Récit de la course : Raid 28 2007, par leptitmichel

L'auteur : leptitmichel

La course : Raid 28

Date : 13/1/2007

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 763 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Raid 28 2007 - la revanche de l'Ourson



C'est reparti pour un 6ème tour.

Une équipe partiellement construite avec les équipiers de l'an dernier. Biopuce nous abandonne cette année pour cause de maternité, et le Renard Argenté se lance dans une nouvelle vie professionnelle et n'est pas disponible

Ils seront remplacés par de nouveaux arrivants...

Né d'un défi que s'est lancée l'EQUIPE TUROOM en préparant le célèbre Raid Gauloises, le trajet de Bures jusqu'à la cathédrale de Chartres était une manière de s'entraîner près de Paris en réunissant des conditions difficiles.

Vous pouvez vous faire une petite idée en regardant ce qu'est le concept du Raid 28

Jamais, en s'entraînant sur ce parcours, l'EQUIPE TUROOM n'aurait imaginé qu'un jour des dizaines d'autres équipes viendraient affronter les conditions difficiles d'une progression qui part de nuit, en hiver, en pleine nature, sans ravitaillement et en faisant sa route à la carte et à la boussole : le RAID 28® est né en janvier 1994

Cette année, l'épreuve est annoncée sur des bases proches de celle de l'an dernier (qui m'avait bien plu) et comme étant à l'opposé de celle de des années précédentes. En 2005 ce fut de longues lignes droites sans fin dans la plaine de la Beauce. En 2006 elle fut décrite par 3 chiffres : " 10 points de contrôles, 100 balises et 1000m de D+" et bien en 2007, on conserve + de 100 balises, 1000m de D+ et on passe à 14PC

Voyons voir si cette formule va porter ses fruits

Le CR de la Course Merci au Bulot, à la Souris au Sanglier et à l'Organisation pour les photos qui documentent ce récit.

La préparation

Sans rentrer dans le détail des toutes les séances, cette édition du Raid 28 est pour moi à intégrer dans l’ensemble de ma préparation pour mon objectif 2007 à savoir l’UTMB qui aura lieu fin Août.

Cet objectif s’est confirmé en Août 2006 en suivant la course, alors que ma préparation, qui avait été orientée vers la Mauritanie et Millau, ne me permettait pas d’inclure une épreuve de montagne aussi exigeante

Une fois mon second objectif réussi avec mon 1er 100 bornes à Millau fin septembre, je bascule pratiquement aussitôt sur le plan de préparation pour l’UTMB

Mon plan d’entraînement comporte plusieurs phases destinées à m’amener à bon port (enfin je l’espère)

Septembre 2006 – Décembre 2006

Période importante de remise en forme avec un objectif prioritaire : Perdre du poids pour passer de 82 à 75 kg, et ce sans restreindre de trop l’entraînement. Ca passe d’avantage par une refonte complète de ma façon de m’alimenter plus que par un régime au sens propre. Et ça marche. Les kilos disparaissent et je profite du challenge de CO organisé par Esprit Raid courant novembre pour me tester à la fois sur de la CO de nuit et sur un rythme de course que j’avais oublié depuis fort longtemps.

Finalement, c’est presque avec le poid visé que je me présente le 3 décembre à l’Origole, un trail nocturne de 69 km et 1400m de D+. Il me faudra 9h50 pour boucler l’ensemble du parcours mais aux vues des 45% d’abandon, cette arrivée sans trop de dégâts physiques est une petite victoire.

Décembre 2006 – Mars 2007

Cette seconde phase de mon entraînement doit me permettre de gérer le passage de l’hivers avec à la clé quelques épreuves exigeantes, comme le Raid 28, le Raid Normand et le trail de Vulcain début Mars.

La semaine 48 (juste avant l’Origole) et les semaines 49 et 50 me permettent de faire un gros break en prévision de la suite, car je sais que la saison ne devrait plus ensuite s’interrompre avant l’UTMB.

Une semaine type, pour la course à pied est composée de :

- Une séance de footing + escaliers + footing pour une durée d’environ 1h
- Une séance de footing + fractionné long (5x1000 ou 2x2000 en général) pour une durée d’environ 1h
- Une séance de footing + côtes pour une durée de 0h45h à 1h30
- Une sortie longue de 1h15 à 3h00 en VS longue distance et/ou rando course

A cela s’ajoute une séance de tir à l’arc le mardi soir (environ 2h00)

Arrivent alors les fêtes. Malgré les repas familiaux, j’arrive à garder le cap, et je profite de ma présence en Auvergne pour faire quelques sorties dont certaines de 1h15, avec 400m de D+ et une température entre 0 et –10°.

Il est important de noter que si la distance (163 km) et la durée (46h) pour l’UTMB ne m’inquiètent pas outre mesure (même si cela reste très important), ce sont les 9000m de D+ et l’altitude qui risquent de s’avérer difficiles à gérer. Aussi, le travail en côtes va rester une constante de ma préparation.

A partir de début janvier va venir s’intégrer à ces séances un peu de musculation (3 à 4 séances par semaine) avec comme priorité le travail du haut du corps (bras, épaules, dorsaux, abdos) afin d’assurer un renfort musculaire pour l’utilisation des bâtons et le port du sac.

Par la suite il est aussi prévu d’y associer quelques sorties VTT, mais chaque chose en son temps.

Si je fais exception d’un douleur assez prononcée dans le bas du dos (ça m’apprendra à porter des plaques de plâtre quelques jours avant la course), c’est dans une forme que je juge plutôt bonne que je me présente à Bures sur Yvette.

Le CR de la course

Je ne sais pas si vous avez remarque le nombre de CR (pas seulement au Raid 28 d’ailleurs) qui commencent par une sorte de revanche à prendre. C’est souvent du style " Edition 2005, on arrête au PC10 mais on sait qu’on reviendra pour finir… "

Et bien dans notre histoire c’est exactement ça. En Janvier 2006 on arrête à PC12 pour 15 mn de dépassement de la barrière horaire, mais de toutes façons, cela fait quelques heures que cet arrêt est programmé. L’Ourson et le Renard Argenté sont bien explosés et pousser plus loin n’apporterait pas grand chose, sauf à les écœurer ! Ils ont battu leurs records de distance et de durée en course puisqu’ils ont découvert les raids à peine un mois plus tôt aux cols verts.

A ce moment là l’idée de relancer la même équipe en 2007 avec pour objectif de bien gérer les balises et de passer ensemble sous l’arche est déjà présente.

Quand le capitaine (le Raton Laveur) relance la constitution de l’équipe " Zoo – 3 raids sinon rien " (en référence à notre participation aux 3 raids hivernaux à savoir les Cols Verts, le Raid 28 et le Raid Normand Hivernal), tout le monde est partant sur le principe, mais les faits vont évoluer un peu différemment.

C’est d’abord notre féminine, Biopuce, qui va déclarer forfait, et pour une fois on est content de ce forfait puisque c’est pour se lancer dans l’élevage de minibio… Dommage pour notre équipe, mais on est super content pour elle, et donc on se sent capable de faire l’impasse cette année là dessus

Ensuite c’est au tour du Renard Argenté de déclarer forfait. Il vient de changer de boulot et ne sera pas disponible le WE du raid.

On se lance du coup dans une chasse aux équipiers, mais en fait c’est surtout une chasse à l’équipière pour le Raid28 car c’est souvent le point critique dans la constitution d’une équipe.

Finalement après pas mal d’échanges, c’est le capitaine qui trouve une volontaire en la personne de Mireille qui sera intronisée sous le doux pseudo de la Coccinelle. Un CV qui ne laisse pas de doutes sur l’endurance du personnage avec entre autre plusieurs 24h et même la NFL (une course sur 7 jours non stop), même si dans ses mails elle nous assure qu’elle n’est pas rapide du tout. Ca tombe bien, nous non plus, et en plus la vitesse en raid est toute relative !

Il faut quand même savoir que la Coccinelle n’a jamais fait de raid, mais qu’elle compte (un peu) sur nous pour préparer tout ça au mieux

Ensuite il y a le Bigorneau qui se propose de venir remplacer le Renard Argenté, et rapidement, on a aussi une demande de l’Agneau. Le Raid28 permettant des équipes de 6, on décide de monter l’équipe de cette façon.

Le Raton Laveur – Capitaine
La Coccinelle – Reponsable des " top " ravito
L’Ourson – Poinçonneur
Le Bigorneau – Poinçonneur adjoint
Michel – Orienteur
L’Agneau – Orienteur adjoint 

Pas de raid des cols verts cette année en guise de préparation, mais une Saintélyon vers laquelle vont se diriger beaucoup de membres du ZOO. Pour ma part je fais l’impasse sur cette course qui ne m’avait pas emballé d’un point de vue de l’organisation lors de la 50ème édition, et je me rabat sur l’Origole, une nouvelle course (2nde édition) qui se déroule la même nuit mais au Perray-en-Yvelines à moins d’une heure de la maison. 68km pour 1400m de D+, il va y avoir de quoi s’amuser.

Seulement voilà, au Raid 28, il y a toujours des surprises… Et là de notre côté, on continue d’être gâtés. C’est d’abord le Bigorneau qui doit déclarer forfait pour cause de blessure.

Ensuite le Raton Laveur qui se fait une déchirure au mollet, et qui doit interrompre sa préparation, et pour finir, je me bloque le dos la veille de la course en transportant des plaques de plâtre… On a peut être intérêt l’an prochain à se faire sponsoriser par le SAMU ou Médecins sans frontières !

Malgré tout ça, la motivation reste présente. Depuis pas mal de temps j’ai dans l’idée de faire passer l’Ourson sous l’arche verte et blanche d’arrivée. C’est une image que j’ai en tête (pourquoi celle là ? Je sais pas) et qui ne remet bien sur pas en cause les objectifs clairs de notre petite équipe

  • Terminer ensemble au complet (partir à 6… Heu non maintenant c’est 5 et finir à 5)
  • Terminer dans les délais (avant 16h le dimanche)
  • Récupérer toutes les balises vertes

Objectif complémentaire

  • Récupérer des balises bleues quand c’est possible mais sans prendre de risques par rapport aux objectifs principaux.

Samedi 13 Janvier

Je pars de la maison pour aller à Epernon, lieu d’arrivée de la course. Je gare la voiture qui servira pour le retour du Dimanche soir et je retrouve quelques copains qui comme moi attendent la navette qui doit nous ramener sur Bures/Yvette lieu du départ.

Finalement, je vais faire la route avec Papy Turoom, grand ordonnateur du Raid, ce qui permet de discutailler un peu. On en profite pour faire un petit détour par le centre commercial des Ulis où lles équipes du ZOO se sont données rendez vous pour un AAB d’avant course, et grace à la participation du gérant de la cafétéria locale qui, pour la seconde année, accepte d’ouvrir ses portes 1h plus tôt rien que pour ça. Sympa !

Je retrouve bon nombre de zanimos, mais pas mes équipiers qui sont légèrement en retard (ceux qui connaissent le Raton Laveur ne seront pas trop étonnés ;-) )

Je laisse donc le zoo se restaurer et je descends à Bures au point de départ de la course où je retrouve mes potes dont la Monstertruck Team avec entre autre Domi et Soul.

Progressivement les arrivées se font et c’est assez impressionnant de voir comment, avec les années (c’est ma 6ème participation) je commence à connaître du monde dans beaucoup d’équipes, sans compter les ex-équipiers . Dans ce registre là, sont présents :

L’Papy (équipier 2001)
Le Lapouneur (équipier 2001)
Le Poc (équipier 2002)
Bibi (équipière 2002)
L’Blueb (équipier 2002 et 2005)
Ufoot (équipier 2005)
Koline (équipière 2005)
L’Ourson (équipier 2006)
Le Raton Laveur (équipier 2006)


Les "Zamis du Zoo" avec le Chacal, le Papy, Bibi, la Tortue, le Poc et la Libellule


Les "Dégâts des Zoo" avec Hémérodrome, le Shadock, le Dingo, la Souris, le Lapouneur et le Blueb'


Et enfin "Zoo-3raids sinon rien" avec l'Agneau, la Coccinelle, Michel, le Raton Laveur et l'Ourson

Impossible de passer en revue toutes les connaissance sans en oublier, mais l’ambiance qui règne avant la course est toujours chargée de bonne humeur et de plaisir de se retrouver.

Cette année le lieu de départ à changé. Toujours sur Bures mais sur le plateau et le gymnase doit faire à peine la moitié en taille de celui de l’an dernier. Avec plus de 50 équipes au départ, on risque d’être serrés surtout pour le report des balises, mais c’était sans compter sur l’inventivité de Papy Turoom.

Mes équipiers arrivent enfin et je fais la connaissance de l’Agneau et le la Coccinelle que je ne connaissaient que par échanges de mails.


La photo "officielle" du départ

C’est un peu le bazar dans le gymnase, mais l’ambiance est toujours bon enfant.

Un peu avant 22h c’est l’heure du briefing avec les dernières infos. Toujours important car il y a souvent des petites infos intéressantes par rapport aux conditions de dernière minute. C’est le Jano lapin qui s’y colle, normal c’est lui qui a tracé le parcours.

On nous annonce un nouveau départ et la seule chose qu’on sait c’est que les capitaines d’équipes doivent rester dans le gymnase pendant que les équipiers vont attendre dehors.

DU DEPART AU PC1

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

22h00. On est dehors et on attend notre capitaine...

On s'est placé au point prévu et on guette la sortie du gymnase. Les premières frontales apparaissent et le Raton Laveur nous rejoint.

Il a récupéré une petite carte qui indique l'endroit où vont nous être remis les road-book complets.

C'est en fait à quelques centaines de mètres, à l'intérieur d'un grand tunnel qu'on avait emprunté en 2002 au tout début du Raid.

Vu la foule, peu de chances de se perdre. On suit le mouvement pour sortir du centre de départ, on emprunte un petit sentier et là on doit se faire une belle descente sauvage un peu raide pour rejoindre la piste qui mène au tunnel. Rien de tel pour se mettre en jambes. Le Raton Laveur qui voulait un départ cool pour tester sa déchirure est servi, mais comme il le dit à ce moment là, si ça a tenu, ça continuera à tenir.

On avance tranquille jusqu'au tunnel où on récupère cartes et road-book.

Le road book comprend les cartes détaillées (normal), les fiches avec les définitions de postes (que vous trouverez tout au long de ce récit) mais aussi 2 cartes au 1/100.000 avec le tracé "général" de la course

La carte générale de la course. Cliquez sur l'image pour voir la carte.


Le nouveau départ, avec report des postes dans un tunnel

Avec l'agneau on se lance dans un report des premiers postes. On respecte notre décision initiale de ne pas reporter les balises bleues au moins en début de course pour ne pas être tentés "d'y aller quand même". Si on est bien on en fera mais plus tard.

Le report se fait sans trop de soucis. On reporte l'équivalent de 2 cartes (environ 25 balises), on range tout le matériel et hop, c'est parti...

PP001 - "l'Abreuvoir et les Sablonnières" : extrémité Sud du pont (viaduc)

Pas trop difficile celle là... On part à un tout petit rythme histoire de mettre la machine en route en essayant de se caler sur l'allure de la Coccinelle. On reprend la piste que nous avons pris pour venir au tunnel, nous la suivons jusqu'au viaduc puis arrivés au bout du viaduc on se dirige vers la masse de coureurs en train d'essayer de pointer... L'Ourson ne voit pas tout de suite la balise d'ailleurs, mais il faut dire à sa décharge que ça grouille tellement qu'il est difficile d'y voir clair.
C'est à ce moment là, en essayent de m'écarter de cette masse (celle des coureurs, pas celle de l'Ourson !) que je me fiche un violent coup sur le tibia en heurtant un petit poteau en bois de 40cm de haut... Le coup est tellement violent en plein sur l'os que malgré mes 2 épaisseurs de collants et ma guêtre, cela va arriver à m'arracher un bout de peau. Qu'est-ce que ça aurait été si je n'avais pas eu la guêtre...

PP002 - Nord du pré: 100m au 125 du PP001
PP003 - "Bois de la Garenne" : sud de la mare, sur le "Ruisseau d'Angoulême"

Deux balises bleues zappées volontairement. En plus connaissant Papy Turoom, celles ci seront un peu sélectives juste histoire d'étaler un peu plus les équipes...

PP004 - "Coudrées" : angle du bois, 430m à l'Ouest du gymnase de départ

Un petit calcul d'azimut sur la carte, un report avec la boussole. Je positionne 430m sur le gymnase, je regarde où arrive le bout de ma boussole et hop c'est parti...

On descend le long du viaduc. Un peu raide, mais c'est sablonneux et ça ne glisse pas trop. Je repère vite le champ et le bois. La balise doit être au bout là bas. Trop facile… On arrive à l’angle on fouille un peu mais rien pas de balise. A un poil près on y est, à moins qu’elle soit de l’autre côté de la route. On cherche un peu partout. On descend sur la route, on rentre dans un sentier mais toujours rien malgré deux contrôles de position avec la boussole. M…. Elle a quand même pas disparu cette foutue balise ?

Je re-re-re contrôle mon azimut sur la carte et là BING !!! Quel crétin je suis… J’ai bien positionné les 430m au point de départ, sauf que dans ce cas, le " 0 " c’est pas le bout de ma boussole mais le bout des graduations. Depuis 10mn on cherche au mauvais endroit. Je recale sur le " 0 " de la boussole. On envoie l’Ourson à la chasse et là pas de soucis…

Bon disons, que c’est ma bourde de départ… juste le temps de rentrer dans la carte, mais comme ça c’est fait… Mais ça fait ch/&r quand même !

PC1 - "Gometz-le-Châtel" : traversée de la D.988 par le GR, 130m au Sud-Ouest de la cote 105

On attend l’Ourson parti chercher PP001 sur le chemin que nous devons prendre pour rejoindre PC1.

Une fois l’Ourson de retour, on enquille une descente sur ce chemin pour rejoindre la départementale où se trouve le PC.

On arrive sur la départementale par une route en dessous du PC. On remonte au PC1 sans soucis et on pointe notre premier passage (les PC sont disqualifiants si on y passe pas !)

DE PC1 à PC2
4 balises vertes et deux bleues pour cette section.

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP005  - Jonction chemin/bois au "l" de "les Bigarreaux"

L’agneau m’annonce les définitions et moi je reporte. Mais voilà, ce coup-ci c’est l’Agneau qui va faire sa boulette (chacun son tour, fallait pas se moquer trop vite tout à l’heure)… Il lit sur la définition " sous le i de Les Bigarreaux ", alors que c’est " sous le L "

Bon Depuis PC1 on part par la petite route et on monte tranquillement jusqu’au chemin qui part sur la gauche. On continue de monter et on prend sur la droite pour aller vers ce que nous pensons être l’intersection.

J’essaie de trouver un sentier pour rejoindre le " i " mais rien. On continue donc d’avancer sur le chemin jusqu’au moment ou pris d’un doute je relis la définition avec l’agneau. Bingo, c’est un L pas un i… OK ! Même pas grave, on continue et on trouvera le chemin plus loin avec la balise au bout !.

PP006 - Dépression, la plus proche de la cote 164 ("les Patios")

Alors là, si on veut rester sur un terrain roulant, il va falloir faire un sacré détour. Vu notre allure on ne peut pas se le permettre, alors sans hésiter je propose une coupe droit devant. On descend jusqu’au cours d’eau , on le suit un peu et on remonte de l’autre côté.

C’est parti. La descente est un peu sauvage mais ça passe. On s’assure juste de ne perdre personne en route. Une fois en bas on essaye de trouver quelques appuis sur le relief et on avance jusqu’à finalement rejoindre l’extrémité d’une route d’où part un sentier qui monte droit dans la pente. A partir de là on se fait une jolie montée bien raide avec parfois limite les mains… et ce sera pas la seule !

On continue tout droit jusqu’à rejoindre la limite d’un lotissement. A partir de là on a de quoi se caler pour aller chercher la balise facilement. On croise l’équipe du " gros camion " qu’on recroisera plusieurs fois d’ailleurs tout comme les jukson five ou les dégats des zoo…

PP007 - Mare la plus à l'Est de la forêt
PP008 - "Bois des Coudraies", Sud-Est de la clôture bordant le réservoir

Deux balises bleues zappées (non reportées) . Notre décision de ne pas reporter les bleues pour ne pas être tentés d’aller les chercher était bonne car vu la position, je n’aurais probablement pas résisté à aller chercher PP007, PP008 étant un peu plus excentrée !

PP009 - Passage du "Parcours sportif" sous la route à la cote 158

On décide de ne pas couper par la résidence, mais plutôt de suivre le large chemin qui contourne. C’est plus facile car on a pas d’intersections à gérer et on peut courir.

C’est là que je me rends compte que notre allure risque de nous jouer des tours.

Habituellement sur ce type d’épreuve, à notre niveau une alternance course tranquille (9km/h) avec une marche rapide permet de gérer les verte et une partie des bleues.

Mais là notre rythme de course, calé sur celui de la Coccinelle, est trop lent. Il correspond pratiquement à mon allure de marche active. Du coup impossible de gérer une alternance…

Je décide de continuer la progression telle que prévue au départ, mais je commence à éliminer l’idée de faire des bleues sur la seconde partie du parcours.

On continue notre progression au train jusqu’à PP009 sans problème.

PP010 - "Bois de Graville", coude (à angle aigu) du chemin à l'Ouest de "Bois"

Aucun soucis sur ce poste à poste. Un bout de chemin tout droit puis on traverse un lotissement sous le regard parfois étonné de personnes regagnant leur domicile ;-)

Arrivés au bout du lotissement on prend à droite. La Coccinelle s’inquiète pensant qu’on est rentré dans un cul de sac, mais un sentier descend sur la gauche au bout de l’allée où on trouve la balise.

PC2 - Ouest du "Plateau de Belleville": traversée de route 100m à l'Est de "Fontaine du Diable"

Facile celui là aussi… C’est toujours tout droit…et en plus ça descend !

DE PC2 à PC3
6 balises vertes et 5 balises bleues sur cette section.

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP011 - "Bois de Vaugondran": sommet de la butte, cote 109 (chablis)

Une balise bleue… on la zappe
Dommage… Non seulement on était juste à côté mais en plus elle nous aurait évité une petite erreur de chemin.

PP012 - "Bois de Vaugondran": borne, altitude 150

Facile celle là… On va tout droit et on reste sur les sentiers. Heu !!! vous avez dit facile au Raid 28… Et bien c’est justement là le piège. On se laisse emporter par le flot de plusieurs autres équipes. Au bout de quelques centaines de mètres je suis étonné de ne pas monter alors que le sentier doit grimper dans la pente. Contrôle d’azimut pour me rendre compte qu’on est pas où il faut. Seule solution se faire un tout droit dans la foret à l’azimut en espérant retomber sur le bon sentier.

On se lance dans une zone un peu sauvage mais ça passe quand même. A partir de là on monte droit dans la pente. Passage sur un premier chemin… c’est pas le bon… on continue. Finalement on rattrape le bon sentier. Contrôle d’altitude pour trouver la cote 150. On a 3 GPS et là, par chance, ils donnent à peu près la même chose (alors que côté distance, c’est le grand n’importe quoi ;-) )

Il nous reste plus qu’à remonter le sentier jusqu’à la balise… fastoche quoi !

PP013 - "Bois de Vaugien", jonction de chemins sous le u de "Vaugien"
PP014 - "Bois de Vaugien", sud de la clairière à l'Ouest de "Bois"

Encore 2 balises bleues de zappées…Dommage, la 13 était jouable facilement.

PP015 - "Bois de la Guièterie", angle du pré, au dessus de la cote 159

Depuis PP012, on traverse le grand champ en lisière jusqu’à la ferme. De là on essaye de reprendre le chemin mais il faut passer par une propriété privée (c’était annoncé au briefing). On essaye de ne pas faire trop de bruit. Un peu plus loin au passage d’une clôture on retrouve les Dégâts des Zoo qui essaye de profiter d’un passage de barbelés pour arracher une partie vitale de mon anatomie… qu’est-ce qu’ils ne feraient pas pour passer devant.

On continue sur un chemin puis en bordure de bois j’oriente l’équipe vers la balise. A ma grande surprise, les dégats des zoo continuent tout droit ??? tiens ! ils zappent cette balise ?
On va cherche la balise qui ne pose pas de soucis.

PP016 - "ST REMY LES CHEVREUSE" : ancienne voie ferrée, sur le pont, au point coté 85

On est sur le plateau et St Remy est dans le bas. Il faut passer par le centre ville donc c’est pas trop difficile de s’orienter. On chemine tranquillement sur le plateau jusqu’à trouver un chemin qui nous descend en ville. On croise au passage les dégâts des zoo qui, pris de remord, retourne chercher la PP015 ;-)))

descente un petit peu technique mais ça roule quand même. On rentre en ville et on se laisse descendre vers la voie ferrée. La balise est un peu plus loin, au niveau d’un pont.

PP017 - "Beauséjour" : GR.11 cote 105 la plus au Sud, départ du chemin axé Ouest

Plutôt que d’aller chercher la ligne de chemin de fer où le sol risque d’être mauvais, on préfère continuer notre progression en ville jusqu’au dernier pont. Là on reprend la ligne (devenue le GR11) jusqu’à l’attaque d’une belle montée où se trouve la balise. Si la balise ne pose pas de soucis, la montée où elle se trouve est plutôt sévère !

PP018 - Mare dans la parcelle 4

Comme je le disais la montée vers PP018 est sévère… Ca glisse, c’est raide, et heureusement qu’il y a un grillage pour s’accrocher. Celui-là, il a du en voir des mains cette nuit là !

Une fois en haut, on rentre dans le bois par une arête avec une nouvelle petite montée. Trouver la mare ne posera pas de gros problèmes.

PP019 - Dépression dans la parcelle 10
PP020 - Photodéfinition 1: ANNEXE 1

Encore deux balises bleues zappées. On découvre là aussi la nouveauté de l’équipe Turoom en termes de définition. Ils remplace la définition en question par une photo, à partir de laquelle il faut retrouver l’endroit. Attention à bien regarder tous les détails de la photo pour bien situer l’endroit !

PP021 - Croisement de chemins à la cote 167

De PP018 à PP021 c’est tout droit. on pouvait aller chercher PP019, mais comme on l’a pas reportée !
Là on se fait un petit footing tranquille jusqu’à l’intersection. Pas de problème.

PC3 - "Forêt Départementale de Méridon": croisement GR11/ route à la cote 156

Un trajet facile sur un large chemin. Impossible de se perdre.

Par contre je crois que c’est en arrivant à PC3 que Papy Turoom nous fait une belle frayeur. Quand on arrive, il nous annonce qu’on est disqualifié pour non pointage au PC1 !!! on tombe tous sur le cul . Je regarde la carte et je confirma à papy Turoom qu’on est bien passé au PC1 !! quand même !

Les bénévoles vérifient en détail notre carton de pointage et effectivement, l’ourson y a bien fait apposer le poinçon magique qui valide notre passage. En fait ils ont poinçonné notre carton mais ils ont oublié de noter notre passage sur leur fiche, ce qui fait qu’on était noté comme non passé au CP1. Le poinçon de l’Ourson nous sauve la mise !

DE PC3 à PC4
Court poste à poste avec 3 vertes et une bleue.

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP022 - Croisement chemin/CET en lisière de pré sur la jonction des parcelles 22 et 23

Cette bleue là est zappée et on a bien fait !

PP023 - Photodéfinition 2: ANNEXE 1

La photo représente une espèce de ruine mais avec une information importante, un n° de parcelle inscrit sur un arbre (la 28). Sur la carte il n’y a qu’une seule chose qui ressemble à ça dans la parcelle 28, alors on y va directement.

Un petit bout de route puis un peu de chemin en lisière de forêt, et les ruines nous apparaissent. L’Ourson vole au travail, et hop, une de plus dans l’escarcelle de l’équipe

PP024 - Parcelle 31 borne la plus au Sud

Un peu excentrée mais comme c’est une verte on y va ; C’est presque tout droit devant, il faut juste être prudent à la fin et ne pas rater l’intersection (qu’on coupe un peu au passage d’ailleur)

PP025 - Photodéfinition 3: ANNEXE 2

Cette fois c’est une photo avec un transformateur électrique et une croix à côté. En regardant bien les deux sont indiqués sur la carte, donc le doute n’est pas permis.

On continue notre chemin droit devant puis à une intersection on coupe à gauche. Pour aller droit au but on abandonne le sentier et la descente se termine droit dans la pente et la forêt… Mais on arrive pile poil sur la croix où notre Ourson n’a plus qu’à pointer.

PC4 - Choisel - Traversée de la D.906 à la cote 113

Il s’agit là d’un petit bout de liaison sur route pour rejoindre la traversée de la D906. RAS

DE PC4 à PC5
4 vertes et une bleue pour ce long poste à poste…

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP026 - "la Petite Bretagne", jonction des parcelles 8/9/10

Long cheminement pour rejoindre le poste, mais je ne sais pas si j’ai eu un coup de moins bien à ce moment là, parce que je ne me souviens plus de ce tronçon !!!

PP027 - Ruine au Sud-Est de la parcelle 12

Tout pareil… Petit coup de mou dans ma mémoire, mais en tous cas on ne s’est pas perdu…

PP028 - "Bois Boisseau" Jonction de chemins à l'extrême Est de la parcelle 17

Celle là, je me souviens de la descente. Perso j’aime bien, mais notre Coccinelle a eu un peu de mal…

Une fois en bas je comptais prendre le sentier qui remonte vers la balise puis finir à travers bois, mais on s’est laissé un peu emporter par la descente et on est arrivé trop bas sur la route. Du coup on pousse jusqu’au début d’une route qui retrouve le chemin allant vers la balise

PP029 - "Bois Boisseau" sur le ruisseau à l'extrémité Nord de la clairière dans la parcelle 16

Balise bleue zappée…Elle ne semblait pas bien méchante… mais en fait sur le terrain, outre la traversée d’un cours d’eau, la zone n’était pas très " propre " et la progression aurait probablement été plus difficile que la carte ne le laisse penser.

PP030 - Groupe de rochers à la croisée des chemins en limite des parcelles 16 et 19

On a eu un doute à un moment sur celle là. La progression se fait par un sentier qui , à plusieurs reprises, a eu l’idée de disparaître sous les arbres morts. Avec la nuit on évite de peu de se perdre en partant sur de fausses pistes, et finalement on pousse notre avancée jusqu’au bloc de rochers qui ne se voient qu’au dernier moment, couverts par la végétation. Heureusement qu’à ce moment là on était attentif, sinon c’était facile de passer à côté.

PC5 - "Vaux de Cernay": Parking traversée de la D.91 à la cote 111

Reste juste un petit bout de chemin pour rejoindre PC5. Rien à signaler.

A ce point de la course on a repris un peu du temps perdu au début. Le rythme n’est pas rapide mais l’ensemble de l’équipe progresse de façon régulière et avec très peu d’arrêts contrairement à d’autres équipes qu’on retrouve souvent assises ou en train de faire une pause.

Pour nous l’idée d’une pause est à exclure. C’est la contrepartie de notre petite allure, mais ça reste tout à fait jouable…

DE PC5 à PC6
7 vertes et 11 bleues sur cette section.

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

Si on avait du faire des bleues, j’aurais joué cette section là (sauf la PP038 peut-être) d’autant qu’on retrouvait une vraie carte de CO…

PP031 - Jonction clôture/ruisseau, 140m au 240° du PC5

Elle a failli nous coûter cher cette balise là…

On quitte PC5 par un sentier qui descend vers le bord de l’eau. Arrivé au bord du torrent pas de balise. Pour moi elle est plus loin, mais l’agneau est persuadé qu’on a fait plus que les 140m indiqués sur le road book. Il va être tellement convainquant que je le laisse repartir en arrière avec l’Ourson pour vérifier. De mon côté, pendant que la Coccinelle et le Raton laveur se reposent, j’en profite pour traverser le torrent et aller voir plus loin. Et c’est là que je trouve la balise.

Retour en arrière. A force de gesticulations, j’arrive à faire traverser le Raton laveur et la Coccinelle, mais pas de trace de l’Ourson ni de l’Agneau. Je commence à pester, car ils n’auraient pas du partir aussi longtemps… Au bout d’un temps qui va me sembler infini, les voilà qui réapparaissent , bredouille (évidemment !). J’hésite à appliquer un bottage de fesse (et pas du style pompoculthérapie là) tellement je suis enervé de notre boulette… Finalement on repart tous dans la bonne direction et l’Ourson en est quitte pour retraverser le torrent pour aller pointer …

PP032 - "Monument Pelouze" parcelle 34

Ce poste là est juste destiné à nous faire emprunter un petit sentier pour sortir de la zone de PP031. Le monument est inratable ;-)

PP033 – sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": ruine et source
PP034 – sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": au pied de l'avancée
PP035 - sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": coude du fossé

3 balises bleues zappées reportées d’après la carte de CO

PP036 - Mare parcelle 11

Pas trop difficile là. Ayant zappé les balises bleues, on a un chemin qui monte progressivement dans la pente et qui arrive presque sur la mare en question. Une fois en haut, il nous faut chercher un petit moment avant que l’Ourson poinçonne le doux sésame… Plusieurs tours de mare seront nécessaires, d’autant qu’on ne sera pas les seuls à chercher.

PP037 – sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": colline
PP038 - sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": angle sud est de la levée de terre

2 balises bleues zappées reportées d’après la carte de CO

PP039 - sur le "GR1c - PNR": borne à la cote 171

Encore une fois, le fait de zapper les balises bleues nous permet d’avoir une trace directe sur la balise suivante juste en suivant un chemin presque tout droit.

PP040 – sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": au pied de la falaise 2m
PP041 – sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": rentrant
PP042 – sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": au pied du rocher 3 m
PP043 - sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": trou

4 balises bleues zappées reportées d’après la carte de CO
(ça énerve après coup d’avoir zappé tout ça !!!)

PP044 - "Carrefour des Vignes"

Encore un tronçon pas très compliqué pour nous. On reste sur le grand chemin qu’on ne quittera que pour se faire une petite descente/montée avant d’arriver à la balise. Toujours aucun soucis pour l’Ourson trouilloteur !

PP045 - sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": sur le rocher côté sud

Encore une balise bleue zappée reportée d’après la carte de CO

PP046 - "Les Vallées": jonction de cours d'eau

Il est à noter qu’en plus de la définition, le road book indiquait " regardez sur la balise les conditions de pointage pour validation "

OK, on a compris. C’est comme l’an dernier , une balise où tout le mode va se mouiller .

Petit rappel historique. L’an dernier on arrive a une balise de l’autre côté d’un cours d’eau. Soul (notre poinçonneur) traverse et nous dit qu’il faut poinçonner les dossard de tous les équipiers. Comme on a pas envie de se mouiller, on retire nos dossards. Soul retraverse (2) récupère nos dossard et retourne (3) les poinçonner. Il revient (4) nous rend les dossards pour s’apercevoir que.. il a oublié de poinçonner le sien ! ! Du coup ; il retraverse (5) poinçonne et re traverse encore (6) pour nous rejoindre… Bref 6 traversées contre 0 pour nous… tout allait bien ;-))

Alors comment cela va t-il se passer cette année ?

Le trajet est assez simple puisqu’il suit un bon chemin. L’arrivée sur zone confirme le cas. Il faut aller chercher la balise sous l’œil de la caméra. L’Ourson traverse, regarde les conditions et… Cette fois papy turoom a pensé à tout. Ce n’est pas le dossard qu’on doit poinçonner mais le bracelet indéchirable qu’on nous a placé au poignet au départ …

Allez hop, tout le monde à l’eau. Poinçonnage et retour sur la terre ferme, un peu plus humide qu’avant !

PP047 - sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": rentrant

Encore une balise bleue zappée reportée d’après la carte de CO

PP048 - PNR : "Pont de Grandval"

Reprise du chemin précédent jusqu’au pont. L’Ourson est encore bon pour descendre pointer dans l’eau !!!

PC6 - "Vaux de Cernay": traversée de la D.24 par le PNR au point coté 137

Petit bout de ligne droite juste pour le principe…

En fait pour repartir du pont j’ai été obligé de secouer le Raton laveur et la Coccinelle qui s’étaient tout bonnement assis et qui étaient tellement pris par leur discussion qu’il ne s’apercevaient même pas qu’on repartait… Ah les tourtereaux !!!

DE PC6 à PC7
3 balises vertes et 3 bleues histoire de continuer sur la lancée.

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP049 - sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": borne à l’angle sud-ouest du marais

Encore une balise bleue zappée reportée d’après la carte de CO

PP050 - Jonction des parcelles 15/16/18

Rien à signaler si ce n’est qu’on aurait pu (du) prendre la PP049 au passage… mais avec des " si "

PP051 – sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": petite dépression
PP052 - sur carte FFCO "LES VAUX DE CERNAY": coude de la ravine dans le cours d'eau

2 balises bleues zappées reportées d’après la carte de CO

PP053 - "Mare gagnée" parcelle 9

A l’origine j’avais prévu de passer par le sentier qui commence à peu près au niveau de PP051, mais on est passé devant sans le voir, et dans le doute j’ai préféré assurer par une chemin roulant plutôt que de se lancer dans la forêt sans savoir sur quoi on allait tomber.

Arrivé au bout du chemin, il nous suffit de prendre le sentier en lisière de forêt pour aller jusqu’à la mare où se trouve la balise

PP054 - Jonction des parcelles 7/8/10

Facile de chez fastoche celle là. Il suffit de trouver (mouais) et de suivre le chemin ;-)

PC7 - "Bel Air" traversée de la D.61 par le PNR

Encore un bon tout droit sur chemin (mais cette fois tout le monde y passe…) RAS jusqu’à PC7 !

DE PC7 à PC8
Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP055 – sur la carte montrée par Damodile
PP056 – sur la carte montrée par Damodile
PP057 - sur la carte montrée par Damodile

3 balises bleues de la spéciale memory zappées.

C’est pourtant sympa la memory, mais plus on avance plus je commence à avoir des doutes sur notre passage dans les temps au PC11 et PC12… Je fais plusieurs fois la remarque à notre capitaine comme quoi il nous faut absolument accélérer un peu le rythme si on veut passer…

Enfin quand je dis qu’on zappe les bleues, c’est pas tout à fait vrai. A un moment, pendant notre cheminement, l’Ourson me dit " voilà la balise !  "

Je lui répond de se calmer car on a pas de balises sur ce tronçon. Il me dit " si, si, il y en a une là ! "

Et effectivement, il y a bien une belle balise . On regarde le n° et elle correspond à une des Memory . Ben foi de Michel, on l’a trouvée, on l’a trouvée… donc on la pointe. Trop forte notre équipe, on trouve les balises sans même avoir regardé où elle devait être ;-))

PC8 - "Route de Clérambault", passage SOUS la voie ferrée à la cote 174

Du coup, sans la memory, on a juste à traverser la zone. Pas de gros soucis jusqu’à l’arrivée au PC8 au niveau du pont sous la ligne de chemin de fer.

DE PC8 à PC9
Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP058 - Route de Clérambault", sous le pont du PC8

De PC8 à la balise il y a une vingtaine de mètres… Sauf que le passage sous le pont est … innondé…

On aura le droit à de l’eau à mi-cuisses (parfois plus suivant l’endroit où on passe), et là pas de possibilité d’y échapper. Aussi efficace que le poinçonnage des bracelets.

PP059 - sur la carte montrée par Damodile
PP060 - sur la carte montrée par Damodile
PP061 - sur la carte montrée par Damodile

Les 3 autres balises bleues de la spéciale memory zappées.

PC9 - "la Croix St-Jacques" : passage AU-DESSUS la N.10

Une fois le pont passé, on essaye de recourir un peu histoire de se réchauffer. Le tracé ne pose pas de problèmes particuliers d’autant qu’un chemin sur la fin mène droit sur le PC9.

Là le Raton laveur décide de faire une pause pour vider ses chaussures et chaussettes (gore tex)… Par réflexe je secoue un peu tout le monde en reparlant des barrières horaires. Du coup l’arrêt se limite à son minimum, et on part pointer le PC.

A ce PC il y a d’ailleurs les premiers bus pour rapatrier les abandons, et chose étonnante, ils sont pratiquement vide. Ca change des autres années.

DE PC9 à PC10
7 balises vertes et 4 bleues qui seront données en azimut/distance

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP062 - Coude de la "Rigole du Coupe Gorge", parcelle 8

Après avoir réveillé une partie de la troupe on traverse la nationale par le pont en suivant les instructions des organisateurs et on cherche le passage dans la zone grillagée pour rejoindre la forêt. Petite traversée en sous bois et nous revoilà sur les chemins. On attaque la forêt de Rambouillet

Pour la balise on suit le chemin jusqu’au pont qui passe au dessus de la rigole. Là on envoie l’Ourson poinçonner (il a tellement l’habitude maintenant). Pendant ce temps j’en profite pour enfiler la gore tex. Depuis le départ j’ai juste ma polaire sur le dos, mais avec l’approche du matin la température a pas mal chuté, et je préfère me couvrir avant de trop me refroidir.

PP063 - Sud de l'étang de la parcelle 6: barrage

On continue le chemin pour atteindre un second pont. Là certaines équipes se lance dans la forêt pour suivre la rigole qui normalement remonte vers le barrage. Mais je trouve la zone pas très praticable. Du coup je propose un (léger) contournement de zone afin d’attaquer la balise en utilisant un max de chemins. C’est roulant jusqu’au bout et on s’y retrouve largement. Comme d’hab’, l’Ourson va chercher le sésame.

PP064 - Borne sur la "Rigole du Coupe Gorge", parcelle 25

On revient un tout petit peu sur nos pas pour trouver un sentier qui coupe dans la bonne direction. De la on retrouve un chemin qu’on va suivre encore jusqu’à un pont au dessus de la rigole.

Voyant que la Coccinelle commence à avoir un peu de mal avec le terrain et que là on va se faire du " brut ", je lui propose de contourner la zone avec le Raton Laveur ; Ils continuent un peu tout droit puis à la première intersection ils prennent à gauche et ils nous attendent au niveau du pont. Comme ça ils peuvent y aller tranquillement. Pendant ce temps, avec l’Agneau et l’Ourson, on traverse la rigole avec un peu d’humidité au niveau des pieds ;-) et on la longe jusqu’à la borne. Je demande à l’Agneau et à l’Ourson d’être vigilants car la balise pourrait être placée en contrebas et on risque de passer à côté sans la voir, sachant qu’en général les " bornes " sont des blocs de pierre d’environ 50cm de haut, et qu’avec la végétation ce n’est pas toujours facilement repérable. On en profite pour faire le bout de chemin avec les " Dégâts des Zoo " où l’Ourson vas réaliser un sprint de folie contre le Blueb’ pour poinçonner la balise le premier.

PP065 - Parcelle 29 : croisement "Rigole du Coupe Gorge" / "Route de la Renardière", à la cote 175

On quitte la PP064 en suivant la rigole. Certaines équipes coupent à travers la végétation, mais je préfère longer la rigole où un sentier à peu près praticable a été tracé. Du coup on arrive sur la route en même temps que les dégâts des zoo, comme quoi ça n’apportait pas grand chose de couper. Le Raton Laveur et la Coccinelle arrivent à ce moment là. Parfait.

On repart ensemble avec un long tout droit pour aller chercher la balise suivante qui ne pose pas de problème particulier.

PP066 - Cœur de la mare de la parcelle 18

Identifier l’emplacement de la balise sur la carte n’est pas difficile. Par contre se pose le choix de l’itinéraire. En plus la définition " cœur de la Mare " fait super plaisir à l’Ourson se voyant déjà patauger dans la vase jusqu’aux mollets ;-)

La solution la plus simple nous semble être de suivre la rigole puisque celle-ci rejoint la mare en question. En plus il y a une sorte de sentier qui s’est formé ce qui fait que ça passe pas trop mal.

Le reste marche tout seul

PP067 - Coude du CET en parcelle 17

Là en temps normal on aurait tenté de couper droit dans le bois, façon sanglier. Mais notre Coccinelle ayant du mal avec les terrains instables, on décide de prendre l’option chemin roulant + piste cyclable.

L’avantage de la piste cyclable est que, dès l’apparition du moindre petit bout de bitume, la Coccinelle se sent (re)pousser des ailes… du coup on trottine et on se réchauffe ;-)

On arrive au carrefour de Maintenon, on prend à droite en contrôlant pour ne pas se tromper de chemin, et une fois en vue de la zone de balise, on envoie l’Ourson en éclaireur (toujours lui) pour aller poinçonner le temps qu’on arrive à notre petit rythme.

PP068 – 165m au 185° du PP précédent
PP069 – 185m au 200° du PP précédent
PP070 – 285m au 280° du PP précédent
PP071 - 290m au 285° du PP précédent

4 balises bleues données en azimut distance (à 165m au cap 137° depuis la balise précédente…) zappées.

PP072 - Jonction de CET au milieu de la parcelle 24 (dans l'Ouest du "Bois de Vilpert")

Pour celle là pas trop de question à se poser. On reprend le grand chemin puis à l’intersection, on prend sur notre gauche. La zone de la balise correspond à un mouvement de terrain bien identifié. Comme pour la balise précédente, on envoie l’Ourson et l’Agneau en éclaireurs avec pour consigne de rapporter la balise. Une fois que le reste de la troupe arrive sur place, je laisse continuer le Raton Laveur et la Coccinelle sur le chemin pour qu’ils prennent de l’avance et j’attends l’Agneau et l’Ourson pour repartir avec eux.

PC10 - "les Fléaux": traversée de la D.936 à la cote 149

Une fois les deux compères récupérés, on repart pour rejoindre le reste de l’équipe. La suite de la progression jusqu’à PC10 se fait sur un grand chemin…

L’arrivée à PC10 est un bon moment… Encore un PC et on passera la première barrière horaire.

DE PC10 à PC11
Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PC11 - "Haras de Poigny": traversée de la D.108 à la cote 152

Hein ! Non, non, vous n’avez rien loupé… On est bien déjà à PC11.

Il faut dire qu’il y avait au moins… 400m entre les 2 PC et que Papy turoom n’a pas osé nous coller une balise entre les deux ;-)

On atteint enfin la première barrière horaire avec une avance suffisante par rapport à ce que nous avions prévu. On est pas hyper large par rapport à la seconde et au temps d’arrivée final, mais à la différence des heures précédentes où je n’ai pas arrêté de nous voir limite limite, je commence à me dire que ça peut passer…

DE PC11 à PC12
Cliquez sur l'image pour voir la carte.

Au départ quand on regarde la carte sans avoir reporté les balises, on se dit que ça va être vite fait ;
Il faut savoir que depuis pas mal de temps (depuis PC7) on ne reporte plus les balises sur la carte, et on vise systématiquement les vertes sans se poser de questions. Du coup pas besoins d’en reporter plusieurs d’avance. Il suffit juste de savoir où est la suivante.

Alors on ne voit pas à l’avance la méchante boucle que va nous faire faire papy turoom…

En plus il est indiqué sur le road book, qu’après 11h00 les balises entre PP074 et PP093 seront retirées… Mais on passe avant, donc on a le droit de continuer à jouer !

C’est parti pour 14 vertes et 8 bleues !

PP073 - "Carrefour des Tailles d'Epernon"

En quittant PC11 on nous dit qu’il y a une chasse qui se met en place, alors il faut aller droit sur la PP073 sans chercher les fioritures et passer par la foret !

Ce sera donc (de toutes façons) une liaison par un large chemin parfois un peu ensablé… mais présentant peu de problèmes d’orientation

PP074 - Coude du CET en milieu de la parcelle 7
PP075 - Petite dépression le long du même CET au Nord de la parcelle 7

2 balises bleues zappées
Elles auraient écourté la monotonie de la section suivante…

PP076 - "Chêne Granget"

On remonte une lloooooooongue ligne droite jusqu’à une route forestière. Arrivé là, je propose au Raton Laveur et à la Coccinelle de prendre de l’avance sur la route pendant qu’avec l’Ourson et l’Agneau on va chercher les 3 ou 4 vertes qui traînent… L’Ourson qui depuis le départ à vaillamment poinçonner accuse un petit coup de mou. Du coup ils partent tous les 3 sur la route avec un RdV donné à un carrefour un peu plus loin en direction de CP12 (et sans savoir comment nous on vas y aller).

Et c’est là que l’absence de report des balises dont je parlais avant va prendre toute sa … profondeur. Il faut savoir que je n’ai que la carte. C’est l’Agneau qui a le road book et qui m’annonce les balises les unes après les autres.

Une fois nos équipiers en route, on se lance vers la balise avec l’Agneau. En plus on a tous les deux quelques fourmis dans les jambes ce qui fait qu’on a tendance à tracer la route… Petite séquence plaisir de quelques balises

On passe le premier chêne, puis le second est visible de loin. RAS, l’Agneau poinçonne !

PP077 - Croisement CET/"route de la Gaudronne" sur la jonction des parcelles 14 et 17

Encore fastoche celle là. On trace droit dans le bois en longeant la rigole jusqu’à l’intersection. Pas de problème pour trouver la balise.

On tombe à ce moment là sur les Dégâts des zoo avec qui nous allons " faire la course " pendant quelques balises et aussi échanger quelques railleries au passage… normal quoi !

PP078 - Petite mare dans la parcelle 8 au o de "Carrefour"

On file comme le vent sur un beau sentier, on arrive à un carrefour et je trace sur un chemin pour me rapprocher de la balise. En cours de route je contrôle mon cap avec la boussole et STTOOPPPPP. On est pas sur le bon chemin. J’estime la distance parcourue et je prends un azimut droit dans la forêt. De là on trace droit vers là où je pense trouver la mare et on tombe juste dessus en se faisant griller la politesse par le Blueb !!!grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr.

PP079 - Croisement de chemins sur la limite des parcelles 9 et 10

Là on assure un peu. On remonte sur le GR et on y reste jusqu’à l’intersection. Pas de chance, on rate le bon chemin ce qui nous oblige à revenir un peu en arrière. Le plus amusant c’est que les dégâts des zoo on fait comme nous… Et après ils diront qu’ils ne nous ont pas suivi ;-))

PP080 - Jonction de CET, parcelle 10

Pas de pause… On est lancé et on est chaud maintenant, même si je sens que je vais avoir du mal à suivre l’Agneau jusqu’au bout à ce rythme là !

Petite traversée de bois par un sentier à peine marqué et on retombe sur un chemin carrossable. On prend à gauche et on pousse jusqu’à la jonction des CET.

PP081 - Parcelle 12: entre les mares jumelles proches de la cote 169

Je regarde où est la balise sur la carte et j’interpelle l’Agneau…

  • " dis donc, on en a combien de balises comme ça. Plus ça va plus on s’éloigne et je croyais qu’il n’y en avait que 3 ou 4 ?
  • Ben non, en fait d’après le road book, il y en a … 10 !
  • - Quoi ! Ben dis donc on est pas rentré. J’en connais qui vont se demander où on est passés. Mais bon on ne va pas les laisser filer celles là… "

Allez hop c’est reparti. La trace directe aurait été de suivre le CET, mais comme la forêt n’est pas trop roulante, on décide de passer par le chemin. Ca nous permet de continuer à courir. On pousse jusqu’à la hauteur des mares où on arrive en même temps (encore) que les dégâts des zoo.

PP082 - Parcelle 12: cœur de la mare proche du P de "Pecqueuse"

On fait route commune ce coup là avec l’équipe du Blueb pour un azimut à travers la forêt. On arrive sur la balise sans problème, mais il faut le temps de contourner l’ensemble pour aller pointer.

PP083 - Cœur de la grande mare de la parcelle13

Encore une définition comme on les aime. Et en plus c’est une balise qui coûte 60mn si elle n’est pas poinçonnée. C’est en général un signe qui ne trompe pas !

Le poste à poste n’est pas très compliqué puisqu’il se fait au cap à la boussole, et une fois sur place on voit qu’il faut traverser une partie de marais sur un gros tronc d’arbre (en espérant ne pas tomber dans la mélasse puante) pour aller chercher la balise et revenir par le même chemin. La présence de photographe est un signe ;-))

En tant que poinçonneur suppléant c’est l’Agneau qui s’y colle (normal, il règlera ses comptes avec l’Ourson plus tard), et il revient avec le poinçon sans même tomber dans la gadoue… J’avoue être un peu déçu, mais tant pis ;-)))

PP084 - Croisement CET/limite de commune dans la parcelle 15

Ce qui est amusant avec celle là c’est que la limite de commune est bien visible sur la carte mais que cela ne représente rien de rien sur le terrain. On prend donc les chemins pour s’approcher de la zone puis après une distance estimée… au pifomètre, on rentre dans le bois pour retrouver le CET. De là on le suit vers le sud jusqu’à tomber sur la balise en espérant ne pas avoir tapé trop bas. Par chance (enfin non, c’est de la pure technique d’orientation, on était pile où il faut !

PP085 - Borne en limite des parcelles 22 et 23

Elle est pas juste à côté celle là. On prend le chemin qui va vers le poste mais notre coursette commence à me tirer dans les pattes. Je demande à l'Agneau de lever un peu le pied, parce que le Michel, il est plus tout jeune quand même.

On crapahute jusqu'au chemin qui mène à la balise. Là je laisse l'Agneau aller chercher la balise pendant que je prépare le poste suivant sur la carte (c'est moins fatiguant !)

PP086 - Dépression dans la parcelle 23

C'est une bleue alors on la zappe...

PP087 - Mare de la parcelle 25

C'est pas tout mais les copains doivent nous chercher. D'ailleurs ca ne rate pas voilà les portables qui se mettent à sonner de tous les côtés. Après plusieurs tentatives, on arrive à les joindre... "vous inquiétez pas on est juste à côté on arrive"

Pas une raison pour laisser une verte sur le chemin. Je taille la trace droit dans la foret juste pour gagner du temps et pour achever l'Agneau (comme ça il me fera courir moins vite). On remonte un bout de chemin, et on trouve la petite mare... re re re fastoche !

PP088 - sur PHOTOCARTE "Taillis d'Epernon" - ANNEXE 3: clairière

Une bleue sur photocarte (c'est une photo de la zone vue du ciel avec des balises placées dessus... rigolo... mais on zappe

PP089 - Jonction route / DLNI en limite des parcelles 18 et 19

Première chose récupérer les copains au carrefour d'Epernon. Zut ça nous fait revenir en arrière mais de toutes façons c'est une approche correcte pour assurer la balise suivante étant donné qu’on ne sait pas exactement où elle est.

On récupère tout le monde et c'est reparti, l'Ourson reprenant son rôle de poinçonneur.

La définition étant vague, on progresse prudemment sur la route. La balise est en fait à l’entrée d’une sorte de rigole mais avec la végétation il fallait être un petit peu attentif, car on a vite fait de passer devant sans la voir… mais pas nous, oh non, pas nous !!!

PP090 - sur PHOTOCARTE "Taillis d'Epernon" - ANNEXE 3: mare asséchée
PP091 - sur PHOTOCARTE "Taillis d'Epernon" - ANNEXE 3: chablis
PP092 - sur PHOTOCARTE "Taillis d'Epernon" - ANNEXE 3: arbre remarquable
PP093 - sur PHOTOCARTE "Taillis d'Epernon" - ANNEXE 3: rochers

4 balises bleues zappées. Aussi près de PC12 on aurait pu en prendre quelques unes, quoi que vu notre heure d’arrivée finale… mais on en est pas là

Petite précision concernant la balise PP091. Contrairement à ce que pourraient en penser ceux qui lisent ce CR, le chablis définissant la balise n’est pas une dégustation de vin de bourgogne… dommage d’ailleurs ;-)

PP094 - Jonction de chemins en bordure Nord Est du "Petit Etang Neuf"

En arrivant par la route qui part du carrefour d’Epernon, je vois assez tôt le chemin à emprunter. J’ai été un moment tenté de tracer droit dans la descente, mais finalement on va prendre l’option sage de contourner par la route histoire de courir un peu.

On emprunte le chemin qui mène à l’étang et une fois sur la zone je repère la balise pas exactement en jonction de chemins, mais bon. L’Ourson part pointer. Dans le même temps on retrouve l’équipe de la parfaite lumière avec le Castor Junior en train de se demander où peut bien être cette foutue balise… Notre équipe étant d’une grandeur d’âme plus que généreuse, on va leur " offrir " cette balise, de toutes façon côté classement on ne joue pas dans la même cour !

PC12 - Jonction de la D.107 et de la "Route de la Roche aux Loups" : point coté 139

Un petit bout de route sans problème nous fait descendre jusqu’à PC12.

Là maintenant, et sauf accident je sais que c’est gagné.

D’abord on a l’avance suffisante pour finir tranquillement le parcours en allant chercher les balises, ensuite parce que même en cas de coup dur on peut toujours zapper une balise pour arriver avant 16h.

Pour la première fois depuis le départ je vais me relâcher un peu car je sais que l’image que j’ai en tête depuis le départ de l’Ourson franchissant l’arche main dans la main avec toute l’équipe va se réaliser.

Mon relâchement va d’ailleurs se traduire par la suite par un gros coup de mou, mais qui sera sans conséquences sur l’orientation.

DE PC12 à PC13
5 vertes et 2 bleues.

Cliquez sur l'image pour voir la carte.



PP095 - Sur la "Guesle Rivière", quelques pas en aval du barrage, 145m au Sud du PC12

Depuis PC12 c’est facile. Il suffit de suivre la rivière et… les autres équipes ;-))

Une fois sur zone certaines équipes cherchent un peu, mais nous on a un truc infaillible. Quand on voit un photographe, sous un pont au bord de l’eau, on se doute que la balise sera… humide. Et bingo, elle est placée en contrebas dans un recoin caché. Bref encore une mission pour Super Ourson.

PP096 - "Chap.rnée" dans l'enceinte de l'"Abbaye des Moulineaux"

J’ai bien repéré la chapelle sur la carte, mais si la balise est aussi proche et qu’elle rapporte 40mn c’est qu’il y a peut-être un piège. Donc on ne change pas notre stratégie et on zappe !

PP097 - Coude de la "Guesle Rivière", 300m en aval du barrage de PP095: rive Nord

Un talus nous permet de suivre la rivière. On (re-re)croise les Juks On Five (en fait on aura croisé, doublé, vu, ou on se sera fait doublé par beaucoup, beaucoup d’équipes au final !!!) et on arrive à la balise sans gros problème… sauf pour l’Ourson qui découvre que la balise est … de l’autre côté de la rivière (et hop, un plongeon de plus !!!)

PP098 - "les Rabières" : avancée de terre au milieu de "Mare Changeuse"

En quittant la rivière, je trouve une trace que je pense être le chemin représenté sur la carte. On monte droit dans la butte, et même si c’est pas le bon chemin, c’est pas grave puisqu’il faudra monter de toutes façons. Arrivé en haut, notre bon choix se confirme. Petit bout de chemin à gauche et on découvre le chemin suivant sur notre droite.

On le remonte jusqu’au bout, puis on pique sur notre gauche droit sur la mare. La balise est récupérée, et les pieds au sec !

PP099 - Jonction de CET en parcelle 25 ("Bois de Gazeran")

Enchainement de chemins simples jusqu’au carrefour de la brèche de poigny. Là, plutôt que de suivre le CET dans un sous bois un peu chargé, je décide de rester sur la route et de n’entrer dans le bois qu’une fois à la hauteur de la balise. Et ça marche !

PP100 - Croisement CET/DLNI le plus au Nord de la parcelle 29 ("Bois de Gazeran")

Un peu hors trace celle là. Zappée normalement

PP101 - Parcelle 27: extrémité Est de la plus grande mare ("Bois de Gazeran")

On remonte le chemin sur lequel nous nous trouvions jusqu’à son extrémité et là le plus simple étant de faire un tout droit je sors la boussole et c’est parti. Petite course avec les Juks On Five (je crois ???) pour rejoindre la balise. Saine émulation en fin de course ;-))

PC13 - "Puits Fondu": traversée de la D.80 au Nord-Ouest de la cote 162

La sortie de la mare se fait au cap jusqu’au premier chemin. Ensuite on va commencer quelques longueurs d’abord en forêt puis dans les champs pour rejoindre PC13. On retrouve a cette occasion la monstertruck team avec un domi qui souffre des pieds et un soul en train de tracter une de leur féminines (désolé mais je ne me souviens plus laquelle des deux !!!)

Petit bout de route où les heures commencent à se faire sentir. Je continue d’aiguillonner l’équipe pour qu’on ne se relâche pas de trop quand même

DE PC13 à PC14
2 balises vertes et pas mal de km sur cette section.

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP102 - "Les Hautes Bruyères": extrémité Ouest des ruines situées à l'Est de la cote 165

On attaque là une des particularités du Raid 28 , à savoir quelques belles lignes droites en plein champs en fin de parcours. Dur dur mentalement, même si physiquement presque tout le monde marche. De temps en temps un équipe nous dépasse en courant, mais dans l’ensemble le rythme est plus que raisonnable ;-)

On est et on reste sur le chemin jusqu’à l’approche de la balise. Une fois à la hauteur du bois, j’attends d’être presque au bout pour envoyer l’Ourson au poinçonnage.

PP103 - "La Mare Fabulet": mare près de la cote 165

Encore une traversée de champ par un chemin tout droit.

Arrivé en lisière du dernier bois, toujours pareil, on envoie l’Ourson chercher la balise (en général accompagné de l’Agneau quand même), et pendant ce temps je regarde la piste pour la balise suivante.

PC14 - RAIZEUX traversée de route à la cote 133

Ca commence à sentir bon. Dernier PC avant l’arrivée !

Pas de difficulté particulière pour rejoindre ce PC par un bon chemin en forêt

DE PC14 à l’arrivée !
3 vertes et une bleue pour le fun avant l’arrivée !

Cliquez sur l'image pour voir la carte.

PP104 - "Les Samsons": bord Ouest de la mare

Depuis PC14, c’est tout droit jusqu’à une grande levée de terre qu’on ne pouvais pas rater (et qu’on en ratera pas !). On laisse comme toujours notre équipe de choc aller chercher la balise au bout près de la mare.

PP105 - Jonction chemin/DLNI , 380 m en suivant un cap 153 venant du PP104

Même aussi proche de la fin on essaye pas d’aller la chercher. L’histoire nous prouvera qu’on a bien fait puisque beaucoup d’équipes l’ont cherchée en vain (elle avait été volée ou déplacée visiblement !)

PP106 - Coude du chemin venant de la cote 161, au "n" de "Diane"

On traverse le bois jusqu’à la levée de terre suivante puis on prend sur notre gauche (même si j’hésite un peu sur le chemin à ce moment là). La balise est juste au bord du chemin

PP107 - Photodéfinition 4: ANNEXE 2

Cette balise là sera fort bonne (normal c’est la dernière). La photodéfinition montre un monument en bordure de bois, et le seul qui correspond à cela sur la carte est vite repéré. Le plus étrange c’est que malgré un chemin qui y mène presque directement, de nombreuses équipes quittent la PP106 par un sentier qui descend et qui rejoint la route jaune sur la carte. Pourtant la balise est en haut… Un petit doute s’installe en moi que je chasse très vite… Règle importante en orientation : Ne jamais se fier aux autres.

On reste sur notre idée initiale, et on prend le sentier repéré. On longe le lotissement (comme sur la carte) et on arrive à un escalier qui descend raide avec un panneau " Raid 28 ". Je jette un œil et vois le monument un peu plus loin. Nos compères vont pointer et on repart en arrière suivre le balisage

L’Arrivée - "EPERNON" Sud : gymnase sur la "Guesle"

A partir de PP107 le chemin est jalonné. Donc plus de soucis. On descend l’escalier (dur dur en fin de course) et la Coccinelle nous fait remarquer qu’elle est très connue ici. En effet l’escalier porte son nom (son vrai nom, pas celui de Coccinelle !).

On termine l’approche du gymnase gentiment et quand on découvre au loin l’arche d’arrivée je glisse à l’Ourson " tu vois ça y est. On va passer dessous cette fois".

L’équipe reste groupée. Pas question de se perdre là. On se donne la main pour finir en courant, on se lâche pour passer une sorte de portillon à quelques dizaines de mètres de l’arrivée et on reprend la formation pour passer sous l’arche, tous les 5 main dans la main.

Ca y est c’est fait, on a fini. Petit coup d’œil au chrono. Il est 15h39. Cela fait 17h39 que nous sommes partis et on est juste 20mn sous la barrière horaire, comme quoi notre allure était juste comme il faut pour faire toutes les vertes (et une petite bleue).

On fini à 5, on fini dans les temps, on fini avec toutes les vertes… bref on atteint tous nos objectifs.

C’est drôle le nombre d’équipe à terminer l’épreuve en même temps. On doit être au moins une dizaine à finir en l’espace d’un gros quart d’heure et ce après 18h de course (mais avec un nombre de balises différent !)

Encouragements, félicitations, petite tape dans le dos, chambrage sur telle ou telle balise , petite bière et passage au jet d’eau pour décrotter les chaussures sont les premières étapes d’une arrivée de raid.

Un gros plateau repas qui remonte le moral, quelques échanges de boissons, des tests et des dégustations faits sur plusieurs tables où se sont éparpillées les connaissance, et mon équipe qui disparaît sans que j’ai pu saluer tout le monde….

Alors que dire de cette édition ?

Sur la course , l’année fut exceptionnellement douce. On a jamais vu un Raid 28 avec des conditions météo aussi favorables, ce qui va me permettre de chambrer le grand sylvain (3ème pour leur 1ère participation quand même) et son équipe en leur expliquant qu’un jour peut- être ils feraient vraiment le Raid 28, et qu’un Raid 28 sans pluie, sans vent et sans gel, c’est pas le Raid 28 ! D’ailleurs pour avoir dit cela sur le forum du Raid, je vais recevoir deux mails de coureurs râleurs qui ont pris ça au premier degré… ! ;-))))

Le nouveau format de l’épreuve avec ses 107 balises réparties en balises pénalisantes ou bonifiantes ouvre une large porte à la réussite de la course. Même avec une équipe à la progression très modeste, on termine dans les délais avec toutes les balises vertes. Donc, je me répète, si l’objectif est de terminer, c’est tout à fait accessible (j’ai pas dit facile, attention !) Par contre pour jouer un classement dans le top10, voir le podium, là il faut quand même être costaud, et surtout ne pas faire d’impasse sur les bleues !

Les nouveautés étaient présentes (comme toujours) et le coup des photodéfinitions était super sympa.

Voilà pour la course, les commentaires produits un peu partout depuis n’en sont qu’un reflet des plus justifiés tant cette épreuve (à la différence d’autres raids hivernaux) a su évoluer dans un sens qui va vers les attentes des coureurs !

Et l’équipe là dedans ?

Honneur aux dames. La Coccinelle a fait là son tout premier raid. Une chose est sure, c’est qu’elle a souffert, beaucoup souffert, mais c’est quelqu’un qui a une volonté extraordinaire. J’ai eu plusieurs fois mal pour elle en la voyant marcher, désarticulée avec les pieds qui tapaient fort par terre. Jamais elle ne s’est plaint, jamais elle a lâché le morceau. Elle a avancé, encore et encore, à son petit rythme sans rien laisser passer. Chapeau.

Certes, de son propre aveu ce n’est pas son type de course. La Coccinelle ce qui lui faut c’est de la régularité et du bitume. Hors en raid c’est tout le contraire. Des sols pourris, casse pattes, de la marche, de la course, du lent du rapide des arrêts, bref c’est pratiquement tout le contraire. Mais elle avait envie de se tester, de voir à quoi ça pouvait ressembler.

En tous cas, elle l’a fait et bien fait…Merci

Ensuite l’Ourson. Là mon Ourson tu ne peux pas savoir comme j’ai eu peur à plusieurs reprise dans la première partie de course quand je nous voyais rejetés une fois de plus à cause des barrières horaires. Et puis au fil des km, le tableau s’est éclairci, et ce passage sous l’arche a été un grand grand moment.

Quelle progression en un an. En dehors d’un petit coup de mou au matin en forêt de Rambouillet, il a vaillamment poinçonné toutes les balises, et il faut savoir qu’en général le poinçonneur fait plus de distance que les autres… Vraiment étonnant l’Ourson, et des capacités à développer encore.

L’Agneau. D’abord, sans rien en laisser paraître, l’Agneau c’est un sacré physique quand même. OK on est pas allé très vite et le fait de beaucoup marcher on a pas été dans le rouge, mais quand on s’est payé notre petite escapade sur les 10 postes verts, il a fallu que je le freine tellement il était en forme. Co orienteur efficace (il nous a évité quelques petites bourdes que j’ai failli commettre, mais c’est aussi pour cela qu’il faut un co- orienteur), co-poinçonneur en appui de l’Ourson, il s’est avéré être un complément indispensable à la réussite de l’équipe. Content d’avoir fait ta connaissance et j’espère qu’on se retrouvera sur d’autres épreuves où tu pourras t’exprimer plus largement.

Le Capitaine Raton Laveur. Pas de surprise là. On a fait plusieurs courses ensemble déjà, et là tout roule. L’équipe ayant plutôt bien fonctionné, et en dehors des petites séances de pompoculthérapie que j’ai pu dispenser à cause des barrières horaires, il n’a pas eu à intervenir beaucoup. Bref ça a roulé, comme toujours !

Pour ma part, je suis assez content. On atteint les objectif, et ça c’est super. Ensuite je ne me suis mis dans le rouge que lors de notre sortie avec l’Agneau (mais c’était volontaire), sinon l’épreuve fût plutôt bien gérée. Quelques " boulettes " en orientation, mais avec des conséquences minimes et toujours identifiées et corrigées assez tôt. Un grand nombre de balises trouvées super facilement, bref de quoi être content.

Seul petit regret, n’avoir pas couru d’avantage. J’étais physiquement bien et c’est vrai que ce fut difficile de retenir les chevaux, surtout en première partie, mais aux vues des résultats finaux, il y a de quoi être satisfait.

Voilà pour cette édition 2007. Maintenant place à 15 jours de récupération en vue du Raid Normand qui aura lieu le 28 Janvier prochain.

2 commentaires

Commentaire de La Tortue posté le 20-04-2013 à 00:23:11

salut l'tron !

tu vides les archives de ton DD ;-))
en tout cas, ça nous rajeunit pas et ça fait bien plaisir de voir l'ourson et l'agneau mains dans la mains sur la ligne !

Commentaire de leptitmichel posté le 21-04-2013 à 17:21:25

Je dépoussière progressivement. Je viens de finir 2007, et il ne me reste que 3 saisons... 2006, 2005 et 2004

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran