Récit de la course : Marathon du Mont-Blanc 2013, par Sabzaina

L'auteur : Sabzaina

La course : Marathon du Mont-Blanc

Date : 30/6/2013

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 2095 vues

Distance : 42.195km

Matos : Sac Raidlight 12 litres, 2 bidons déportés devant.
Asics Fuji Sensor
Effinov

Objectif : Pas d'objectif

47 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ensemble

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas parler de l’avant course,  mais directement démarrer au dimanche 30 juin, un peu avant 7h.

 

 

30/06, 6h15
Nous retrouvons Bubulle (Christian) et sa moitié ainsi que Warthog (Benjamin) au lieu de rendez-vous fixé. Nous ne sommes que 3 kikous mais nous croisons OBOB (Bertrand) un peu plus loin.
Enfin, « on y est », dis-je à Bubulle. Nous sommes tous les deux, je le sais, avides d’en découdre. Boostés par le jeu des 365h, notre préparation a été bonne, sans blessure. Certes, nous n’avons pas les montagnes de Savoie pour nous entraîner mais un beau terrain de jeu tout de même dans les Yvelines.

 



30/06, environ 6h40
Nous nous plaçons tous les 4 au milieu de la foule du départ. Je n’ai pas vu THE Catalan, tant pis, la photo ce sera pour un autre jour, je reviendrai…
Toute heureuse du temps sec prévu je lance à Benj et Christian : « J’ai enlevé la Gore Tex du sac, pas la peine vue la météo ». Tous les 2 me précisent qu’ils ont tout de même pris un coupe-vent ou truc du genre et je les regarde, étonnée. Et là je capte : le matériel obligatoire… Oh p… J’ai zappé. J’avais tout mis ce qu’il fallait dans le sac et au dernier moment, j’enlève la Gore-Tex sans penser au règlement. Gros coup de stress mais Benjamin et Christian me rassurent immédiatement, ça passera sans problème, ils ne vérifieront pas, tout va bien, faut pas stresser pour si peu, et patati et patata. Bon… Ok.

Le speaker demande à ceux pour qui le MMB est une première de lever les bras et je suis étonnée (tout en levant les bras) de voir autant de newbies. D’ailleurs, ça me rassure un peu, nous sommes beaucoup à partir dans l’inconnu donc.
Mais pour combien d’entre nous est-ce la première course en montagne ?
Nous sommes au moins 2 : Christian et moi. Combien de fois avons-nous disserté à ce sujet par mail/FB/sms… Nous ne savons pas ce que c’est de monter pendant aussi longtemps. Et la descente ? Nos quadris vont-ils la supporter ? Tellement d’incertitude.
La veille, quand Arnaud, après un bon restau à Vallorcine, m’avait montré un truc tout en haut et m’avait dit « Tu vois c’est là-bas que tu vas monter », j’avais ouvert de grands yeux incrédules et j’avais répondu : « Je n’y arriverai pas, c’est trop haut… ».
Mais maintenant, on y est, plus d’état d’âme, le décompte commence, et c’est parti. Un chouïa de piétinement et nous commençons à courir.

Chamonix           - km/h  -              Di. 07:00              00:00:00


Le début du parcours est assez tranquille, nous sommes très vite dans la forêt, je n’ai pas grand souvenir de cette partie-là. A part que comme d’habitude, on en voit se griller dans les côtes en courant alors qu’en marchant on va pratiquement aussi vite, chacun son truc, pas de jugement. Exactement comme au départ du Trail de Sully quelques semaines plus tôt.
Je vois un gros panneau tout moche marqué W1 (coup de bol que je le remarque car Arnaud y serait encore je pense, cf la suite).

Argentière         7,92 km/h           1088      Di. 08:17              01:16:52

Distance depuis le départ : 10,2 km  Dénivelé positif depuis Le départ : 349 m

Tranquillement, nous arrivons à Argentière, nous avons 12 min de retard sur le roadbook de Bubulle, il ne le dit pas mais je le sais car je l’ai imprimé et je le regarde de temps en temps, non pas par peur de ne pas le respecter (on s’en fout du chrono, on veut juste finir !!!!!!!) mais pour me situer.
J’ai quitté le buff Kikourou, (je suis donc maintenant incognito dans la foule), et baissé les manchettes car la fraîcheur du départ a vite été oubliée.
A peu près à ce moment-là , Arnaud m’appelle pour me dire qu’il est devant un panneau W1 et qu’il nous attend, il est tout fier de lui, pensant qu’il va voir passer la tête de course et tout et tout.
« Euh nan mon pote, le W1 on l’a quitté y a un moment
- Han, mais vous allez super vite, vous allez finir en 4h
- Mais oui… et la marmotte… »
Juste avant le ravito, je verse ma poudre Effinov dans un des 2 bidons que je complète ensuite avec de l’eau. Super rapide, super pratique, j’ai trouvé mon sac idéal (Raidilight 12 litres), plus de prise de tête avec la poche à eau et de la place dans le sac pour plein de trucs (ma Gore Tex par exemple, hum hum…)
Après Argentière, nous sommes bloqués dans une montée, un beau bouchon qui ne m’embête pas plus que ça, on discute, on rigole, on est bien, excellente ambiance.
Passage par Le Planet, Arnaud a enfin réussi à nous retrouver


Vallorcine           8,57 km/h           1061      Di. 09:10              02:10:05

Distance depuis : 17,8 km           Dénivelé positif depuis  le départ : 611 m

Entre les appels d’Arnaud et ceux de ma puce, je n’ai rien vu passer, nous arrivons à Vallorcine sous les bravos d’une foule en délire, tellement qu’on se croirait à l’arrivée ! Quel public…
De nouveau, remplissage des bidons, la tomme de Savoie me fait de l’œil, j’en prends un sandwich. Nous nous arrêtons très très peu aux ravitos, de manière générale, pas la peine de perdre du temps, avançons, même en marchant, avançons, c’est toujours ça de gagné. J’avance donc, je passe le tapis de puce, et là… plus de Bubulle ! Ben mince, oùkilest ? Ah ouf, le voilà ! Namého, faut pas me faire des frayeurs pareilles.

Je n’avais même pas tilté que c’était juste après ce ravito qu’on allait commencer LA montée, faut dire que j’ai pas vraiment étudié le parcours avant (pas besoin, du reste, puisque je cours avec Bubulle !)
Encouragés par Elisabeth (Madame Bubulle), et m’étouffant à moitié avec ma tomme, nous entamons l’ascension des Posettes (900m de D+ en 6 km, même pas un km vertical…)

J’vais pas me la jouer à la Killian (qui dit que la course est roulante…), mais franchement, je n’ai pas eu de difficultés à monter ; au contraire même, une sacrée Pacman Party, y avait la place de doubler à ce moment-là, et je ne m’en prive pas ; c’est, je crois, un des seuls moments où Christian n’est pas devant moi. Les mains sur les cuisses, penchée vers l’avant, je grappille, comme je sais le faire, c’est dans mes cordes. Je souris intérieurement en pensant que la Vallée de Chevreuse, c’est pas si nase que ça pour préparer à la montagne (je changerai peut être d’avis pendant la CCC).

Je prends même les temps de faire quelques photos.


Col des Posettes             4,58 km/h           894         Di. 10:11              03:10:33

Distance depuis le départ : 22,4 km       Dénivelé positif depuis le départ : 1339 m

1061 – 894, le calcul est simple : 167 coureurs doublés. Rien à dire de plus.
Au col, nous retrouvons mon Arnaud qui nous suit un petit moment en VTT et nous prend en photos devant un panorama à couper le souffle.


Cependant, je n’y suis pas trop sensible à ce moment-là, je me sens galvanisée, je veux juste continuer.
De nouveau, remplissage des bidons, le type à la guitare (pas mal d’ailleurs, ce qu’il joue hein, pas le type, enfin je sais pas, je l’ai pas bien vu, BREF !), le tapis de puce et c’est parti pour la fin de cette montée vers l’Aiguillette des Posettes. Et là j’entends : « Contrôle des sacs aléatoire dans 200m ».
Tabarnak… C’est pas possible.  Nous venons de quitter Arnaud à qui j’ai parlé de ce problème de matériel obligatoire et qui m’a proposé de me filer son coupe-vent ; et j’ai refusé.
Et là, je fais quoi ? Christian ???? Je fais quoi ??? J’appelle Arnaud pour qu’il m’apporte la veste ?
Christian, toujours d’un calme olympien (ça contraste avec moi…) me dit que c’est inutile, que ça va passer. Nous arrivons au point fatidique, si je pouvais être transparente, si je pouvais me fondre dans le paysage façon caméléon… Je cours en baissant la tête, peu fière de moi et… ça passe. Je pousse un gros OUF de soulagement et c’est l’esprit libéré que je poursuis.


Tout à coup, la pente s’infléchit et nous commençons à être sur du plat. Je dis à Christian « mais, on a déjà fini la montée là ? ». Il acquiesce.
Cool ! On a fait le plus dur, pensais-je… Erreur fatale. Le pire est à venir.
Moi, la piètre descendeuse, la trouillarde des racines et des pierres mouillées, je vais vivre un enfer pendant 4 bornes de descente interminable. Autant tout à l’heure j’étais en accord avec Kilian, autant là, quand il dit « la descente n’est pas très technique », je lui arracherai bien son maillot Salomon pour le flageller sur le triangle de l’Amitié !
Je retiens mes jambes, j’ai peur. Pas de tomber mais de me blesser. Ce n’est pas le vide sur la droite (j’en ai à peine conscience) qui m’angoisse, c’est l’entorse. De devoir abandonner. De devoir arrêter de courir pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Le jeu n’en vaut pas la chandelle, selon moi. Je glisse 2/3 fois dont une fois où je tombe, sans gravité. Je vois des tonnes de coureurs nous doubler à pleine vitesse, j’ai peur de gêner, je rage de les voir nous dépasser alors qu’il y a quelques dizaines de minutes, je les passais allègrement en montant.
Je me maudis d’avoir peur. Mes jambes ne demandent qu’à s’exprimer, je n’ai mal nulle part, mon cardio est descendu à 65% de la FCM, et pourtant… ma moyenne kilométrique baisse, baisse, inexorablement.  C’est comme si j’avais les mots mais qu’on m’empêchait de parler. Je suis paralysée.
Et le pire de tout ça, c’est de voir que Christian m’attend. A plusieurs reprises, je lui dis de partir, je ne veux surtout pas être le boulet de service.


Mais il reste. C’est Christian, quoi…


De temps en temps, le terrain devient plus praticable et le moral revient, je relance et paf, ça recommence, des marches en bois glissantes, des pierres acérées…

Puis, lentement (très lentement), le bout du tunnel arrive. Et le check des Posettes  me redonne le sourire.



Le Tour 4,95 km/h           952         Di. 11:16              04:16:14

Distance depuis le départ : 27,9 km       Dénivelé positif depuis le départ : 1530 m

Voilà, 58 coureurs nous ont doublé dans cette descente abominable…. J’ai lu tous vos conseils pour s’améliorer en descente. J’essaierai, promis, j’essaierai…

Mes jambes, comme ravies d’être enfin libérées, vont nous permettre d’accélérer et de rattraper un peu le retard accumulé.
Nous arrivons à Tré Le Champ en 4h32, après avoir repris 8 coureurs.


Tré le Champ     10,10 km/h         944         Di. 11:33              04:32:56

Distance depuis le départ : 30,7 km       Dénivelé positif depuis le départ : 1567 m

Il nous reste 12 bornes. Dans l’absolu, c’est que dalle, à peine un grand tour de La Minière, mon parcours d’entraînement.

A partir de là, je n’ai pas vraiment de souvenir précis sauf un. Pour m’occuper l’esprit, je regarde mon chrono et fais des calculs savants. Nous étions alors en 9 min pile au kilo. Et j’essaie alors de réfléchir à quelle heure on arriverait si on gardait cette moyenne.
Dans ma tête, je pose la multiplication : 42*9 . Alors 18, je pose 8 je retiens 1. 36 + 1, ça fait 37 donc 378 min. Bon donc, puisque 420 min ça fait 7h, 420 – 20 = 400, faut encore enlever 22 min pour arriver à 378 min donc on arriverait en… 6h18 !!! Hein, ah nan j’ai forcément dû me gourer quelque part. Et comme je n’étais pas assez lucide pour me rendre compte que ma seule erreur était de penser qu’on puisse rester à 9’ au kilo, je me persuade que j’ai fait une erreur de calcul et donc je recommence, non pas en faisant 42*9 mais (40*9) + (2*9) et là… impossible, impossible d’aller au bout de ce calcul mental. J’ai la tête qui tourne, des vertiges…
Ce moment, anecdotique, certes, me fera peur, vraiment.
Je fais part à Christian de ma tête qui tourne et, en vrai gentleman, il me propose sa casquette, se disant que j’ai dû prendre un bon coup de chaud. Je refuse mais bois davantage, alternant eau pure et Effinov. Le coup de moins bien finira par passer au niveau de la Flégère.

la Flégère            4,71 km/h           778         Di. 12:46              05:46:12

Distance depuis le départ : 36,4 km       Dénivelé positif depuis le départ : 2069 m

C’est vraiment aussi un signe que j’étais pas lucide ça : je ne m’était pas du tout rendue compte qu’on avait doublé autant de coureurs (166) entre Tré le Champ et La Félgère, j’ai eu l’impression de me trainer et faire (encore) perdre du temps à Christian…
Coup de fil d’Arnaud qui est retourné à Cham pour monter à l’arrivée par les télécabines. Il me demande dans combien de temps on arrive, j’interroge Christian qui répond : 1 heure. Parfait se dit Arnaud, je serai là.
Il paraît que la fin est magnifique, il paraît que ce balcon vaut son pesant d’or. Sûrement. Mais, à tort certainement, je ne me préoccupe pas du paysage ; nous alternons petites montées et plats sur un terrain bien moins technique que l’autre descente de malades là, mais tout de même, il faut rester vigilant, surtout avec la fatigue accumulée.
A un moment, j’entends « ah bah vous m’avez rattrapé finalement ! » C’est Benjamin, je suis contente de le voir même si, pour lui, l’objectif était de 6h… Je pensais qu’on allait finir avec lui, exactement comme Jean-Phi et moi l’avions fait avec Jack lors des dernières bornes de l’Ecotrail mais finalement, nous le décrocherons et il arrivera quelques minutes après nous.

Même si j’oublie pas mal de détails, je sais que dans cette partie-là (et d’autres certainement), j’ai été gênée par les bâtons des coureurs devant moi. Sincèrement, ça m’a saoulée, je n’ai pas pu doubler, alors que j’avais les jambes… Bon, c’est pas bien grave mais juste un peu dommage, à moi de m’imposer davantage, sûrement.

Au détour d’un virage, nous entendons un type au micro. Han là là…. Ça y est, l’arrivée… Une boule commence à se former dans ma gorge. Je regarde le chrono et j’hallucine, on va faire moins de 7h… Nous, les novices de la montagne, les pieds nickelés du sept huit.

 


Christian me montre une dernière femme à doubler, devant. Elle n’est pas loin du tout mais c’est sans compter l’émotion qui m’étreint et cette boule qui laisse de moins en moins passer l’air. Je me force à respirer calmement mais c’est peine perdue. La dernière côte me paraît être un mur, Christian me tend la main et nous finissons ainsi, ensemble.


Planpraz            6,47 km/h          769         Di. 13:34              06:34:24

 

Cette fois, les larmes coulent, la boule se dégonfle, Arnaud est là (arrivé 5 secondes avant nous).


6h34.
Le roadbook indiquait 6h32. Chapeau bas Christian.


 


Une belle surprise également: avoir rencontré Martine!

Avant la Flégère, je me suis maudite de m’être inscrite à la CCC et ce sentiment a perduré jusqu’à l’arrivée.  Mais là, à J+3, je n’ai qu’une envie : relever ce défi fou fou fou… Alors, advienne que pourra.

« Souviens-toi

Etait-ce mai, novembre

Ici ou là ?

Etait-ce un lundi ?

Je ne me souviens que d'un mur immense

Mais nous étions ensemble

Ensemble, nous l'avons franchi »
JJG

 

Oh oui, je m’en souviendrai.
C’était un dimanche, un 30 juin (en plus, un 30 juin…), un sacré mur que nous avons franchi. Ensemble.

 

 

 

 

Pis merci aussi à mon amoureux avec qui j'ai passé un week-end de rêve et qui s'est dépêché de s'occuper des photos/films dès notre retour. Vivement le prochan trail loin de chez nous pour que nous ayons vite une excuse pour nous évader encore ;)

 

Et si vous en voulez encore: http://vimeo.com/69644197

47 commentaires

Commentaire de cloclo posté le 03-07-2013 à 18:01:44

Bon, j'ai pas tout lu, je voulias être prem's au commentaire. Alors Bravo, et la CCC, ça sera finger in the nose ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 03-07-2013 à 18:05:12

MDR ! Après le concept du CR le plus rapide (Bubulle), nous avons celui du commentaire express! Bravo Cloclo et merci ;)

Commentaire de Jay posté le 03-07-2013 à 18:07:57

J'aime :-) et j'attends la suite de tes aventures ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 03-07-2013 à 18:11:05

:) Et moi j'espère que nos aventures se croiseront

Commentaire de Warthog posté le 03-07-2013 à 18:40:17

Super course :)
Tu as vu, j'ai essayé de vous suivre, mais franchement j'étais beaucoup trop cuit pour pouvoir vous accrocher dans les faux plats montants de Planpraz. Mais vous m'aurez mis le petit coup de pied au cul qui m'a permis de rebondir au niveau mental et de finir correctement !

En tout ca, ça m'apprendra à mieux définir un objectif et à mieux gérer mes courses longues. Et un jour j'arriverai à ne pas me faire rattraper !

Commentaire de Sabzaina posté le 03-07-2013 à 20:10:24

Oui, l'important c'est que tu aies fini, tu en avais les capacités, la preuve :)

Commentaire de bubulle posté le 03-07-2013 à 19:08:57

Dur de commenter. Trois jours après, je n'en reviens pas de cette course, je suis toujours un peu là-bas. Et cet espèce de petit nuage, c'est grâce à toi, à ta présence dans cette course, à la motivation que ça m'a mis depuis 2 semaines à en faire quelque chose de *bien*.

Une belle perf', certes, mais ce n'est pas le principal. Ce qu'il restera, ce sont ces moments particuliers où chacun a su trouver la motivation dans la passion de l'autre pour ce sport.

On ne peut même pas dire que ça nous aura fait dépasser la souffrance : il n'y a pas eu de souffrance (bon, j'ai quand même souffert pour toi dans cette f.... descente). Pas de "dépassement de soi" et autres banalités, juste le partage de l'effort....et de la joie au bout (beaucoup beaucoup de poussière à Planpraz quand même).

On l'a fait. Ensemble. Je ne sais pas si on retrouvera cela un jour (je risque de plancher sur la Saintélyon un peu plus que je ne pensais...:-)) mais n'oublie pas d'y penser pendant les moments de galère à la CCC (qui sera fingers in the nose : rappelle-toi que les descentes on perd moins de temps que ce qu'on gagne dans les montées!).

On le refera, celui-là ou un autre. Ensemble!

Commentaire de Sabzaina posté le 03-07-2013 à 20:13:52

C'est vrai qu'il n'y a pas eu de souffrance, je suis d'accord. Tu vois, pour moi, la course où vraiment j'ai souffert, c'est la Saintélyon, là je peux parler de dépassement de soi.
Tu vois le défi que je te lance n'est ce pas: réussir à me faire finir sans souffrir...
C'est une autre histoire. Mais on va pas s'arrêter en si bon chemin, j'en suis sûre.

Commentaire de Benman posté le 03-07-2013 à 19:32:33

Eh ben pour une premiere, c'est quand même tres fort. Cette unite avec Christian fait plaisir à voir. Nous nous sommes loupés à l'arrivée. Je suis descendu avec Bubulle qui m'a dit que ton employeur t'avait poussé à deserter l'arrivée tres vite... ;-). Encore bravo en tous cas et bonne prepa de la CCC avec des etoiles plein la tête.

Commentaire de Sabzaina posté le 03-07-2013 à 20:14:49

Oui, foutu employeur non compréhensif, hein ;)
Merci à toi ;)

Commentaire de ejouvin posté le 03-07-2013 à 19:36:19

Bravo à toi d'avoir franchi cette course sans douleur le lendemain. Une très très bonne préparation pour ton objectif de fin août. Certes, tu vas encore enchaîner beaucoup d'entraînement, mais c'est une superbe étape.

Maintenant, les vacances pour bien te préparer et nous pourrons te suivre avec plaisir dans les montagnes. Bon courage à toi.

Commentaire de Sabzaina posté le 03-07-2013 à 20:15:19

C'est vrai que le fait de pouvoir enchaîner l'entraînement comme si de rien n'était après le MMB, ça me rassure pour la suite.
Merci Etienne :)

Commentaire de SebKikourou posté le 03-07-2013 à 20:49:49

felicitation pour votre course profite bien de ces moments

Commentaire de Sabzaina posté le 04-07-2013 à 12:19:04

Merci Seb!

Commentaire de JLW posté le 03-07-2013 à 21:41:11

Il est vrai que nos " petites " montées parisiennes, Yvelines ou Fontainebleau permettent une prépa assez honorable pour affronter ces dénivelés alpins. Bravo a toi et la (le) CCC n'a qu'à bien se tenir, Sabzaina arrive !!!

Commentaire de Sabzaina posté le 04-07-2013 à 12:25:07

Oui, nous avons (presque) tout ce qu'il nous faut par chez nous. Quelle chance :)

Commentaire de Rem posté le 03-07-2013 à 21:46:09

Bravo pour cette course et beau CRs. pas vu a cham arrivé trop tard au rdz vous.
On en viens a regretter que le duo ne se reconstitue pas pour la ccc.
laquelle devrait passer sans probleme (je sais je l'ai fait, donc vu que je termine a +50min ici et 1h aux TdCerfs... ) en plus les descentes sont bcp plus roulantes alors tout est permis :)

Commentaire de Sabzaina posté le 04-07-2013 à 12:38:09

Figure toi que je lui en ai parlé à Bubulle de la CCC! Je lui ai dit qu'il avait les points et tout... Pfff, livrée à moi-même, je vais être ;)
Vais-je encore savoir courir toute seule?

Commentaire de bubulle posté le 04-07-2013 à 12:40:55

Non mais savapa?
UNE descente, je veux bien. Mais cinq, je pourrai jamais (en plus, le Grand Col Ferret, y'en a pour 1500m de D-), je vais faire 120km au lieu de 100.

Oui, je ->, pas la tête, pas la tête!

Commentaire de Sabzaina posté le 04-07-2013 à 12:47:56

Ben nan! Y a quelqu'un qu'a dit que les descentes étaient moins difficiles sur la CCC! Ton argument ne tient pas

Commentaire de millénium posté le 03-07-2013 à 21:51:41

merci pour ce récit ! Tout y est....
Ce fût un plaisir de voir ta (votre) joie à l'arrivée. On va te "suivre" sur la CCC , mais je suis confiant

Commentaire de Sabzaina posté le 04-07-2013 à 12:41:21

Merci, superbe surprise de vous avoir rencontrés à l'arrivée.
D'en bas de la dernière côte, j'ai entendu le speaker parler de l'exploit de Luca :)

Commentaire de PtitLudo posté le 03-07-2013 à 22:52:58

Bravo pour ta course et bonne suite de prepa pour la CCC ;)

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:46:50

Merci Ludo, et bravo à toi aussi

Commentaire de sapi74 posté le 03-07-2013 à 23:29:07

avec un temps magnifique en plus je vais allez m'auto flageller. :-)

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:47:23

Bah nan, ce serait dommage de t’abîmer ;)
Merci !

Commentaire de Tbc01 posté le 04-07-2013 à 00:15:14

Bravo pour ta course...
Cap sur la CCC et je ne doute pas de ta réussite... ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:47:50

J'aimerai être autant confiante...
Merci à toi

Commentaire de Arclusaz posté le 04-07-2013 à 08:08:10

Sabine, on ne soulignera jamais assez ton courage.

Pas celui de s'imposer un programme d'entrainement digne de Stakhanov, pas celui de te lancer de tels défis, pas celui d'affronter les contrôles de matériel obligatoire en fraudant intentionnellement.

Non, tout cela reste humain (bien qu'impressionnant).

Mais supporter Bubulle toute une journée, alors ça ! c'est héroïque et on comprend ton émotion à l'arrivée. Emotion parfaitement rendue grâce aux superbes photos.

Merci de t'être dévouée pour garder Christian ce dimanche : faut qu'on trouve quelqu'un pour les WE à venir, ça nous fait bien du souci tout ça.....

Ce superbe CR méritait un commentaire sobre, tant pis, j'ai fauté !
Bravo championne.

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:48:30

:) Excellent ce comm :)
Mais détrompe-toi, c'est moi la plus bavarde

Commentaire de RayaRun posté le 04-07-2013 à 08:09:59

Bravo pour ce beau CR. On ne se lasse pas de lire vos aventures, à toi et Bubulle, en attendant le nouvel épisode (en plus c est bien écrit!). Bosse un peu les descentes et tu vas cartonner à la CCC, prend un gros phare de voiture pour la nuit ! À bientôt sur les trails parisiens ou d ailleurs !

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:49:22

Oui mais le problème c'est que pour bosser les descentes, faudrait en avoir des très techniques...
Merci ;)

Commentaire de martinev posté le 04-07-2013 à 08:12:12

Bravo Sabine. Quelle gestion de course. Tu n!a pas souffert car tu t'etais entrainee pour cette course. Tu as reussi une tres belle performance qui va en appeler pleins d'autres. Continue a rêver et a te faire plaisir car c'est pour cela que l'on coure. Bravo championne. Gros bisous

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:49:59

Merci Martine pour ce gentil et encourageant commentaire ;)

Commentaire de Jean-Phi posté le 04-07-2013 à 09:47:59

Bravo, bravo, bravo !!!! C'est un bien chouette CR que tu nous as fait ! Plein d'émotion et d'amitié, j'aime beaucoup, ça me rappele des (bons) souvenirs !
Tu as encore sacrément progressé ! Reste ces fameuses descentes que tu crains toujours autant visiblement mais ça va s'arranger après cette nouvelle expérience.
En tout cas en vous lisant j'aisacrément envie de retourner voir l'an prochain si le Mont Blanc n'a pas changé de place !
Récupère bien, reprend l'entraînement gentiment et comme le dit cloclo, ce sera finger in the nose pour ta CCC !
PS : J'aime bien la petite minute flagellation de KJB ! J'en rêve (de voir ça !)!

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:50:56

Tu crois que Kilian serait d'accord? Juste pour nous faire plaisir ;)
Merci Jean-Phi, et moi aussi ça m'a rappelé des bons souvenirs

Commentaire de a_nne posté le 04-07-2013 à 09:52:15

Bravo Sabine, superbe course bien gérée tous les 2 !
C'est marrant dans mon bureau aussi y'a de la poussière...ca me rappelle certaines de mes arrivées...
Une arrivée à plusieurs cela n'a pas de prix pour moi, c'est celle ou l'émotion est la plus forte !
Bonne récup et je suis confiante pour la CCC, et comme le dit Bubulle dans les moments de 'galère', repenser à cette arrivée suffira à te rebooster !

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:51:43

Oui, accumuler des bons souvenirs et des moments positifs pour contrer les coups de moins bien, c'est ça qu'il fait faire.
Merci Anne

Commentaire de jack91290 posté le 04-07-2013 à 10:14:37

Encore bravo pour votre course rondement menée. Le duo de choc a encore frappé.
Bon entraînement pour la CCC ca va le faire.
Jack

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:52:18

Merci Jack et vivement qu'on puisse recourir ensemble lors d'un off ou d'une course francilienne

Commentaire de Mamanpat posté le 04-07-2013 à 11:01:49

Voilà, t'es foutue... C'est mort, t'es condamnée
Maintenant tu vas prendre de plus en plus de plaisir, de lancer des défis de plus en plus fous et tu vas pleureur, mais oh purée qu'est-ce que tu vas pleurer !!! ;-)
Bravo Sab (et j'espère qu'obn pourrait pleurer ensemble un jour de folie !)

Commentaire de Mamanpat posté le 04-07-2013 à 15:46:00

Moi aussi j'suis foutue, mon post est bourré de fôtes !!!

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:52:50

Qu'est ce que j'aimerais pleurer avec toi...

Commentaire de patfinisher posté le 04-07-2013 à 15:24:09

Superbe récit, prépa aux petits oignons, binôme d'enfer....continuez à vous faire plaisir et nous faire rêver ! ;-) Grand bravo !

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:53:25

Merci Pat pour ce commentaire et surtout pour tous tes sms que j'ai lus sitôt la ligne franchie.

Commentaire de vinch64 posté le 04-07-2013 à 17:50:24

Bravo Sab pour cette course superbement gérée avec ton indéboulonnable Bubulle!
Tu m'impressionnes de course en course et j'ai été sur le cul quand j'ai vu que dès le lendemain tu recommençais à courir sans douleur! Tu n'es définitivement plus sur la même planète que moi et ce en quelques mois seulement. Impressionnant!
Sinon, ton sac c'est le Olmo 12L? Si c'est bien celui là, je vais avoir le même.
Ca me fera du bien de changer car je porte encore les stigmates de mon sac Quechua qui m'a raboté le bas du dos pendant 87km ce week-end.
Encore bravo championne et ne t'inquiète pas pour la CCC, ça sera les doigts dans le nez! ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 23:54:27

Coucou Vincent,
Oui mon sac est bien le Olmo 12 litres, j'espère qu'il te conviendra autant qu'à moi.
Bravo à toi pour le Morbihan

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran