Récit de la course : Eco Trail de Paris® Ile de France - 80 km 2013, par Jean-Phi

L'auteur : Jean-Phi

La course : Eco Trail de Paris® Ile de France - 80 km

Date : 16/3/2013

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1500 vues

Distance : 80km

Objectif : Terminer

58 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Eco-trail 2013 : La parenthèse enchantée

La parenthèse enchantée

 

Introduction :

Il y a des moments rares dans la vie d’un homme, ils sont encore plus rares dans la vie d’un coureur si l’on considère ce sport comme un sport individuel. J’ai toujours fait mien cet adage qui veut que « Seul on va vite, ensemble on va loin ». La course, sport collectif ? Je le crois, oui. Très sincèrement. J’en ai ainsi fait la belle expérience, ce week-end de l’Ecotrail.

Tout a commencé bien avant, ici même sur le forum lorsque je lançais un appel pour trouver un hébergement pas trop cher, qui serait proche de l’arrivée de la course.

Je n’ai pas eu le temps de chercher bien loin. Ejouvin m’invita à chez lui, en toute simplicité alors que l’on ne se connaît pas et que nous n’avions que très rarement échangé ensemble. Après lui avoir dit tout de même que c’était pour 2 nuits que je cherchais et non une seule, nous sommes tombés d’accord. Je n’amenais rien du tout et il se chargeait de tout. Difficile, n’est-ce pas, de faire plus équitable ?!

J’ai découvert quelqu’un de gentil, serviable et attachant. Etienne est aussi un redoutable compétiteur qui terminera sa course en 4h37 et en 60° position sur le 50 kms. Diable ! Se pourrait-il que quelqu’un avec autant de qualités puisse avoir le moindre défaut ? Las, cet homme ne chauffe pas son appartement, c’est là le moindre de ses défauts me dira-t-il, ce, bien entendu, dont je ne crois rien. Que tu sois remercié ici Etienne pour ta gentillesse, ta simplicité. Je garde l’adresse de ton hôtel, on y est très chaudement accueilli. Je parle bien sûr d’amitié !

Quelque temps plus tard, la belle mécanique (je parler ici de mon corps mesdames !), s’enraye. Je n’avance plus, je n’ai plus de motivation. Mes adducteurs et mon dos me font à nouveau terriblement souffrir.
Pourquoi venir faire 80 kms sur Paris si c’est pour, au mieux terminer en un temps décevant, au pire abandonner ? Dois-je jeter l’éponge avant même de l’avoir mouillée ? Ai-je assez de ressources pour me lancer à l’assaut de la dame de fer, moi, l’homme au corps rouillé ? A vrai dire, je n’en ai aucune envie. Je sème quelques graines sur le forum afin d’annoncer plus ou moins que je ressemble plus à une plante fanée qu’à une jeune pousse prête à éclore. J’échange avec Sab Zaina et Japhy sur le sujet. Elles m’aident à relativiser, me dire que ce n’est pas le plus important, que l’essentiel est ailleurs. Dans la guérison peut être au demeurant…
Et puis me prend une envie folle. Je sais que je ne pourrai pas jouer les avions, que le (beau) temps escompté ne sera pas au rendez-vous mais que je peux ensoleiller ma participation en la mettant au service d’un autre, une autre. Je propose donc à Japhy dans un 1er temps de jouer les pacers. Pacer ? C’est quoi ?
C’est simple, pour moi c’est partager les bons moments et les passages plus difficiles. Et puis si ça ne va pas au bout, nous aurons passé un peu de temps ensemble et ça ce n’est que positif. On est toujours mieux à plusieurs. C’est une parenthèse dans la compétition. Une parenthèse dans la course au temps, une parenthèse de plaisir partagé, d’échanges, de soutien et peut être même d’amitié sans se le dire vraiment.

 Les faits :

C’est en pensant à tout cela que je rends le TGV ce vendredi 15 mars 2013. Je n’en mène à vrai dire pas large. En fait, lorsque je fais le point sur ma situation, je ne suis pas inquiet sur ma course à proprement parler puisque je ne suis plus dans cet état d’esprit depuis quelques semaines déjà. Non, c’est plutôt comme un off mais pas chez moi. Un off / in puisque j’aurai un dossard. Non, je suis inquiet de rencontrer toutes ces personnes avec qui j’ai discuté virtuellement. Et-ce que Ejouvin sera bien là pour m’héberger, est-ce que Japhy a bien compris que je voulais l’accompagner, elle et éventuellement Sab qui nous a fait part de son envie de partir tranquillement ? Et puis comment tuer le temps tout ce vendredi après midi ?

Je n’aurai pourtant pas le temps de m’ennuyer longtemps. A peine mon dossard retiré que Japhy m’appelle pour me demander si je peux l’attendre. « Bien sûr, oui ! Avec plaisir ! » Entre deux couloirs de métro et quelques SMS nous finissons par nous retrouver. C’est précisément là que je rentre dans un autre monde. Un monde idyllique, dont me parlera Sab 30h00 plus tard à la sortie du bois de Saint Cloud et auquel je ne crois jamais guère. Mais avec un peu de recul, j’étais dans ce monde pendant quelques heures de ma vie, de votre vie. Un train et sa voiture TGV vide me ramèneront à la réalité et vers cet isolement de la vie de tous les jours que nous abhorrons tous, cette solitude qui nous fait regretter, et tout autant attendre, ces trop brefs moments.

Nous passerons ainsi, Japhy et moi le reste de l’après midi à discuter de tout et de rien. En réalité, je ne dirai rien ou presque et elle discutera de tout !

C’est dans un café que nous retrouvons Etienne un peu plus tard et il viendra tout naturellement s’ajouter à nos conversations du moment. Le temps passe vite et faute de pouvoir le retenir, il est déjà temps de nous séparer pour quelques heures. Nous nous quittons sur cette jolie fin d’après midi avec les promesses du lendemain pour chacun : Se faire plaisir et aller au bout.

 

Le déroulement de l’histoire :

Samedi 16 mars 2013 : C’est la course. Du moins, la course dans la course pour le moment. Petit déjeuner express, dernière inspection des affaires, derniers essayages, footing jusqu’au RER et direction la base de loisirs de St Quentin en Yvelines.

La parenthèse de ce monde parallèle est toujours là. Je suis accueilli par le Bagnard qui me mitraille de photos tout en me reprochant de n’être pas arrivé plus tôt pour la photo de groupe. « Pas grave !  me dit-il, tu auras ta photo pour toi tout seul ! » Et de me remitrailler... Armé jusqu’aux dents, ce Bagnard là serait pour le moins redoutable !
Je finis par me faufiler à la rencontre des kikoureurs et de la tente ou déposer mon sac et je me retrouve nez à nez avec Françoise84, Xavhie, Sab, Vinch64, LoicM, Japhy, Bubulle et son accent stéphanois, Velvet, Jack… ! La magie opère toujours. C’est facile de se parler puisque l’on se connait déjà tous virtuellement ! C’est ce qui s’appelle crever l’écran, déchirer la toile pour rendre vivants, tangibles, tous les échanges que nous avons eus.

Le temps passe tellement vite en si bonne compagnie que  nous arrivons au moment de la délivrance, du lâcher de coureurs non sans nous avoir promis une « magnifique surprise » pour l’arrivée. Arrivée qui nous laissera bien dubitatifs, même sous une bonne dose d’endorphines. Mais l’intention était louable de vouloir faire bien. Parfois ne rien faire peut être aussi tout à fait bien…

Top départ ! Nous partîmes 2000 mais serons un peu moins nombreux au pied de la Tour Eiffel. Je me cale dans les foulées de Sab et Japhy. Nous plaisantons aimablement et les premiers kilomètres se déroulent vraiment bien. Nous nous payons même le luxe d’appeler Arclusaz pour lui annoncer notre départ ! Pas de difficultés majeures me semble-t’il sur le moment… Ah, si ! Une flaque de boue viendra jouer les perturbatrices au bout de 500m et créer un gigantesque bouchon. Je pensais à ce moment là être venu courir un trail ?  
Bubulle en profite pour jouer les filles de l’air et s’envoler vers une défaite de plus au jeu des 365h. Bubulle mettra 45 mn de moins que Sab et cède donc encore un peu de terrain.

Les premières côtes arrivent, je commence à alterner entre Sab et Japhy, prenant un malin plaisir à les prendre en photos !

Elles me le rendent bien en me faisant leur plus joli sourire !

Jean-Mi Touron fait chemin commun avec nous et aura la gentillesse de nous prendre en photo tous les trois devant le t-shirt de Jay qui hurle pour pouvoir nous prendre en photo.

C’est hilares que nous reprenons notre route tous ensemble jusqu’au ravitaillement de Buc. Nous avons parcouru 22 kms, nous sommes situés autour de la 1250° place.
Sur place, Sab me prévient qu’elle repart devant et que nous n’aurons qu’à la rattraper. Je finis de me préparer et laisse partir également Japhy devant, le temps de réajuster mes chaussures qui tordent le nez depuis leur passage dans la boue.
A bonne allure et malgré des adducteurs déjà récalcitrants, je récupère Japhy qui ne me semble pas au mieux même si elle fait mine de rien. J’insiste un peu, perfidement : « Je suis surpris ! Nous sommes au 22° kilomètre et tous ces coureurs me paraissent bien fatigués prématurément ! «  dis-je candide. Japhy m’avoue à ce moment là ne pas se sentir très bien elle non plus. En tout cas bien moins bien qu’il y a un an.

Que faire ? Rester, au risque de la faire forcer un peu trop et la faire lâcher prématurément ou bien partir en avant rejoindre Sab ? Je lui propose, désolé, de la laisser souffler et de faire un point par téléphone dans quelques kilomètres. Je la sens, à cet instant comme soulagée et elle m’invite à partir.
C’est un peu gêné que je pars en avant retrouver Sab qui avance maintenant dans les bois à bonne allure. Son tempo est à ce moment là bien en dessous des 10h00. Lorsque je la rejoins, je conviens avec elle que, si elle le souhaite, je l’accompagne. Si elle se sent ennuyée, elle n’hésite pas à me demander de partir pour gérer seule son effort. Pour mon plus grand plaisir, elle m’invite à rester. Dés lors, nous ferons course commune, scellant le pacte de ne nous séparer qu’une fois l’arche d’arrivée franchie.

Il faut que je vous parle un peu de Sab, telle qu’elle m’est apparue à l’ecotrail. Grande, beaucoup plus grande que moi. Les mauvaises langues diront que ce n’est pas bien difficile au demeurant, bref… ! Une Geek acharnée. Un téléphone greffé à chaque oreille, et si elle ne devait se servir de ses mains pour pousser sur ses genoux parfois, je pense qu’elle aurait emmené sa tablette ! Une balise run static et un casque sur les oreilles parachèvent ma description un peu ironique et amicale. Elle possède en outre un magnifique sourire même dans la difficulté, surtout lorsque elle décroche son téléphone toutes les deux heures. Il faut le dire ici : Sab ne court pas toute seule. Elle court en famille. Cela aura un effet « boost » sur son envie d’avancer et c’est le principal ! Les bosses entre Buc et Meudon se succèdent. Si elles ne sont pas difficiles, elles sont boueuses, abruptes par endroit. Je profite toujours de ces moments là pour m’échapper et prendre Sab en photo qui me hurle : « Non ! Pas sur Facebook !!! ».

Tout va bien, elle a de l’humour, on peut rouler.
J’essaie d’appeler Japhy mais pas de réponse. Nous espérons que ça va.
A l’entrée de Meudon, nous décidons de ne pas trop nous attarder en dehors de faire le plein d’eau. Je propose à Sab de bien embrasser ses enfants s’ils ne peuvent venir au prochain ravitaillement, elle se servira de ces images plus tard dans la difficulté et de se débarrasser des petits cailloux qui la gênent. En effet, le ravitaillement de Chaville sera consacré à se changer, sortir la frontale et refaire les pleins. Nous aurons repris ici 300 places. Sab est 13° SEF à cet instant.
Une fois repartis, je prends quelques photos. Nous apercevons déjà au loin la pointe de la Tour Eiffel.

Elle semble si loin, si proche. Tout dépend si l’on voit le verre à moitié plein ou à moitié vide. A la sortie de Meudon, je ne peux m’empêcher, en voyant un cimetière sur ma droite,  de lancer à la cantonade : « Pour les coureurs fatigués, c’est à droite ! » Je ne pensais pas à cet instant aux quelques kilomètres qui vont suivre.
Nous sommes repartis depuis 2 kms que Sab semble justement commencer à fatiguer. Elle baisse de régime et est obligée de marcher plus souvent. Je lui suggère de s’alimenter un peu, de bien boire, persuadé qu’elle est en début d’hypoglycémie. Nous avons parcouru 50 kilomètres et la fatigue est là désormais. Ce qui nous console c’est que nous sommes loin de nous faire doubler. Un coureur en proie à des maux de ventre terribles me demande si je n’ai pas d’immodium sur moi. Je le dépanne bien volontiers.

Pour ma part, si je ne ressens quasiment pas de fatigue, mes adducteurs hurlent de m’arrêter. Je triche un peu en prenant 2 Dafalgan. Je n’aime pas ça mais n’ai malheureusement pas le choix si je veux aller au bout.

Il est maintenant temps d’arriver au ravitaillement de Chaville pour reprendre des forces. La pluie s’est également invitée à la fête et nous accompagnera un grand moment. C’est dans ce moment de désolation, qu’une jolie lueur survient en prenant le son de la sonnerie de mon téléphone. C’est Japhy. Elle est passée au point d’eau de Meudon et continue sa route. Voilà qui nous met en joie et je suis vraiment heureux que nous ayons pu échanger quelques mots à ce moment là.
Lorsque survient Chaville, nous décidons de prendre le temps qu’il faut pour se ravitailler. C’est là que se joue la course. Il ne faut donc pas négliger cet arrêt. Il se met à tomber des trombes d’eau maintenant et elles ne nous lâcheront plus avant l’entrée de Paris.

Pendant que Sab se change, je me bats contre ma Gore-tex. Je finis par avoir le dessus en la passant sens dessus dessous. Me comprenez-vous ?

Sab en profite pour jeter toutes ses barres maison et se rue sur le saucisson, les cacahuètes et autres TUC et soupe au vermicelle. Moi qui lui avais vanté peu avant les mérites du gras sur les ravitaillements, je suis aux anges ! Spécial joke pour Sab et Japhy : Ceci n’est pas une rochade !

Après 26mn passées au ravitaillement, frontales allumées, nous repartons gonflés à bloc et « lestés » de Vinch64 dans nos bagages. Tant mieux. Plus on est de fous et plus on rit !

Chaville est une charmante bourgade avec ses montées, ses descentes et ses trottoirs qu’il faut enjamber. C’est en voulant monter sur l’un de ces trottoirs que Vinch chute. Plus de peur que de mal fort heureusement et nous pouvons repartir. Sab a passé le turbo et galope désormais allègrement, emportée par les endorphines et l’envie de voir la Tour Eiffel. Vinch décroche un peu à ce moment là et nous le perdons à l’entrée de Saint Cloud peu après le portail. Nous espérons le récupérer au ravitaillement. Malheureusement il aura un gros coup de moins bien qui fera que nous ne nous reverrons qu’à l’arrivée. Bravo à toi d’avoir su te transcender jusqu’au bout !

Les heures défilent désormais assez vite et lorsque nous passons au portique du ravitaillement de St Cloud, si notre puce ne fait pas « bip » à notre passage, mon cœur lui fait « boum » à la vue de la Tour Eiffel si proche ! On croirait tendre la main pour la toucher du bout des doigts. Mais à cet instant elle ne s’effleure encore qu’avec l’esprit.

 

Le dénouement :

Nous avons parcouru 67 kms, la fin est proche, nous serons finishers, c’est pratiquement certain.

Je reprends « d’autorité » les commandes de notre binôme du jour en indiquant à Sab qu’il n’est pas utile de s’attarder à remplir la poche à eau. Nous nous alimentons bien, buvons bien, y compris de la soupe et repartons dans la nuit pour les 10 derniers kilomètres. Sab est désormais euphorique, quant à moi, à coup de « allez, allez !! », je galvanise les supporters qui attendent leurs coureurs qui nous le rendent au centuple. Cela fait un bien fou et renvoie des ondes positives qui nous porteront jusqu’au bout.
L’entrée dans Paris est plus insipide. Au détour d’un pont, nous entrons dans une zone industrielle. A ma droite, les voitures qui klaxonnent ! A ma gauche les bétonnières et les grues ! Au centre, les coureurs qui titubent et marchent désormais, les yeux rivés sur cette tour illuminée qui nous attire tous comme un aimant.
Nous avons décidé pour ne pas trop fatiguer de terminer en Cyrano : 4mn de course, 1mn de marche. Et ça fonctionne ! Nous récupérons des groupes de coureurs fatigués. Nous sommes de plus en plus euphoriques, Sab en oublie de déclencher sa balise run static, je suis obligé de rassurer ma famille qui ne m’a pas vue passer au suivi à St Cloud, tout ceci au milieu de la cacophonie de la ville et de ses lumières. 3 kilomètres avant l’arrivée, la tour Eiffel semble se pencher vers nous tant elle semble si proche. Des panneaux déposés par Bert’ avec un petit mot touchant pour tous sont là, j’échange 3 mots avec lui pendant que Sab file à toute allure. Je prends quelques photos sur les quais et rejoins Sab qui vient de s’arrêter. Toute la course nous nous étions demandés où il pouvait être et voilà que le hasard nous fait tomber sur Jack, dans le dernier kilomètre ! Nous l’emmenons dans notre sillage pour un finish à trois sous une surprenante tour Eiffel en ballons. En passant la ligne nous retrouvons Ejouvin qui est là avec des victuailles pour nous ; la femme de Jack immortalise « l’arrivée des 3 ». Nous tombons dans les bras les uns des autres, paroxysme du bonheur de chacun de franchir cette ligne tant désirée. C’est une victoire pour chacun : Jack sur sa blessure, Sab qui réalise une superbe perf et moi la joie d’avoir pu partager autant de plaisir sur une course, oubliant tour à tour mes doutes, mes douleurs, mon amertume pour un sentiment de bonheur absolu d’être là. Nous terminons 733, 734 et 735°, Sab à la 16° place des SEF !

Nous récupérons nos sacs, retrouvons peu après LoicM tout content d’en terminer également et surtout Vinch qui arrive tout sourire et heureux, tellement heureux qu’il illuminerait à lui tout seul l’entrée du gymnase.
La seule ombre au tableau à cet instant précis vient du fait que je ne sais pas où en est Japhy. J’essaie de l’appeler pour savoir mais elle ne répond pas.
Nous nous séparons avec Sab après 10h17 de course commune, rompant ainsi notre pacte scellé quelques heures plus tôt et je rentre avec Etienne. C’est un plaisir immense de se faire véhiculer après tant de temps passé à arpenter les sentiers franciliens. J’ai hâte de prendre une douche bien chaude. Mes jambes ne me font pas mal et les 5 étages se montent finalement plutôt bien. Sitôt la porte ouverte, je rentre dans la douche pour me débarrasser de la boue qui s’est insinuée de partout. Que c’est bon !

Je suis encore sous la douche quand résonne la sonnerie de mon téléphone. Je me précipite, c’est Japhy. Elle vient de terminer sa course et tenait à me prévenir. J’ai à ce moment là une bouffée d’émotion intense qui monte J’étouffe un étranglement dans la voix tant je sens ma gorge nouée. Je suis heureux, vraiment heureux. Tout s’est déroulé à merveille dans ma parenthèse enchantée.

 

Conclusion :

Cette parenthèse n’aurait pu être aussi enchanteresse sans l’amitié d’Etienne qui m’offrira le verre de la victoire à nos réussites respectives, une nuit chauffée, et un retour au train, en voiture.

A la recherche de la bonne voie, sur le quai, devant la voiture TGV, nous nous disons au revoir. La situation est drôle et touchante, agréable. Un quai, un train, des au revoir et l’envie de rendre ce que l’on a reçu très prochainement.
Une fois assis à ma place, la pression se relâche, la fatigue et l’émotion de ce week-end de rêve m’envahissent. Je suis si bien que j’en pleurerais de joie. Cela tombe bien, je suis seul. Quelques larmes roulent. Le train s’ébroue. Dans le sens de la marche, ma parenthèse se referme en douceur sur un rêve enchanté.

Merci à vous tous pour ce week-end. C’était si bien.

58 commentaires

Commentaire de ejouvin posté le 18-03-2013 à 18:18:53

Ravi d'avoir fait ta connaissance.
Ravi de t'avoir accueilli et avoir contribué un tout petit peu dans ce beau week end.

Et oui le sport individuel peut devenir par équipe. Tu en es la preuve vivante. Privilégiant l'apport de tes conseils aux autres à ton effort personnel, sachant que tu ne pourrai atteindre tes objectifs.
C'est tout aussi beau et touchant que les panneaux et autre attention pour les membres de la communauté.

Un grand merci à toi pour ces moments et à une prochaine.

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:09:22

Quand tu veux sur Lyon, ce sera toujours un plaisir. Merci encore Etienne !

Commentaire de Sabzaina posté le 18-03-2013 à 18:21:15

Bon, ça y est, je craque pour de bon, je pleure comme une madeleine...
P... de bon CR Jean-Phi...

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:10:07

Ah non on ne pleure pas ! Moi aussi je vais finir bisounours si ça continue !

Commentaire de Jay posté le 18-03-2013 à 18:37:29

bravo et merci pour le partage de si belles émotions,
Jay

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:10:46

Merci Jay ! J'espère que tu te remets bien. A bientôt !

Commentaire de Nini posté le 18-03-2013 à 19:10:30

Super CR. Plein d'émotion !
Bravo Jean phi pacer ;-)

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:11:20

Merci nini ! Bravo à toi pour le suivi ! J'ai tout lu, c'était super !

Commentaire de Arcelle posté le 18-03-2013 à 19:20:32

Merci pour ce CR riche en émotion, j'ai l'impression d'avoir assisté à votre course !

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:12:03

Merci Arcelle ! Ainsi tu participeras peut être l'an prochain ?

Commentaire de lalan posté le 18-03-2013 à 19:23:14

................................. Je n'en rajouterai pas plus !!!

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:12:52

Quoi ? On a perdu la langue de lalan ? Tu as dû la perdre en courant derrière ArnaudB ! Fais gaffe ! A très vite sur le trajet UBS ;)

Commentaire de Land Kikour posté le 18-03-2013 à 19:27:08

Good job Jean-Phi et merci pour ce très sympathique CR riche en émotion !!
Bonne recup´

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:13:35

Merci Land et à très bientôt sur une course j'espère !

Commentaire de tidgi posté le 18-03-2013 à 19:47:43

Que dire de plus ? Good job !
Vous avez formé une belle équipe sur une bien belle course.

Merci pour ce récit.

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:14:30

Oui c'était inédit est vraiment génial ! J'avais des à priori sur l'eco trail, je n'en ai plus !

Commentaire de jack91290 posté le 18-03-2013 à 19:54:56

pffouuua que d'emotions cet ecotrail, content d'avoir rencontré une personne riches de conseils.
si je recherche un pacer je sais qui appelé.
merci pour ce finish
jack

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:15:37

C'est avec plaisir que nous avons bouclé cette fin ensemble ! Sacré finish quand j'y pense. J'espère bien que l'on aura la photo à dispo ! A bientôt pour une autre course !

Commentaire de Tonton Traileur posté le 18-03-2013 à 19:55:50

ah ben moi aussi tiens, j'en ai la larme à l'oeil ...
Si en plus mes petits panneaux d'encouragements dans le montée de "l'Alpe d'Huez" ont pu te/vous mettre du baume au coeur ... c'est que du bonheur !!!
merci pour ce beau récit, bonne récup et à la prochaine
;-)

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:16:32

Ah c'est clair que tes panneaux nous ont mis un sacré baume au coeur ! Encore merci pour ça, c'était franchement bien trouvé !

Commentaire de domi81 posté le 18-03-2013 à 20:01:34

félicitations pour ta course et ce bon Cr.

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:17:32

Merci ! Au plaisir de se croiser !

Commentaire de jepipote posté le 18-03-2013 à 20:05:23

j'avais eu même rôle que toi y'a deux ans sur le 50 kil pour accompagnée une amie. un énorme souvenir, partager de tels moments est une chance incroyable. merci de nous l'avoir fait vivre à travers ce récit.

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:18:20

Effectivement c'est une chance incroyable, surtout quand ça se déroule aussi bien, avec des gens aussi bien ! Je suis prêt à recommencer !

Commentaire de bubulle posté le 18-03-2013 à 20:14:35

Hé bé!

C'est quand même ballot que le bouquin "Si Kikourou m'était conté" soit déjà sorti! Ton CR, il y a sa place, Jean-Phi et ta présence chez les parigots, elle n'était pas volée. Quelle bonne idée tu as eue de venir. Y'a plus qu'à trouver l'occasion de se recroiser, ça ou là. Et j'en connais deux qui ont eu bien de la chance d'être ainsi accompagnées (même si tu aurais pu booster un peu Sab afin qu'elle ne reprenne pas encore 45 minutes d'avance au challenge du 78)

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:20:00

Je sens que Sab sera imbattable cette année sur le jeu ! La rencontre dut trop brève, j'espère que l'on se croisera très prochainement, sur LPF ou ailleurs. Un off inter région Jay sera charmé je crois par l'idée ! ;)

Commentaire de vinch64 posté le 18-03-2013 à 20:44:35

Super CR Jean-Phi!
Je suis vraiment très content de t'avoir rencontré et d'avoir passé quelques kms avec toi et Sab. Je le répète encore une fois, t'es la Rolls Royce des pacers!
J'arrête car je commence vraiment à me transformer en Bisounours depuis cet Ecotrail.
J'espère qu'on aura l'occasion de se recroiser sur quelques chemins boueux ou non.

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:21:14

Avec plaisir Vinch. J'étais heureux de te voir à l'arrivée. Ton bonheur faisait plaisir à voir. Félicitations encore ! A très bientôt j'espère !

Commentaire de Sabzaina posté le 18-03-2013 à 20:51:13

Il faut absolument un "Si Kikourou m'était conté" 2.
Tu n'es pas un Bisounours Vincent, juste une bonne personne. ;)

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:21:41

D'accord avec toi. On est tous des bisounours ! ^^

Commentaire de snail69 posté le 18-03-2013 à 21:02:02

"je ne peux m’empêcher, en voyant un cimetière sur ma droite, de lancer à la cantonade : « Pour les coureurs fatigués, c’est à droite ! »"....AH AH AH...je t'entends d'ici !!! ;-) Bravo Jean-Phi: malgré les douleurs et les doutes d'avant course, on sent que tu as pris énormément de plaisir en courant collectif. Comme quoi, à bien des égards, chaque course est unique!. Quant à l'esprit Kikourou, il est déconcertant de simplicité et c'est pourquoi il est si précieux.

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:22:54

Oui hein ? On s'y croirait ? C'est p'têt ben que tu m'as déjà entendu déconner ainsi lors des offs non ?
Merci pour ton petit message vendredi matin ;)

Commentaire de Kirikou69 posté le 18-03-2013 à 21:21:07

Récit très émouvant ; dans chaque phrase on sent le plaisir que tu as pris dans cette course. J'avais déjà bien aimé le cr très musical de la saintélyon : vivement le prochain épisode des aventures de jean-phi!!!

Question subsidiaire : tu ne fais le pacer que pour les jolies filles ? :=)

Commentaire de Jean-Phi posté le 18-03-2013 à 21:23:52

Merci Rémi !
Je peux pacer les hommes mais c'est un peu plus cher ! ^^

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 18-03-2013 à 21:24:50

Ça c'est un CR ! Bravo Jean-Phi ! Tu m'as fait un sacré cadeau en me rappelant mon Eco Trail 2009 avec Marioune et Bambi, deux merveilleuses créatures plus grandes que moi ...

Une belle expérience cet Eco-Trail !

Commentaire de Jean-Phi posté le 20-03-2013 à 08:49:39

Ah les créature merveilleuses, lorsqu'elles prennent cors et coeur, c'est toujours plus intéressant que la mythologie !
Merci Lutin !

Commentaire de Arclusaz posté le 18-03-2013 à 21:31:51

ben voilà, tout Jean-Phi est là !
No comment.
Merci.

Commentaire de cloclo posté le 18-03-2013 à 21:36:05

Merci Jean-Phi pour cette tranche d'humanisme, dommage que j'étais en Alsace ce WE.

Commentaire de PhilippeG-560 posté le 18-03-2013 à 21:42:39

Très touchant ton récit Jean-phi, félicitations, cela fait du bien de lire des belles choses ici sur ce forum.
Au plaisir de se croiser un jour...

Commentaire de TomTrailRunner posté le 18-03-2013 à 22:10:41

Si quelqu'un vous demande a quoi sert Kikourou, dites lui de venir lire ce CR ...

Commentaire de tortue01 posté le 18-03-2013 à 23:14:19

Waouah..je suis littéralement "scotchée" par ton CR Jean Phi..oui j'avoue j'ai été aussi un(e) bisounours sur ce coup là...
Tu es la preuve vivante que les sportifs ne sont pas des grosses brutes au coeur de pierre et qui peuvent des fois doutés..
Par ailleurs, bien que novice dans la course a pied,j'ai déjà largement pu grandement apprécié "l'effet kikourou", qui booste et qui vous donne des ailes sur les courses...une communauté"toile d'araignée" qui va au delà des frontières d'un département !!bravo a toi Jean Phi et un grand bravo aux filles..et si tu es ok je m'inscrit pour que tu sois mon pacer..sur une prochaine course (un marathon avant fin 2013)??!!..42 km pour 42 ans??!!

Commentaire de marat 3h00 ? posté le 19-03-2013 à 08:30:03

quel beau Cr jean-phi ! il participe bien à l'esprit kikourou. Moi j'aime bien les bisounours. Preuve que l'on peut faire rimer rivalité et une hiérarchie avec amitié et sympathie. Ce Cr est la preuve aussi que tu incarne cet esprit en acte ET en parole !
récupère bien parce que début mai, ça va donner !

Commentaire de ogo posté le 19-03-2013 à 10:36:00

Bon les Parigots, les Lyonnais réclament la vérité. Qu'est ce que vous lui avez fait à notre Jean-Phi ? On l'envoie deux jours à la capitale et il revient en pleurant comme une madeleine ! Selon toute vraisemblance notre camarade a été maltraité et ce n'est pas ce CR, manifestement écrit sous la contrainte, qui prouvera le contraire. Ne me dîtes pas que vous lui avez servi de la bière chaude ou pire du saucisson tiède. Il est des choses avec lesquelles on ne plaisante pas !
Trêve de bêtises, merci pour ce récit très joliment écrit. Tu as su trouver les mots pour décrire ces émotions presque viscérales qui naissent dans l'adversité et qui transforment en camarades de toujours de parfaits inconnus ou de lointaines connaissances. On touche là aux racines mêmes de l'amitié et des relations entre les Hommes. Encore merci de nous avoir fait partager cette expérience. Bravo à toi ;)

Commentaire de Sabzaina posté le 19-03-2013 à 20:53:23

" Qu'est ce que vous lui avez fait à notre Jean-Phi ? "

Certaines choses ne peuvent pas écrites.

:DDDDDDDDD

Commentaire de Sabzaina posté le 19-03-2013 à 20:54:42

être écrites *

Commentaire de Jean-Phi posté le 20-03-2013 à 08:48:06

On avait dit qu'on en parlerait pas ! ^^

Commentaire de Papy posté le 19-03-2013 à 10:52:40

J'apprécie grandement ton CR car je me suis souvent inscrit dans cette démarche, la plupart du temps, effectivement, pour amener quelques féminines au bout de leur objectif. Encore dernièrement sur un triathlon ou le remerciement en anglais de la flamande remplaça avantageusement ma course ratée du jour.
Je te laisse imaginer aussi qu'au contraire de filer chez EJouvin te réchauffer, tu aurais pris place dans une tente chaude à te restaurer, avec les kikous arrivés, attendant Japhy.
Tu visualise le plaisir de son passage devant vous et la joie du partage plutôt que de vivre cela au téléphone ?
Vivi, j'en reviens à ma marotte de la convivialité post course. C'est vraiment un must de partager après course les moments que vous vivez virtuellement aujourd'hui !
(voir Jack au gymanse aussi fut un must !)

Bravo à toi et continue à te faire plaisir !
Ah au fait, gaffe au Dafalgan, cela déshydrate, surtout si tu ne remplis pas la poche à eau à StCloud. En effet pour finir fort sans Cyrano, une prise de boisson énergétique bien dosée à intervalle très rapprochée est très conseillée... Et à partir de StCloud, les plus frais ont avalé jusqu'à plus d'1l, voire 1,5l avant la ligne d'arrivée...

Bravo à toi !

Commentaire de Sabzaina posté le 19-03-2013 à 20:55:36

Tu as grandement raison concernant l'arrivée Papy.

Commentaire de Jean-Phi posté le 20-03-2013 à 08:47:42

Tout à fait d'accord avec toi Papy sur le fait qu'attendre tous les concurrents et les applaudir à l'arrivée, dans un endroit chaud et bien pensé aurait été idéal !
Merci pour l'avenir V3 ! ^^

Commentaire de Jean-Phi posté le 19-03-2013 à 11:48:15

Merci à toutes et tous pour vos commentaires. Toujours un peu de mal à redescendre de mon nuage ! Comme vous le soulignez tous, l'esprit kikourou qui nous anime est fait d'entraide et d'amitié et un peu de Bisounours aussi. Ca fait un bien parfois !
La prochaine course devrait être placée aussi sousle signe de l'amitié puisque ce sera un relais à 3 sur l'UBS pour "affronter" d'autres amis !

Commentaire de totoro posté le 19-03-2013 à 12:14:08

Bravo jean-phi pour cette parenthèse, cela a dû te "requinquer" mentalement ! Il existe bel et bien un effet kikourou :-)

Commentaire de franck de Brignais posté le 19-03-2013 à 22:44:55

Oui... un sacré bon récit !! tu prouves ici ta générosité et nous montre ton coeur gros comme ça et j'aime ce moment que vous avez partagé !! Un simple, mais grand merci pour ton partage.

Commentaire de Jean-Phi posté le 20-03-2013 à 08:50:39

Merci totoro et Franck !
Au plaisir de vous revoir sur un off prochainement ! ;-)

Commentaire de Japhy posté le 20-03-2013 à 09:25:53

Pffffff enfin j'arrive à écrire deux lignes, pas de wifi à l'hôtel, et wifi nase de chez nase sur le site des concours (Meudon encore... je suis poursuivie par les banlieues chics parisiennes!), donnez de l'argent à la Recherche française, elle en a besoin! :D

Bon, merci pour ce super CR jean-phi! Comme je te l'avais dit avant course, et comme je te l'ai redit ensuite, il ne faut jamais s'inquiéter pour moi! Généralement je vais au bout, même s'il y a eu des exceptions!
Ce qu'il y a de bien avec jean-phi c'est qu'il est assez fin pour comprendre les trucs sans qu'on ait besoin de lui expliquer longtemps! Donc tu as bien fait de prendre le large, parce que je n'aime pas du tout me sentir "boulet"! Mais j'étais avec vous par la pensée comme vous le savez.
Je suis quand même soulagée que tu aies apprécié ton week-end, vu que j'avais été parmi celles et ceux qui t'avaient vendu le truc sans tour Eiffel! Merci encore et à bientôt!

Commentaire de LtBlueb posté le 24-03-2013 à 07:52:35

héhé !! c'est bon d'aller au bout de ses reves en courant pour soi dans l'atteinte de ses propres objectifs ... mais c'est encore meilleur lorsqu'on se met à disposition des autres dans un tel moment de partage !!! chapeau jean phi , ton bonheur fait plaisir à lire !

Commentaire de Jean-Phi posté le 24-03-2013 à 19:44:33

Merci mon lieutenant ! Effectivement, c'est un vrai plaisir de partager ces moments !
Et ce marathon ?

Commentaire de Bert' posté le 03-03-2017 à 20:50:33

ça nous rajeunit pas... mais bravo encore ;-)

Et que de chemin parcouru depuis !

Commentaire de Jean-Phi posté le 03-03-2017 à 21:11:06

Merci !
Ouais des WE comme ça on en rêve 52 fois par an. Vivement qu'un autre de ce genre se profile. Et qu'elle progression pour certaine

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran