Récit de la course : L'Infernal Trail des Vosges - 72 km 2013, par yoshi

L'auteur : yoshi

La course : L'Infernal Trail des Vosges - 72 km

Date : 8/9/2013

Lieu : St Nabord (Vosges)

Affichage : 1310 vues

Distance : 75km

Matos : sac salomon xt wing 10l+2
mizuno cabrakan 4

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

"à faire"nal ce trail !

Après maintes hésitations sur la course que je voulais faire à la rentrée (pour ma première année de trail),
Je m'étais inscris sur ce parcours de 72km (75km en réalité) réputé difficile afin
de me frotter à une distance et un dénivelé qui pour moi me plongeait complètement dans l'inconnu (55km en max de distance, et
2200m en max de dénivelé ) et puis je voulais effacer la petite déception de Sierre-Zinal, qui m'avait vu galérer sur les parties
techniques (surtout en descentes). Mon objectif : Terminer et si c'est fait en moins de 12h alors c'est tous bon pour mon niveau.

Cette fois ci j'ai fais le déplacement avec un autre kikoureur plus expérimenté, freethunder, pour qui aussi la distance et dénivelé est une première aussi,
je compte sur lui pour se motiver mutuellement.

Arrivé sur place vers 18h, on retire les dossards illico, et direction ensuite la pasta party (inclus dans l'inscription).
Deux assiettes de pâtes et quatre tranches de jambon plus tard, direction l'étendue d'herbe où se trouve la voiture pour
un petit somme qui, je le sais, sera dur à trouver, d'autant que l'ambiance sonore est "infernal" et la pluie qui tombe
n'arrange pas les choses.

Comme prévu, le sommeil n'est pas venu (à part peut être pendant à peine 1h) , et au moment d'une amorce de repos, il est déjà l'heure d'y aller (2h00 du mat).
Première chose inhabituelle pour moi, beaucoup ont les batons, comme freethunder qui s'y essaye également, et je me dis que ça doit pas être pour rien ...
A 3H00 (oui oui du mat') , le départ est donné, frontal sur la tête (une première pour moi), je suis la longue trainée de coureur, et l'allure est gentil
mais au dessus de ma vitesse de croisière habituelle.

Le prochain ravito est dans 27km environs, il faudra donc être prudent sur cette partie nocturne. Le parcours monte rapidement, et même si j'ai sommeil,
chose habituelle chez moi même le jour en début de parcours, mais là c'est accentuer par la nuit, ça passe bien. Arrive enfin les descentes et là
contrairement à d'habitude, je ne veux plus les subir alors je fonce par petit pas et petits bonds et ça marche ... pour le moment. Revenu sur le plat et les
parties techniques, je paie un peu cet excès de confiance, et freethunder que j'avais laissé derrière reviens sur moi tranquillement avec ses batons.

Après une bonne pause de 10mn au ravito, je me rend compte que je ne peux pas suivre le rythme du début, une alerte de Madame Crampe mollet droit m'avait déjà
sacrément ralentit depuis le 20eme km et là l'arrêt m'a raidit encore un peu plus les muscles. P.... on est à peine à la moitié, ça va être dur de géré une crampe
durant tous le reste, mais je sais maintenant qu'avec du salé et le fait de marcher une partie du temps peu faire disparaître la chose, donc j'applique cette stratégie.
1km de course (sauf montée bien entendu), 200m de marche, 1km de course etc ...

Chose étrange, on me dépasse de partout sur le plat, par contre dans les montées j'en rattrape un paquet, je n'arrive pas à me l'expliquer et ce sera vrai jusqu'à la fin.

A la base de vie (37eme km) , je rejoint freethunder arrivé 1/4h avant, il repart 1/4h après, puis c'est mon tour, 1/4h après lui, en tout 1/2 heures (oui c'est beaucoup mais
je suis dans le dur même après le changement de chaussette / t-shirt), sur le coup j'ai le morale dans les chaussettes (propre pourtant !) car  mes jambes
ne répondent plus, raides comme des poteaux et on est qu'à la moitié !! l'idée de jeter l'éponge fait son chemin, d'autant que la petite montée derrière la base
me sape un peu plusle morale. Je décide de marcher pour me détendre ... Et je ne sais pas si ce sont les tucs salé et/ou ma stratégie d'une barre énergétiq/ heure,
mais les jambes se remettent à fonctionner, et je cours un peu mieux (certes à 8 km/h) , oui même sur le plat.
 Le prochain ravito est dans 16km, autant dire loin quand même quand on est déjà dans le rouge mais avec mes nouvelles jambes,
je suis surpris d'arriver dans de bonnes conditions. Je regarde la position de freethunder, toujours 1/4 d'avance, bizzare,
il a du ralentir car certes j'ai eu un coup de mieux mais j'ai beaucoup marché quand même ...

Plus le temps passe et mieux je me porte, et arrivé au dernier ravito, je ne m'arrête que 5 minutes à peine. Je croise sur le chemin un des concurrents du 160km,
blème de fatigue et boitant, je l'encourage comme je peux, c'est aussi une manière de relativiser mes petites douleurs.
Ma montre ayant été jusqu'au bout de sa batterie depuis déjà 2 heures, mon seul repère c'est l'heure de mon téléphone, et lorsque je pense être à environs 7km de
l'arrrivée en me basant sur un coureur qui me donne la distance GPS restante, je regarde l'heure et ... il est environs 13h45 !

Quelle bonne surprise !d'autant que le reste du parcours est plus en descente, mon objectif des moins de 12h est atteignable si je franchis bien la dernière bosse,
et descend à bonne allure. La bosse est négocié avec prudence, mais je ne faiblis pas et là je reconnais une partie des concurrents qui m'ont dépassé il y a quelques heures
et même certains que je n'ai pas vu depuis le départ, plusieurs ont l'air complètement cramé.

Je checke mes jambes et cela semble tenir, et donc je me dis : tu envoies tous, crampes qui se réveille ou pas. Et le film du trail de Sierre Zinal revient, sauf que cette
fois ci, je dépasse les concurrents un à un dans le rôle du "dépasseur". L'arrivée est piégeuse car on entend assez tôt le speaker, mais on tarde à arriver "mais elle est où cette
p ... d'arrivée" et au loin, j'aperçois ... freethunder vers le 74eme km , incroyable de coincidence si près de l'arrivée. Je le rejoins et il me dit d'y aller, mais
en regardant le temps, j'ai de la marge pour faire moins de 12h et on décide de franchir la ligne ensemble, je ne suis pas à 5-10 min près et c'est aussi ça l'esprit trail,
pas de dictature absolue du chrono. Une mini descente raide avant l'arrivée et hop on franchir en 11h48 la ligne. Yes ! objectif atteint et 2 points UTMB !

4 commentaires

Commentaire de AldeBleau posté le 12-09-2013 à 12:02:58

Bravo Yoshi pour cette belle première !
Premier "Infernal" pour moi aussi...et première tendinite .+)...d'où deux bonnes heures de plus au compteur !
L'objectif était de finir, ce sera sûrement mieux l'an prochain.
Superbe course et super-ambiance en tout cas !!

Commentaire de AldeBleau posté le 12-09-2013 à 12:04:19

Bravo Yoshi pour cette belle première !
Premier "Infernal" pour moi aussi...et première tendinite .+)...d'où deux bonnes heures de plus au compteur !
L'objectif était de finir, ce sera sûrement mieux l'an prochain.
Superbe course et super-ambiance en tout cas !!

Commentaire de freethunder posté le 12-09-2013 à 15:26:45

Bravo Yoshi, tu m'a devance pour le CR :) Encore bravo pour ta course. Tu finis vraiment bien cette course.
J’espère en refaire d'autres avec toi ;)

C'est plus sympa à 2 :)

Commentaire de Eric Kb posté le 14-09-2013 à 22:09:33

Bravo pour toutes ses premières, cette course et ce récit !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran