Récit de la course : La Corrida de Noël 2012, par Berty09

L'auteur : Berty09

La course : La Corrida de Noël

Date : 22/12/2012

Lieu : Tarascon Sur Ariege (Ariège)

Affichage : 496 vues

Distance : 8km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas si mal

     Vu la réussite de ma dernière course avec explosion de mon record sur 10 bornes, c'est l'esprit tranquille que je m'alligne sur la corrida de Tarascon. Enfin, tranquille, c'est vite dit car pour moi une course reste une course et il n'est pas question de laisser filer devant. Et oui, on ne se refait pas... Pourtant, tout pousse à la prudence, mon kiné vient de me donner son feu vert du bout des lèvres à cause de mon genou droit récalcitrant. Le pauvre, il avait pas trop le choix non plus. Participer était dangereux pour mon genou mais rester à la maison était dangereux pour mon équilibre psychique!

 

     Quelques jours plus tôt, nous étions venus en nombre, reconnaître le parcours de cette première édition. Une boucle de 4 km à effectuer deux fois. Départ du centre ville, un crochet pour rejoindre les berges de l'Ariège puis une bonne petite montée pour surplomber la ville et retour au centre. Une reconnaissance bienvenue car elle me permettra de bien anticiper tous les virages serrés de ce tracé et de bien jauger la montée vers le Castella.

 

     C'est bientôt Noël, l'athmosphère est paisible à Tarascon. Certains sont surpris de la fraicheur du soir après une journée printanière. Je pars m'échauffer. J'ai en tête ma course de cet été à Carnon. C'était aussi un tracé en ville et j'étais parti bien trop vite...asphyxié après 800m de course. Je me promets de ne pas faire la même erreur. Rester plutôt sur la sagesse de ma dernière course. C'est l'heure; plus de 150 au départ, le gagnant est déjà connu, ce sera Benjamin - meilleur Français aux derniers championnats du monde de course en montagne-. Une belle carte de visite, et pourtant une simplicité à toute épreuve.

 

     Je sens que le départ risque de friter. Normal, à 150 dans les ruelles du centre-ville, ça va être chaud. Je me cale derrière les cadors, ils me serviront de voiture-bélier. Effectivement, mieux valait ne pas demander son chemin au premier virage sous peine de se faire piétiner par une meute de pères noël en goguette. J'ai un double objectif au départ: bien me placer et ne pas me mettre en surrégime. A y regarder de plus près, ces deux objectifs sont incompatibles, aïe! Va falloir choisir mon Berty.


 

 Chaud devant!

 

 

     Et le choix ne fut pas le bon, bien entendu. Je me laisse tenter de suivre la foulée de Vivien. Et au bout de 1000m, je me retrouve en difficulté. Quel con! 43 balais et pas moyen d'être sage deux courses de suite. J'assume. Je connais la suite maintenant, il faut ralentir légèrement et rester efficace dans sa foulée en sachant que je ne possède déjà plus de réserve pour accélérer.

 

     Je suis aux alentours de la 10ème place et Nicolas de Pamiers se porte à ma hauteur. On se connaît bien, on a déjà été quelquefois au coude à coude. Il est mieux que moi à ce moment et me lâche petit à petit. Je m'accroche pourtant. On attaque la montée vers le Castella. Ca me plait, les petites ruelles, une petite côte. Sauf que je suis limite. En haut de la côte, le coach est là. Quelques encouragements puis il me lâche "N'oublie pas qu'il y a 2 tours". Gloups...Ca se voit tant que ça que je suis à la rue?


 

Nico, fin du premier round.

 

 

     Peu importe, je reste calé derrière, à quelques mètres de Nico et continue sur un rythme honorable. Ma dernière prépa du 10 km porte ses fruits. Le premier tour est bouclé, agrémenté de quelques encouragements qui aident à ne pas se désunir. Nico commence maintenant à ralentir devant moi. Bizarre. Je me porte à sa hauteur, il semble avoir un pépin physique. Je le double en douceur et en l'encourageant. S'il le peut, il prendra ma roue.

 

     C'est ce qu'il fait et c'est maintenant moi qui le tire. L'association est sympa mais va pas falloir se faire reprendre non plus. On attaque le dernier km. J'accélère, il me demande de l'attendre. Ok, pas de soucis mon gars, l'arrivée est toute proche. C'est pas encore aujourd'hui que je finirai main dans la main avec un gars mais le coeur y est. On fini cette corrida sans se faire reprendre et avec une belle place dans le top ten. Quelques accolades et je repars en trottant à la recherche des partenaires de club pour les accompagner dans le final.


Benjamin, décontracté le champion!



On refait la course



     Une soupalognonycrouton cloturera cette belle soirée. Ben voilà Berty, l'année se termine. Tu le sais l'objectif 2013 est déjà gravé dans la pierre: ce sera moins de 3h au marathon de Prague au mois de mai. Enfin, si tout va bien...et je ferai tout pour ça.

    

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran