Récit de la course : Duo Trail des Lucioles de la Gardiole 2013, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Duo Trail des Lucioles de la Gardiole

Date : 29/3/2013

Lieu : Frontignan (Hérault)

Affichage : 459 vues

Distance : 15km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un long serpent lumineux pour les 2è Lucioles

Le grand jour est arrivé….cette nuit du 29 mars !Après mes deux forfaits aux Boucles de Maguelone et au Trail de Bouzigues, pour raison de mauvais temps, même s’il avait plu ce vendredi soir, je ne pouvais pas échapper au Trail des Lucioles où Aïcha, la copine de Villeneuve, m’avait engagé en duo avec elle, après accord. Et comme le ciel ne pleurait pas ce soir-là, à trois minutes de ma porte, allez, en tenue  et en route !

   Pompe à insuline débranchée, quatre épaisseurs de vêtements, par prudence, et le maillot du Marathon Sétois, la banane pleine de sucre pour le diabétique autonome sur les 15km du parcours, la ceinture-bidon et le porte-dossard, le bonnet de laine et bien sûr la lampe frontale, que j’étrennais : j’étais déjà paré en montant en voiture !

   Mon épouse me dépose au rond-point de la Cible, fortement animé et encombré de voitures à 20h, puisque nous serons pratiquement 300 au départ (148 duos). J’essaie déjà mon « Energizer » de chez Décat pour aller aux dossards, cantonnés bien à l’intérieur de la piste de moto-cross. Aïcha est là, avec deux copains de mon ancien club, Jean-François et Alain, de Maguelone Jogging. Bruno Giancola, le président du Tri Run de Frontignan est au four et au moulin puis au briefing d’avant départ, très écouté car le moindre détail peut servir à nos noctambules !

 

 

 

 

 

Et puis, nuit ou pas, les « trailers » ne laissent pas de déchets sur le parcours, c’est ce qui les distingue des « routiers » ! D’ailleurs au ravitaillement d’arrivée, nous aurons des gobelets lavables et réutilisables pour les boissons, afin de faire honneur à « la Semaine du Développement Durable », très riche en événements toute la semaine qui suivra.

  Le départ est donné à l’heure, à 20h45.  Et le long serpent des « lucioles » de s’allonger alors dans la montée douce, mais longue, partant derrière l’aire d’accueil des gens du voyage.  Autre sorte de voyage pour nous ! Curieusement il ne fait pas froid. Il ferait même doux. L’on transpire déjà. Aïcha est là qui me suit mais avec une respiration un peu courte. Je serais parti un peu vite ?

 

 Bon, je ralentis et puis….patatras ! Aïcha vient d’effectuer un plongeon, face contre terre, après avoir buté sur une pierre ! Je la relève. Elle saigne de la face. Elle craint une dent cassée…Mais non, du sang mais plus de peur que de mal et nous reprenons notre petit bonhomme de chemin et le poursuivrons sur les larges pistes terreuses et caillouteuses de la Gardiole, heureusement balisées régulièrement par des piquets lumineux mais aussi par de courageux signaleurs en poste ou à VTT, qui ne perdent pas de vue les lointains concurrents que nous sommes, évidemment reclus dans les dernières places.

La nuit est belle. Elle sent bon le thym par endroits. Un peu de solitude dans l’air aussi quand nous nous retrouvons tous deux esseulés dans le noir. Mais il y a dialogue. Nous nous soutenons-dans l’épreuve, c’est le cas de le dire ! Nous doublons une jeune femme seule ! Nous sommes tentés de rester avec elle, son « binôme » étant parti devant, « faire un temps », sans doute ! Je suis soudain moins fringant sur les cinq derniers kilomètres. Nous nous éloignons quand même, sur des chemins  familiers, que je reconnais et qui nous mènent vers la grande descente de l’arrivée, avec ses pierres qui roulent mais des signaleurs attentionnés et bien visibles qui nous conseillent la prudence. La dernière ligne droite du parking est là.

 

 Le dernier virage puis le panneau lumineux du temps : 1h53 ! Moins de deux heures. C’était notre ambition secrète.

 Pierrot 34 et Aïcha: enfin la ligne!

 

 Tout le monde se retrouve au généreux ravitaillement de l’arrivée. Pas mal de muscat sec et il faut demander de l’eau.

 Au pays du muscat, on demande de l'eau. Un comble! Mais dans des gobelets lavables et réutilisables!

 Le monde à l’envers ! Mais nous sommes à Frontignan ! Dernière satisfaction après la douche, un quart d’heure plus tard : glycémie du diabétique : 0,95g. Tout simplement étonnant ! Une expérience, une ambiance, une nuit à marquer d’une pierre blanche !

4 commentaires

Commentaire de peky posté le 02-04-2013 à 10:08:04

Sympa cette course de nuit dans la Gardiole.

Aïcha n'a pas trop parlée, bavarde comme elle est!
En tous les cas sur la photo elle a l'air d'avoir oublié sa chute.

Commentaire de pierrot34 posté le 02-04-2013 à 10:58:17

Oui, tu as raison, mais regarde bien son nez. Et sa bouche intacte, elle s'en est quand même servie!!!!

Commentaire de peky posté le 02-04-2013 à 11:33:07


une sacrée pipelette.

Commentaire de pierrot34 posté le 02-04-2013 à 12:11:22

Je vais être obligé de modérer ton commentaire!!!! La pauvre, si elle te lit!!!!Sacrément sympa en tous cas, Aïcha, quand t'es perdu, tout seul, dans la Gardiole, la nuit!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran