Récit de la course : L'Ardéchois - 57 km 2006, par stef73

L'auteur : stef73

La course : L'Ardéchois - 57 km

Date : 7/5/2006

Lieu : Desaignes (Ardèche)

Affichage : 1971 vues

Distance : 57km

Objectif : Se dépenser

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ardechois 2006

Prévu depuis le début de l'année dans mon planning des courses de Trail 2006, je m'inscris début Avril au Trail de l'Ardéchois du Dimanche 7 Mai; en vue de la préparation pour une longue course fin Août

Que ce fut dur cette année de raccrocher les skis !
A chaque fois que je me décidais à remettre mes baskets au lieu des skis; soit la montagne, Oli ou les skitouriens m'appellaient pour remonter là haut ! ... et impossible de résister.
Et même Jeudi dernier, où j'aurais dû reposer la machine, je ne refuse pas l'offre de Mick. je suis vraiment intoxiqué au ski !

Nous montons toute la famille pour le grand WE du 8 mai en Ardèche, à 20mn de Desaignes (départ de la course), sur le plateau Ardéchois à 1000m d'altitude. Nous passons le samedi tranquille tous les cinq puis en fin de journée nous allons récupérer mon dossard et Marc (copain, rencontré à la course des Templiers 2005) à Desaignes.

Je ne suis pas dans l'ambiance. Ils sont tous fins, affutés, déjà dans la course.
Pour ma part, je n'ai pas porté un dossard depuis la SantéLyon et je me sens encore lourd, sur mes skis avec mon gros sac (enfin par rapport au trail)... pas prêt...
Le stress n'arrive pas à monter !
D'autant plus que je n'ai rien préparé au niveau du matos. J'ai oublié mes mini-guêtres, mes médicaments contre les maux de ventre (très sensible de ce côté), mes compeed, pris que quelques gels...
Enfin, pas prêt ...
Et au niveau préparation physique, c'est plutôt.... pas grand chose, hormis 1 ou 2 sorties par semaine d'1 heure avec Oli (à la pause repas du boulot) et 2 sorties de 2h ! Il y a juste le fond (l'endurance) qui n'est pas trop mal avec des bonnes sorties de ski de rando.

Après un bon petit repas bien sympa avec la famille et Marc, et une nuit très calme (je vous dis qu'il y a 0 stress, ... pas bon !), nous voilà fin prêts pour cette 1er course de la saison.
Le village est à la fête et l'ambiance est vraiment très sympa.

Je rencontre Nathalie et Christian avec qui j'ai travaillé de nombreuses années et discutons un bon moment...
Pas d'échauffement pour moi, de toute façon à quoi ça sert, il y a bien 57 km pour être chaud !

Parenthèse sur la course :
L'Ardéchois c'est une course trail (dans la nature avec le minimum de route goudronnée) au départ de Desaignes (à 6km de Lamastre, 36km de Tournon ou 40km de Valence) dans les montagnes de l'Ardèche du Nord.
2 distances au choix : 34km ou 57km, le choix se faisant au 28ème km selon l'envie, la forme, la motivation, le défi ...
En 2006 : 902 inscrits !!! 234 finiront le 57km et 588 finiront le 34km

Houlà, il est 7h55 ! plus que 5mn avant le départ et je suis même pas placé pour partir !
Ca y est les vieux réflexes reviennent et la concentration est présente.
J'essaye de remonter près de la ligne de départ, mais il y a déjà beaucoup de monde.
Je suis vers les 200ème, tant pis ! comme ça je partirai plus cool.
Je ne vois plus Marc ! je n'ai pu lui souhaiter une bonne course ! Allez, je sais que cela va bien se passer pour lui. Il visait 8h et je suis sûr qu'il va tenir l'horaire.
Pour ma part, je me suis fixé aux environs de 7h de course et surtout d'arriver ... pas trop cassé !

BANNNNG ! le départ est donné !
Nous faisons un tour dans le village avec une belle petite montée, ce qui me permet de me replacer.
Et puis une fois le tour fini, c'est parti par des beaux chemins en sous bois !
Je dépasse sans trop d'effort pas mal de coureur; il faut dire que ça monte bien et la montée c'est plutôt mon point fort.

La course se tasse un peu... et chacun prend à peu près sa place selon sa forme et son niveau.
Je suis surpris, je suis bien et les jambes déroulent bien !
Et là au 6ème km....; crackkkk ! en voulant régler ma sangle de sac, je me deconcentre et je me fais une entorse de l'avant pied gauche (la 4ème depuis le début de l'année)
La douleur me remonte tout au long du corps. Tout s'écroule !
J'essaye de ne pas m'arrêter en me disant que la douleur est surmontable et qu'une fois que tout cela sera plus chaud je ne sentirai pas grand chose.
Mais c'est dur. Chaque pas me fait souffrir, ... je ne perds pas de place mais je sens que la tête et le corps ne suivent plus.
Je m'arrête, libère ma vessie, teste mon pied de droite et de gauche, ... ça fait mal mais ça peut tenir.
Ma femme et les enfant sont à la Citadelle (au 12ème km) et il faut au moins que j'arrive jusqu'à eux !
Ce sera mon 1er objectif de la journée.

1er descente vers Sialle, je me fais doubler par 5 coureurs. Le pied me fait souffrir et surtout je ne veux prendre aucun risque, de peur de me faire encore plus mal.
Ouf, maintenant ça re-monte pour de vrai. Impossible de courir, on marche. Et là, les forces reviennent, le mental aussi. Je redouble rapidement quelques coureurs.
Nous arrivons au sommet de la Citadelle et basculons sur le champs où ma femme et les enfants m'attendent...
Quelle joie, les voilà qui courent à mes côtés. Ma femme et Alice dans la poucette qui m'encouragent... je me sens bien.
Abandonner ? mais vous n'y pensez pas !
"Allez papa, Allez papa, Allez papa...." ça vaut tous les encouragements du monde.

Après des superbes chemins vallonnés en sous bois, nous basculons sur Darne Bessac et passons dans les ruines d'un chateau.
Le chemin est bien raide et bien technique avec beaucoup de rochers et un sol bien glissant.
Il s'agit de ne plus se faire mal.
Puis nous remontons à Saint Jean Roure.
La montée est difficile. Même si je gagne encore quelques places, les sensations ne sont plus là.
"Est ce que je suis parti trop vite", "vais je tenir la distance", "34km, cela peut être pas mal pour une 1er course"...
J'arrive au ravitaillement (22ème km) par une montée bien raide que je fais en courant grâce aux encouragements des spectateurs.
Et là, ma femme et mes enfants sont encore là. Quel Bonheur ! Ce n'était pas prévu.
Dans les yeux de ma femme, je perçois sa confiance en moi ! ça m'aide.
Et Chloé qui vient me voir pendant que je bois un verre de coca et me dit "Viens voir papa, viens voir mes escargots". Les bénévoles rigolent, moi aussi !

Je repars, plus léger.
Je reprend confiance et retrouve une foulée plus régulière.
Après une bonne remontée pour la Citadelle, je retrouve ma petite famille au 25ème kilomètre.
Je me sens bien et maintenant déterminé pour faire les 57km !
Le pied... je n'y pense plus, même si sur quelques pierres... il me rappelle qu'il souffre.

Au 28ème km, à l'embranchement entre les 2 parcours mon choix est définitif !
Je suis placé dans les 55 premiers sur l'ensemble des coureurs (902 inscrits)
Je tourne à gauche vers les 57kms !

Après une longue descente, parfois bien raide par endroit nous rattaquons une petite montée pour arriver à Le Mas (34km), le 2ème ravitaillement.
Toujours la même chose pour moi. 3 verres de Coca et 2 pâtes de fruits.
On me dit que je suis vers la 20ème place, cela veut dire que pas mal de coureurs devant moi ont choisi le 34km.

Les 12 prochains km vont être une succession de descentes et de montées, jamais très longues mais bien cassantes à certains endroits.
Les écarts se creusent et je cours avec les mêmes coureurs avec qui je commence à échanger des mots, des sensations, des conseils, ...les lients se tissent.
Ce ne sont plus de concurrents mais des copains de galère !

Nous arrivons au 3ème ravitaillement à Baloron (44km). Je suis 22ème, j'ai perdu du terrain dans les descentes. Toujours très prudent (trop ?) à cause de mon pied.
Et voilà, une belle montée raide comme je les aime.
Je reprend du terrain, le moral repart au beau fixe et je mets à rêver de terminer entre 6h15 et 6h30.
Je repasse à la 17ème position au sommet de la dernière grosse montée.
Puis, vient une descente interminable....
La pluie commence à tomber. Je me fais doubler, je préfère assurer. Je sais que je vais arriver au bout mais je dois ménager mon pied.
Nous arrivons à la Batie d'Audaure (52km) où l'on m'annonce encore 5km.

Et bien, ce sera bien les 5km les plus longs de ma vie !
Le chemin (enfin.. le parcours) passe à travers un terrain très sauvage ! C'est vraiment du trail... et c'est même nous qui faisons le chemin ;-) ça monte, ça descend ça monte, ça descend...
La pluie devient déluge ! je suis trempé... cela permet au moins de passer les crampes qui commencent à arriver.
Puis nous arrivons sur un grand plat... je n'en peux plus ! mais où est le village ?!
C'est pas possible, il n'y a pas 5km ! ou c'est moi et ma montre qui déco....
J'avale mon dernier gel, histoire de tenir encore un peu...
Enfin, j'arrive à la civilisation... "Bravo, encore 1,5km et c'est l'arrivée". Encore 1,5km ! Est ce que je vais tenir ?
J'arrive au village, soulagement !!!... ça y est, j'y crois.
Dernière montée dans le village, je me surprends encore à courir alors que c'est bien raide; dernier virage, le commentateur annonce mon arrrivée dans le micro, les frissons dans tout le corps, les larmes qui montent, TOP !!! je suis arrivée ....
JE SUIS HEUREUX ! Quel moment ! Ce moment est vraiment Fantastique...

Je reprends ma respiration; félicite l'organisateur pour cette magnifique course, l'organisation tip-top, les bénévoles super sympas, les ravitaillements bien fournis... BRAVO !

Puis je demande mon classement : 21ème en 6h31. Je suis comblé !
Comme quoi, j'ai bien fait de continuer à skier !!!!! Merci SKITOUR !

J'appelle ma femme. Elle est heureuse pour moi, un peu déçue de ne pas être arrivée à temps pour mon arrivée. Il faut dire que j'avais dit que j'arriverais entre 7h et 7h30 de course !!!
Nous allons tous manger le fameux Boeuf à la Broche.
Puis Marc arrive en 7h55, comme d'hab exactement sur le timing prévu. Bravo Marc !

Nous voilà reparti à la maison avec pas mal de courbatures, une belle entorse à l'avant pied.... mais heureux d'avoir fait une course magnifique, avoir réussi un bon temps avec un bon classement ,avoir échangé et couru avec des gars super sympa, et surtout avoir été encouragé par ma petite famille.

Conclusion : Le ski de rando = une bonne prépération pour le Trail !

Prochaine grosse étape :
le Tour des Glacier de la Vanoise à Pralognan le 2 juillet. 72km et 3800m D+

1 commentaire

Commentaire de climber posté le 20-05-2006 à 10:25:00

Bravo Stef, un bon recit est un recit qui donne envie de faire la course, tu y as réussi. merci. Climber

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran