejoindre la ligne de départ. Après une attente interminable le temps que le président de l'AC Sassenage, le maire, le sous-prefet et Mme son épouse fassent un petit discours et qu'on réveille ceux qui s'étaient endormis quand, PAN, c'est le départ. Et dès les premiers mètres ça sent la poudre au propre comme au figuré. Ca part comme des fusées un 14 juillet ! Je passe la belle bleue, la belle rouge et m'extrais tel un sprinter de la masse car voyez vous c'est une spécialité chez moi de me mettre dans le rouge d'entrée (c'est aussi une spécialité de Dédé mon cousin mais lui il est moins regardant sur la couleur) histoire de m'effondrer dès le deuxième kilomètre comme une merde.


Telle une balle avant l'apoplexie, donc, je remonte ce petit monde quand soudain j'entends comme un murmure dans la foule "Le Bouk est là", "Il a vu le Bouk", "Si si je te dis que c'est lui", "Mais non ça peut pas être lui tu sais bien qu'il ne court jamais quand il pleut". Mon sang ne fait qu'un tour : je dois savoir. J'interroge les coureurs autour de de moi. "C'est toi le Bouk" ? "A non c'est pas moi le Bouk c'est lui là derrière avec le caleçon bleu sur la tête"

 

(Travelling en ralenti sur le bouk et son caleçon)

 

Et là, ..., pardonnez moi, l'émotion, j'ai besoin de reprendre mes esprits ...


(...)


... c'est que j'en suis encore tout retourné... je mets enfin un visage sur cette légende du forum qu'est le Bouk-Hoooooonte-du-Sport© !

Je peux alors pendant quelques secondes juger de la popularité du personnage qui va bien au delà des frontières des 2 savoies. Les hommes s'écartent pour le laisser passer, les spectatrices manquent de défaillir, les hourras fusent : "Vive le Bouk", "Le Bouk président", "Bravo le Bouk"...
Bouk, qui ne prête guère d'attention à ces effusions, me liste les familiers du forum présents sur la course. "Loiseau", "Le kenyan blanc", "Polo" mais pas "Bitoman" qui a préféré rester chez lui peaufiner son prochain recueil de poésie.


C'est bien beau les rencontres mais j'ai quand même une course à faire. J'abandonne là "l'Illustre" et poursuit mon irresistible ascension du classement dans les rues de Sassenage.


350 mètres plus loin ... le Bouk me passe, la belle rouge me passe, la belle bleue me passe, le sous-préfet et madame son épouse me passent. C'est bien simple j'ai l'impression d'être à l'arrêt.
Il faut se rendre à l'évidence. 11KM ça peut être dur aussi ! C'est pas encore demain que je vais briller aux avants postes. Quant aux 52' avec ces jambes de plomb j'y crois plus trop.


Passés les 2 premiers kilomètres le terrain devient monotone. En gros +/- 5km de plat tout droit le long de l'Isère à l'aller. Et au retour, pour varier, +/- 5km de plat tout droit le long de l'Isère. J'aurais finalement beaucoup serré les dents pour tenir un semblant de rythme et aurais eu peu de satisfactions à part de faire les 3 derniers kilomètres avec une jolie blonde dans ma foulée qui me passe, que je repasse. Dans les 500 derniers mètres je lui dit : "Allez il te reste 500 mètres pour finir devant" et là, ni une ni deux, la voilà qui me dépose sans que je puisse lui tenir le train... "Mais euuuhhhh... Je disais ça pour déconner moi !"


J'en termine laborieusement en 53' et quelques. Tenant péniblement un +/- 12,4 km/h. Punaise c'était pas si facile !


Une dizaine de tranches de saucisson plus tard me voilà au petit trot pour aller retrouver Cécile et l'accompagner sur son dernier kilomètre. Bravo ! Toi aussi tu as serré les dents. 

 

Au final une bien belle matinée tout de même. Sans autre regret que de ne pas avoir croisé par la même occasion "ross-bitoman-cyprine" notre champion toute catégorie de l'exclusion de Kikourou. Une prochaine fois sans doute.

 



 

(cliquez sur l'image pour visiter l'album de Philippe Durbet qui nous a tous "mis en boîte")





15 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 24-11-2013 à 21:11:16

Je me suis poilé, au point de croire lire UN RECIT DU KEKE !!! (ça c'est très gentil)
Et puis 8/10ème du récit consacré à l'avant-course, moi, ça, J'ACHETE !!!
Une course particulière aujourd'hui, j'ai hâte de voir les classements et de savoir s'il s'agissait du même parcours que l'an passé car si tel est le cas, de nombreuses choses m'échappent... @+ mister38330 (un pseudo bien dauphinois qui plaira à l'autre poète de mes deux !)


Commentaire de Albacor38 posté le 25-11-2013 à 08:52:07

Le_keke ou l'autre grand absent de l'épreuve ! Pourtant les ravitos étaient bien fournis en charcuterie en tout genre preuve qu'il était attendu. J'ai bien cherché un temps un mec en T-shirt coton "J'aime le saucisson" mais sans résultat. D'ailleurs le seul gars que j'ai vu en T-shirt coton était grand et athlétique or ça ne correspond pas du tout à la description que l'on nous a fait du kéké qui comme chacun sait "n'est pas si grand" et a tendance a l'embonpoint à force de bouffer de la cochonnaille et des bonbons Haribo !

Commentaire de loiseau posté le 24-11-2013 à 22:32:34

Merci Christian, génial ton CR :-). L'attente au départ était effectivement un peu long, à cause de la perte d'un clé de je ne sais quoi... Par contre, le retour le long d'Isère était rendu quand même bien ludique avec toutes ces flaques d'eaux à traverser ! Et pour le Bouk, j'ai vérifié avec ton tracé, et c'était bien le même parcours que l'année passée...

Commentaire de Albacor38 posté le 25-11-2013 à 08:46:23

Merci loiseau et ravi d'avoir fait ta connaissance à cette occasion.
Pour le parcours il n'y a pas eu un petit changement pour une histoire de passerelles ?

Commentaire de le_kéké posté le 25-11-2013 à 11:01:48

Du beau monde pour courir le saucisson-plat-bitumé, vous êtes tous des intoxiqués, c'est bô.
Pas trop déçu de voir le bouk en vrai ? au bout de quelques temps on s'habitue ...
Perso j'ai plutôt ouvert la saison de ski de fond ce WE et j'ai raté l'endroit où il fallait montrer le maillot coton tant pis pour moi ...

Commentaire de Albacor38 posté le 25-11-2013 à 18:58:23

Intoxiqué certes mais désormais ça sent la fin de saison. Peut être encore le cross des enfants malades du CHU pour fermer le bal puis on va se concentrer sur les fêtes et les crises de foie.

Sinon pas déçu non car accompagner le Bouk sur le parcours c'est un peu comme participer à "cours avec les stars". Et puis le voir courir ça devient de plus en plus rare. Soit il crampe, soit il abandonne :)

Fallait pas laisser passer l'occasion

Commentaire de the dude posté le 26-11-2013 à 12:25:12

Très bon récit, je me suis bien marré.
Eh oui je comprend ton émotion, croiser le Bouk en chair et en os (et un peu en muscles aussi, faut pas déconner) pour la première fois ça fait quelque chose, mais le kéké a raison on finit par s'habituer à son sourire niais et à ses tenues ridicules.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 26-11-2013 à 13:17:35

Je crois que christian38330 a d'ores et déjà adopté le bon ton ! Bientôt de nouvelles aventures ;-)

Commentaire de Albacor38 posté le 26-11-2013 à 18:59:03

Merci Dude ;)

Au plaisir de te croiser sur un prochain Ultra Trail à Saucisson pour compléter ma galerie de trombines kikouresques

Commentaire de the dude posté le 27-11-2013 à 11:14:53

Tu me reconnaîtras facilement, je suis beau, bien habillé et je cours très vite, le parfait contraire du Bouck en somme.

Commentaire de Albacor38 posté le 27-11-2013 à 15:50:54

Ah ben merde ! je vais te confondre avec le "Manak" alors ? Lui aussi il parait qu'il est beau, bien habillé et qu'il court très vite (et qu'il sent la violette en plus).

Toi aussi tu me reconnaitra facilement. Je ressemble à une enclume avec un bonnet Kalenji.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 27-11-2013 à 23:29:57

A la limite, le ManaK, il est beau mais il nous parle encore.
Bitoman il ne parle pas il nous menace et nous insulte.
Le Faizan est gentil, mais il se dope et ça c'est très mal.
Le Kéké fait un sport d'homosexuel (du ski de fond).
La Corne est plutôt puant, il fume n'importe qui sur n'importe quelle course, surtout celles qui passent à Super U Rumilly.
Richard192 est beau mais il court trop vite avec ses Nike.
Boblastar est rigolo mais parfois on dirait la honte-du-sport, notamment aux Chambé'sèches ou au Malpassant.
Loiseau est cool mais il me traite de chèvre quand il me double et je trouve ça très méchant.
Le Kenyan Blanc est sympa mais sa présence coûte trop cher aux organisateurs.
Le Dude est beau mais il ne fait que des ultras en été s'il fait beau et chaud et qu'il y a quelques blondes du Bouk sur le parcours.

Commentaire de Arclusaz posté le 28-11-2013 à 22:43:26

une de plus ! et un style de CR qui s'affirme.

Bravo à Cécile.
Et faudra que tu me présentes ton cousin Dédé.....

Commentaire de Albacor38 posté le 29-11-2013 à 08:55:19

Cousin Lolo ... :D

Comme on dit dans ce genre de situation "Toute ressemblance avec des évènements ou des personnes existant ou ayant existé ne serait que pure coïncidence"

Alors dans les startings blocs pour la STL (J-10) ? Tu me rameneras un bonnet ? :)

Commentaire de Arclusaz posté le 29-11-2013 à 09:03:08

pas de bonnet cette année !
mais un livre, difficile à emmener sur un trail.

Pour la STL, c'est à la fois près et loin. L'entrainement est terminé (même si "entrainement" pour moi, c'est un grand mot ! je fais n'importe quoi, comme j'ai envie). On va passer une bonne soirée (170 kikoureurs au Flore), puis deux premières heures de course formidables, puis des heures de souffrance (ce n'est pas ce que je cherche mais c'est le prix à payer) et une dernière ligne droite inoubliable. Puis, on va tous se retrouver avec les yeux brillants, on va refaire la course et on pensera... à la STL2014. Oui, cette course a plein plein de défauts ; oui, on nous prend pour des vaches à lait ; mais ce sont des moments magiques.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran