Récit de la course : Trail du Josas - 50 km 2013, par PaL94

L'auteur : PaL94

La course : Trail du Josas - 50 km

Date : 7/4/2013

Lieu : Jouy En Josas (Yvelines)

Affichage : 772 vues

Distance : 50km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail Josas 50

Première édition pour ce 50. Ca tombe bien j'avais fait la première édition du 35. Voilà qui va être ludique.

Lapin est lui aussi de la partie. Comme on peut se faire dévier sur le 35 en cas de vitesse limite, pas de stress pour la course.  Me manque un peu d'endurance et de vitesse, ça sera un bon test.

Et c'est parti, lentement avec le pace-car mais après ça envoi bien. Je me fais aspirer sans trop réaliser et Lapin lève le pied. Je l'aperçois par moment mais il suit son train. Pour l'instant j'ai de bonnes sensations. Le circuit jaune est roulant avec des bosses que j'avale sans difficulté. Lapin est toujours derrière et ne semble pas vouloir me ratraper. Pas de soucis on se verra au ravito.

La boucle bleu maintenant. Toujours pas de retour de Lapin. Au détour du golf, je l'aperçois et finalement il n'est qu'à 300m derrière. Il gère. Le parcours est plaisant et ludique et le soleil est de la partie. On repasse sur l'autoroute et ensuite nous attaquons la boucle orange.

Nous retrouvons notre circuit de la Bièvres mais pas dans le bon sens.  Enfin on se retrouve sur la grande montée vers le Club poney. Nous sommes en terrain connu. Et c'est bien le soucis car après avoir joué au yoyo et suivi un coureur, on se plante completement après la route. Du ,coup 200m de trop, nous faisons machine arrière et je tombe nez à nez avec Lapin qui lui aussi suivait notre circuit. Demi-tour ! Du coup on fait la route ensemble. Il a l'air bien pas fatigué et je dois m'accrocher pour qu'il ne me distance pas. Nous arriverons ainsi au ravito du 29 qui en pèse bien 30,5.

Halte, niveau et c'est reparti. C'est moi maintenant qui ne suit plus Lapin. J'ai un coup de mou. 2Km de plat pour se refaire une santé mais ça sera dur. Nous sommes toujours en terre de connaissance mais avnt le golf nous remontons vers le plateau pour une petite partie de bosses. Finalement elles me vont bien car je mène maintenant le rythme et Lapin me colle aux basques.  Ca monte, ça descend, ça tourne et c'est ludique. Pas le temps de s'ennuyer sous le soleil qui éclaire notre route. 

Les bosses de notre entrainement de Verrieres en sens inverse et c'est la remontée de la route blanche vers le point de vue. 

Ensuite portion roulante et ludique. Le traceur s’est bien amusé. Il aurait pu nous faire plus mal, vu ce qu’il y a de potentielles montées-descentes. Nous retrouvons la route de la Sygrie et nous sommes contents de ne pas avoir à l’affronter en montée.

Ensuite portion sur le territoire de mon entrainement Diago. 9 ans que je n’étais pas revenu ici ; ayant trouvé d’autres alternatives. Et c’est la redescente vers le ravito et Lapin commence à m’enrhumer car je sens le coup de mou : pas de fatigue mais pas moyen d’aller vite et de le suivre.  

On se retrouve au ravito et je decide de refaire le niveau avec la poudre mais la poche s’est à moitié renversée dans le sac. Lapin m’indique qu’il part en marchant.

Le temps du semi remplissage et d’une pose technique, il est loin. Je trace (faut le dire vite) pour le rattraper et je l’aperçois par moment. Je ne suis pas loin de le rattraper avant la gare de Bievres mais pas moyen il va plus vite. Ensuite je ne le vois plus. Je me fais rattraper par une féminine que j’avais doublée et je vois bien que je plafonne en vitesse.

Bon pas grave, je sais l’arrivée se rapprochant et du coup je prends mon mal en patience. Petit à petit ça finit par revenir, c’est toujours possible dans un trail, et je peux augmenter ma vitesse mais hélas c’est pour me voir arriver sur le stade. Ce n’est pas les malheureux dernier 500m qui changeront grand-chose. Tant pis. C’est le Jeu !

Lapin est déjà en train de s’étirer et nous échangeons nos impressions tout en tirant sur les muscles endoloris à juste titre.

Fin de l’histoire. Après deux bières bien méritées et une délicieuse paëlla mais malheureusement sans yaourt local car les courreurs les ont bien appréciés et en ont mangés plusieurs chacun, comme on peut le voir sur les tables.

Mis à part ce point, rien à dire. Super organisation, bénévoles sympas et tracé ludique et bien fatiguant. Une arrivée avec paëlla et bière et les parking à côté. Et le soleil en prime !

Vraiment réussi pour une première édition. Un grand bravo aux organisateurs ! Une course  à conseiller !

Sourire

4 commentaires

Commentaire de PhilippeG-586 posté le 07-04-2013 à 18:46:49

Merci PaL pour ce sympatique récit, ça me donne envie de le courir pour l'an prochain...
Si en plus il y a du yaourt local: faut pas traîner en chemin ;-)
Bonne récup.

Commentaire de patfinisher posté le 07-04-2013 à 19:29:25

Beau récit....édition 2014 !!!!!!

Commentaire de bubulle posté le 07-04-2013 à 20:41:23

Visiblement, tu connais bien...la partie que moi je ne connais pas bien...:-). Mais, moi je ne me suis pas perdu, du coup..:-). Bon, visiblement, c'était quand même un bon "petit" tour, cette promenade et, je le jure, les yaourts, c'est pas moi!

Commentaire de JLW posté le 08-04-2013 à 22:02:22

Merci pour ton témoignage et promis je n'ai pris qu'un yaourt (mais plusieurs bières ... je l'avoue).

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran