Récit de la course : Trail des 2 Lacs 2013, par lapuce92

L'auteur : lapuce92

La course : Trail des 2 Lacs

Date : 27/7/2013

Lieu : La Plagne (Savoie)

Affichage : 755 vues

Distance : 22km

Objectif : Se défoncer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des deux lacs, La Plagne

Vendredi 26 juillet

Départ de Paris, à l'aube, et sous l'orage. Le temps s'arrange assez rapidement au cours du trajet. Un petit changement à Lyon et je prends la correspondance pour Aime. Jean François (Panda), Sandra (Runsk) et Arnaud (Charmant) sont dans le même train, mais on a pas réussi à se retrouver à Lyon. On s'attendra sur le quai de la gare d'Aime. Le retrait des dossards est très rapide. Passage sur le village de la course, et pause miam miam pour moi qui n'ai pas encore mangé (il est 14h) et on prend un taxi pour "La plagne Bellecôte", où on a réservé notre appartement et où aura lieu le départ de la course demain. 

On s'installe tranquillement, un peu de repos et on va faire quelques courses pour les repas. La soirée passe vite, entre préparation des affaires, assiette de pâtes/jambon (original une veille de course! ), lecture des derniers magazines course à pied, .... et discussions course à pied. Chouette soirée!

 

Samedi 27 juillet

Après une nuit assez correcte le réveil sonne à 6h30. Petit déj, derniers préparatifs. Nous avons l'avantage de loger juste au dessus du départ, donc on a pas de sacs à déposer aux consignes, et on peut se permettre de partir presque à la dernière minute. Un peu avant le départ on retrouve la patronne qui nous claquera un chrono de malade: 3h17!! Hallucinante Cécile!! 

Je suis très tendue. C'est mon premier trail en montagne, je ne sais pas du tout comment mon corps va réagir à l'altitude (on montera jusqu'à 2681m) et j'ai peur de la barrière horaire : est ce que je serai capable de faire les 22kms et 1100 D+ en moins de 4h30? Bref, je ne sais pas du tout à quoi m'attendre, et j'ai peur! 

Plus le temps de gamberger : à force de papoter le départ est donné. On entre tout de suite dans le vif du sujet. Ca commence par une grosse montée non stop de 9kms jusqu'à la roche de Mio, point culminant du parcours. On passe de 1924m d'altitude à 2681. Au départ l'altitude se fait bien sentir. Je regrette de ne pas être arrivée sur place 2 ou 3 jours plus tôt pour m'acclimater. J'ai le souffle court, du mal à respirer, les jambes en coton. Je suis en queue de peloton, mais je ne m'affole pas, je monte à mon petit rythme, en essayant d'être régulière et de ne pas me griller. Panda n'est pas très loin devant moi. A un moment nous rejoignons les coureurs de la 6000D, qui sont partis à 6 heures ce matin et ont 63 bornes à faire. je tourne à droite ... et commence à emprunter sur quelques mètres le parcours de la 6000D, à l'envers! (mode blonde on) Heureusement une spectactrice me rattrape au vol et me montre l'énooooorme panneau orange fluo "Trail des 2 lacs" qui indique de tourner à gauche! Je la remercie et lui promets d'apprendre à lire en rentrant!  Les paysages sont juste sublimes C'est Grandiose! Je passe mon temps à me dire "putain, c'que c'est beau, c'que c'est beau!!" Je me sens en pleine forme maintenant, même si l'effort est dur. je rattrape Panda. Il n'a pas l'air très bien. Je me doute que son asthme lui joue déjà des tours.   La dernière partie de la montée est dure pour le moral : on voit tout le chemin à parcourir, les coureurs qui nous précèdent dans les lacets loin au dessus de nos têtes. Malgré tout ça passe plutôt pas mal. J'arrive à la roche de Mio en 1h54, 596ème au scratch, et 158ème fille. Il y a beaucoup de spectateurs. J'adore les "Allez Mia!!" grâce à nos prénoms inscrits sur les dossards. Ca booste terrible! Un pointage, je regarde devant moi : énorme descente!! YEEEHHHAAAAA!! Je me mets en mode "speedy Mia" (dixit notre coachette Maïlys) et c'est parti pour une descente en 2 grosses portions. La première jusqu'au col de la Chiaupe (kilomètre 11, 2500M d'altitude) très roulante. Cette partie est hyper roulante. J'ai "Carmen" de bizet dans les oreilles (Toréador, prends garde...), et s'il n'y avait pas d'autres coureurs autour de moi je chanterais à tue tête. Quel pied, mais quel pied!! Après le col de la Chiaupe la descente se fait beaucoup plus technique. Les quadris commencent à couiner et par moment commencent à répondre moins bien. Je me force à ralentir pour continuer à maitriser mes gestes et ne pas faire n'importe quoi. 1,5kms un peu plus plats entre les 13,5 et 15ème kilomètres. Ce sont le plus souvent des singles. Je laisse passer pas mal de coureurs de la 6000D (le parcours est toujours commun entre les 2 courses) qui m'impressionnent franchement : la plupart ont l'air encore très frais, et sont super affutés. A un moment donné deuxième gros moment de solitude de la course pour moi : une petite rivière à franchir, via des pierres bien mouillées et glissantes. Je ne dois plus être tout à fait lucide, et surtout je n'ai plus vraiment confiance dans mes quadris à ce stade de la course : je reste bloquée sur le premier rocher à méditer sur où passer pour franchir ce fichu ruisseau. J'analyse quoi, tran-qui-lle-ment.... Le plus drôle c'est qu'en en discutant le soir avec Sandra elle m'avouera qu'elle est restée bloquée exactement sur le même rocher! 

Au 15ème km commence l'ascension vers le col de l'Arpette (km 18, 2337m d'altitude). Ca devient franchement dur dur. Je suis clouée à la pente, je manque de jus. Cette montée me semble interminable. Je n'avance plus, j'en ai marre, j'ai chaud. Je n'en vois pas le bout. j'avance par automatisme avec une seule idée : aller au bout. ENFIN j'y arrive, en 3h34 (559ème au scratch, et 144ème fille.). Les bénévoles nous encouragent : il nous reste juste 3 kilomètres de descente. Quoi? Quoi? J'ai entendu descente??!! Speedy Mia retrouve des forces, et c'est repartiiiii!!!!! Je me lance sur le chemin, très roulant. Je suis surprise, rapidement, de retrouver les charmant. Je pensais qu'ils étaient beaucoup plus loin devant, avec Cécile, comme à l'écotrail. Un petit mot pour prendre de leurs nouvelles et je continue ma route. J'ai maintenant un grand sourire, je remercie tous les gens qui m'encouragent. Je suis toujours sidérée de voir comment la situation peut changer radicalement au fil d'une course : pendant la montée j'étais à l'agonie, et là j'ai à peine mal aux jambes, j'ai l'impression de voler. 300-400m avant l'arrivée Arnaud et Sandra me rejoignent. On se lance tous les 3 dans un sprint jusqu'à l'arche, qu'on franchit ensemble en 3h58. (561ème, 145ème fille). Quel moment!! 

On s'installe ensuite à l'ombre, en terrasse, pour attendre Panda qui aura bien souffert avec son asthme mais sera quand même allé au bout. Chapeau! Douche, petite sieste, manger, et on va se balader tranquillement vers "Belle plagne", un hameau au dessus de "La plagne Belle côte". 

Ca a vraiment été un weekend magnifique. Malgré la difficulté, malgré quelques moments de galère je me suis régalée sur cette course. Pour un premier trail de montagne j'en ai pris plein les yeux, avec un résultat au dela de mes espérances : que du positif!! Merci les copains pour ce weekend magique en votre compagnie, merci pour votre bonne humeur et les fous rires, c'était grandiose! 

Maintenant cap sur la deuxième partie de saison, avec l'infernal trail des Vosges (30kms 1000m D+ le 8 septembre), les chasseurs de temps, Odyssea, le semi de Vincennes, et, peut être, un dernier gros morceau début décembre si tout va bien.... 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran