Récit de la course : Trail du Pays de Sully - 35 km 2013, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : Trail du Pays de Sully - 35 km

Date : 16/6/2013

Lieu : Rosny Sur Seine (Yvelines)

Affichage : 946 vues

Distance : 36.7km

Objectif : Se défoncer

16 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Duo de choc

Le trail de Sully, il n'est pas à Sully. Il est dans le pays natal de Sully, c'est à dire à Rosny sur Seine, petit village de l'Ouest-Yvelines, près de Mantes la Jolie. Le lieu des opérations, ce sont les bois des coteaux de Seine, autour de la "saignée" de l'autoroute A13 (qu'on traversera plusieurs fois, mais qui est en fait bien discret).

Ce n'est pas immense comme terrain de jeu, donc pour caser un 35km, les organisateurs (le CSMR Athlétisme) font tours et détours ce qui peut parfois poser des problèmes de balisage. L'an dernier, notamment, un débalisage sauvage et des inversions, avaient provoqué pas mal de jardinage et erreurs de parcours. Comme toujours, j'ai soigneusement étudié le parcours. On verra plus tard que ça a quelques avantages..:-). Ce n'était pas forcément très facile car la carte du site est un peu imprécise, mais Openrunner m'a sauvé la mise.

Sabzaina avait accepté que je la covoiture et, tel un métronome, j'étais à l'heure pile à sa porte. Le trajet a du coup été très rapide avec ces deux bavards, entre vannes sur le jeu des 365h où nous nous tirons la bourre, sa prépa CCC, notre Marathon du Mont Blanc à venir, Étienne qui veut me poutrer (et qui n'aura évidemment aucun mal).

8h tout pile à Rosny, ça nous laisse bien le temps de nous préparer (l'avantage d'un trail en été c'est qu'on se met en tenue et qu'on attend tranquillement, pas besoin de gérer les couches). Nous croisons MiniFranck, Étienne, Tbc01 et, finalement, le temps passe très vite sur la zone de départ (dans une école). Ambiance bon enfant, c'est un "petit" trail avec 200 coureurs sur le 35km (mais plus de 700 en tout : record battu).

J'ai pris le sac à dos avec la poche à eau : il fait beau et relativement chaud, donc je vais sûrement boire pas mal et si je peux éviter d'avoir à gérer du remplissage de gourde ce sera bien. En plus, je ne le sens plus le sac, maintenant, avantage des trajets piétaf faits chaque jour avec 2 à 3kg sur le dos).

Objectif : faire la course avec Sab et, sans que nous ne l'annoncions avant de partir, essayer d'accrocher une bonne place féminine. En plus, franchement, pour moi, une bonne place féminine, c'est une bonne place tout court. Donc, je ne me sens pas "lièvre" plus que ça. Je sais, de plus, que Sab a énormément progressé ces derniers mois et que notre niveau est proche au vu de nos offs et courses communes récents.

Bon, je ne lui ai pas dit au départ que mon objectif c'était ça, mais mon petit doigt me dit qu'elle s'en doute..:-)

Le départ, c'est vachard. On part illico dans de la montée, bien repérée par Maître Bubulle et sa carte IGN. Deux côtes successives, séparées par une descente. Évidemment, au départ, personne n'"ose" se mettre à la marche pour ne pas avoir l'air d'un bolosse...:-). Eh bien nous, si. À la moitié de la première côte, je passe en mode marche et Sab, en confiance, suit.

Les deux montées s'enchaînent d'un bon pas et je commence à rigoler intérieurement en voyant trottiner le brave monde qui, certes nous dépasse un petit peu...mais surtout crame des cartouches qui seront utiles plus tard.

Résultat : en haut des côtes, nous ne voyons plus grand monde derrière nous. Je pense que ce n'est qu'une impression, mais ça fait drôle. Cela dit, la relance (évidemment avant le haut de côte : "10 mètres avant le haut de côte, tu relanceras") nous remet illico dans le train et nous sommes bien faciles.

J'ai ensuite repéré au moins 2,5km "quasi plats" où je compte bien monter doucement le rythme, sans forcer, en suivant globalement le train mais en passant dès le moindre signe de faiblesse. Ça marche, et nous reprenons au moins deux filles dans l'affaire (quelques gars aussi, mais les gars, ça compte pas). Sab suit tranquillement : je commence à reconnaître sa foulée à l'oreille donc je peux caler sur le rythme qui va bien. En fait, c'est le rythme que j'aurais adopté tout seul, donc bon, facile..:-)

Tout ça se déroule tranquille jusqu'au km 5 où se profile une petite boucle en descente/montée : on croise ceux qui sont plus devant nous...la différence de rythme n'est pas énorme. Descente piégeuse à cailloux calcaires. Nous sommes prudents tous les deux, pas forcément des descendeurs de la mort, donc nous nous faisons un peu passer, mais sans excès. En tout cas, pas par une fille...:-).

La remontée qui suit est carrément violente : la plus "verticale" du parcours. Un type passe Sab, muni de bâtons (des bâtons, non mais allô, quoi!)...et au bout de 10m ses bâtons ripent et il manque de l'accrocher. J'entends les excuses....mais j'entends surtout Sab qui force le pas. Et, sans se concerter, nous mettons une bonne mine à Monsieur Bâtons et le laissons picorer dans sa côte. J'ai décidé que c'est une côte à saucisson, donc j'enfourne vite fait quelques rondelles. Et, en haut, nous nous faisons une relance en "mode jean-phi" me dit Sabine (genre "ça monte plus trop, on relance").

Bim, tous les dépasseurs de la descente sont à nouveau derrière. Les warriors des côtes ont frappé une première fois.

S'ensuite un long, très long, quasi-plat jusqu'au km 10. Je déroule tranquillement, sans forcer, sans trop tirer sur la corde. Une espèce de petit groupe se forme, avec Monsieur Bâtons, revenu quand même, un autre que nous appelerons Monsieur Orange (tee-shirt "IngMiami") et deux autres que j'appelle intérieurement "Messieurs Bavards" (ils jacassent comme des pies, c'est saoûlant).

Pendant assez longtemps, ce groupe va rester ensemble, en fait en 2 groupes de trois, Monsieur Orange nous accompagnant plus ou moins. A la faveur d'une côte au km 10, je vois en fille qui semble revenir de l'arrière (assez loin quand même), donc nous en remettons une petite couche. Cela nous permet en fait de rester avec les autres qui avancent plutôt pas mal. Le plat se transforme en plat descendant....jusqu'à une petite côte qui nous amène au ravito. Je le situais au km 11, il est en fait au 12,5km, tiens tiens tiens. En fait, je découvrirai après course que deux passages ont été inversés par rapport à l'an dernier, ce qui a un peu rallongé le début.

Arrêt au ravito, Sab refait le plein. Mais nous ne nous attardons pas. Ce sont à peu près les mêmes qui repartent ensemble et Monsieur Orange revient avec nous. En fait, il descend un poil plus vite et, à la moindre butte, nous le reprenons. Mais je fais la remarque à Sab que je trouve qu'il souffle un tout petit peu trop fort. Niark..:-)

Du km 12,5 au km 16, c'est soit plat, soit en légère descente. Comme on le voit, nous avons eu encore peu de difficultés, donc ce qu'il faut gérer, c'est le sur-régime. Et ne pas oublier de boire. Certains vont regretter d'avoir oublié.

Au km 16 nous voilà en bas du vallon sous l'immense stockage de gaz souterrain de St-Illiers la Ville. Là se profile une bien méchante côte de 60D+ bien sèche. Nous y reprenons une ènième fois Monsieur Orange...qui s'accroche toutefois à la relance en haut de côte. Sur tout le single qui suit, plus ou moins plat, nous allons rester ensemble, à nous relayer sur un plutôt bon rythme, autour de 5'45/km. Bâtons et Bavards ont disparu derrière, avalés par la côte. Devant....pas grand monde.

Très progressivement, le chemin descend. IGN Bubulle a repéré tout le bazar et sait qu'on a 2-3 km de descente légère pour arriver en fond de vallon et finir par atteindre l'autoroute. Longue descente. Rapide. J'ai le pied sur le frein, mais nous descendons environ à 11km/h avec Monsieur Orange. Personnellement, je pense que cette descente explique pas mal de ce que nous allons voir sur les km qui suivent.

Arrivé au remblai de l'autoroute, je sais que c'est 80D+ qu'il y a. Assez roulants, mais quand même. Le bénévole du bas est en mode "déconne" et dit qu'il faut passer dans la grande flaque à côté de lui. Moi, j'obéis, je passe dans la flaque même s'il y a un passage de deux mètres à côté. Il a demandé, je fais.

La côte, elle, elle est traître. Cailloux, pente pas très violente, mais en plein cagnard. Nous commençons par pousser un peu la course avec la tactique bubullienne du "je m'arrête de courir 20 mètres après l'endroit où le type de devant s'arrête de courir". Dingue comme on arrive à faire le pacman avec çà.  

Passage en mode marche, un coup de saucisson. En plus, cette côte me rappelle celle le long de la RN88 au début du Puy-Firminy là où tout le monde court en faisant le kéké et où bubulle rigole en marchant et en mâchant ses rondelles. Sab suit allègrement : les côtes, c'est vraiment son truc, elle va exploser tout le monde au MMB.

Dans l'affaire, on passe du monde. Ça commence à marcher un peu carré ça et là. On sent que les 20 bornes sont passées par là. Et, hop, dès qu'on arrive au pont de l'autoroute, relance. Plus de trace de Monsieur Orange, nous ne le reverrons plus. Tu vois, Sab, je t'avais dit qu'il soufflait un poil trop fort..:-)

Un bon kilomètre de plat en terrain découvert. Là, le duo dynamique que nous sommes commence à franchement avoir un rythme supérieur au reste des coureurs qui nous entourent. Pacman et Pacwoman mettent les gaz. Autour, des crampes se déclenchent chez deux coureurs que nous dépassons, ça fait quand même un peu tôt.

Nous sommes en fait sur le coteau de Seine et le deuxième ravito devrait arriver. Je l'attends en bas d'une descente (bien raide), mais il est en fait en haut de la côte (tout aussi raide.....et hop 2-3 places de reprises) qui suit. Nous sommes au km 24 environ. Très gentilles bénévoles (avec jolies ailes d'anges) dont l'une annonce à Sabine qu'elle est 7ème féminine. C'est vrai que, depuis les km 3-4, nous n'avons doublé aucune fille. Nous ne pensons pas à demander si les autres sont loin devant ou pas...on verra bien.

On repart assez vite. Pour ma part, j'ai puisé dans ce que je transporte : Pompote et saucisson. Pour l'eau, tout va bien. Super single dans des hautes herbes où nous dépassons encore un coureur, puis légère remontée après avoir repassé l'autoroute. C'est un faux plat montant, mais nous grapillons encore des places car maintenant, à la moindre montée, certains marchent. Pas nous, nananère...:-)

Sabine surveille son cardio. Elle me dit qu'on va plus vite qu'elle n'irait toute seule (je suis dubitatif) mais elle veille à ne pas dépasse les 80% FCM. Et notre duo est bien rôdé maintenant : je sens quand je peux accélérer ou quand je dois ralentir. Et puis, ne croyez pas que je ne fais que "tirer" : loin de là. D'ailleurs, je suis juste à mon rythme qui va bien et je sais que ce n'est pas là que tout va se jouer. Je rappelle que j'ai étudié le parcours..:-)

Sur le haut de forêt, encore 2km de plat et, vers le km 26, à nouveau la petite boucle montée-descente qu'on a faite vers le km 5. Le seul endroit où le balisage à failli nous tromper et où nous avons repêché un ami kikou (je ne me rappelle plus son pseudo). La remontée est différente de celle où Sab a failli se faire éborgner par Monsieur Bâtons (qui doit désormais traîner sa misère 10 minutes derrière nous, toc). Deux bénévoles nous annoncent....que Sab est 8ème. Grrrr, nous ne nous sommes pas fait passer, alors qui a raison? On verra bien. De toute façon, pas de fille à l'horizon.

Et c'est reparti pour du grand plat tout droit. Le km 30 et la fin de parcours, juge de paix, se profilent. Sur ce grand plat, je "teste" un peu Sab. Accélération très très très progressive....elle suit comme une chef. Bon, au bout d'un moment elle râle bien que c'est bizarre que son cardio reste vers 80% mais en fait elle n'a pas vu qu'on a fait deux kilomètres à près de 11...:-)

Tout tranquillement, nous voilà au ravito n°3. D'un commun accord, on le zappe (et hop, trois places gagnées) et on attaque le final. Sacré final. Quatre côtes bien franches, bien sèches. Trois avant l'autoroute, une juste après. 40D+, 60D+, 40D+, 40D+. Et, entre des côtes, des descentes roulantes comme je les aime.

Sab suit dans la première descente. Un type essaie de s'accrocher, mais nous finissons par le larguer à l'usure (non mais...). Et voilà qu'une fille apparaît tout devant. Enfin! Je ne sais plus où nous la dépassons, mais on le fait dans la plus pure mesquinerie : arrivée tranquille par l'arrière, pas spectaculaire du tout, attente pour souffler un coup et hop, mine. Comme dit Sab "genre tu penses même pas à essayer de t'accrocher"...:-)

Et vas-y pour la première des 4 côtes. Et le coup des 10 mètres de plus que celui de devant. Et, en haut "allez, on relance à la petite souche, là". Notez en passant que sur chaque côte, Sab avance avec une puissance assez impressionnante : je dois tirer sur la (vieille) bête pour suivre. Bon, certes elle râle quand je dis qu'on relance (parce que le cardio dit maintenant plutôt 84%), mais elle suit toujours comme une brave soldate. Un duo d'enfer, moi je vous dis. Pour tout vous dire (Arclu, tu cesses de lire ici), j'en oublie même de manger mon sauciflard.

Deuxième descente, vavavoum. Je gère la vitesse car Sabine n'aime quand même pas trop ça. En fait, c'est à peu près les seuls passages où j'aurais éventuellement pu envoyer (un poil) plus, ces descentes mais, bon, je ne suis quand même pas loin d'être aussi aux taquets..:-)

Deuxième montée, la plus sérieuse. Et deuxième fille passée, tout en bas, gnap! Une énorme mine qu'on met et là, franchement, c'est pas moi qui le pose les mines. Moi, là, je suis Madame qui a le mors aux dents..:-). Et en haut, la relance nous amène à découvrir.....une troisième fille à passer, qui va succomber dans la troisième descente. En plus, les deux dernières ce sont des jeunett....ooops, des Seniors, donc c'est bon pour Sab.

À la faveur de la troisième montée, plus de fille en vue, mais, bon, on joue aussi pour bubulle, donc on "vise" les gars devant....nous en avons déjà laissé une petite quinzaine en route sur les derniers kilomètres, donc tant qu'on gagne, on joue, non? Certes, ils n'ont pas trop le look V2, ceux-là, mais j'y gagne au scratch....

Sab est aux taquets en bas de la dernière côte. Elle me dit d'y aller et d'envoyer. Mais, ça va pas, non? On a fait la course ensemble, on reste ensemble, on arrive ensemble. En plus, c'est trop bien d'arriver avec un(e) ami(e), moi je n'ai jamais fait alors je veux voir ce que ça fait.

De toute façon, sur la dernière côte, la Madame, elle a encore du jus pour relancer bien avant la fin de côte, donc bon.....aux taquets, mais ils sont costauds, les taquets! Et, enfin, dernière descente, vrouuuuum. Y'a bien des types devant, mais ils sont au moins 200m devant, Sab n'y croit pas.

Moi, si.

En fait, nous avons tous deux oublié un petit bout de plat dans un chemin herbu en plein cagnard. 200-300m vachards bien décourageants. Là, c'est vrai, j'ai les fourmis dans les jambes car je nous vois nous rapprocher du type devant, mais Sabine cale un peu. Donc j'accélère juste ce qui est possible....et on finit quand même par l'attraper car nous sommes des warriors.

Et re-descente, pas bien longue, virage, une petite butte rigolote....Oh, MiniFranck, arrivé, qui nous encourage....un type de plus de passé. J'attends Sab et on savouuuuuuure. Nous mettons les gaz en mode "on est pas fatigués" et on passe l'arche main dans la main en hurlant (enfin, surtout Sabine). Boum, 5ème fille qu'on a fait.

Petit bémol : les bénévoles qui relèvent les arrivées me mettent avant Sabine et j'oublier de leur demander de faire l'inverse, ballot que je suis.

Au final, je finis donc 5,5ème fille et Sabine 5ème, 3ème Senior. Et une coupe, une! Dommage que nous apprenions après que les 3ème et 4ème étaient 4 minutes devant nous. Il aurait fallu "envoyer" un peu plus tôt, je suis sûr qu'on aurait pu le faire (si vous n'avez pas vu Sab monter les dernières côtes, vous ne savez pas). Ce n'est que partie remise..:-). Plus sérieusement, je finis aussi 9ème V2. Les podiums, ce n'est pas près d'être pour moi car ces vieux, ça court bien, quand même (le troisième V2 est en 3h28!). Faut que j'attende d'être V3 pour mon premier podium, vous croyez? :-)

3h50 pour une distance de 36,5 à 37km selon les GPS. Au final, je fais à peu près la même perf qu'au trail du Josas (3h40 pour 35km)...qui est cependant un peu plus accidenté. Et, là encore, avec un quasi negative split (raté pour 1-2 minutes) alors que la fin est nettement plus dure que le début.

En tout cas, un beau parcours que ce trail de Sully : certains le trouveront roulant (c'est vrai que les 15 premiers kilomètres sont assez faciles, mais il faut apprendre à gérer cela), moi j'ai bien aimé sa variété. Le balisage était tip-top, tout le monde à l'arrivée le disait : les bénévoles ont fait un énorme travail, c'était un vrai bonheur que de suivre le parcours. Et je ne regrette pas une fois de plus mes préparations minutieuses du parcours (vous auriez du voir le roadbook) car je suis sûr que c'est ce qui nous a fait gérer la course aussi bien que nous avons pu le faire.

Surtout je retiendrai de cette course le plaisir trouvé à la faire ensemble avec Sab : nos niveaux se valent, nous abordons la course de la même façon (avec une petite pointe d'esprit de compétition, vous aurez remarqué? :-)). Un duo de choc. Et dans deux semaines, c'est le marathon du Mont-Blanc : planquez-vous, les filles (et les vieux)! Même si pour le podium, c'est quand même juste une autre cour de récré...:-)...je sens qu'on va bien s'éclater dans les côtes...et rien ne dit que j'arrive à suivre Sab, là.

Ce sera une autre histoire..... 

16 commentaires

Commentaire de jack91290 posté le 16-06-2013 à 22:23:19

Quel stratageme ce bubulle
bravo pour votre course en duo.
Jack

Commentaire de jack91290 posté le 16-06-2013 à 22:24:50

Quel stratageme ce bubulle
bravo pour votre course en duo.
Jack

Commentaire de Sabzaina posté le 17-06-2013 à 06:06:55

Tout est dit... Je suis très émue par ce CR.
C'est vrai qu'on a réellement vécu la course ensemble, j'en ai appris beaucoup sur ce moi-même durant ces 3h50, me découvrant des possibilités jusque là inconnues.
Excellent moment passé avec toi Christian, merci pour tout.

Commentaire de Jean-Phi posté le 17-06-2013 à 09:30:15

Bravo à tous les 2 pour voter course ! Arrêtez d'entraîner Sab, elle va tous nous poutrer si ça continue !

Commentaire de bubulle posté le 17-06-2013 à 16:19:21

Pour moi, ça ne va pas tarder, c'est un peu inéluctable, j'en ai peur...

Commentaire de Sabzaina posté le 17-06-2013 à 16:23:53

Pfff... Nawak

Commentaire de Arclusaz posté le 17-06-2013 à 09:38:51

Quelle équipe !!!!!!! Vous allez faire un sacré truc au MMB.
bien vu ta technique Christian pour ne pas perdre de temps au challenge des Yvelines...

Mais, une question me taraude : Sab a t elle mangé du saucisson ? si la réponse est non, cela est de nature à compromettre son avenir dans le team Cochonou...

Commentaire de bubulle posté le 17-06-2013 à 16:48:22

Je crois bien qu'elle a oublié. En fait, elle ne voulait pas au début (ça fait partie d'une règle Sabienne que le gras ça se mange pas au début)....et après, on était trop occupés à croquer les coureurs qui nous passaient sous la dent, on a oublié.

Donc, il va falloir faire session de rattrapage au MMB, mais, tu sais, Sab est adepte des trucs aroche aux graines d'épautre et au lait de brebis cru trait sous la mère les jours de pleine lune. Alors, pour passer au Cochonou et au Beaufort 20 ans d'âge, va y avoir du taf. Par contre, le cake au St-Nectaire à l'after était irréprochable. Donc, tout n'est pas perdu!

Commentaire de Sabzaina posté le 17-06-2013 à 16:55:58

Nan nan t as pas tout compris, j ai juste dit que pour moins de 40 bornes, je méritais pas de saucisson. Juste une barre aroche et des tucs aux ravitos. Il est évident que pour le MMB, je prévoierai saucisson et Beaufort!

Commentaire de Sabzaina posté le 17-06-2013 à 16:57:50

Nan nan t as pas tout compris, j ai juste dit que pour moins de 40 bornes, je méritais pas de saucisson. Juste une barre aroche et des tucs aux ravitos. Il est évident que pour le MMB, je prévoierai saucisson et Beaufort!

Commentaire de MiniFranck posté le 17-06-2013 à 09:45:14

Sympathique ce CR, on sent bien la symbiose qui régnait entre vous !!! Au MMB ça va poutrer grave avec ce duo de choc !!!
Bravo a vous 2.

Commentaire de Mamanpat posté le 17-06-2013 à 10:06:26

Les pacs(wo)men en folie !
Quelle course rondement menée !
Bravo à vous 2 !

Commentaire de Warthog posté le 17-06-2013 à 10:51:57

On sent la course maîtrisée de A à Z !
Félicitations à tous les deux

Commentaire de obidelf posté le 17-06-2013 à 22:13:49

Super CR!

je confirme la super forme de ces 2 là : je les ai vu me rattraper au ravito du 24, me dépasser allègrement dans les kilomètres suivants, disparaitre de ma ligne de mire au 29 et me mettre 5 minutes dans la vue au final.
5 minutes! soit près d'une minute au kil, alors que j'ai terminé la course à allure constante, sans fléchir, en reprenant même pas mal de monde... Ils se sont littéralement envolés.
Je sens qu'avec cette capacité à envoyer du bois en fin de parcours, ce duo de choc va en écoeurer plus d'un sur le MMB, et ailleurs.

PS pour Bubulle : merci encore pour m'avoir remis sur les rails après une stupide erreur d'aiguillage!

PS pour _lg_ : encore bravo pour ta super 17e place en près de 3h05 (pas mal pour quelqu'un qui avait une estimation à 3h25 et de surcroît un peu malade!)
merci également de m'avoir tenu compagnie sur le covoiturage et appris plein de choses sur l'exploitation des fichiers .tcx, gpx et autres

Commentaire de _lg_ posté le 21-06-2013 à 22:46:10

@obidelf: J'avais une motivation secrète pour me dépenser! Merci à toi de m'avoir remis sur les rails, car j'étais idéalement parti pour la grasse mat'.

@bubulle: C'est un régal de te lire, bravo à tous les deux! Les courses en duo doivent laisser de jolis souvenirs.

Commentaire de boofi posté le 23-06-2013 à 13:35:20

haha, moi aussi quand je fais mes tours longs avec les bâtons en région parisienne les gens se foutent de moi. Mais c'est pour mieux les oublier en montagne, j'en ai absolument besoin pour fuir les barrière horaire qui me friusent les poil du beeeeeep !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran