Récit de la course : Trail de Pignan - 11 km - La Gariguette 2013, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Trail de Pignan - 11 km - La Gariguette

Date : 3/2/2013

Lieu : Pignan (Hérault)

Affichage : 925 vues

Distance : 11.4km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La foule des grands jours sur« Les Pistes des Garrigues », froides mais ensoleillées.

 

   La grande foule, ce dimanche 3 février à Pignan puisque « Les pistes des garrigues » n’offraient pas moins de quatre parcours nature de 5, 11, 16 et 25km pour mon deuxième trail de la saison, après les Sangliers à Balaruc.

Le 11km était largement suffisant pour celui qui avait récolté une petite douleur sur le côté droit du genou le dimanche précédent.

A 8h30, avant le départ du 11, il restait encore une place de parking à la coopérative, sinon il fallait chercher beaucoup plus loin, le millier de partants sur tous les circuits ayant été finalement atteint !

Dossard tout prêt au gymnase de l’arrivée, un salut amical à Philippe Panetta au micro et vite, à l’abri dans la voiture-pour débrancher la pompe à insuline et mettre le dossard- car il régnait un petit froid sec malgré un beau soleil et la tenue longue avec trois épaisseurs, foulard pour le cou et bonnet de laine n’étaient vraiment pas de trop.

Un quart d’heure avant le départ, l’ami Thibaud de mon club (le Marathon Sétois), apparaît, mais j’aurai échappé à l’amie Aïcha de Villeneuve-lès-Maguelone, qui courait le 5km et que je voulais rencontrer pour mettre au point le rendez-vous du dimanche suivant à Mauguio où nous allions courir en duo « les Cabanes de l’Or ». Survient aussi Xavier, l’homme du grand fond du club, bien sûr engagé sur le 25km.

 

Xavier, sa femme Karine et Thibaud, la seule photo que j'aurai pu prendre ce jour-là

9h30, c’est parti ! Nous sommes 300 au départ. Deux petits kilomètres de bitume, avant d’attaquer les chemins pierreux plus étroits de pleine nature. Mais voilà que déboulent sur les monotraces les premiers du 25km. Je laisse passer, bien sûr. Juste avant d’arriver à l’embranchement du 11 et du 25, sur une large piste droite, Xavier me passe et me demande si ça va. Pas terrible. Petite allure des jours avec peu de jus. Ravitaillement. Un verre d’eau mais il n’y a pas de sucre ! Alors, le diabétique précautionneux que je suis, avalera le sien un peu plus loin. C’est là où, en pleine garrigue, nous friserons à quelques-uns l’erreur de parcours, à une croisée de chemins à peine bien balisés-fléchés.

Finis les monotraces, mais bonjour bosses et creux en pierres ! Je me retrouve seul mais j’entends approcher un joyeux groupe de voix féminines que je sens éminemment sympathique pour sa jeunesse quelque peu hystériquement bavarde mais quand même un peu agaçant pour pouvoir faire de la course une telle fête, alors que moi, je me sens bien incapable de m’y intégrer ! Elles me passent avec leurs ballons colorés, en parlant d’anniversaire et en charriant un peu un autre jeune coureur en survêtement à capuche, qu’elles qualifient de « boxeur » ! Et ces demoiselles de s’éloigner, malheureusement, finalement !

Après avoir atteint la longue piste cyclable qui mène au village, l’arrivée est enfin là. Pas vu le panneau du temps mais j’aurai fait 1h28 et274è sur 300, Thibaud finissant en 1h12, 124 places devant moi, aïe !

Dans l’abri bienfaisant du gymnase, ravitaillement liquide et solide très correct. Je retrouve Thibaud quelques instants mais je ne traînerai pas longtemps car je transpire et l’abri de la voiture m’appelle pour le retour, la douche et la glycémie, un peu basse (0,69g) pour une fois, alors que j’étais à 3g au réveil le matin-mais il y avait eu bon repas amical la veille au soir !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran