Récit de la course : Trail du Tétras Lyre - 39.3 km 2013, par the dude

L'auteur : the dude

La course : Trail du Tétras Lyre - 39.3 km

Date : 21/9/2013

Lieu : St Andeol (Isère)

Affichage : 655 vues

Distance : 39.3km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

50ième course, 1ier abandon

Voilà, c’est dans le titre alors inutile de ménager le suspens plus longtemps, il fallait bien que ça arrive un jour.

Si on m’avait dit que je rendrai mon dossard sur une course cette année, j’aurai immédiatement parié sur l’Echappée Belle, mais en bon psycho rigide que je suis il fallait que ça tombe sur un compte rond, donc la 50ième et puis aussi symboliquement sur cette course-là  puisqu’en 2007 j’y avais couru mon premier trail et fait mon premier (et unique) podium.

Le trail du Tétra Lyre c’est le trail des premières pour moi.

 

Tout avait pourtant bien commencé :

 

Alors que j’ai quitté la maison sous la grisaille, le soleil darde ses premiers rayons à travers les nuages au moment même où je me gare – dans un champ de bouses – à Saint Andéol.

Petit comité sur ce trail assez confidentiel malgré ses qualités évidentes : magnifiques paysages du Vercors, superbe tracé et accueil sympa sans chichis.

Vers 08H45 on se place sous l’arche pour le départ, j’aperçois Eric avec qui j’avais fait une super course au trail du facteur 2011, je me dis que ce serait super de remettre ça aujourd’hui, au moins sur la première moitié du parcours car je suis moins en cannes qu’à l’époque sur ce type de distance.

Dès le départ donné, je rejoins Eric et on échange quelques mots, toujours aussi sympa. C‘est parti très vite sur une montée sur route, nous sommes en queue d’un petit groupe de 12 coureurs environ, et derrière il y a déjà une petite cassure.

Le profil se compose de 4 montées de plus en plus importantes : 300m+, 450m+, 500m+ et pour finir 600m+.



La première est avalée très vite, trop vite je souffre sur le replat juste après ; Eric a décroché dans la montée mais je sais qu’il va bientôt être de nouveau avec moi car il va vite sur le plat et surtout c’est le meilleur descendeur que je connaisse.

Et en effet vers la fin de la descente Eric me rejoint et me passe, mais comme la suite n’est pas trop technique je ne perds pas beaucoup de terrain et je le rattrape assez vite dès que la seconde montée commence.

Le début est très raide mais rapidement ça devient courable et nous sortons des bois, ce qui permet de bénéficier d’une vue remarquable sur les falaises, avec le ciel bleu.

La pente est régulière et nous avons trouvé un bon rythme, comme j’ai encore un peu de mal à digérer le début hyper rapide, je ne force pas l’allure pour lâcher Eric ou essayer de revenir sur un coureur en bleu qu’on aperçoit devant.

On arrive assez vite sommet, dans une belle prairie et on bascule dans la descente, tout de suite Eric s’envole, je pense que je ne le reverrai pas.

Je me dis que tout de même je descends de plus en plus mal, car là encore la descente n’est pas très technique et je n’avance pas; d’ailleurs, un coureur en vert me double alors que dans la montée il était loin, je l’avais aperçu dans les lacets.

Petits passages dans les prés, jolis villages et une portion de bitume pour rejoindre Gresse en Vercors où se trouve le premier ravito.

A la faveur d’une ligne droite je constate que le coureur en vert et même Eric ne sont pas si loin.

Nous voilà au ravito après 1H34 de course pour 16km, je ne m’attarde pas et repars avec le coureur en vert en ligne de mire, je maintiens bien l’écart jusqu’au col de l’Allimas, mais juste après une longue portion très roulante sur un magnifique single en balcon se présente.

C’est beau, c’est ludique mais le gars en vert est plus rapide sur cette partie, je perds le contact visuel, derrière je ne vois personne.

Puis nous revenons dans la forêt et le single part vers le haut, tout en lacets, c’est raide mais j’arrive à courir de temps en temps.

Je retrouve le contact visuel avec le gars en vert, je lui reprends du terrain, et à la faveur des lacets j’aperçois à nouveau Eric au-dessus.

Par contre mauvaise nouvelle il y en a un qui revient très fort sur moi.

Il me passe, je ne cherche pas à l’accrocher mais je prend n peu l’aspiration pour essayer de rejoindre le coureur en vert, ce que je finis par faire alors que nous sortons de la forêt, le sommet n’est plus loin.

J’ai maintenant Eric en ligne de mire mais j’aperçois les bénévoles postés à la fin de la montée qui se termine par un mur assez court mais terriblement raide..

Je n’arrive pas à faire la jonction, je passe le sommet avec une dizaine de mètres de retard sur Eric qui file déjà vers la descente.

Nous allons en effet redescendre à Gresse pour un second ravito avant la dernière grosse montée.

Encore une fois je peine en descente, assez vite le coureur en vert me passe de nouveau, puis un autre en blanc qui avait repris un peu de terrain dans la montée.

Me voilà seul dans la descente en train de cogiter, allez lâche-toi, essaie de reprendre confiance, de retrouver des sensations, je me force à essayer d’accélérer, le chemin est assez « propre ».

Et c’est là que l’histoire s’arrête, ma cheville maudite, multi récidiviste tourne une nouvelle fois…

Pour la confiance faudra repasser.

La douleur est forte et la déception l’est tout autant, je sais que la course s’arrête là. En pleurs

A l’Echappée Belle je m’étais fait violence pour aller au bout, mais ce coup-ci le contexte et la motivation ne sont pas les mêmes, pas envie de souffrir pour une course, certes très belle, mais que je pourrai refaire (et je la referai !!!) et qui n’a pas non plus nécessité des mois de préparation.

Je continue donc mon chemin en boitillant jusqu’à Gresse, je mets environ 12 minutes pour rejoindre le village, personne ne me double, j’avais quand même une bonne avance.

Arrivé sur la route une dame qui attend son mari me propose gentiment de me ramener à Saint Andéol lorsque celui-ci sera passé.

 

 

Arrivé à Saint Andéol on m’indique la table de chronométrage, pour aller la rejoindre je dois passer sous l’arche, ironiquement je lève les bras en passant, quelques personnes m’acclament pensant voir arriver le vainqueur.

Eh non, c'est pas pour cette fois, peu-être l'année prochaine sur un mal-entendu?

Après tout au trail du Tétras Lyre tout paut (m') arriver Clin d'œil

7 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 25-09-2013 à 22:25:23

Dude !!!
Retire ce récit, il n'y avait personne là-bas, il faut taire cet abandon !!!
Plus sérieusement, ben, reviens aux courses façon "j'aime le saucisson", Méaudre par exemple :-)
Mon pote Yann s'est également aligné sur le 39, il a souffert...
Gros poutous

Commentaire de richard192 posté le 26-09-2013 à 16:51:49

Bon beh ça c'est fait!
Pas facile de s'accrocher sur un petit trail quand on est finisher de l'Echappée Belle en version into the wild quelques semaines avant.
Je partage l'avis du Bouk, il faut revenir aux fondamentaux et donc à la course au saucisson pour retrouver les valeurs des trailers et la motivation.
Mais peut être avant ta cheville. On ira ensemble en 2014.

Commentaire de le_kéké posté le 27-09-2013 à 17:30:34

Si tu espères un commentaire du style "pôvre dude qui a bobo à la cheville" tu es mal tombé. Non mais tu as réussi à faire l'échappé belle et là paf stop à la première douleur alors que visiblement tu pouvais encore avancer, je dis grrrrr.

Attention tu restes mon héro mais tu as grillé ton dernier joker.

Bon sinon c'est louche de se tordre aussi souvent la cheville, change de pompes ou va courir sur les sentiers roulants de Savoie.

Chaque année je me dis qu'il faudrait que je vienne courir ce trail, mais le bouk lance jamais de défit par là bas...

Bisous quand même

Commentaire de the dude posté le 27-09-2013 à 17:50:48

Hélas si t'es pas là pour me botter les fesses je vaux rien :(

Je confirme tu devrais venir courir ce trail, il vraiment chouette, en tout cas les 24 premiers km ;-)
De toute façon, les défis du Bouk maintenant t'es au-dessus de ça!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 01-10-2013 à 17:26:02

Il faudrait vous calmer sinon moi j'appelle bitoman !!!

Commentaire de richard192 posté le 01-10-2013 à 17:36:33

Tiens, c'est une bonne idée ça fait longtemps qu'on n'a pas eu de ses nouvelles sur Kikourou (bani?)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 01-10-2013 à 21:09:17

On peut lire sa douce poésie sur http://courirendauphine.ze-forum.com

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran