Récit de la course : Les Aventuriers du Bout de la Drôme - 105 km 2013, par Japhy

L'auteur : Japhy

La course : Les Aventuriers du Bout de la Drôme - 105 km

Date : 11/5/2013

Lieu : Crest (Drôme)

Affichage : 2802 vues

Distance : 105km

Objectif : Terminer

48 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les Portes du Paradis




(Le record de Bubulle est pulvérisé, il ne pourra jamais écrire un CR aussi long que celui-ci)


Il y a des courses comme ça, dont on entend parler en bien, mais comment faire le tri ? Il y en a tellement sur le calendrier. Un grand pont de Mai du genre viaduc, un petit rassemblement kikourou, une petite nièce adorable et ses parents qui habitent à 20 km de Crest, une Drôme qui ressemble aux sentiers de mon Ardèche méridionale, il n’en faut pas plus pour décider l’affaire en janvier.

En regardant les chronos des vainqueurs fille et garçon, je comprends de suite que ça va pas être de la tarte. Cela se confirme lorsque je réalise qu’une copine avec qui j’ai couru des offs plusieurs fois, qui court bien plus vite que moi et est plus experimentée, a mis 21 h en 2012. Et puis je sais en lisant tous les CR des années précédentes, notamment ceux de Françoise, que je tape très haut cette fois. Dans ma tête je vise le ravito du bas de Saou, les km suivants tiendront du miracle.

 

Depuis janvier une prépa moyenne, de belles sorties de montagne même si elles n’ont pas été suffisamment nombreuses, un Ecotrail en guise de prépa de long, plusieurs trails montagneux de 3 à 4h, mais aussi un énorme coup de fatigue de 2 semaines, sans doute dû au boulot.

Mais bon, c’est toujours le cas, rien ne se déroule jamais comme voulu, ce n’est pas la fin du monde, et puis trois semaines avant, ça va de nouveau bien, donc je ne me prends pas trop la tête.

 

Sur les conseils de PhilippeG94, j’ai réservé une piaule à l’internat, c’est bien pratique. Je retrouve Philippe aux dossards, qui me dit qu’il a fait la course de Gairaut, à Nice, il y a des années de ça, je trouve ça marrant ! Il me dit que le 107 est un peu difficile mais que je devrais y arriver sans problème. Ouaip….

 

On tombe ensuite sur le patron, Jack, rencontré à Djerba l’année dernière. Lorsque je lui dis que je suis inscrite sur le 107, il dit juste « Ho putain ! » Rigolant Mais il est cool, il ne me fait pas les gros yeux.

 

Toute petite nuit, trop d’excitation, un peu de bruit dans le couloir, bref, si je dors 1h30 c’est le bout du monde ! Mais comme j’ai dormi 10h par nuit depuis le début de la semaine, ce n’est pas grave ! En plus en sortant de la chambre je tombe nez à nez avec Frédéric Desplanches, si c'est pas un beau présage ça! On déjeune avec Philippe, les bénévoles se sont levés à 2h du mat pour tout préparer dans la grande salle, c’est juste royal (ou alors ils n’ont pas dormi !)

Je retrouve Françoise remontée comme un coucou suisse avant le départ, et je rencontre le grand Tom.

Un peu moins de 150 personnes sur l’ensemble du 107 et du 65 (qui partent en même temps, à 3h30), je réalise que j’adore déjà cette course qui ne sent pas la foule. Après les recommandations d’usage, Jack nous conduit au petit trot jusqu’au sentier des crêtes au dessus de la ville, où la course commence vraiment.

Je reste au fond dans ce monotrace très étroit, mais je me sens bien. Je ne me sens pas fatiguée, tout va bien. Ce sentier des crêtes est très chouette, mais ensuite ça va se gâter, avec l’arrivée de l’un de mes pires ennemis : la boue.

Avant la course, je me voyais déjà en Princesse Mononoké dans la forêt de Saou au milieu des sangliers, et pour commencer voilà que je me retrouve à nouveau en sorcière Dorotabo, la reine de la boue ! Non mais merde à la fin, je suis venue dans la Drôme du Sud pour les cailloux, je ne veux pas de boue, j’en ai trop eu cette année (CCC, Saintélyon, Ecotrail...)! Je jure comme un charretier à chaque descente en patinage, et surtout, je n’avance pas.

Beaucoup, beaucoup, beaucoup de boue jusqu’au 15ème environ, 1 kg de plus à chaque pied (j'exagère à peine). Jack avait prévenu « c’est gras, très gras ». C’est même obèse, avec des ornières creusées par les tracteurs, aussi profondes que les crevasses du Mont Blanc. Si tu tombes dedans, on ne te retrouve pas, c’est clair. Bon, il paraît que ces derniers mois ont vu des records de précipitations depuis au moins 2500 ans, et voilà le travail. Il ne pleut pas, on ne va pas se plaindre.

 

Sur ce tronçon de course, je papote régulièrement avec un monsieur assez sympa, qui m’aide à sauter les rivières sans (trop) me mouiller, qui me dit de mettre un bonnet sinon je vais attraper froid, et de ne pas trop me cramer. Je cours avec ma mère en fait !

 

Vers le km je sais plus combien, on retrouve des conditions sèches, et le genre de sentier que j’adore, sec, à cailloux, au milieu des buis, des cades qui piquent, bref, une végétation dite méditerranéenne. E.T. retrouvé maison, ouf.

 

J’avais prévu d’arriver à Barcelonne, km 25, au bout de 4h, j’ai dix minutes de retard, on dira que c’est la faute à la boue.

Il y a de la bière aux ravitos. Si si, je vous jure, je vous ai dit que c’était une chouette course. « Mr Maman » me redit de mettre un bonnet avant de monter vers la Tour, et puis me lâche.

L’ascension de la montagne de la Raye n’est pas difficile, juste un peu longue, mais le sommet est magnifique, sur la campagne drômoise qui se réveille. C’est là que je vais faire connaissance avec une spécificité de cette région, ou peut-être pas une spécificité, mais en tout cas un truc dont je n’ai pas l’habitude. A Nice, les montées montent et les descentes descendent, tout le monde trouve son chat et les brebis sont bien gardées. Dans la Drôme, les montées redescendent souvent. Quand on voit une pente dans openrunner avec 700m de D+, c’est totalement trompeur, on redescend sans arrêt ce qu’on vient de monter, et on se retrouve avec au moins 900m au final. Ces changements de rythme ne sont pas si faciles à gérer et coûtent en dénivelé !

 

Vers les falaises, je me plaque contre les buis mais je passe sans problème. J’en profite pour dire à de futurs lecteurs finishers que s’ils sont sujets au vertige comme moi, il n’y a aucune problème à cet endroit, allez-y sans crainte.

 

Dans la « descente » suivante (je mets les guillemets car les descentes drômoises montent beaucoup, en exact contre-pied des montées, logique vous me direz), dans la descente donc, je tombe sur un niçois qui a des soucis de genou, ha ben tiens, voilà ce que ça fait la boue quand on n’en a pas l’habitude.

Je presse un peu les trois personnes qui me bloquent le passage dans le monotrace, qui marchent dès que c’est plat, et qui ne semblent pas être affolés par la prochaine barrière horaire, celle de Cobonne. Je leur dis de faire gaffe quand même, vu que je sens mal la descente suivante, pas de tout repos, avec des passages très raides, et des sentiers très étroits au milieu des buis. Dans l’énervement, et vu que je colle un Suisse devant moi  pour qu’il comprenne que je veux passer (qui n’a pas fini de m’emm…der d’ailleurs), je me prends une branche en pleine poire, et me vois déjà défigurée à vie (bon finalement ça ira).


 

J’arrive 10 min avant la fermeture du magnifique village de Cobonne, soit 20 min de retard sur mon planning, ils arriveront DEUX minutes avant, de la folie !

Avant Cobonne, je n’ai pas réussi à suivre le conseil de Samontetro, j’ai levé la tête et regardé les 3 becs en face oui je l’avoue ! Bon Dieu, il avait raison, qu’ils sont loin !

 

Je repars vers Saillans, presque toujours seule (j'adore), en passant par des campagnes splendides, des champs de blé au vent où je me prends pour Terrence Malick, une fontaine avec des petits verres préparés pour nous et une mémé qui me demande si la boue n’est pas trop pénible, jusqu’à l’avant-dernière côte avant Saillans. Elle passe facilement mais la descente m’inquiète. Pour la première fois depuis 5 ans, j’ai mal au genou. Ben merde alors. Je marche donc une bonne partie de cette descente, et vois finalement arriver la réputée horrible montée des Essarts avec soulagement ! Comme je le dis à l’une des bénévoles qui pointe à ce moment, au moins les montées reposent les genoux !


Franchement, j’ai bien aimé les Essarts (Michel m’a dit que j’étais la seule à le complimenter sur ce choix de parcours). Ça monte dur, mais en une seule fois. On compte les centaines de mètres de D+ sur sa montre, jusqu’à 450, et on n’a pas de mauvaise surprise, après un peu plus de 45min, c’est plié. Il faut dire que j’ai connu les Essarts au sec, et pas sous l’orage glissant de l’an dernier, ce qui change tout ! D’en haut, la vue est à tomber par terre, et la descente est super belle, finit dans une forêt magnifique, mais je n’en cours que la deuxième moitié, toujours pour épargner mon genou.

 

Du coup je ne suis pas très en avance à Saillans ! Un clown sympa (un VRAI clown) me dit que je dois passer au contrôle médical. Super tension et pouls à 105, impec, j’ai un gros feu vert du docteur. Je mange super vite, Lau qui est venu me retrouver ici remplit mon camel back et je repars même pas un quart d’heure avant la fermeture.  

 

Si j’ai bien aimé les Essarts, j’ai détesté Cresta. Hormis le petit pont de bois spécialement monté pour nous sur la rivière la veille, et le chevreuil qui m’est passé devant le nez en montant, je n’ai trouvé aucun intérêt à cette colline, pas de vue particulière, des sentiers en dévers bien chiants, et une descente affreuse à 30% souvent, heureusement qu’il n’y avait pas de boue à cet endroit, sinon c’était gamelle sur gamelle. En plus je retombe sur mon Suisse de la Raye, qui a tenu à quitter Saillans malgré les avertissements du docteur qui ne le trouvait pas au mieux. Il va finalement jeter l’éponge et par la même occasion enquiquiner le serre-file clown dont j’ai oublié le prénom (Jean-Luc ? je suis désolée) !

A ce moment-là je suis de mauvais poil, et le deuxième serre-file, Michel, est très bavard, pour ne pas dire un poil trop pipelette, alors qu’il n’a pas dormi depuis deux jours, je ne sais pas comment il fait ! J’ai besoin de calme (oui je sais c’est pas très poli), je mets donc de la distance entre nous sur la portion de route avant la montée aux 3 becs. Il ne se montrera pas rancunier plus haut dans la pente, ouf.

 

(photo Caminarem.com)


Lorsqu’on est aux Auberts, à un peu plus de 600m d’altitude, on se prend les 3 becs en pleine face, c’est extraordinaire. Mais on mesure aussi ce qui nous reste à monter. Bon, soyons clair, c’est dur, très dur, et le vent commence à souffler fort. Juste avant d’arriver au Pas de la Motte, où nous attend Matthieu, j’enfile ma polaire, ma Goretex et même un surpantalon. Rien n’est de trop, j’aurais eu un bonnet et des gants, je les aurais enfilés aussi !



(photo caminarem.com)


A ce moment déboule par le bas le serre-file clown qui me demande comment je m’appelle  car « on a perdu Françoise ! » Je lui dis que ce n’est pas moi mais que je la connais ! Elle nous inquiète un peu car il annonce qu’elle est perdue mais qu’il manque son pointage à Saillans (ce qui s’avèrera être inexact d’ailleurs). Mais elle est passée AVANT moi à Saillans, donc elle est bien bien perdue! Bref, je crois qu’il redescend la chercher, ou qu’il l’attend. Ça me chiffonne mais je repars, car on se pèle ! Matthieu me dit que si je retrouve la forme dans les montagnes russes allant au rocher de la laveuse, puis dans la combe vers Saou, je peux espérer avoir une petite chance de passer avant 23h avant la prochaine barrière. Mais il me prévient, « c’est bien tendu quand même ! »

 

Au lieu de retrouver la forme, je perds complètement les jambes, je progresse à 2 à l'heure, et au pied de la dernière côte bien raide vers la Laveuse, je m’assois sur un gros caillou et me dis que je vais mourir ici tant qu’à faire, d’ailleurs tout ce que j’ai ingurgité à Saillans ressort on dirait. Je suis désolée Jack, j’ai un peu oublié les vautours qu’il ne fallait pas déranger, j’ai juré un peu fort. Mais comme il y avait du vent, je pense qu’ils n’ont pas entendu.

 

(photo camniarem.com)


Le serre-file Michel me rattrape donc, et gentiment me dit qu’on va monter 50m par 50m. Il me fait abriter du vent derrière les arbres pour reprendre mon souffle, mais je n’arrive plus du tout à avancer, je découvre ce que c’est que de ne plus avoir d’essence du tout. Je suis lessivée. On finit par arriver en haut de cette p…. de côte, pour découvrir un des panoramas les plus prestigieux qu’il m’ait été donné de voir. Comme je suis lente, j’ai eu de la chance, entre la Motte et la Laveuse, de voir les rochers au coucher de soleil, puis au crépuscule, et d’admirer les lumières de Saillans à travers la roche percée. Franchement, c’est extraordinaire. Michel me dit qu’on n’est plus à 5 min près vu que la BH m’a déjà tuée, on fait donc un peu de tourisme là haut, on va voir le rocher de la Laveuse et les points de vue.

Comme vous pouvez le constater, ce ne sont pas mes photos, mon téléphone fait déjà des photos moches en plein jour, alors au crépuscule...


 

(photo caminarem.com)


En redescendant, ça ne va pas du tout du côté de mon estomac, il veut ressortir de nouveau. Au pas de l’âne, vers le 84ème, je tire le rideau. Je suis heureuse de voir que Françoise va bien, qu’elle est en forme, et qu’elle descend bien, accompagnée par le clown. Mais elle mettra quand même 1h30 pour aller jusqu’au ravito de Saou. Même si j’avais pu la suivre, je serais arrivée trop tard, et en plus je ne me suis pas égarée moi, donc je n’aurais eu aucun traitement de faveur! Et faire poireauter une heure de plus, et pour rien, les bénévoles en bas, ça ne me plaît pas comme idée.

C'est quand même mon record de distance, de dénivelé (près de 5000m D+ d'après l'alti baro de Tom), et horaire (18h20), donc je suis contente. 

 

Je rentre donc à Crest dans une jeep qui fonce, je n’ai plus mal au cœur, vu que je suis très occupée à avoir une trouille bleue ! Qu’à cela ne tienne, je serai malade sur le parking, donnant un spectacle assez pitoyable aux bénévoles et à Jack « halala, je t’avais dit que c’était dur ! » Langue tirée

3 assiettes de chorba plus tard, ça allait déjà beaucoup mieux !

(bah, j’avais faim quoi)

 

 

Je reste encore aux portes du paradis cette fois.

Il y a 9 cieux au Paradis de Dante, ça fait grosso modo 12 km à grimper par ciel.

J’ai donc atteint le 7ème. Il paraît qu’on est heureux d’atteindre le 7ème ciel. Je confirme !

 

Je ne sais pas encore si je reviendrai faire le 107. A vrai dire, sur les derniers sentiers, et en rentrant à Crest pendant la nuit, je me disais « non, pas question ».

Une super conjonction des planètes météo, moral, absence de fatigue et hormones OK, telles que je ne l’aurai peut-être pas la prochaine fois. M’entraîner plus ? Dans la pratique, ça ne fonctionne pas, j’ai trop de boulot, et si j’accumule plus, je suis très vite crevée (jamais blessée, mais souvent fatiguée…).

Pourtant depuis dimanche matin, je ne fais qu’y penser, et j’ai déjà envie d’y retourner. Pourquoi se mettre dans ce type de difficultés, sur des projets qui semblent inatteignables pour moi ? Je ne sais pas, je suppose que c’est la vie, tout simplement. Il y a trois ans j’ai changé de labo, de thématique, parce que je m’ennuyais et pour commencer des choses que je ne connaissais absolument pas. C’est très dur, je suis souvent larguée et je ne comprends pas toujours tout, mais ça me plaît. Peut-être que c’est un peu pareil en course ?

Ce que je veux c’est faire de grands voyages, profiter de notre Terre. Je sais que je pourrais le faire seule dans mon coin ou en petit comité, mais d’abord je n’aurais pas le courage d’en faire autant que ce qu’une course oblige, et en plus j’aime aussi ces rencontres, ces instants de partage (à condition que les sentiers ne soient pas bondés non plus), ces doutes et ces espoirs. Bref je suis accro, complètement. Et les aventuriers du bout de Drôme, c’est quand même un sacré shoot !

Et puis je n'ai jamais vu une course aussi bien organisée, avec une équipe aussi sympa et aux petits oignons, tout du long. On vous aide, on vous chouchoute, on prend soin de votre santé, on vous prépare à manger, le petit déj à 2h du matin, la chorba le lendemain à la même heure, on vous aide à finir, on vous fait rigoler etc...

 

48 commentaires

Commentaire de heidi posté le 13-05-2013 à 15:11:38

Ah oui ça fait envie effectivement, ça a l'air magnifique.
Je me méfie toujours des profils "openrunner"; suivant comment ils sont utilisés/publiés c'est très trompeur.
Tu nous relates très joliment une magnifique aventure sportive mais aussi introspective, de celles qui font avancer quoi!

Commentaire de heidi posté le 13-05-2013 à 15:13:09

Euh oui! Super Bravo bien sûr!
(je vais t'organiser un stage dans la boue!)

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 20:14:40

Un stage de boue? Tant que c'est pas une mud run, je suis d'accord! :D

Commentaire de PhilippeG-575 posté le 13-05-2013 à 16:18:05

Très bien ton récit Japhy ! (et le qualificatif est faible)
Il ne faut jamais écrire "jamais" (je parle de Bubulle ;-))
Il est tellement bien écrit que je n'oserai pas en écrire un car il sera forcément moins bien :-)
On comprend bien ce que tu as ressenti, parfois rigolo...
C'est vrai que la région est belle, le parcours très bien, l'organisation aux petits soins pour les coureurs et tout ce mélange donnent envie d'y retourner.
Si tu reviens j'espère cette fois-ci que ce sera pour terminer (et pourtant j'aurai essayé de minimiser la difficulté)
Bonne récup.

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 20:16:45

Ouais non mais n'essaie pas de me rouler avec des histoires de CR s'il te plaît. Au boulot!
Je ne t'ai pas vu courir mais ton chrono est impressionnant comme d'habitude! J'ai juste pensé à toi et à ton mini-débardeur lorsque j'étais en haut des 3 becs en plein vent! Je ne sais pas comment tu as fait!

Commentaire de samontetro posté le 13-05-2013 à 17:03:31

Tu fais partie de ces Kikous que je n'ai pas eu la chance de croiser sur le parcours. Une autre fois sans doute mais j'étais très occupé à suivre la progression de Kailassa qui caracolait en tête du 65km! Mais Oui il va falloir que tu reviennes car la grande combe c'est quelque chose, l'auberge des dauphins blottie dans la forêt avec son ravito, le pas du faucon qui sonne la délivrance et lorsque tu franchis l'ultime bosse des Gardettes face à la tour illuminée... Tu reviendras, hein ?

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 20:18:10

Patrick je me doutais que tu étais en mouvement perpétuel, ne t'inquiète pas! j'avais qu'à me dépêcher hein! :D
Mais bon, tu as raison, je rempilerai certainement un jour....c'est trop bien!

Commentaire de anyah posté le 13-05-2013 à 17:07:03

Sois pas déçue Japhy : tu as déjà envie de recommencer (ça ou autre chose) c'est le principal. Je comprends ton envie de changement permanent : c'est mon carburant aussi, mais du coup on n'arrive jamais à avoir les 100 ans d'expérience nécessaires pour réussir un truc, tu vois ce que je veux dire ? Prendre des risques, être son libre arbitre, c'est ce que tu fais, et tu le fais bien. Continue !
PS : je me demande si t'as assez mangé (avant, pendant ?)

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 20:19:20

Tu as peut-être raison anyah, j'avais vraiment peu de temps à Saillans, et j'ai sans doute mangé un peu vite et mal. Les 68 km méritaient une vraie pause, mais là encore, c'est un peu ma faute, j'aurais dû arriver plus tôt!

Commentaire de Aurely42r posté le 13-05-2013 à 17:21:11

Bravo Japhy... Tes récits me font toujours autant rêver, je suis fan ;-)
Bonne Recup'

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 20:19:54

Dis donc Aurely, c'est pas loin de chez toi cette coursinette. :)

Commentaire de Aurely42r posté le 14-05-2013 à 08:07:43

Oui effectivement c'est pas très loin 1h30-2h.... Mais tu es prié de ne pas me donner de mauvaise idée :-)

Commentaire de ch'ti lillois d'vizille posté le 13-05-2013 à 17:21:53

Beau récit Japhy pour une belle course même si tu ne la termines pas comme tu le souhaitais.
Crest est "la" course que je coche chaque année depuis ma première découverte ( sans les blessures ).
Pour ton entrainement sur plus long sans engendrer de fatigue, tu es à Nice, il fait plus beau temps que partout ailleurs....fait du vélo ( vtt ou route ) voir même en entrainement croisé ( moins usant qu'une sortie longue ) et le 107 ira très bien.
Au plaisir de te rencontrer à Crest en 2014.

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 20:20:57

Pour le beau temps, tu as raison (encore que cette année, on l'a eu aussi pourri que les autres!)
Pour le vélo, ça va être une autre paire de manche de me convaincre, déjà j'ai pas de vélo, et en plus, j'ai peur des voitures!
A l'année prochaine j'espère! :)

Commentaire de Françoise 84 posté le 13-05-2013 à 18:05:11

Bravo d'être allée aussi loin! La prochaine sera la bonne, il ne devait pas manquer grand chose... J'ai été aussi bien déçue pour toi quand je t'ai croisée en haut de la combe, c'est vrai que tu avais petite mine... Gros bisous et récupère vite!

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 20:22:04

Ha mais Françoise tu nous as fait peur! Mais comment tu as fait pour te paumer? Tu étais impressionnante dans la descente vers Saou, je n'avais aucun doute sur ton arrivée triomphale! Tu l'as eue!

Commentaire de la panthère posté le 13-05-2013 à 20:16:24

vivement l'an prochain que tu passes allègrement ces trois becs et autres réjouissances!
mais je suppose qu'avant ça, tu as un programme de coursettes !
au plaisir de t'encourager ou de te croiser un de ces jours, et bravo pour ce record de kms , pas les plus faciles dans ma belle Drôme
une néo dromaise

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 20:24:14

Merci beaucoup! Oui j'ai deux ou trois petites choses de prévues pour bien me préparer à la prochaine édition, on va dire ça comme ça! :D

Commentaire de peky posté le 13-05-2013 à 20:57:06

Il est informé bubulle du préambule provocateur?

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 22:25:41

Shhhhhhhhhhhtttt, si tu ne caftes pas il ne le saura pas! J'agis en sous-marin!

Commentaire de Arclusaz posté le 13-05-2013 à 21:49:14

Quand on désobéit à Samontetro et qu'on regarde les 3 becs, on devrait être changé en statue de sel !

ah, non, c'est pas une bonne idée, on n'aurait pas eu ce superbe récit (et on n'aurait plus notre Japhy!).

Bravo pour ta course et merci pour ce formidable CR plein d'humour et d'introspection.
Crest, j'en rêve mais pas sur le 105-107, c'est trooooooooooop long ....

Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 22:28:15

En tout cas, contrairement à Eurydice, les 3 becs ne s'évanouissent pas d'être regardés!
Pffff je suis sûre que tu arriverais! Au moins le 65 pour commencer alors Laurent?

Commentaire de Boni posté le 13-05-2013 à 21:50:58

Salut Japhy, ton cr est tellement spontané qu'on s'y croirait et puis franchement c'est très drôle. Faire un bout de course avec toi ça doit être sympa car si tu es dans la vie comme on peut t'imaginer en te lisant, alors ça ne doit pas être triste.
J'ai bouclé le challenge...arg que c'était dur. 19h2? je crois et 7h?? mais j'étais trop "défoncé" et je n'ai pas pensé à regarder.
merci pour ces belles lignes !!!
Bonne route !!!
Stef


Commentaire de Japhy posté le 13-05-2013 à 22:30:01

Un immense bravo pour ce challenge Stef! Même pas en rêve pour moi, même en n'ayant pas fini le premier tronçon!

Commentaire de brague spirit posté le 14-05-2013 à 08:41:22

Pour 2014,tu laisses tomber l'Ecotrail.Tu fais un peu plus de D+(ça c'est facile).Et tu boucles le challenge.
Malgré le stop,tu sembles avoir pris beaucoup de plaisir.

Commentaire de Japhy posté le 14-05-2013 à 12:19:58

Oui, tu as raison pour l'an prochain. Sauf pour le challenge, pas question! :D
Ce serait une chouette course club pour l'ASPTT de Nice, avec plein de formats différents...

Commentaire de Mamanpat posté le 14-05-2013 à 13:50:40

Dis Japhy
Il est beau ton récit !
Tu me promets un jour dis
de m'emmener avec toi au paradis ?

Bravo et merci !

Commentaire de Japhy posté le 14-05-2013 à 16:02:27

Je pense qu'il faudra sans doute attacher une corde à nos tailles et c'est toi qui me tireras dans la pente! :D
ha oui tu devrais venir un jour, c'est trop bien.

Commentaire de ejouvin posté le 14-05-2013 à 16:12:42

Piou, tu es impressionnante.
La première à dire qu'il faut se reposer et voilà que tu enchaîne pas mal de courses avec celle ci qui envoie du lourd.
Tiens tiens, ça me rappelle quelque chose. Ce n'est pas ton fils qui voulait reprendre son activité un jour plus tôt que prévu ? ;)

Bravo pour cette volonté, bravo pour ton récit qui donne qu'une envie....
Te dire à l'année prochaine pour le finir.

Aller, maintenant repos madame

Commentaire de Japhy posté le 15-05-2013 à 07:05:17

Entre mon fiston et ma grand-mère qui disait toujours qu'elle aurait bien le temps de se reposer quand elle serait morte (et qui faisait la java la nuit dans sa maison de retraite), je suis foutue!
Mais tu as raison, là je suis bien bien fatiguée, encore les pied tout gonflés, je ne peux rien faire!
Mais je m'entraîne beaucoup moins que toi, je me fatigue moins en semaine, d'ailleurs ça se voit sur mes résutlats! :D
Bonne fin de prépa, n'en fais pas trop les derniers jours!

Commentaire de TomTrailRunner posté le 14-05-2013 à 16:39:56

Il y a des courses comme ça, dont on entend parler en bien.
Il y a des jours comme ça, où on se lance sur les courses comme ça.
Il y a des souvenirs comme ça, qui se forgent et s'ancrent dans la tête.

Attention, il y a des courses comme ça, on y revient parce que ça nous appartient.



Bravo a toi d'avoir été si loin sur les sentiers et a l'intérieur de toi même ...

Commentaire de Japhy posté le 15-05-2013 à 07:06:50

"on y revient parce que ça nous appartient"...
Et si tu avais raison, et si c'était ça que je ressentais?
Merci Tom. J'espère vraiment que ton tibia va bien.

Commentaire de laurent05 posté le 15-05-2013 à 10:03:48

merci pour ce beau récit
tu as vraiment impressionnante de volonté
l'année prochaine comme le dit jean michel avec un peu plus de D+ ça va le faire
encore bravo et bonne récup

Commentaire de Japhy posté le 15-05-2013 à 11:58:52

Merci Laurent! Bon il me manque un poil de volonté quand meme, mais petit à petit, ça grandit!

Commentaire de Jean-Phi posté le 15-05-2013 à 12:28:49

Gasppp !!!! J'ai failli passer à côté de ton récit ! Qui est superbe encore une fois, plein d'humour et surtout plein d'envie !
Je me suis bien marré en lisant cette phrase et en repensant à toi à l'ecotrail :"Jack avait prévenu « c’est gras, très gras ». C’est même obèse, avec des ornières creusées par les tracteurs, aussi profondes que les crevasses du Mont Blanc. Si tu tombes dedans, on ne te retrouve pas, c'est clair"
En tout cas, rien à redire, tu as assuré. 84 kms c'est pas rien et c'est carrément dur au vu de l'état du terrain !
Prend le temps de la récup, l'an prochain tu auras sûrement dans l'idée d'y revenir ! Tiens, je ferai bien un tour en Drôme provençale moi...

Commentaire de Japhy posté le 15-05-2013 à 13:01:21

Ha ouaiiiiis, viens! Ce serait trop bien! Sûre que tout te plairait beaucoup!

Commentaire de Jay posté le 16-05-2013 à 09:14:43

bravo pour ta course et merci pour le CR très intérieur et personnel .. il y a des aventures qui sont fortes car elles sont la promesse d'y revenir avec la sagesse acquise ... bon courage pour la suite :-)

Commentaire de Japhy posté le 17-05-2013 à 09:08:54

Merci Jay...J'ai hésité à écrire le dernier paragraphe de ce CR mais je devais essayer de répondre un peu aux questions que je me suis posée dans la dernière montée ("mais POURQUOI je m'inflige ça!" :D

Commentaire de Benman posté le 17-05-2013 à 22:45:38

Si tu es accro à ce type de course, on va devenir accro à tes CR, car celui-là, il se lit d'une traite (16 min, commentaires compris!). Je ne fais pas (encore) d'ultra, mais tu me permets de toucher du doigt ce qui motive ceux que beaucoup prennent pour de grands malades. Donc peu importe que tu aies pris un peu de temps pour faire du tourisme plutôt que de rallier l'arrivée... Bravo pour cette belle leçon. Est-ce l'habitude de disséquer des petits vers qui te permets d'avoir un regard si analytique sur ta course? Ah, et puis je rêve de connaître ce Mr Maman, il a l'air trop chou!

Commentaire de rodymcfly posté le 18-05-2013 à 12:33:15

Hello, je me lance pas dans un CR car j'ai pas ta plume, bravo, tu m'a fait revivre la course, c'était du bonheur.
et merci de nous avoir prévenu pour la limite des temps horaires, e toui je faisait parti du petit groupe qui marchait,
si je peut me permettre, surtout dans ce genre de course authentique avec peu de participants, lorsque tu veux doubler, demande le tout simplement et ca évitera de t'énerver à pousser derrière et ca te gachera moins cette petite partie de course, souvent ceux qui marchent dans ces cas là sont pas en très bon état, pas très lucides (tu l'a vu toi meme à Saillans pour le "suisse", (belge flamand en vérité)
je dit ca, car j'étais venu accompagné un ami et que c'était pas son jour, j'ai essayé de le soutenir pour qu'il arrive à Saillans au moins et du coup de pousser un peu ceux qui était au meme niveau, je l'ai abandonné au 45eme pour arriver à l'heure à Saillans et repartir dans les temps, je connaissais pas la course ni la région mais j'ai adoré le terrain hyper technique et la descente de la Grand Combes seul dans le noir a été un de mes meilleurs souvenir.
tu repenses déjà à l'année prochaine meme si tu t'ai dits non, désolé de te dire que t'est accro, c'est bon ca, en tous les cas perso j'y serais pour le faire vraiment en mode course, a ++ bonne prochaine course
Françoise84, on a discuté un bout de la Réunion dans une montée après Saillans, je suis désolé que tu te sois perdu, as tu put finir à temps cette année ?

Commentaire de brinouille posté le 18-05-2013 à 16:21:10

Après princesse Dorotabo, princesse Dorovovo :0)


c'est un peu frustrant l'ultra trail quand même, on reste souvent assis sur une pierre à quelques km de l'arche d'arrivée...bon je dois reconnaitre que le paysage ne fait pas regretter les 23 km manquants. repose toi un peu hein.

Commentaire de cristagallis posté le 28-05-2013 à 15:44:42

Tu tires le rideau au "pré de l’Âne"
Si tu reviens l'an prochain,on t'accueille
et on te loge...

Gilles local et accessoirement finisher

Commentaire de Sabzaina posté le 07-09-2013 à 15:15:00

Comment ai-je pu passé à côté de ce formidable CR? Je suis en dessous de tout.
Magnifiquement bien écrit, comme à ton habitude, j'adoooooooooore !
Bisous

Commentaire de Sabzaina posté le 08-09-2013 à 14:39:57

Comment ai-je pu passé à côté de ce formidable CR? Je suis en dessous de tout.
Magnifiquement bien écrit, comme à ton habitude, j'adoooooooooore !
Edit: Et après une lecture un peu plus approfondie, il me tente drôlement ce trail... Mais tu as raison, il y en a tellement.
Petite question: le staff médical contrôlait tout le monde?
Bisous Japh

Commentaire de Japhy posté le 09-09-2013 à 07:28:28

Coucou Sab, pour le contrôle médical, je peux juste te dire ce que j'ai vu, c'est-à-dire qu'ils contrôlaient tous les "derniers", mais j'ai cru comprendre en lisant les CR des années passées, que certains du milieu de peloton étaient aussi contrôlés. Je ne sais pas si c'est systématique. Pour moi c'est le clown qui m'a dirigée vers le médecin, celui-ci a dû regarder ma FC et peut-être aussi ma tension (? je ne me rappelle plus!)
et il a dit "mais c'est très bien tout ça, pas de souci pour continuer". Par contre, selon les dires de mon mari, il a été beaucoup plus ferme avec un autre coureur arrivé juste après ou avant moi, malheureusement sans succès, le type est reparti, a fait 4 km et fait demi-tour...
Je te conseille ce trail, vraiment, pour différentes raisons, très peu de monde, une ambiance super, un prix très décent, aucun pb pour trouver un logement, et la possibilité de s'inscrire tard, car il a encore peu de succès. Pourquoi, je n'en sais rien, c'est comme ça, faut pas trop chercher à comprendre. Parce que c'est juste magnifique. Après je l'ai vu avec le beau temps c'est sûr.
J'ai cru comprendre que tu ferais un truc coursières ou je ne sais plus quoi, mais si tu penses que cumuler les deux c'est trop, tu peux toujours faire le 65, ou presque mieux, le 35 (qui doit faire presque 40) et qui passe par les plus beaux coins.

Commentaire de PhilippeG-575 posté le 09-09-2013 à 09:21:01

Je ne veux pas m'imisser dans votre conversation mais oui, tous les coureurs du 105 sont controlés à Saillans.
C'est vrai que comme Japhy le dit il y a vraiment une très bonne ambiance ou tout est centré pour le plaisir du coureur :-)
Venez-y !!

Commentaire de bubulle posté le 07-05-2014 à 20:18:24

Moi aussi, j'étais passé à côté de ce CR, tabarnak! Je ne peux que plussoiyer ce qu'a écrit Sab, c'est un monument de CR. EN fait, je ne sais pas si je serais capable de faire un joli CR sur une course où j'aurais bâché, donc déjà tu as un avantage.

Parce que, sur la longueur, désolé, mais va falloir vérifier. Je pense que depuis, j'ai peut-être bien fait plus long...;-)

Commentaire de bubulle posté le 07-05-2014 à 20:22:48

hihihihi. CR bubullien de l'Ecotrail 2014 : 31937 caractères. Celui-ci, 16716 caractères..;-)

Na....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran