Récit de la course : Raid 28 2013, par Françoise 84

L'auteur : Françoise 84

La course : Raid 28

Date : 19/1/2013

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 919 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Raid 28 était en blanc...

 Pour notre 4ème participation, le Raid 28 fêtait ses 20 ans.




Quatre formats étaient proposés mais nous avons choisi le plus classique, à 5. Notre équipe est composée de récidivistes (multi pour certains): Anne-Catherine, Ludo, Bruno, Xavier et moi. Les billets de train Avignon / Paris sont réservés depuis 3 mois, tout va bien... jusqu'à samedi matin, 1h avant le départ. Là, coup de fil d'Anne-Catherine, vraiment pas bien, qui ne peut partir avec nous. Heureusement, nous avons un joker en la personne de Marie-Claude qui nous accompagne sur Paris (mais a prévu un tout autre programme à base de shopping, cinéma, restau...). Au pied levé, elle accepte de remplacer notre équipière défaillante mais n'a plus d'entraînement depuis plusieurs mois... Elle a tout juste le temps de préparer son sac, sa tenue, sa licence et nous voilà tous prêts à embarquer dans le TGV.

On a bien vu les prévisions météo avec de la neige annoncée mais ça fait quand même drôle de voir le paysage se transformer tout au long de la montée vers le nord!




Arrivés vers 13h à Paris, sous la neige, nous passons d'abord par la case "brasserie" avec des petits plats bien réconfortants (et un très bon vin blanc!). Puis un peu de shopping pour les quelques bricoles qui nous manquent et direction la gare Montparnasse pour rallier Maintenon.

En voyant défiler les paysages bien enneigés, on apprécie d'avoir l'option TER plutôt que voiture ou bus!

 

 

Le gymnase est encore presque désert lorsque nous arrivons et nous avons largement le temps de nous installer, préparer etc... Les bus navettes ne pouvant circuler, les participants vont arriver par petits lots tout le début de soirée. La remise des dossards, les photos d'équipes, les consignes, tout se passe rapidement.



On nous a annoncé des chûtes de neige dès le soir et jusqu'au dimanche soir. Du coup, on multiplie les couches de vêtements, on met les gants, bonnets en plus des buffs et pour moi, des chaufferettes pieds et mains.



  






Petit coucou à Cedric, sur l'Ultra, qui vient d'arriver à Maintenon après 40 km de course déjà... 




 A 21h, c'est la remise des cartes et topos. On commence à reporter une première partie et moins d'1/2h après, on part.

 

 

 

 Il commence à neiger dès le départ et ça va durer... jusqu'à l'arrivée!










 Xavier, en capitaine-orienteur, assure bien; Ludovic poinçonne à tout va, on ne "jardine" pas trop et on avance.






Mais les conditions sont difficiles avec la neige qui tombe tout le temps et surtout le froid. Dans les forêts, ça va à peu près mais dès qu'on traverse les plaines, avec le vent, c'est vraiment pénible.







On laisse pas mal d'énergie dans l'histoire et, quand on arrive à Rambouillet, vers 3h du matin, Marie-Claude, très fatiguée, doit jeter l'éponge à son grand regret.




On regrette bien de la laisser là, de ne pas terminer tous ensemble mais il reste encore plus de 50 kms, une bonne douzaine d'heures à galérer dans la neige, ce serait de la folie... Elle sera "rapatriée" à Bures, au chaud, vers 6h du matin: merci aux bénévoles-chauffeurs!

Et donc, on repart après un petit temps d'arrêt que l'on met à profit pour manger, reporter, rajouter des couches et changer les chaufferettes. Là, il fait vraiment froid sur cette fin de nuit et la 1ère traversée de ruisseau n'est pas bienvenue...






Les pieds trempés (les chaufferettes mortes, bien sûr!) redonnent une sensation de grand froid à tout le corps, c'est assez terrible. Pour moi, ce sont quelques heures difficiles. J'ai 2 paires de gants (avec chaufferettes intercalées entre) et dès que je veux manger, boire, regarder ma montre, faire une pause "technique" ou autre, il faut tout retirer, essayer de ne rien perdre et se geler les mains. Tout me "gonfle": la frontale sur la tête, trop chaud, pas assez chaud, les intestins qui râlent, les piles à changer, les noix de cajou qui tombent...!






Le lever du jour est long à arriver, pas de soleil du tout mais ça fait quand même du bien. On commence à rêver d'un bon café bien chaud... On peut toujours rêver!! Ludovic a de grosses douleurs musculaires, Bruno a très mal à un genou... même les "avions" souffrent !!! Moi qui suis plutôt diesel, j'irais presque mieux! Mais je suis bien crevée et j'ai du mal à trottiner...


imgp7376.jpgimgp7385.jpg




Le 2nd passage de ruisseau est plus que refroidissant et fait disparaitre le petit (et relatif) équilibre thermique. c'est reparti en mode "gel"...





Maintenant, on fait au plus court pour rallier les PC dans les temps, en ramassant les balises sur le passage.











Au PC 12, il est presque 15h. Nous devons donc prendre le "raccourci" avec ses 4 balises pour arriver avant 16h à Bures. Nous ne serons pas classés puisque arrivés en équipe incomplète mais nous essayons quand même de grappiller le plus de points et le moins de pénalités, pour le fun.

 

Nous arrivons un peu avant les 16h fatidiques, contents d'en avoir enfin terminé et de retrouver Marie-Claude qui nous attend, un peu plus fraîche (façon de parler!) que dans la nuit.


Le temps de papoter un peu, tout en avalant un bon bol de soupe chaude et on se rend dans le gymnase.



Comme chaque année (pour moi), les douches "femmes" sont à l'eau froide, je zappe, tant pis et merci les lingettes! Pas très réconfortant non plus, le chauffage du gymnase ne fonctionne pas...C'est bien dommage car, de ce fait, on ne profite pas vraiment du repas d'après course, pourtant copieux, chaud et servi avec le sourire!

On ne traîne pas pour aller chercher le RER et retourner à Paris. Une fois en vue de la Gare de Lyon, on va tuer le temps restant... à la brasserie! On récupère toutes les calories qu'on a perdues sur les chemins enneigés et on en rajoute encore un peu pour le voyage...! Du coup, certains vont s'endormir comme des bébés dès le départ du train!




Au lit vers 2h du matin après la nuit blanche précédente: la journée au boulot de lundi va être difficile!

 

 Voilà donc une bonne édition du Raid 28 de faite. C'est toujours un plaisir de retrouver une organisation au top, des bénévoles super sympas, des copains qu'on ne voit pas souvent. Le gros bémol (pour moi, vraie fille du sud frileuse!) a été la météo et les "petits détails" tels les traversées de ruisseaux ou même les douches froides qui n'ont pas amélioré le mal être dû au froid extérieur et aux problèmes circulatoires personnels (le tout malgré un équipement adéquat, je tiens à le préciser).

 

 Merci à l'organisation et aux bénévoles qui ont su gérer malgré les intempéries, toujours dans la bonne humeur.

 Et merci à mes co-équipiers qui ont permis d'amener l'équipe au départ et jusqu'à l'arrivée!



8 commentaires

Commentaire de La Tortue posté le 29-01-2013 à 01:41:16

bravo à toi et ton équipe !
et oui, le raid 28, c'est l'hiver, il y fait toujours froid et/ou humide ! cette année, c'était le froid ! les conditions étaient difficiles, vous avez d'autant plus de mérite à rallier Bures.
à quand un raid28 en aout sur la cote d'Azur, il faudra en parler à papy Turoom ? ;-))
encore bravo et merci pour les photos !

Commentaire de LtBlueb posté le 29-01-2013 à 06:32:29

j'imagine aisément à te lire la difficulté de cette édition , notamment en fonction des conditions hivernales : en amateur des traversées de ruisseaux habituellement, je ne sais pas si j'aurais réellement aimé cette fois ci
on ressent egalement dans ton récit un peu moins d'enthousiasme que d'ordinaire, sans doute du au fait d'avoir rallier l'arche sans un équipier : en tout cas, chapeau à l'équipe pour le joker de luxe et un grand bravo à elle : il faut du cran pour se lancer sur le raid28 ainsi :) bonne recup à tous et à bientot !

Commentaire de TomTrailRunner posté le 29-01-2013 à 08:07:52

Pffft : rien que lire le récit fatigue et donne froid : cette édition aura fait bien des dégâts physiquement et moralement : moins de fun, plus de difficulté et la belle aventure se transforme en lutte contre soi même et les éléments : mais les photos de chaque moment, les cajoux qui tombent avec les doigts engourdis, les sourires de l'arrivée sont autant d'instants qui resteront gravés.

Bravo à vous d'être aller au bout de vous même...

Commentaire de la panthère posté le 29-01-2013 à 09:13:34

brrrrrrrrrrr j'en grelottait rien qu'à lire ton récit!.... c'était le grand nord! récupérez bien tous les deux, et à bientôt sur une coursette du sud, vivement le printemps!

Commentaire de Arclusaz posté le 29-01-2013 à 20:35:03

Tout te gonflait ???????
Une Françoise sans le sourire communicatif, c'est donc possible ?

Bizarrement, en lisant ton récit, j'étais bien content d'être au chaud chez moi : bravo !

Commentaire de Jean-Phi posté le 30-01-2013 à 09:04:28

Ca y est j'ai froid rien qu'en ayant lu ton récit et en regardant les photos ! Chapeau ! Il en fallait du courage pour traverser les ruisseaux gelés et affronter la neige ainsi. Je comprends que le retour a dû être... soporiphique vu la fatigue !!! Félicitations pour ce superbe périple mené à bien !

Commentaire de Sprolls posté le 04-02-2013 à 08:06:07

Merci pour le récit et les jolies photos qui illustrent très bien les conditions de course. Effectivement c'était dur cette année de positiver en course la "folie" de participer au Raid 28 donc bravo d'autant plus d'être allés au bout même en équipe incomplète !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 13-02-2013 à 19:05:09

Ça me rappelle une certaine édition lors de laquelle je me suis retrouvé rapatrié en hypothermie. Ton frère se souvient aussi de cette édition ...
Et, tu as quand même réussi à finir malgré une météo encore pire !!! Mais en quelle matière es-tu faite donc ? Chapeau Françoise !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran