Récit de la course : Semi-Marathon Grenoble-Vizille 2013, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Semi-Marathon Grenoble-Vizille

Date : 7/4/2013

Lieu : Grenoble (Isère)

Affichage : 1148 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un Kéké ça se respecte…

Un Kéké ça se respecte…

 

 


 

Par où commencer ?

 

Ca fait bien longtemps que ce semi-marathon Grenoble-Vizille est coché sur mon calendrier. Forcément, un départ plein centre de Grenoble pour arriver à Vizille 21.7 kilomètres plus tard en passant par Brié-et-Angonnes… Mais mais mais ? Je le connais par cœur ce parcours !! Du moins en voiture et en vélo ahahah

 

Et en plus, il s’avère que cette course s’avère (et va devenir) être un haut lieu de la course à pied à Grenoble ! 2 000 participants (dont 300 relais-duo) pour une première édition, le succès populaire est au rendez-vous ! Et l’organisation est une vraie machine de course, on annonce tout de même 350 bénévoles (dont Béné et Denise !), la route réservée rien que pour nous, bref, que du plus (sauf le t-shirt coton qui ne fera plaisir qu’au Kéké) !

 

Et parmi les VIPs présents on retiendra l’apparition du Goéland national, le look vestimentaire ridicule et outrageant de l ignoble (e basta), la confiance outrageante affichée par le kéké, la sérénité de Richard, et 20 participants de mon ASPA Meylan dont le légendaire Kenyan Blanc et tout mon harem de koug’s mmmm j’aime !!!

 

*PUB* : samedi 13 avril prochain course ASPARUN à Meylan pour Madagascar

 

Le beau temps PREVU n’est hélas pas au rendez-vous. On a droit à de la grisaille parisienne, et un froid d’autant plus froid qu’il y a du vent. Grrr. Et le pauvre zizi-coin-coin est en short t-shirt. J’hésite à aller chercher mes manchons mais allez, on fera sans.

 

PAN ! Pas de briefing, c’est en toute surprise qu’on entend le départ ! Et hop, je suis direct en mode « gestion » et laisse (tous) mes compères filer. Et dès le bout du Boulevard Clémenceau je vois mon kéké déjà bien loin, grrr…

 

Sauf que : cauchemar : mal aux jambes d’entrées de jeu. Le mur. D’entrée, là, comme ça. Bord**. Des douleurs juste au-dessus des deux genoux, comme de grosses courbatures. Est-ce le froid ? Les shoes ? L’absence d’échauffement ? Le cocktail bières-rosé-rouge-clairette de la veille ? La caillette de la Corne Senior mal digérée ? Ou tout simplement mon inaptitude à ce foutu bitume ?

 

Bref, ça me fait ch**, mais grave. GRAVE. Car s’il y a une course où je veux bien figurer, c’est bien celle-là. A Bourg-en-Bresse, le « mur » m’avait pris au 10ème kilomètre pour ne jamais cesser… Ca va être loin Vizille à cette allure…

 

Dans l’immédiat, on descend en direction d’Eybens, 4 bons kilomètres de ligne droite, parcourus à un maigre 12 km/h. C’est pas des secondes que je perds sur mes ennemis jurés (que je déteste !!), ce sont des minutes !!! Et tous ces coureurs qui me dépassent… Non mais allo ! Allo quoi !

 

Et je n’espère qu’une chose, oui, je place mes espoirs dans une chose, la montée de Brié pour arrêter l’hémorragie ! Mais d’abord c’est le long faux-plat dans Eybens, bon, un peu de public c’est toujours ça ! Et l’ambiance chez les coureurs est vraiment sympa. Je regrette de ne pas avoir anticipé de courir avec un chapeau de révolutionnaire, j’aurai été ridicule mais dans le thème de cette course, le « semi de la révolution » !!

 

Premier ravito devant l’église d’Eybens, allez une grosse gorgée de coca c’est toujours ça avant le gros morceau. Je la connais bien ma montée, un gros mur d’entrée, du faux plat, la traversée du Bourg, et re-grosse montée pendant un petit bout de temps. Et… What else ?

 

Et ça commence à aller mieux ! Plus mal à la jambe droite, toujours mal à la jambe gauche mais ça va bien passer ! Et la montée me fait à nouveau progresser dans le classement, mais dans le bon sens maintenant ! Enfin ne crions pas victoire, ça reste léger. Mais surtout, un élément déclencheur commence à se mettre en place, une coureuse au demeurant sympa est accompagnée par un cycliste tout aussi sympa, mais il lui parle tout le temps ! Et àa, Helmut Bouk, ça l’énerve !!!

 

On fait le yoyo un petit bout, puis ça me gonfle et je démarre, « oh, il est parti », je confirme je pars devant !! On arrive à la moitié du dernier mur, les secondes non perdues comptent vraiment sur ce coup-ci !

 

Quand j’aperçois devant moi mon Lieutenant triathlète, qui m’apprend (hélas) ce que je redoute : le kéké a l’air d’être dans un bon jour car selon lui « il va falloir dérouler pour le remonter ».

 

Et en haut de la côte, qui donc s’exclame « ALLEZ JULIEN », je regarde autour de moi s’il n’y a pas un autre Julien mais non, il semble bien que ce soit moi, AH MAIS OK c’est Marion L. avec des cheveux et une coupe tie-and-die !!! Great !

 

Nous voici en haut, au sommet, les relais à droite avec Jean-Luc qui me vilipende (classique :-) ), Marie-Do avec un encouragement timide, et nous passons au chrono intermédiaire. Km10, 50’34 pour moi, à une 328ème place. Et là il vaut mieux ne le savoir qu’après coup, j’ai 3’53 de retard sur le kéké à ce moment-là !!!

 

Une autre course démarre désormais, 11.7 kms en profil descendant -> Ca c’est pour le Bouk !!  D’autant que c’est bon, mes douleurs physiques ont disparu !!!

On passe le panneau « arrivée à 10 kms », pile en 59’57 !! Moi qui escomptais un total de 1h50, je ne pense pas courir 10 kms en 50 minutes, ça c’est dans la poche, allez !

La descente est prometteuse, je me fais un peu passé mais ça doit être essentiellement des relayeurs, et par contre je reprends des coureurs !!! Miam miam ! Et finalement, enfin, EN-FIN, au rond-point de Chamrousse c’est le déclic ! E-N-F-I-N !!

 

LA FOLLE CHEVAUCHEE REMONTESQUE ET CHEVALERESQUE DU BOUK

 

Car oui, ça y est, je déroule. En force. Traversée de Vaulnaveys, c’est PP1 qui est en vélo à côté de moi ! Bon par contre il ne me dit pas ce que je veux entendre (« le kéké est loin il déroule à 15 km/h »), mais il me propose sa boisson dopante qui me fait le plus grand bien.

Et c’est une course à l’envers comme j’en ai tant fait dans le temps. Tous ces coureurs/coureuses qui m’ont écœuré en début de course en passant le gros bouk et que je repasse, c’est juste génial (et justice gnak gnak !).

Par contre c’est dur. On tape dans les réserves d’énergie, les panneaux indicateurs passent vite mais ces lignes droites font mal au moral !

Autre chose qui m’inquiète, pas de kenyan blanc en vue. Etait-il en bleu ? Oui mais c’était sa veste… Donc ? Je dois bien lui reprendre du terrain, mince !! D’autant que j’aimerai bien qu’il s’effondre, lui qui part toujours assez vite !

Km19, on chevauche avec un coureur en orange depuis bien 2 kilomètres… Une fois seuls je lui lâche « punaise j’arrive pas à te lâcher !! », « et non, je m’accroche !! ». Ok !

Plus les kilomètres déroulent, plus j’ai l’impression d’accélérer ou de vouloir accélérer. Ce qui me fait penser que si j’avais pas pris un départ aussi bidon je n’aurai certainement pas pu terminer avec autant de plaisir.

Arrivée annoncée à 2 km, bon, je m’interroge ? Laeti nous avait indiqué qu’il fallait encore faire le tour de Vizille à faire, ça m’inquiète ! Ligne droite devant le parking du parc de Vizille, panneau 1 km de l’arrivée, allez !

Surtout que ce n’est plus mon coureur orange qui me fait souci, mais le souffle derrière moi d’une nana qui termine en trombe. Bon, elle est en relais, mais le bouk a sa fierté, d’autant que je n’ai pas été doublé depuis 5 kms donc c’est juste NON MAIS ALLO QUOI

Et voici qu’on rentre dans le parc, c’est du chemin, j’envoie tout ce que j’ai, tout, tout, tout, on en double encore mais rien n’y fait, on en termine au sprint !!!

OUF ! 1h42mn18sec. 250/1599. C’était tellement, tellement mal barré… Je reviens de loin. Et quelle seconde partie de course, 78 places glanées ! Ensuite je file illico voir et encourager les autres qui en terminent.



Seul côté moins positif mais ça c’est perso, hein ! Une immense course du kéké maigrichon fait qu’il me met gravement à l’amende, 4 minutes 40 quand même !!! OUCH ! Le Kenyan Blanc aussi, 2 minutes 43 ! RE-OUCH !

Bon, ça c’est pour les stats, sinon ça reste un bon, très bon moment de course à pied, bravo à l’orga et aux bénévoles pour ce joli succès !

 

 

 

 

 

15 commentaires

Commentaire de Ironmickey posté le 07-04-2013 à 18:46:49

BRAVO. Sympa ton récit. Je suis juste 10 places devant toi. On a dû se croiser.
Bonne récupération.
Mika.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 07-04-2013 à 21:21:30

10 places ? Aaaaargh !!!

Commentaire de richard192 posté le 07-04-2013 à 19:33:35

Avec ta tactique du negative split, t'es intouchable!
Bravo Julien,78 places de gagné dans la descente ça devait fumer. Content de t'avoir revu. C'était une belle journée malgré ce temps tristounet.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 07-04-2013 à 21:22:22

Ca commence à devenir une habitude cette tactique du negative split. C'est plaisant sur le moment mais si c'est pour perdre à chaque fois ! Chapeau pour ta course :-)

Commentaire de le_kéké posté le 07-04-2013 à 20:32:14

yessssssssssssssssssss, je l'ai eu une 2ème fois après le funeste (pour lui) pic st michel. L'année dernière ça n'était pas passé loin aux coteaux mais non c'était pas encore l'heure. Je m'attendais à tout moment à te voir débouler, même dans le parc et j'aurais pas pu luter dans ce final. Sinon la prochaine fois tu iras t'échauffer car à mon avis ça aurait permis de partir un peu plus vite et sans douleur, mais continu comme ça j'ai une petite chance ;-)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 07-04-2013 à 21:23:30

Un kéké anorexique face à un gros bouk, j'étais condamné. C'est la loi du sport mais c'est triste ! (heureusement tu m'as communiqué ta tactique gnak gnak gnak)

Commentaire de the dude posté le 08-04-2013 à 10:00:30

Très joli Bouc Roux!
Hélas le kéké rongeait son frein depuis le cross des coteaux et cet hiver pendant que le Bouc se vautrait dans le stupre et la tartiflette, le kéké suivait un entrainement à la John Rambo (18.000 m D+ en 3 mois, non mais allô quoi!!!) et la révolution dans le monde de la course au saucisson a bien eu lieu!!!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-04-2013 à 12:09:14

Je ne pensais pas que le kéké nourrissait une telle rancœur à mon égard. Et ça se paie cash. 4'40. Quatre minutes et quarante secondes. J'en ai encore cauchemardé cette nuit, et ce n'est qu'un début...

Commentaire de l ignoble posté le 08-04-2013 à 12:22:16

vous êtes beaux avec vos tee shirts salomon et tout le coin coin....au moins le kéké et moi ont défend des entités.............................quoique le maillot raidlight du dude nous a manqué à tous......

Commentaire de the dude posté le 08-04-2013 à 12:55:48

GRRRRRR!!!

Commentaire de le_kéké posté le 08-04-2013 à 13:53:54

Comme B Laval n'était pas là, le dude non-plus, par contre on ne t'a pas vu au Marathon de sables ??? Etrange, vous êtes fâché maintenant ?

Commentaire de le_kéké posté le 08-04-2013 à 12:59:36

moi je mettrais bien un maillot gf38 pour courir , mais il parait que le club n'existe plus ? j'arrive trop tard ?

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-04-2013 à 13:41:32

Si si, on a vu des supporters du GF38 dans des arbres à Paul Mistral

Commentaire de the dude posté le 08-04-2013 à 14:44:24

En tout cas kéké j'espère que tu travailles d'arrache pieds (sans jeu de mots) à nous faire un beau récit de l’événement.
Celui du cross des coteaux était déjà énorme, alors que le Bouc t'avait fumé; alors là avec la branlée que tu lui mets tu vas pouvoir t'en donner à cœur joie!!!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-04-2013 à 14:48:41

Ah oui, ça a du arriver... Ca me semble tellement loin maintenant... Bouh

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran