Récit de la course : Trail des Hospitaliers 2013, par xixon

L'auteur : xixon

La course : Trail des Hospitaliers

Date : 3/11/2013

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 1303 vues

Distance : 75.5km

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un hospitalier à la quête du graal...

Je me suis inscrit très tôt sur ce trail de fin d’année, le préférant aux templiers pour le coin d’Aveyron que je ne connaissais pas et la réputation historique du circuit. Un copain dont je tairai le nom devait peut-être me rejoindre après son GR20 de septembre, mais préférera lever le pied (et allonger la foulée !). Mon programme de préparation se passe à merveille avec un volume de course historique et 2 grosses sorties roulantes.

En approchant la date, et étant le seul inscrit du team, le problème viendra de la météo incertaine et de savoir si ma famille me suit ou si je pars seul. Au final, on décide le jeudi de partir en famille … à condition de trouver un hébergement pour cinq ! Tout est complet dans les villages alentours. Avec un peu de chance, on trouvera un chalet aux Champ du Roc d’Alzon à une vingtaine de kilomètres de Nant : faudra trouver un taxi pour dimanche 4h !

Chalet du Champ du Roc à Alzon

Nous faisons la route le vendredi et, dès le samedi matin, notre adorable hôtesse nous trouve un covoiturage depuis le gîte d’étape du village où une coureuse s’est inscrite à son premier ultra. Il n’y a plus qu’à récupérer son dossard à la Halle aux marchés de Nant, profiter de la journée en famille, puis en soirée, préparer son paquetage.

Hospitalier sur la place de Nant Paquetage

Pardon pour cette longue intro, passons au jour de course. Rdv sur la placette d’Alzon où je fais la connaissance de Nathalie et de son compagnon qui la suivra tout au long de la course, mon chauffeur du jour. Au briefing 5min avant le départ, dans le sas, la pluie est annoncée jusque 9h puis des éclaircies. Par contre le vent sera présent toute la journée avec des températures fraîches. Armé de ma frontale et de mes bâtons et habillé d’un gilet + manchettes + gants, je pense déjà à enfiler la veste à la Croix des Prisonniers pour le passage du St Guiral. Je la garderai jusqu’à l’arrivée, avec les gants !

Le départ est donné par un coup de fusil sous une légère bruine. Le début est très roulant et on se retrouve assez rapidement sur une monotrace sur laquelle je me fais entraîner, ne voulant pas perdre l’éclairage de ceux de devant et ne voulant pas ralentir ceux de derrière. Malgré ce départ que je jugeais rapide, je me retrouve 5min en retard sur mon prévisionnel en 2h42 à St Jean de Bruel (km21) ! Faut dire que j’avais calqué mes temps intermédiaires sur les hospitaliers 2011 d’un certain Mic31 qui avait fait un départ très rapide.

J’appréhende alors de tenir la distance et décide de monter les 15kms jusqu’au St Guiral sur un rythme un peu plus cool. Croix des Prisonniers, km26, 3h25, on enfile la veste et on range définitivement la frontale, enfin je l’espère bien. J’atteins le sommet du St Guiral (km36) et son piton rocheux en 5h15 et 15min d’avance sur le prévisionnel, et toujours sous la pluie et le vent. Il s’agit maintenant d’essayer d’élever l’allure pour rentrer en 12h et surtout avant la nuit (estimée la veille à 12h45 de course).

Ravito à la Croix des Prisonniers

Descente vers Dourbies

La descente vers Dourbies (km44) se passe bien et il me tarde d’atteindre ce premier ravitaillement solide ! Après 6h20 de course, une bonne soupe et d’autres victuailles, j’y retrouve Nathalie avec qui je repars sur un rythme footing. Elle me laissera partir sur une montée et je me dépêche de retrouver ma famille à Trèves (km55) que j’atteins en 8h06 avec les premières vraies éclaircies de la journée. Malgré cette légère accélération, je me retrouve 15min en retard par rapport à mon prévisionnel mais choisis de bien me nourrir pour la seconde fois avec une soupe et divers. Mon fils de 5 ans me jette de la paille pour me réchauffer, mon fils de 3 ans court avec moi et pleure de me voir repartir, ma fille de 2 mois ne réagit pas à mon passage. Tout cela en plus du coaching de ma femme me fait un grand bien et nous nous donnons rendez-vous à Cantobre, prochaine étape.

Arrivée à Trèves

Je repars seul, Nathalie est maintenant passée devant et je m’aperçois qu’il ne m’est plus possible de relancer sur plats et faux plats, ce parcours est vraiment trop roulant pour moi, heureusement que les sensations sont encore bonnes en montées et descentes. Je vois alors l’heure tourner et pense à faire un très petit arrêt à Cantobre (km67). J’y arrive en 10h58 et 35min de retard. Pas de temps à perdre, une compote, pas de crêpes, quelques photos avec mes 2 fils et je repars à l’assaut dur Roc Nantais et des 8 derniers kilomètres.

Cantobre

Arrivée à Cantobre Photo de famille au départ de Cantobre

Je retrouve un concurrent avec qui je suis arrivé à Cantobre sur un rythme costaud. On fait la montée ensemble et on y doublera même Nathalie. Sur le plateau, mon compagnon s’en va, et Nathalie me repasse devant, impossible de relancer. Je fais la descente avec tout ce qui me reste et boucle ce trail des hospitaliers en 12h20, avant la nuit et avec mes 2 fils à la main : que du bonheur ! Je finis 212ème, 2min et 5 places derrière Nathalie, bravo à elle !

Arrivée à Nant

Au bilan, une course très roulante avec un nombre de participants idéal et des jolis paysages : St Guiral, gorges de la Dourbies, Cantobre. Je conseille vivement cette course.

Enfin, deux petites remarques à but constructif : le 1er ravitaillement solide au km44 arrive un peu tard, et je n’ai toujours pas trouvé l’utilité du T-shirt moulant manches courtes du finisher…

3 commentaires

Commentaire de Txantxo posté le 08-11-2013 à 16:54:39

Bravo xixon et merci pour ce récit! La OAK team est partout !
Et tu avais une équipe d'assistance bien meilleure que celle d'Asics !!!
Va falloir travailler la caisse à coup de sorties longues, fractionnés, travail au seuil... San Sé Fontarrabi sera un bon test !
Et je veux te voir avec ton T-shirt finisher le 17 novembre.

Commentaire de laulau posté le 08-11-2013 à 19:25:52

Bravo Xixon, c'était sympa avec la famille aux ravitos ! Tu peux passer à l'ultra de l'Euskal maintenant !

Commentaire de xixon posté le 08-11-2013 à 21:01:33

Merci Caoch Txantxo et Maître Laulau !
Maintenant, fô effectivement déjà préparer 2014 !
SanSé-Fontarrabie me paraît très bien ! et on a vu l'Ultra de l'Euskal aussi !! ça promet un bon millésime !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran