Récit de la course : Les Foulées du 12ème 2013, par nouvion

L'auteur : nouvion

La course : Les Foulées du 12ème

Date : 16/6/2013

Lieu : Paris 12 (Paris)

Affichage : 524 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

pour quelques foulées à la Cipale

En ce dimanche 16 juin 2013, c’est aux foulées du 12e, dans le bois de Vincennes, que j’ai décidé de participer à une compétition. Ce 10km en est à sa 9e édition et commence à avoir une belle réputation  puisqu’il affiche un nombre d’inscrits sans cesse croissant ; à tel point que cette année ils ont fermé les inscriptions après le 1000e inscrit. Je tenais à participer à cette course pour 2 raisons. Tout d’abord je n’avais jamais couru dans le bois de Vincennes, ce qui peut paraitre incongru quand on sait le nombre de courses qui y sont organisées chaque année et que je n’habite qu’à 20 minutes en voiture. Ensuite il y a le lieu d’arrivée : la Cipale (ou vélodrome Jacques Anquetil), haut lieu des courses cyclistes sur piste et surtout théâtre de 7 arrivées du tour de France de 1968 à 1974.

Le parcours prend en grande partie les allées bitumées aux alentours du lac Daumesnil, de nos jours fermées à la circulation automobile. Il est très roulant, propice aux performances, malgré quelques petits faux-plats et plusieurs changements de direction à 180 degrés qui cassent le rythme. Le lieu du départ est très intéressant pour les quelques spectateurs puisqu’on y repasse 4 fois.

J’espère faire un bon temps, proche voire mieux que mon record de 41’26’’, le terrain s’y prête mais le départ est un peu compliqué à gérer vu le nombre et l’étroitesse de la route à cet endroit, et la température est un peu élevée pour viser une grosse perf.

Je me place sur la ligne 15’ avant l’heure afin de ne pas être trop pénalisé. Le départ se passe plutôt bien, quelques slaloms habituels, mais pas de passage sur les bas-côtés pour bien se placer. Au bout de la route après 800m, 1er virage à 180 degrés pour revenir vers la zone du départ par une autre route. 1er kilomètre en 3’59’’, trop rapide bien sûr mais nécessaire pour ne pas être pris dans des ralentissements. A ce moment, je suis derrière Fred Trebeau du club organisateur SAM Paris12. Cette silhouette bien connue des runners affiche derrière son maillot ‘V3 né 1944’, ce qui ne manque pas d’impressionner tant il paraît plus jeune et tant il est rapide. Bientôt je n’entends plus les encouragements qui lui sont adressés, il s’éloigne rapidement et va terminer 3e dans sa catégorie. Après 1,5 km, on repasse près de la zone de départ et entamons un tour du lac Daumesnil de 2 km. J’arrive à bien tenir le rythme de 4’ au kilo sur cette partie, mais après cette boucle, ça va devenir + difficile. A la fin de ce tour du lac, un spectateur indique la 118e place au gars qui me précède. Nous faisons un virage à 180 degrés pour partir sur une autre boucle dans le bois et autour de la Cipale via la piste cyclable de l’avenue de Gravelle. Je passe le 5e kilomètre en 20’34’’, soit le même temps que 3 semaines plus tôt à Bussy St Georges. Une hésitation stupide me fait rater le ravitaillement en eau au passage devant le vélodrome, ce qui ne va pas m’aider pour la suite. A la fin de cette boucle, je vois une autre silhouette connue : Jean-François Bacquet qui a un blog très intéressant sur ses compétitions de cap justement. Je suis surpris de le doubler, ces temps sont en général bien meilleurs que les miens, mais il ne semble pas au mieux à ce moment de la course. On part alors pour la seconde boucle autour du lac. Jusqu’au 7e kilomètre je ne me sens pas trop mal, mais les deux derniers faux plats du parcours vont être difficiles pour moi, d’autant que j’ai de + en + chaud. A la fin de ce tour, Lucie Bouquet, du club de St Malo, me double rapidement. Outre son aisance à ce moment de la course, elle m’impressionne aussi par sa grande foulée et sa façon de courir sur la pointe des pieds. Elle terminera 4e chez les dames. Au 9e kilomètre après la dernière difficulté, je n’ai plus la force de relancer. Je n’arrive pas non plus à accélérer à l’approche de la Cipale. Quand j’entre sur le vélodrome, j’aperçois le chrono de 41’22’’, c’est raté pour le record, mais je mets un point d’honneur à finir en moins de 4’10’’ au kilomètre. Temps final 41’38’’ (41’33’’ en réel), 113e/830, 29e V1/150.

Le vainqueur au scratch est Justin Lutz du club de Boston, (ce même club qui organise le marathon victime des attentats) chez les hommes en 32’20’’ et Stéphanie Michea de Montesson en 39’49’’ chez les femmes. Classement complet ici.

4 commentaires

Commentaire de JeffMega posté le 17-06-2013 à 23:35:15

Slt Franck. J'ai lu avec attention ton récit. C'est très sympa. A mon tour j'ai rajouté ton lien de récit dans mon commentaire de réponse sur mon blog. Dis moi quand sera tes prochaines courses au cas où on puisse les faire ensemble.
A bientôt
Jeff

Commentaire de nouvion posté le 18-06-2013 à 09:06:46

Salut Jeff,
Merci d'avoir mis un lien sur ton blog, c'est sympa.
Je serai peut-être à Combs la ville dimanche. Après rien de sûr, j'aimerais bien faire Damartin sur Tigeau le 14, on verra...

Commentaire de LongJohnSilver posté le 30-06-2013 à 12:07:46

Merci pour ce récit: ça m'a permit de me souvenir pourquoi je fais moins bien que sur Courir Ensemble alors que le parcours est plus plat! Que voulez-vous ma bonne dame, il n'y a plus de saison :D En plus de me faire déposer par Lucie qui remonte tout le peloton...

Commentaire de nouvion posté le 30-06-2013 à 22:29:17

Merci. Ce n'était pas les grandes chaleurs, mais c'était suffisant pour nous faire souffrir. Mais on ne va pas se plaindre vu le temps qu'on a eu jusqu'à maintenant. Et puis ça ne nous a pas empêché d'être enrhumé par la dame de Saint Malo.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran