Récit de la course : Marathon Eurodistrict Strasbourg-Ortenau 2013, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Marathon Eurodistrict Strasbourg-Ortenau

Date : 27/10/2013

Lieu : Strasbourg (Bas-Rhin)

Affichage : 794 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Se défoncer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Marathon de Strasbourg : explosion en plein vol

Marathon de Strasbourg

Explosion en plein vol






Toutes les grandes villes s'y mettent, le marathon d'automne est à la mode. C'est une super initiative d'avoir lancée une telle épreuve sur l'Eurodistrict Strasbourg Ortenau .... A (presque) deux pas de la maison, l'occasion était belle d'aller (re)gouter l'ambiance de la route. 

Je m'étais inscrit sur ce marathon en pensant que ma condition générale de trailer pouvait me permettre d'assurer un chrono enter 3h20 et 3h30. J'avais de bonnes jambes la semaine précedente au BelforTrail et j'avais déjà réussi ce genre d'enchainement avec les Marcaires et le Marathon de Metz ... mais c'était il y a trois ans. 

Bref, j'étais serein en débarquant à Strasbourg .... 





Les sas ne sont pas vraiment indiqués au départ, je me faufile un peu au pif entre les barrières, il reste dix minutes avant le départ. J'observe les tronches autour, et surprise je tombe sur la Manu Conraux, un peu derrière ... Il est là en off, juste for fun, en récupération après un 100 bornes la semaine précedente du coté de Royan. Incroyable ce Manu.

Il est tombé des seaux toute la nuit, mais à l'heure du départ le ciel est parfaitement dégagé, le soleil est généreux et la température idéale pour courir. Coup de pétard, je mets à peine 30' a passer sous l'arche. On est au coeur de la ville, il y a beaucoup de monde pour nous encourager. Je passe assez rapidement le meneur d'allure 3h30 et j'aperçois au loin le drapeau 3h15 ... 







Sans accelerer, je recolle vers le 3ème kilométres et je me cale au milieu du troupeau, bien a l'abri. Tiens, il y a là un finisher de l'UT4M. Aussi un grand balaise qui me fout des coups de coude dans la tronche ... Pff, pas facile d'être petit !!! 

Le peloton 3h15 ou je suis planqué ...





On passe en Allemagne par la jolie passerelle du Jardin des 2 Rives, ce coin est vraiment sympa. On est au 7ème kilométre, je me sens à l'aise dans le groupe, tout va bien ... Aprés la traversée de Kehl, on arrive dans un secteur à découvert. Le vent du Sud est violent, je m'applique à rester abrité derrière les grands. Je me dit qu'il faut accrocher ce wagon jusqu'au semi, ensuite avec le vent dans le dos ça doit rentrer tout seul ...

Pourtant, je suis décramponné aprés le village de Marlen, vers le kilométres 17. Je n'insiste pas et poursuit à mon rythme. Il reste 6 km a découvert jusqu'au pont Pierre Pflimin que j'essaie de gerer avec les moyens du bord, j'ai toujours le drapeau en vue et je suis toujours en pleine confiance. Au passage du semi je suis toujours dans le tempo pour 3h20 ...

On prend encore un peu de vent, puis on oblique enfin franchement vers le Nord ... Ouf, ça y est, on rentre !!! Mieux encore on arrive sur un chemin en forêt, un plan nickel pour relancer un trailer .... sauf que le trailer Poucet à les jambes qui commencent à couiner grâve.Je prend un énorme coup de bambou lorsqu'on passe sous le pont d'autoroute, vers le kilométre 27. Le Manu me passe comme une fleur, j'ai le bidon à sec, ça sent la galère ... Je me traine jusqu'au ravito suivant ou je m'arrête pour boire et faire le plein. 

Toute la fin de course aura été un calvaire, plus de jus, plus rien de rien ... Des débuts de crampes dans les mollets m'obligent à marcher régulièrement, j'ai la tête qui pars en vrille, qu'est ce que je fais là ???? Je me gâve de tout ce qui reste dans les poches, je bois, je bois ... trop tard.

Dans la traversée d'Illkirch le meneur d'allure 3h30 ma passe en sifflotant, il est tout seul ... Impossible d'accrocher évidemment, ça flaire la berezina !!! 

Pendant ce temps là, du coté de l'arrivée ...





 
 
Le meneur d'allure 3h15 en termine .... y a plus grand monde dans la roue ...







Et voilà le Manu ...



Puis le drapeau 3h30 .... Eh Poucet, t'es ou ????



On rentre enfin dans Strasbourg, passage par la Petite France et ses pavés. Je me force à courir sur ses 3 derniers kilomètres. Pas pour rattraper des types, juste pour abreger ma souffrance ... Je finis finalement complètement carbonisé en 3h42'34".



C'est mon plus mauvais temps sur marathon et c'est forcément une deception. Une bonne leçon également !!! Reste plus qu'à se refaire le cerise ... J'aurai droit à une séance de rattrapage dans un mois au marathon du Beaujolais, qu'il faudra aborder avec beaucoup humilité   

2 commentaires

Commentaire de randoaski posté le 31-10-2013 à 09:35:34

T’arrêtes quand??? (rires). Jamais essayé d'enchainer Trail et marathon: fallait oser... A faire pour voir ce qui me reste d'attitude de routier... Bonne recup

Commentaire de poucet posté le 31-10-2013 à 19:06:23

Oui bon, faut pas abuser avec ce genre de plaisanteries .... la preuve !!!!
@++++

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran