Récit de la course : Trail Verbier St-Bernard 2013, par philippejer

L'auteur : philippejer

La course : Trail Verbier St-Bernard

Date : 6/7/2013

Lieu : Verbier (Suisse)

Affichage : 667 vues

Distance : 113km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du Verbier 113 km

Le départ de Montbrison se fait tranquillement avec David et Fred, nous avons le temps pour faire le trajet

sans stress en prenant même le luxe de prendre des routes touristiques aux abords de Chamonix. 

 le soleil est présent, la montagne est belle autant en profiter, avec un  pic nic  en cours de route.

Nous arrivons au Verbier en milieu d'après-midi, station de ski magnifique avec des chalets plus beaux

les uns que les autres. Notre logement est  situé au centre sportif dans un bunker

(un vrai).

 

c'est un dortoir, de toute façon, la nuit promet d'être courte, le réveil est réglé pour 3 heures du matin,

Après avoir récupéré nos dossards nous faisons un petit tour des exposants puis nous nous dirigeons vers

 le centre sportif pour la pasta partie.

Une dernière vérification du matériel + de la composition du Camel back et du sac que nous allons laisser

à Bourg Saint Pierre et nous allons essayer de dormir.

3 heures du matin, les téléphones portable sonnent les uns après les autres, ça y est  c'est le jour J,

c'est aussi le moment ou  reviennent les questions et doutes, l'entrainement a t’il été suffisant ?

  Pourrais-je tenir la distance qui en ce petit matin est vraiment impressionnante tout comme le dénivelé.

 

La météo est avec nous le speaker nous annonce un temps superbe, aucun nuage à l’horizon, aucun orage

 prévu, c'est le top,

Le départ est donné à peu près en même temps que le jour se lève, je pars donc sans frontale dans les

rue du  Verbier, le temps que l'on affronte les premiers chemins il fera jour.

Nous traversons Le Verbier à une allure que je trouve bien soutenue, je sens que mes 2 compagnons

sont en  forme, leur allure est bonne et dès ce début de course je sens que je vais avoir du mal à

 les suivre.

A l'amorce de la montée, cela se vérifie, insensiblement, je les vois prendre des mètres d'avance

 dans la longue file de coureurs que nous formons et je décide donc rapidement de faire ma course

et les laisser partir, j'aurais certainement pu les suivre mais combien de temps

 et à quel prix, exploser au bout de 30,40 ou  50 km.

J'ai pris mon rythme dans cette première montée, je sens bien les jambes et je prends garde a

l’hydratation, boire régulièrement car il va faire chaud.

Cette première ascension se fait sans embuche, je suis dans le gros du peloton, je décide de préserver

 mes forces  dans la descente, du coup des concurrents me double mais bon peu importe,

l'objectif est modeste terminer la course dans un état correct et la cerise sur le gâteau

 serait de boucler en 24 heures.

Le premier ravito solide à Sembrancher après 4 heures et 4 minutes de course arrive après une partie

 assez roulante.

 Je fais le plein de mon  Camel back et repart assez rapidement pour la montée vers Champex,

 Il commence à faire chaud et les nombreux abreuvoirs  devant lesquels nous passons sont

les bienvenus pour s'asperger et boire de l'eau fraiche en espérant que l'estomac va supporter

cette eau de montagne très froide.

La montée sur Champex coïncide avec un gros passage à vide et je trouve les dernières pentes

très dures qui me mettent un peu dans le rouge et avec ça un moral à la baisse car si j'éprouve

  déjà des difficultés à cet endroit de la course ça ne présage rien de  bon pour la  suite.

L'arrêt à Champex est salvateur et je repars sur un meilleur rythme sur cette descente même si j'ai

dû faire demi-tour  au bout de 500 m pour aller récupérer mes bâtons oubliés dans un coin au ravito !!!!

La montée sur la Fouly est plus douce, ce qui me permet d'admirer  de magnifiques paysages et

de magnifiques  chalets.

Arrivée à la Fouly après 8h40 de course, il faut profiter du ravito pour manger un maximum de choses

 en fait autant  que l'estomac peu supporter car la montée

 

 

sur le col de fenêtre promet d'être longue et difficile, Après avoir fait le plein je repars avec de

 bonnes sensations  car les jambes répondent présent et le moral suit aussi

après 50 km de course. Je suis dans un bon rythme dans le début de cette montée mais il fait très chaud

 heureusement je trouve des points d'eau pour me rafraichir, les torrents que nous traversons gonflés

 par la fonte des neiges permettent de s'asperger, La dernière partie de la montée sur  le col se fait

  entièrement dans la neige ce qui me permet d'admirer des paysages magnifiques mais par

 contre ralenti considérablement mon allure, il faut l’accepter, lorsque je regarder mes compagnons

  du moment je m'aperçois que je ne suis pas le seul à souffrir.

 Quelque part cela est  rassurant  mais il m'aura fallu presque 3 heures pour venir à bout

 de ce col, la descente sur le col du grand Saint Bernard se  fait dans la neige aussi et même sur certaines

 portions c'est de la luge sur les fesses,  et c'est franchement un plaisir  de descendre comme ça.

 

 

Arrivée au col du Grand Saint Bernard au bout de 12h 16 de course et gros ravito,

Puis je repars pour faire l'ascension du point  culminant de la course, le col croix chevaux,

 la montée  se fait  partiellement dans la neige et ça la rend que plus difficile.

Au passage j’ai la chance d’apercevoir des bouquetins sur des rochers juste

 au-dessus  de moi, magnifique, dommage que la photo ne donnera rien à cause du soleil de face.

Une fois le col franchi nous abordons la descente dangereuse dixit l’organisation, effectivement

nous courons sur  des pierres ainsi que sur la neige et rebelote pour la descente en luge.

 

 

Une fois cette partie technique passée nous arrivons dans une partie de la descente plus douce

 avec traversée  de torrents  en prime, à ma satisfaction et je dirais même étonnement j’ai toujours du jus

pour trottiner dans cette partie que je trouve très longue, les coureurs se font de plus en plus rares.

Les écarts entre concurrents sont  plus longs et le col du grand Saint Bernard a été le terminus

 pour pas mal de coureurs.

Je cours toujours dans les ruelles de Bourg Saint Pierre pour arriver au plus gros ravito du parcours

 au bout de 15 heures de course, je prends conscience à ce moment-là qu'il me faudra plus de 24 h

 pour boucler la course mais peu importe, les jambes répondent toujours et le moral est bon,

 le temps de remplir le Camel back, d'attraper quelques gels et barres dans le sac

  et de manger un peu, il faut repartir avec un arrêt de 30 minutes qui

 a été un peu long à mon gout, mais le temps passe tellement vite dans ces moments-là.

Je repars, j'ai l'impression d'être un peu seul au monde car je ne vois plus de concurrents, ni devant

 , ni derrière,  c'est vraiment l'esprit trail loin des grandes manifestations ou les coureurs sont les uns

derrière les autres, la montée est longue et au loin j'aperçois la cabane les milles illuminée, elle parait

si loin et si  proche à la fois, la nuit arrive dans la seconde partie de la montée, ce qui me permet

de constater que je ne suis pas seul dans la cote, je distingue des frontales beaucoup plus haut

 mais aussi en contrebas.

Un conçurent me rattrape, nous échangeons quelques phrases puis je le laisse filer, il a un rythme

 plus soutenu que le mien.

La chaleur est tombée et la température est agréable, je suis toujours en manches courtes à l'arrivée

à la cabane ou je retrouve quelques concurrents, ça  fait plaisir tout de même de voir un peu de monde.

Le bouillon de pates est bienvenue, avant la descente sur Loutier qui me parait interminable, un terrible

 coup de moins  bien dans la descente pas un mal de jambe mais une fatigue générale,

 peut-être dû à la nuit  précédente dans le bunker  qui a été assez courte.

 Mais ça fait aussi 20 heures que je cours, et je me demande ou sont  David et Fred que j'ai

rapidement perdu après le départ. Il faut être prudent car je suis seul dans la nuit et même si le balisage

 est très bien fait, de temps en temps j’ai du mal à percevoir les  balises. Ce n'est qu'aux abords

  de Loutier que c’est état de fatigue disparait (merci les gels énergétiques). 21H et 9 minutes course.

Je ne traine pas à ce ravito, j'ai une douleur sous le pied droit, certainement une bonne ampoule

car  j'ai beaucoup couru les pieds mouillés à cause de la neige et des nombreuses traversées

 de torrents, je préfère  ne pas regarder l'état des pieds, pour l'instant ça passe

 et je me focalise surtout sur le fait que pour la première fois de ma vie

 je vais passer les 100 km en trail et pour la circonstance dans une cote extrêmement difficile.

 Tous les récits  que j'avais eu l'occasion de lire indiquaient sa difficulté, je confirme.

 Je dois monter à 2 Km/h  et encore je suis obligé de faire des pauses pour reprendre mon souffle

et  des forces que je sens disparaitre au fur et à mesure de l'ascension.

Deux concurrents me doublent mais je n'ai plus la force de les accrocher, je suis dans le dur et la montée

est encore  longue pas en km mais en temps mais au bout de cette cote insensée,

ce sera la délivrance et maintenant je sais que je verrais la ligne d'arrivée en tant que finisher

 a moins d'une énorme défaillance, ce qui n'était pas gagné notamment avant Champex ou je

 ne me sentais pas très bien. Je ne pensais pas à ce moment-là. de la course que mes jambes tiendraient

le coup jusqu'au bout. L’arrivée sur la chaux est moins pentue et ce n’est pas  dommage.

Dernier ravito et c’est parti pour la descente sur le Verbier, maintenant le jour commence à se lever et

je trottine toujours avec en point de mise le village que l'on aperçoit en contrebas. la descente

 est en 2 parties avec une petite remontée au milieu, je ne l'avais pas prévu car un bénévole

  m'avait dit à la chaux qu'il ne restait plus que de la descente et du plat.

 Certainement  que pour habitants de ces montagnes c'est plat mais sur le coup,

 j'ai trouvé que ça montait quand même un peu.

Ensuite ce n'est que du bonheur pour l'arrivée ou ma plus grande joie est de traversant la station

 en courant, les jambes auront tenues jusqu'au bout, le repos des 2 dernières semaines avant la course

n'y est  certainement  pas étranger.

Il n'y a pas grand monde lorsque je franchi l'arrivée à 6h25, c'est logique, les gens normaux dorment,

 je termine  donc en 25 h et 24 minutes, heureux d'être allé au bout de mon effort

 et de mon défi, mes 2 compères  ont fini en un peu mois de 24 h.

 J'ai bien fait de les laisser filer, je n'aurais certainement pas pu suivre l'allure.

Je remercie tous les bénévoles sans qui  ce genre d'aventure ne serait pas possible, l’organisation,

 le balisage  du parcours, la gentillesse des gens aux ravitos, tout a été parfait.

Je dédie cette course à mon épouse Sandrine pour sa patience lors de mes absences lors de  mes

entrainements et  son soutien à distance durant cette course.

1 commentaire

Commentaire de maxplas posté le 25-01-2014 à 01:14:04

Bonjour, Peux-tu me détailler le contenu de ton sac à dos que tu avais pendant la course?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran