Récit de la course : Le Grand Trail du Saint Jacques 2013, par ejouvin

L'auteur : ejouvin

La course : Le Grand Trail du Saint Jacques

Date : 28/9/2013

Lieu : Le Puy En Velay (Haute-Loire)

Affichage : 1143 vues

Distance : 71km

Objectif : Pas d'objectif

25 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Titre à choix multiple: Pèlerinage, déconne, week-end entre amis, à vous de choisir.

L'origine du Trail

Octobre 2012, je suis toujours en train de découvrir Kikourou et je lis certains récits. Sans raison valable, je tombe sur celui du Grand Trail Du Saint Jacques de MamanPat. Je découvre alors l'émotion des fins de courses, la charge d'entraînement nécessaire pour profiter pleinement de telles émotions. Ce CR sera pour moi une référence, une bible pour la course faite ce week-end. Mais à l'époque, je faisais également mon apprentissage de la course à pieds, et j'étais persuadé que je serai bien incapable de faire cela.

C'est également l'époque où je retrouve la personne qui deviendra mon coach cette année, et pour les années à venir j'espère. S'en suis une SaintéLyon où je fais mes premiers pas timides dans la communauté Kikouresque, déclenchant une boulimie de courses pour toujours faire mieux, toujours être mieux classé. Mon coach me "prédit" des classements devant les premières féminines régulièrement, ce à quoi je ne crois pas une seconde.

Mais voilà, la magie du CR, la magie du chambrage virtuel, la magie des rencontres, je m'engage sur le Saint Jacques. Pas vraiment un objectif majeur au début, mais l'appétit vient en mangeant. Les semaines précédentes me pèsent, j'ai besoin d'exploser, j'ai besoin de me faire "mal" et ce trail va devenir un réel objectif. Mais cela n'est rien face à l'excitation de retrouver les copains / copines virtuels. Je ne serai pas déçu.

De plus, j'avais regardé les résultats de la première édition et vu avec attention les temps intermédiaires de la première féminine. Il était clair qu'un départ prudent pouvait permettre de remonter progressivement dans le classement. Ce sera donc ma stratégie pour cette édition.

 

La veille

En tout bon "Joe l'incruste", je vais me laisser guider. Laissant Psycho organiser le logement la veille de la course, laissant jean-phi et MamanPat gérer le repas de la veille. Je n'ai plus qu'à venir les billets dans le portefeuille et me laisser porter.

Le rendez vous est pris avec MamanPat le vendredi après midi, au saut du train. Cette fois-ci, je lis correctement le roadbook et arrive sans encombre au point de rendez-vous. Je fais alors connaissance de Chloé, une membre du gang des jupettes. Heureusement, j'avais déjà fait un stage d'intronisation 3 semaines auparavant, et je suis plus détendu en arrivant au point de rencontre. De toutes les façons, ça commence fort, très fort. Le ton internénette se poursuit en réel et me voilà à l'aise face à ces deux femmes. Direction la maison de jean-phi, qui va nous covoiturer jusqu'au Puy.

Sur la route, le ton est léger, et ça déconne toujours autant, signes avant coureurs d'un magnifique week-end. Comme j'ai beaucoup chambré ces derniers temps, j'en prends pour mon grade. La solidarité masculine n'est pas de mise, mais j'ai de quoi me défendre. Une fois au Puy, nous partons récupérer les dossards. Cela aurait pu être bouclé rapidement, mais c'était sans compter l'arrivée d'une des stars de cette édition. Après toutes les interviews, les bisous, les papotages, il est temps d'aller poser les affaires puis de se remplir le ventre.

Et là, ça continue encore et encore, toujours plus de Lyonnais, de fou furieux de la 180 qui débarquent. L'ambiance est bonne à table permettant d'oublier un peu ce qui nous attend le lendemain. Je fais alors la connaissance (en chair et en os) de la deuxième jupette. Par chance, je suis en bout de table, dans le coin des filles Cool Et voici la troisième jupette qui nous rejoint. Quelle chance ai-je, voyez-vous. En face de moi MamanPat, Chloé et Fanny. Quoi demandez de plus ? Heu, bah en fait, pour être franc, dans d'autre condition, Fanny m'aurait tapé dans l'oeil et je lui aurai bien dis "Tu as de belles trails tu sais ?" Embarrassé Oh ça va hein, je continue sur le ton du week-end, je déconne.

Bon, ce n'est pas le tout, mais après la salade de fruits, il est temps de préparer les affaires, les sacs et de faire dodo.

 

La course

Finalement, on va dire que la course est assez anecdotique dans ce week-end. Avec le recul, le plus important a été de se retrouver, de passer un super moment tous ensemble. J'ai plus de souvenirs de nos fous rires, de nos discussions, des moments partagés que des enchaînements de pas solitaires durant plus de 50km. Mais ce qui s'est passé au Saint Jacques restera au Saint Jacques. Faudra venir la prochaine fois. Rigolant Mais je vais essayer de décrire un petit peu ce qui a occupé une partie du samedi.

Nous sommes les premiers dans notre car. Comme à mon habitude, je m'assois seul sur une banquette. MamanPat et Elcap m'invite à les rejoindre deux rangs derrières, et en continuant de me chambre "On te fait assoir à côté d'une jolie jeune fille". Oh trop sympa les copains, bon ok on reste dans le ton "tu me chambre, je te chambre". Et merde Criant, on nous fait sortir du car pour monter dans un autre. Et me voilà à côté du conducteur. Bon bah tant pis, je vais fermer les yeux pendant le trajet.

Une fois à Sauge, je me change rapidement et me voilà prêt à en découdre. Encore une fois, c'est le défilé de kikou, des bonjours, des tapes dans la main etc etc. Certaines se cacheraient presque avec leur dossard à un chiffre et nous avons le plaisir de faire une photo avec N° 1, 3, 4. La grande classe.

Avec jean-phi, nous arrivons à nous placer juste derrière le sas élite, idéalement placés pour se faire déposer pendant les 10 premiers kilos.

Le départ est donné et cela ne manque pas. Heureusement, les consignes étaient claires nettes et précises. Cela part vitre, trop vite jusqu'à Sauges (km 20) voir Monistrol D'allier (km 34) et il faut bien faire attention. Jean-phi et moi-même faisons chemins communs. C'est d'ailleurs amusant de voir que le rythme est parfaitement identique sur la vitesse ainsi que les pulses. Ce qui présage d'une course faite ensemble de bout en bout si aucune blessure ne vient gâcher la fête.

Au premier pointage, nous sautons à pieds joints sur la cellule en même temps, bras dessus bras dessous, sous le regard amusé des spectateurs. Bon entre temps, nous avons reculé dans le classement mais pas de panique.

Nous repérons certains concurrents, comme ce petit monsieur barbus au short rouge. Il nous dépose dans les montées, nous le reprenons dans les descentes sans trop forcer. Mais lui semble être en sur régime si l'on se contente d'écouter son souffle. Une future victime de ce profile descendant ? Nous aurions bien parié une petite pièce sur cette conclusion. Mais il ne sera pas le seul, et il faudra attendre le km 50 pour voir les gros dégâts.

Nous faisons notre chemin à une allure correcte tout en discutant. Nous nous demandons même si un suivi live est réalisé et nous nous amusons à imaginer nos pointages communs.

 

Nous arrivons toujours ensemble au second pointage dans un gymnase. Lieu du relais où nous croisons Chloé. Héhé, je suis encore super lucide et je me sais dégoulinant de sueur. Bah tant pis pour elle, je lui claque une bise bien repoussante Rigolant. Jean-phi s'attarde un peu au ravito et je m'amuse à lui dire "Bon papi, on y va ou bien ?".

En repartant, il doit resserrer ses lacets dans une montée. Je m'arrête un peu et constate que la Marylène est sur nos pas et reprend jean-phi 30m plus bas. Nous déconnons encore et décide de repartir, me disant qu'ils vont bien me rattraper. Malheureusement, notre duo s'arrêtera ici. Bonne récupération à toi jean-phi et encore bravo d'avoir eu le mental pour finir. Cela te servira.

 

Me voici tout seul, enfin sans tête connue et je me concentre uniquement sur moi-même et mon cardio. Ca continue de globalement descendre et c'est vrai qu'il est aisé de se cramer. On se laisse vite prendre au jeu, les kilomètres peuvent s'enchaîner rapidement si on ne fait pas attention.

 

Arrive enfin le ravito de Monistrol d'Allier. Un passage à la rampe à eau, remplissage de gourdes, passage d'eau sur le crane en surchauffe, deux trois trucs solides et ça repart. Et la course commence vraiment, parce que la grosse difficulté est là et bien là. Eh bah, je ne suis pas déçu, c'est exactement comme je le pensais. Alors pour les futurs participants, il FAUT ARRIVER FRAIS pour que la montée se passe correctement. Parce que même le plat intermédiaire ne permet pas vraiment de récupérer.

 

Arrivé à Saint Privas d'Allier, j'ai la surprise d'entendre Nini m'interpeller. Dans un élan de générosité de sa part, elle va me remplir ma deuxième gourde. Nous échangeons quelques mots et je repars. Cela m'a reboosté, mais je pense que je l'ai également payé, il ne faut pas repartir trop fort.

 

La deuxième partie de la montée se passe correctement, et à partir de ce moment cela doit descendre. Sur le coup et même avec le recul, je n'ai jamais eu l'impression de descendre. Et pourtant, nous allons faire 600m de D- jusqu'à l'arrivée....

 

Sur cette deuxième partie, je sais que j'ai eu chaud très chaud au crane. Obligé de m'asperger, de me vider le reste d'eau sur la tête à l'approche des ravitos. Il y a eu des passages dans les champs avec des grosses rafales de vent déstabilisantes. De plus, la pile de mon cardio a rendu l'âme. Donc, pour gérer la course avec la fréquence, cela devient compliqué. Tant pis, il faut faire avec.

Un participant m'a particulièrement marqué / amusé. Je dois l'avouer, j'étais dans le dur et pas trop enclin à faire connaissance. Donc je le rattrape tant bien que mal et il engage la discussion. Extrait de la discussion:

Lui: Salut, tu es du coin ?

Moi: Non pas du tout.

Lui: Ah bon, tu es d'où ?

Moi: De Paris.

Lui: Ah, et tu arrives à t'entraîner sur Paris ?

Moi: Bah à priori au moins aussi bien que toi, puisque je suis en train de te reprendre Langue tirée

 

Ok, je ne l'ai pas forcément dis en rigolant, et il a fini par s'échapper. Là, j'ai eu un coup au moral, parce que je ne reprenais plus personne, voir je me faisais reprendre par ceux que je grattais au ravito. J'ai eu peur que ce soit la fin des haricots et que la fin de la course soit des coups de vents incessants.

 

Finalement, un regain d'énergie est apparu après le dernier ravito. Les panneaux annonçant les kms restants sont assez énigmatiques. Au départ de la course, cela donnait une distance inférieure à 70km, mais maintenant cela donne plus, du style 70.5. Donc, ne vous fiez pas à ceux-ci, cela donne une estimation mais n'est surement pas en accord avec nos GPS.

Je recommence à reprendre des concurrents, je sens que cela va un peu mieux même si je suis mal. Sur un long plat chemin, je reprends quelqu'un qui marche. Celui-ci me tend le pouce. Je le remercie et lui souhaite bon courage pour la fin. Mais il décide de prendre mes pas. Non mais ooooooooh Criant Je ne me casse pas le cul à lutter contre mes douleurs pour faire la locomotive.

En arrivant au Puy, une descente bitumée va me permettre de tester ses capacités du moment. Il ne reste plus grand chose à faire et je tente alors d'accélérer, profitant de mon poids pour me lancer. Je ne me retournerai pas mais j'ai l'impression que cela est payant.

Arrive enfin la montée tant attendue vers la cathédrale. Sur le profile, c'est une toute petite pointe de rien du tout, sur la course c'est une montée horrible. Je l'attaque le plus vite possible mais je vais vite repasser en marche rapide. Ensuite, nous allons la contourner dans des rues pavées, juste horribles pour les jambes. Mais c'est la fin, je vais être finisher du Saint Jacques. Je crois reconnaitre le passage sous route annonçant les 100 derniers mètres, mais c'est une erreur... Il ne faut rien lâcher, surtout que les mecs ne doivent pas être loin derrière. Donc je m'efforce de continuer à tourner les jambes, je ne regarde même plus le chrono.

Cette fois-ci, c'est la bonne, je passe l'arche et continue de courir. Lors de la première édition, la cellule n'était pas sous l'arche, mais dans le stade. Bon, je serai vite arrêté, car j'arrive au niveau du retrait du tee shirt Finisher.

Sur le coup, je suis un peu déçu car il m'aura manqué quelques minutes... J'y ai cru, cela m'a permis de ne rien lâcher mais je pensais qu'il y avait 70km et pas 71. Une fois au ravito final, le gars avec qui j'ai déposé me rejoins et je lui sers la main. Comme quoi, je suis compétiteur sur l'instant mais aimable ensuite. Puis arrive celui avec qui j'ai eu un échange bref. Celui-ci me dit:

Lui: Pour un parisien, tu t'en sors bien

Moi: .... (j'ai rien dis mais souri)


 

L'ambiance, l'after les bons moments

Je vais profiter d'une bonne douche chaude, des tripotages des osthéos sur place. Et après, c'est le moment de se retrouver, de se féliciter, d'applaudir le podium féminins. Et nous continuons de blaguer, c'est vraiment le meilleur. Un bon repas que je vais pour une fois profiter va nous permettre de profiter des derniers instants ensemble et se promettre de remettre cela très vite. En tout cas, le rendez-vous est pris pour début décembre. Il me tarde d'y être pour vous retrouver les copains / copines.

 

Sur l'ambiance de la course, comme dire.... c'était GENIAL. Du monde partout dans les villages, une ambiance de fête au point de relais. C'était un pur bonheur.

 

Je ne pourrai pas finir ce CR sans faire les remerciements à:

  • MamanPat pour son accueil et sa bonne humeur
  • Nini pour son aide et également son humour
  • Chloé pour le chambrage naturel
  • Fanny pour ses beaux yeux Embarrassé
  • Jean-phi pour tout. Voiture, accueil, le chemin parcouru ensemble, ses encouragements
  • Elcap pour nos discussions légères et drôles
  • Psycho pour son organisation et son naturel
  • Mon coach pour son logement, ses conseils et son rire
  • Tous les autres dont je n'ai pas retenu les noms / pseudo

En reprenant le train dimanche, je me suis trouvé un peu comme un con, nostalgique de ces instants. Point de larmes qui ont coulé, mais elles étaient proches.

 

Merci à bubulle d'avoir fait son maintenant célèbre suivi live, et à tous ceux qui l'ont suivi.

 

En conclusion, cette course ne paye pas de mine à première vue. Mais j'ai comme l'impression qu'elle va devenir un rendez-vous incontournable de notre communauté. En tout cas, si vous hésitez, je vous la recommande chaudement.

25 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 29-09-2013 à 22:58:03

et ouais, y a pas que le sport dans la vie ! mais le sport permet de faire des rencontres.... je t'en souhaite beaucoup d'autre.
merci d'avoir sorti le papy de Lyon, si tu pouvais nous le prendre tous les WE, moi je veux bien m'en occuper la semaine....

Commentaire de ejouvin posté le 30-09-2013 à 09:43:10

Ah mais j'aime bien sortir le papi, qui cela dit en passant était sacrément gaillard dans les montées. Je le voyais bien mieux que moi avant qu'un événement extérieur vienne gâcher la fête.

Mais ce n'est que partie remise.

Commentaire de bubulle posté le 30-09-2013 à 07:24:39

Marrant, cette croyance des habitants des rurales contrées que les "parigots" n'ont pas de terrain intéressant pour s'entraîner..:-). Et jolie démonstration du contraire de ta part! Et que dire encore de ta course? Je crois que la progression en places en dit bien plus long qu tout commentaire : c'est juste une superbe course.

Commentaire de ejouvin posté le 30-09-2013 à 09:37:31

Merci bubulle.
Oh mais la progression est trompeuse. Je pense que j'ai pas mal gratté au niveau des ravitos. Beaucoup moins pendant la course à mon avis.

La course sera superbe quand je monterai sur la boîte, et il y a du travail à fournir encore... C'est bien beau de partir tranquille, mais sur ce format, il faut avoir une certaine vitesse.

Commentaire de Mamanpat posté le 30-09-2013 à 08:20:56

Tu me scotches... Et voilà, je chiale dans le train et mon mascara coule !

Merci d'être toi, merci pour tout ça...
Et encore bravo bien sûr !

Ps : Fanny est mariée... ;-)

Commentaire de ejouvin posté le 30-09-2013 à 09:40:20

Tu chiale ce matin ??? Bah c'est de ta faute, il fallait vider toutes les larmes de ton corps à l'arrivée et ne pas les retenir. Il y avait donc un trop plein qui déborde aujourd'hui.

Merci mais de rien. Nous sommes amateurs, nous sommes ici pour partager de bons moments sans se prendre la tête.

Pour le PS, pffff tu es trop méchante. Tu viens de pourrir mon week end en 3 mots. Snif snif. Bon sans déconner, je le savais, mais je ne pouvais m'empêcher de faire une allusion sur une pseudo drague à 2 euros. N'ayant pas eu l'occasion de le faire sur le parcours, quoiqu'une petite photographe était bien sympathique, c'est tombé sur ta copine.

Commentaire de Aurely42r posté le 30-09-2013 à 09:13:35

Bravo, pour ta belle course
Merci pour ton récit, je crois que ça va me donner envie de le refaire juste pour un repas kikous ;-)

Commentaire de ejouvin posté le 30-09-2013 à 09:41:58

Merci merci. Elle a été belle parce que le parcours, l'ambiance, les bénévoles, les spectateurs étaient présents. C'est à eux que revient le mérite. Nous, nous ne faisons que mettre un pied devant l'autre.

Ah si cela peut donner envie d'y venir, tant mieux. Je reste convaincu que cette course peut devenir une grande fête kikous

Commentaire de Aurely42r posté le 30-09-2013 à 12:18:04

je l'ai fait l'an dernier, je sais que ce trail est beau, bien qu'un peu trop roulant à mon gout... En faite je faisais référence à ta performance :-)

Commentaire de ejouvin posté le 30-09-2013 à 17:22:46

Roulant, c'est peu de le dire.
Ok, y a de belles montées qui font exploser le cardio mais sinon il faut courir courir et encore courir.

Bon bah disons rendez vous l'année prochaine alors.

Commentaire de Jean-Phi posté le 30-09-2013 à 15:09:12

Tu as raison, j'étais bien sur 20 bornes mais le pt'tit jeune a eu raison du papy !;-) Bravo pour ta course, ne sois pas déçu, les 71 kms étaient bel et bien là. On remet ça l'an prochain et on passe ensemble sous les 7h ! Chiche ?

Commentaire de Mamanpat posté le 30-09-2013 à 15:35:17

Moins de 7h... Non mais c'est quoi ce défi rikiki ???? 6h30 moi j'dis !!!

Commentaire de ejouvin posté le 30-09-2013 à 16:18:24

Et pourquoi pas le podium pendant que tu y es ....
2014 est encore loin, nous verrons bien les courses réalisées avant.

Mais oui, ce défi est tentant.

Commentaire de lalan posté le 30-09-2013 à 16:07:44

Ce n'est pas Mamanpat qui devait te masser à l'arrivée !!!!
Bravo à toi Etienne, une sacrée course à la pacman. Faut penser à déménager en région lyonnaise, tu vas t'y plaire !!!!

Commentaire de ejouvin posté le 30-09-2013 à 16:23:38

Heuuu, je ne voudrai pas tenter le massage par Mamanpat pour plusieurs raisons.
1. j'ai une énorme ardoise, que je n'ai pas effacée au passage.
2. vu comme je l'ai chambré, et que j'étais fracassé, elle en aurait profité pour me casser en deux.

La course à la pacman n'a aucun mérite. En effet, tout le monde part comme une balle sur les 20 premiers kms. Après, si on a réussi à se contenir, et si on est frais, alors on ramasse les morts. Bon OK, il faut serrer les dents, mais avec un peu de forme, ça passe.

Maintenant, si j'arrive à faire le pacman et finir sur la boîte, là on pourra dire chapeau. Pour le moment, on peut s'amuser de l'évolution du classement, ce qui est déjà pas si mal.

Quant au déménagement, bah non. Il faut savoir profiter des bonnes choses avec modération ;)

Commentaire de Mamanpat posté le 30-09-2013 à 17:08:24

Une énOOOooorme ardoise... Et comme pan pan pan, tu m'as mis une mine et que tu as donc manqué de galanterie, elle reste au même niveau (j'en ai enlevé une pour la place, tu en rejoutes une pour les financiers manquants à l'appel...) et en plus tu m'as fait pleurer, baby...
:-)

Commentaire de ejouvin posté le 30-09-2013 à 17:24:55

Pleurer de rire ;)

Cela dit, j'ai été super soft dans mon CR... Pourtant, tant de choses à dire.

Commentaire de tortue01 posté le 30-09-2013 à 23:23:05

Bravo Etienne...j'ai suivi les tacles du fil "grand trail du St Jacques":le week end promettait a l'avance d'etre beau et riche en emotions avec potes et retrouvailles..par contre c'est pas bien de se moquer de mon conscrit Jean Phi :tu verras un jour toi aussi tu seras V1 !!!!!
En tout cas repose toi bien....et cours bien encore dans la capitale!!!lol

Commentaire de ejouvin posté le 01-10-2013 à 09:47:47

Le week end a tenu toute ses promesses, c'était top.
Et oui, un jour je serai V1 et cela va arriver plus vite que je ne le pense.

Comme tu dis, repos cette semaine parce que même si j'ai tenté un coup de bluff par SMS interposé, j'ai quand même les jambes lourdes.

Commentaire de Nini posté le 02-10-2013 à 09:19:27

Moi je choisis déconne et week end entre amis !!!!
Ravies d'avoir fait ta connaissance.

Et puis, le CR de l'année prochaine, tu rajouteras trail au titre et tu tacheras de passer sous les 7h, parce que là, c'est la loose !!!!! :-p

Commentaire de ejouvin posté le 02-10-2013 à 13:04:31

Oui la GROSSE loose :(

Heureusement que la bonne ambiance compense largement à cette "déception" ;)

Commentaire de Nini posté le 02-10-2013 à 13:07:12

Vous êtes de sacrément gourmands quand même ! Que ce doit toi ou jean phi ! Même dans mes rêves je n'ai pas des chrono comme ça '

Commentaire de ejouvin posté le 02-10-2013 à 13:13:27

L'appétit vient en mangeant. Mais soyons raisonnable, j'avais imaginé 7h30 alors ... je dis déception juste pour râler, sinon ce n'est pas moi

Commentaire de sabzaina posté le 06-10-2013 à 06:22:03

Ce trail me fait de l'oeil, dommage qu'il soit placé en septembre, ça ne m'arrange pas trop.
Merci Etienne pour tes compte-rendus toujours aussi agréables à lire.
Et bien entendu, chapeau pour ta course

Commentaire de ejouvin posté le 07-10-2013 à 14:02:51

Il faudra y aller quand même.
Le seul problème pour toi, c'est de faire le voyage le vendredi soir, mais sinon tu as un beau dimanche de repos après. Cela dit, ça dépend de tes objectifs du mois d'août également.

Non non pas chapeau ;) Certes c'est pas mal, mais il y a encore pas mal de travail à fournir. J'ai eu "trop" de coup de moins bien pendant la course, et un sacré manque de vitesse, pour prétendre à une très belle place.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran