Récit de la course : Gap'en Cimes - Trail Edelweiss - 52 km 2013, par Caro74

L'auteur : Caro74

La course : Gap'en Cimes - Trail Edelweiss - 52 km

Date : 6/10/2013

Lieu : Gap (Hautes-Alpes)

Affichage : 1389 vues

Distance : 57km

Matos : Hoka Stinson Evo, X-Socks, Bâtons pro-trailer original, Tshirt X-Bionic Effektor...

Objectif : Faire un temps

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un résultat inespéré!

Avant d'évoquer la course proprement dite, quelques mots sur la semaine qui a précédé. Inscrite au dernier moment, et ayant initialement prévu de courir le Trail des Aiguilles Rouges, j'ai eu beaucoup de mal à me convaincre que j'étais capable d'affronter la forte concurrence prévue sur ce premier championnat de France organisé sur un jour. Je souffrais en fait un peu du « syndrome de l'imposteur », ne me sentant pas du tout capable d'atteindre le niveau auquel ma victoire sur la CCC pouvait laisser penser que j'avais accédé. Le samedi, en regardant la liste des partantes, je me suis sentie découragée et me suis préparée à finir dans les tréfonds du classement, en éprouvant par avance un sentiment de honte. Heureusement, j'étais venue à Gap avec une super copine d'enfance, simple et drôle et, en discutant avec elle, puis avec mon mari au téléphone, je me suis tout à coup rendue compte que j'étais en train de transformer cette course en une histoire d'égo personnel et que j'avais intérêt à revenir à plus d'humilité et de détachement face à la compétition si je souhaitais continuer à me faire plaisir dans ce qui, après tout, n'est qu'un loisir. Ceci intégré, j'ai pu passer une bonne soirée et dormir d'un sommeil profond.

 

C'est ainsi que, sur la ligne de départ, je me sens tout à fait détendue et sereine. J'essaie de partir vite, mais sur la route goudronnée, puis les chemins montants, je me fais doubler par 9 filles et largement plus d'une centaine de personnes. Je fais de mon mieux, mais suis incapable d'aller plus vite et vois les filles s'éloigner dans la nuit. Je n'arrive pas vraiment à savoir si je ne suis pas du tout en forme ou si les autres sont juste beaucoup plus fortes. Au bout d'une heure, je constate cependant que mon allure est satisfaisante, puisque j'ai parcouru 9 km et un peu plus de 500 m de D+. J'en déduis donc que les autres sont plus fortes, et me dis que je vais faire de mon mieux et que c'est cela qui compte.

Dans la première côte raide (enfin du raide!!!), je double Sylvaine Cussot, puis, dans la descente technique qui suit, rattrape Laureline Gaussens et Aline Coquart. Aline m'emboîte alors le pas et on va faire le yoyo durant presque toute la course. Arrivée au deuxième ravitaillement, on rattrape Maud Combarieu et Sandrine Scharff. Mais dans la longue piste plate puis descendante qui suit je vois toutes les filles s'éloigner sans pouvoir les suivre. Je manque visiblement de vitesse...

Au troisième ravitaillement, je pointe en 7e position, mais on m'informe que toutes les autres sont à moins d'une minute. Après ce ravitaillement, on suit un sentier en balcon, beau et original par rapport à ce que l'on trouve dans la « Yaute » sur lequel, pour la première fois de la course, je m'amuse vraiment. Après une chouette descente, le sentier longe et traverse à plusieurs reprises une rivière. Là aussi, c'est vraiment amusant et, une fois avoir intégré le fait que les chaussures vont être trempées, je me jette dans l'eau tel le sanglier furieux. Je rattrape Sandrine Scharff, puis plus loin Aline Coquart. Au ravitaillement suivant, j'aperçois la 4e et la 3e, Maud Combarieu et Aline Grimaud qui repartent en se suivant.

Obnubilée par l'envie de les suivre, j'attrape un coca en vol et oublie de vérifier si ma poche à eau contient encore de l'eau.... et 100 mètres plus loin, je constate qu'elle est vide ! Quelle erreur de débutante ! Et le prochain ravito est à 9 km, mais avec une rude montée entre deux ! Oubliant mes inquiétudes, je suis Aline et Maud. Peu avant le long replat, j'accélère un peu et les double. Dans le sentier étroit, joli et un peu descendant qui suit, je me sens pousser des ailes et accélère tout ce que je peux. Je m'amuse beaucoup car j'adore ce type de sentier. Je profite du fait que l'on croise des ruisseaux pour prendre de l'eau : sauvée ! Après quelques km de sentier, s'ensuit la raide montée vers le pic de Gleize. Dans la pente herbeuse, j'attaque « Droit dans l'pentu », motivée comme jamais et, bizarrement, en pleine forme. Je double encore plusieurs personnes quand, soudain, qui vois-je, Christel Dewalle qui ne monte pas bien vite. Je lui demande ce qui ne va pas et elle me répond qu'elle a mal au genou et ne souhaite pas se blesser. Je file donc vers le sommet, puis m'engage à corps perdu dans la descente technique, espérant gagner encore un peu de temps sur mes poursuivantes, qui ne doivent pas être bien loin et vont plus vite que moi sur les pistes roulantes.

En levant la tête, j'aperçois Gap, loin, très loin. Ouh là, il y a encore du chemin et j'ai intérêt à ne rien lâcher si je veux rester sur le podium. Je prends quand même le temps de faire le plein d'eau au ravitaillement, puis repars en suivant un homme, avec pour objectif de ne pas le lâcher. De le suivre ainsi m'aide énormément tout au long de cette interminable et atroce descente très monotone et peu technique, qui se déroule principalement sur des pistes larges ou des routes. (et je suis aussi contente d'avoir des Hoka qui amortissent les chocs car 12km de descente à fond, ça fait mal..) Enfin, alors que je mes genoux commencent vraiment à grincer, on entre dans Gap. Je donne alors tout ce que je peux et franchis la ligne d'arrivée en 6h38 et une cinquantaine de secondes, en seconde position. Je suis vice-championne de France et verse alors ma petite larme tant je n'arrive pas encore à réaliser que non, je n'ai pas fini dans les tréfonds du classement. Cerise sur le gâteau, je constate que Stéphanie Duc est à environ 9mn de moi et non pas une demi-heure, comme je m'y étais attendue.

 

5 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 08-10-2013 à 15:39:37

encore une super perf de super-caro.

Du coup, on te pardonnerait "presque" d'avoir battu notre kikoureuse de Lyon, Aline C !!!!

Vice-championne de France, ça en jette.

Commentaire de Happy Lactique posté le 08-10-2013 à 19:53:37

Ça a l'air si facile quand c'est Caro qui raconte et qui court. Bravo ! ;-)

Commentaire de Byzance posté le 08-10-2013 à 20:16:49

Ben ... chapeau bas !!! Magnifique perf !

Commentaire de loiseau posté le 08-10-2013 à 21:04:04

Merci Caro pour ton récit, plein de sincérité comme d'habitude. Bravo pour ta perf, mais surtout continues de te faire plaisir !!

Commentaire de bubulle posté le 09-10-2013 à 20:17:08

Diable, j'ai failli rater un récit de Caro pour voir comment tu allais nous raconter cette fois que, vraiment tu ne te sentais pas à ta place et découvrir au final comment tu fais encore une perf impressionnante. Je n'ai pas été déçu, évidemment.

En plus, cette fois-ci c'est dans les montées ET les descentes que tu as scoré. Reste à faire un peu de vitesse de temps en temps et, hop, ça le fera encore mieux!

Je sens le gros truc à la Saintélyon, je ne sais pas pourquoi (malgré le taux de bitume inhabituel par rapport à tes courses récentes.....mais les Hoka vont faire merveille)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran