Récit de la course : Trail de la Sainte Baume - La Grande Baume - 46 km 2013, par Free Wheelin' Nat

L'auteur : Free Wheelin' Nat

La course : Trail de la Sainte Baume - La Grande Baume - 46 km

Date : 10/3/2013

Lieu : Cuges Les Pins (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 880 vues

Distance : 46km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TSB 2013: Libertaaaaad!!!

Selon Wikipédia: De façon générale, la liberté est le concept qui désigne la possibilité d'action ou de mouvement sans contrainte.

Moui, pour moi c'était un peu ça le Trail de la Sainte Baume...

Retrouver cette sensation de liberté , savourer le plaisir de préparer mes petites affaires, transformer mon 4X4 même pas rodé en roulotte pour y passer la nuit, rouler paisible avec de la bonne musique dans les oreilles, sans souci horaire particulier, juste celui de pouvoir prendre la température à la salle de retrait des dossards ( il y a bien un monsieur que je suppose être Akunamatata, mais j'ose juste lui demander si c'est demain qu'on amène les chaussures pour son asso ) ...
C'était aussi savourer le suprême luxe de poser ma cabane à quelques mètres à peine du futur porche de départ du trail , absolument et délicieusement peinarde car entièrement seule sur le terrain vague, ouaaaaaiiiis.... .


Trop bien...

Une caravane a bien tenté de se former vers les 19h, mais comme le parking était limité en hauteur à l'entrée, petite déception quand même (je ne suis pas si sauvage...), les deux camping-car ont fait demi tour.
Mais surtout , découvrir une nouvelle région, courir le bob au vent , courir tout court , courir en communauté , ça me manquait beaucoup ces derniers temps!

Vers 5h55, un bruit de portière me réveille... Synchro à 5mn près avec les bénévoles qui arrivent sur place pour préparer l'épreuve.
Je les chambrerai un peu plus tard en me plaignant d'avoir été réveillée par leurs allées et venues
Je chauffe l'eau du thé et la crème d'Aroche (poukram, j'ai oublié le lait de soja, on fera à l'eau) petit déj',puis je vais à la salle des dossards, où je devrais en principe retrouver Titoune de CAF qui court le 45 (44, 46?) également.
On arrivera à se voir juste avant le départ , elle très zen et moi stressée car j'ai paumé les épingles récupérées la veille ( je n'avais pas oublié que le lait de soja...).


Epingles retrouvées , voiture fermée ,on échange un peu et c'est déjà parti...
Globalement je suis bien, avec juste le petit stress qu'il faut :mes participations aux trails se sont tellement rarifiées que j'ai peur de ne plus savoir comment on fait et mes soucis d'ischios sont encore présents, mais je ne laisse pas ces craintes me polluer le plaisir que j'ai de pouvoir prendre le départ ce matin.
J'ai pris les bonnes fringues (j'ai hésité quand même un peu mais le 3/4 a été la bonne option , le tee shirt habituel avec dessus un coupe vent sans manches, et les manchettes Kikourou épaisses, j'avais peur du vent sur les crêtes...)

Bref, Carpe Diem, laissons venir à nous cette TSB!

Oh Chanthy!! Trois mots échangés et le voilà parti devant, j'espère le revoir après la course histoire de causer un peu!
On se perd rapidement avec Titoune puis je la rejoins et on discute un peu car oui, bien sûr le bouchon de début de course ne tarde pas à nous stopper (nous étions vraiment au fond du peloton au départ, juste un peu à la traîne...).

Et d'un seul coup, le noeud dans le ventre...
La voiture...

J'ai pris le double et je me suis rendue compte à temps que fermer avec ne centralise pas le verrouillage des portes, j'ai bien fait le tour mais le coffre...je l'ai zappé.
Je visualise alors le trousseau avec la vraie clé sur le siège avant, le coffre pas clanché, quelqu'un qui fait le tour, ouvre le coffre se barre avec la voiture, les papiers et le reste.
Je reste un instant en mode panique et suis à deux doigts de faire demi tour, mais l'envie de courir le trail est trop forte, je ravale tout ça , me persuade que ce n'est pas possible , qu'il y a du monde sur place, que les gens ici sont cools etc etc...

Mais je finis par me mettre dans la course (mais je ne suis pas bien moi???), de temps en temps ça revient me tarauder un peu, mais quoi qu'il arrive , je ne peux rien faire donc autant s'éclater avant le drame...

Physiquement, ça va, mais le scotch rose de l'ostéo n'empêche pas les ischios d'être douloureux (mes quadris sont trop forts pour eux, paraît-il...) , mais ça aussi, ça reste en arrière plan, je sais que je ne crains pas grand chose là dessus.
Ca grimpe toujours mais j'aime ça!



Même pas jalouse des collègues à bâtons, ça me prend la tête finalement ces machins, surtout sur du court où j'aime de plus en plus allumer dans les descentes ( Jean Mi Touron, sors de ce corps!!!) et comme je sais désormais que mes quadris sont forts , même pas peur .

Nous arrivons à la fin de la première côte, quelque part sur la crête...
Ne m'en demandez pas trop, je sais que sur ce trail ça monte, ça descend, ça monte , ça.. etc.. bon... donc comme à mon habitude je prends ce qui vient avec le plus de plaisir possible , et même des photos ( que ceux qui me connaissent un peu ne tombent pas de leur chaise, merci, le récit continue...).

Ah si malgré tout, j'ai retenu les ravitos, 8-15-30-40km .
Je suis d'humeur joueuse, donc je ne vais pas m'arrêter aux deux premiers , 2l ça me fait à peu près 4h, donc ça devrait coller avec le 3ème...

Après la première bonne descente, joli Riboux que je passe sans m'arrêter.
C'est vraiment sympa cette alternance forêts, portions roulantes, et boue aussi! y'a pas ça chez nous!
Pas plus que ces odorants tapis de feuilles de chêne!



Je fais attention quand même car la podo m'a bien dit que les semelles ortho n'aiment pas la flotte. Ca m'irrite un chouia, pas envie de passer mon temps à jouer les précieuses à éviter toute flaque!...

Je tape la discute avec un gars qui remarque mes Inov, on reste un bon moment à babeller sur les pompes" plouf , c'est combien le drop?" , "plouf plotch, celles-ci ,heu, plouf 8 je crois..." "pffflllltttt, mais les prochaines seront plitch des route à 4 de drop plotch" , puis je finis par prendre de l'avance...

On remonte pour basculer côté nord, je crois, en dessous d'un promontoire sous lequel des randonneurs empruntent dans l'autre sens un chemin pavé de pierres blanches(si je ne fais pas une inversion temporelle ... un coureur me parle d'une grotte et d'une Sainte Madeleine...)


Je saurai plus tard que c'est la descente du col de Saint Pilon.
De la forêt puis la crête à nouveau.
Le soleil nous fait l'honneur de pointer un peu le bout de son nez et ce qui ressemble à un observatoire (maintenant je sais , c'est l'observatoire du Pic de Bertagne ) semble constituer à priori la fin de nos pérégrinations en plein air entre plaine et plaine.

[/img]

Une fois en dessous à sa gauche, c'est impressionnant mais je trouve tout ce béton très laid...
Et zouuuuu on redescend!

Ca fait un moment que l'on m'annonce 11ème (3 heures environ après le début de la course puisque je l'annonce à Aurely par sms), mais ça me va.
A un contrôle, pof, je vois trois filles devant moi .
Au dernier ravito où je fais le plein ( je l'ai attendu un peu celui-là...) l'une d'entre elles repart au moment où j'ouvre ma poche à eau.
Je ne calcule toujours pas , mais quand même, ça m'intéresse qu'elle soit là même si la rattraper ne m'effleure franchement pas l'esprit, je suis probablement encore en mode balade...
Arrive une descente plutôt délicate (on est plein sud il me semble), je suis derrière les deux qui avancent bien, c'est chouette, pile à mon allure, je suis bien en leur compagnie.
Elles sont sympas, et on se fait peur chacune à dévisser un peu de temps en temps
Un peu plus tard, je ne comprends rien : la garrigue fait place à la forêt, et là, l'une me laisse passer, et je reste bête une fraction de seconde, car j'avise dans la foulée la seconde qui me paraissait vraiment très bien se mettre rapidement sur le côté !
Je ne sais  pas vraiment ce qu'il s'est passé puisque le terrain était nettement plus sympa (Terre!! Terre! ) même si assez raide .
J'ai probablement dû, involontairement, leur mettre la pression à rester assez près derrière?
Il m'a semblé qu'elles ralentissaient la cadence... à moins que ce ne soit moi qui ait accéléré...
Quel pied sur cette descente!! Ca allait vite  (bon , enfin, c'est relatif, hein...) et c'était vraiment jouissif.

Je double une autre féminine au contrôle précédant un petit passage de ruisseau puis la montéedelamortquitue que j'attaque bille en tête, je ne plaisante plus, curieusement, dans mon esprit il devient hors de question de laisser repasser devant celles qui m'ont si fair-playement laissée passer.

A partir de ce moment là , j'ai commencé à oublier de prendre des photos, (Japhy je t'entends rire d'ici...) sauf celle là, où , tiens, on aperçoit l'observatoire par l'autre côté , haut, très haut, et de nettement plus bas que précédemment!



Action-réaction-accélération..
Je pensais avoir commencé à accélérer plus tard, mais non, en fait c'est là que j'ai pris le mors aux dents Rigolant
Et à un moment donné j'ai pensé fort à mon homme en doublant dans la montée plusieurs messieurs ( petite diminution de la pente ?).
Selon lui, je démoralise mon monde en conservant une allure marchée un moment puis en me mettant d'un seul coup à partir à petites foulées du genre "hop hop hop même pas mal"...
Il est possible qu'effectivement que ce soit le cas lol, mais je ne le fais pas franchement exprès.. ça me prend comme ça, j'ai envie de partir et c'est tout !
Après, je m'étais rendue compte à plusieurs reprises que j'avais moins mal en courant qu'en marchant (le genou droit par moment m'inquiète, je ne veux pas revivre Gorbio) , autre option?...

C'est raide et pénible, mais c'est de bonne guerre, je gravis consciencieusement tout ça.
Je chante  même à un moment "Allez allez" de Camille que je trouve assez de circonstance... Il se pourrait  que ça devienne à l'avenir un mantra à partager de préférence avec des compagnons de galère...

Un peu plus tard, j'entends "il reste 3km!"
Accélération...
Sauf que je me rends compte au ravito qui déboule d'un seul coup qu'il en restait 5+3 en fait!
Je chipe une rondelle de saucisson au passage ("trop booooon!!!" )
Bon bah 5, on maintient la pression alors, ça paraît possible!
Et ça l'est , pas question de me laisser rejoindre des fois que...
Une fin de course comme j'aime, à donf , la langue dehors , les babines flottantes et le bob qui flappe comme les oreilles d'un chien courant lancé à pleine vitesse ou des cheveux d'Anton Krupicka au vent de la Leadville ...

Passé l'arche ,un monsieur me dit "vous avez votre temps sur l'écran!"
6h27, mhhhhm, c'est chouette!
Mon homme saurait presque mieux que moi même comment je fonctionne, il pronostique toujours à coup sûr mes chronos. Cette fois-ci il s'est juste planté de 3 minutes...

Contente, je biroune un peu et sirote de l'eau gazeuse, me régale avec un pain aux raison/graines de courge, mais le malaise revient vite fait, et je demande à la bénévole (quel sourire!) de m'indiquer le chemin de retour vers le parking .
Et je crois que ça a été là le moment le plus dur de la course, essayer de courir alors que le corps douloureux au possible me disait que " hoooooo, naaaannn, stooooop, c'est fini hou hou, t'as passé la ligne!!"

La voiture est là...
Je fais le tour...
Ouvre le coffre (arg), les tchitchous des portes sont abaissés j'ouvre avec le double
Trouve la clé principale tombée sous un sac .

Je suis bénie des Dieux du trail ce jour là , je crois...
Parce qu'en plus, non seulement je n'ai rien vu passer , j'ai à peine souffert, je retrouve un morceau de ma liberté bien rangé sur son parking, mais en plus on m'offre pour mon délicieux dessert tartaupommé (et je ne vous dis pas la paella!!) un podium en V1.
Un peu émotionnée à ce moment là... Et la seconde sur la boîte qui me lance avec un grand sourire que je paraissais tellement fraîche quand je l'ai doublée!



Du sourire! Personne n'en n'a manqué je crois ce jour là, tellement l'accueil a été chaleureux les bénévoles sympas!
Et pis j'ai vraiment apprécié la présence discrète et si encourageante d'Aurely
Pardon de ne pas avoir répondu à ton second message, j'étais un brin "la tête dans le guidon!" lol
Quand au trail en lui même, tout y était, la dénivelée, mais également des portions bien roulantes pas lassantes du tout, j'ai beaucoup aimé!

Si j'avais un regret cependant à exprimer ce serait d'avoir raté le panorama superbe qui a baigné certains passages  tellement j'étais concentrée sur là où je mettais les pieds, merci au MTC de nous avoir offert un si beau parcours (et les dotations étaient carrément généreuses, merci également aux donateurs!).
Bon du coup, je vais être obligée de revenir...

Ah... en post scriptum ...
Le lendemain au boulot, le café à la main: "Hé salut Nat! Hé toiiii, tu as la tête de "ça a pas marché"...(Hin hin hin..)"
"bé ... boarfff... si... un peu quand même , je suis 7ème féminine et première de ma catégorie, bon j'y vais, j'ai de quoi faire en lingerie" (Et toc...)


Illustrations sonores:

Sur la route: http://www.youtube.com/watch?v=8-SlvZxMTcA

Encore sur la route:  http://www.dailymotion.com/video/xx4gr2_jimi-hendrix-voodoo-child-studio_music#.UUS7aTc4L3E

Sur le chemin : http://www.youtube.com/watch?v=Q1cJ9IyVlhs


Plus sur cette fameuse grotte et la Sainte madeleine:
Cette impressionnante barrière rocheuse tire son nom d'une grotte (baumo en provençal) qui aurait abrité Sainte Marie-Madeleine à la fin de sa vie.
Cette grotte, aménagée en un lieu sacré au XIII° siècle, est un des lieux de pèlerinage les plus visités du monde occidental : pas moins de 8 papes et 18 souverains y sont venus depuis le Moyen Age au milieu de la foule des pélerins anonymes.
La Sainte Baume figure donc, comme la montagne Ste Victoire et le Mont Ventoux, parmi les montagnes "sacrées" de la Pro

8 commentaires

Commentaire de Rudyan posté le 16-03-2013 à 19:46:26

Un récit toujours aussi plaisant à lire! Et quelle perf! Vraiment la classe vue la difficulté de cette course! J'espère qu'on te reverra dans le 13 et qu'on pourra se croiser!
Bonne récup!

Commentaire de chanthy posté le 16-03-2013 à 20:22:11

bravo Nat pour la perf!!
au plaisir de se recroiser ( et me doubler :) j'espère un peu plus loin que le 25ième km )

Commentaire de UNMICK posté le 16-03-2013 à 22:39:11

Félicitations pour ta course et bravo pour ce chouette récit.

Commentaire de patdours posté le 17-03-2013 à 10:26:24

bonjour Nat, merci pour ce somptueux récit et bravo pour ta course.
Je pense que tu as déja du récupérer de cette aventure et j'espère faire ta connaissance une prochaine fois
Patrick

Commentaire de Matchbox posté le 18-03-2013 à 10:52:30

Bravo Nat pour ta course et merci pour ce récit bien sympa.
Une très belle performance racontée avec humour et légèreté.

Commentaire de ThierryF posté le 19-03-2013 à 10:42:04

Bravo pour ce très beau résultat et merci pour ton récit qui mêle humour, émotion et suspens (ah! la fameuse anecdote de la tuture...)

Commentaire de Japhy posté le 20-03-2013 à 09:51:02

Trop la classe! Bah tu vois, tu ne te déplaces pas souvent, mais ce n'est jamais pour rien!
A toi les nouvelles aventures motorisées tout en étant pédestres!

Commentaire de Jean-Phi posté le 20-03-2013 à 16:15:24

Bravo Nat très belle performance !!! Et en plus tu semble y avoir pris beaucoup de plaisir ! La liberté ça a du bon parfois...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran