Récit de la course : SaintéLyon 2003, par lezebre

L'auteur : lezebre

La course : SaintéLyon

Date : 7/12/2003

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 3618 vues

Distance : 65km

Matos : frontale petzl myo 3
ceinture gourde

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Salut à tous,

Et bien voila c'est fait je suis rentré dans le monde de l'ultra, et là
maintenant j'en suis sur, il faut vraiment qu'il nous manque une case. Se
faire mal de la sorte, souffrir continuellement, en plus dans le noir, le f
roid et la nuit ????

Je partais dans l'inconnu, je ne savais à quelle vitesse partir, quel ryt
hme tenir, comment m'habiller, comment m'alimenter ????

Le fait de voyager dans la voiture du shadock, avec Bibi, le bouf et le Poc
m'a bien rassuré. Ils m'ont parlé de leur expérience passé, m'ont
conseillé, m'ont donné des idées d'allure à tenir.

Allure à tenir !!!!

Même si la plupart des congénères me conseillaient la sagesse pour mo
n premier sainté, il était hors de question de jouer sur ce tempo. Il m
e fallait un objectif et essayer d'aller au bout, quitte à exploser.

L'objectif serait donc les 6 heures. Sachant quand même que l'organisatio
n a remplacé 1 Km de bitume par plus de 2 Km de boue !!!!On n'en avait pa
s assez !!!

Ce sera dur, mais bon c'est dans mon tempérament de prendre des risques.

La seule ligne de conduite que je me suis fixée est d'arriver à Sorbier
s (7 Kms en légère montée) tranquille en pas plus de 12km/h. Objectif
atteint puisque j'arrive en 36mn49s.Et je me sens bien voir très bien. L
a véritable montée commence. Et là, alors que tous les trails que j'a
vais fait avaient été de véritables corvées, je vole littéralemen
t, je plane. Jusqu'alors je n'avais qu'été doublé, je double et redou
ble, encore et toujours. Un des plus beaux moments de course à pied de ma
vie de coureur.

Je m'arrête pour donner un petit conseil pour les futurs coureurs de la s
ainté : il faut prendre une lampe plus performante que la tikka. C'étai
t impossible de courir avec dans le brouillard épais, alors qu'avec me my
o3 (led + halogène), c'était un vrai bonheur. Certains coureurs se mett
aient à mes cotés car j'illuminais vraiment bien.

J'arrive à st Christo en 1h23, soit 1 mn de mieux que mon tableau de marc
he. Je continue sur la lancée, toujours très bien. J'arrive à Moreau
en 1h57, soit 5mn sur mon tableau de marche. Facile, facile, sans trop forc
er

Je poursuis en appréciant le spectacle des files indiennes des frontales
dans la nuit. Un vrai spectacle.

J'arrive à Sainte Catherine en 2h34 mn. Et la je sais pas trop ce que je
fous, je sors de st Catherine 6 mn plus tard en allant papoter un peu avec
le shadock croisé à la sortie de sainte-catherine.

Cela commence à être dur. Je n'ai jamais fait plus de 30 bornes à l'e
ntraînement (et encore une ou 2 fois). Commence également la partie tec
hnique avec la descente vertigineuse qq. Km après st catherine. Je suis u
n groupe d'une dizaine de coureurs en file indienne (de toutes façons il
est impossible de doubler). Je décide donc de ne pas prendre de risques,
et je les suis tranquillement. Je glisse et chute sans gravité. C'est de
plus en plus dur. Je continue à passer les montées en courant contre 90
% des gens qui marchent. J'arrive à st genoux en 3h20. Je suis vraiment
dans le dur. Les cuisses hurlent de douleur. Mais pour l'instant ça conti
nue. Soucieux est passé en 4h10. Il reste à priori 18 Km (je pense en r
éalité un peu plus). Tout va pour le mieux. J'ai le moral gonflé à
bloc. Et la, ce que je redoutais le plus va se passer 5 fois en 18 Km : les
crampes. Arrêt à chaque fois de 2 mn. Je me masse les cuisses. Je m'
étire un peu, et je fais repartir la machine tranquillement. J'ai bien es
sayé sportenine, mais j'en ai pris que 2 (un à st Christo, et un à so
ucieux). Faut-il en prendre plus ? Avez-vous des solutions ?

J'ai donc baissé considérablement ma vitesse, mais vu que j'avais un pe
u de marge, je gère. C'est drôlement long d'arriver à st Foy. Depuis
le départ j'attends cette fameuse cote. J'arrive au pied en 5h21. Et la,
je suis pas déçu. C'est horrible. Je me pose pas de questions : je marc
he des le départ. Au ¾ quand la montée se transforme en faux plat mon
tant, je repars tout doucement. Les crampes reviennent et repartent. Tout n
'est plus que gestion. Il faut que je tourne en 12km/h pour passer sous les
6 heures.

6ème/5ème/4ème/3ème tout en finesse au contraire de mes fins de cou
rse habituelles où d'habitude j'allume, la je gère afin de ne plus avoi
r de crampe. C'est mon seul objectif.

La dernière ligne droite, la montée des escaliers

Conclusion : 5h58mn04s, 85ème sur..

Résultat positif. Pour un premier ultra c'était une expérience fantas
tique. Je pense être vraiment plus attiré vers de telles courses (trail
s) que sur du long en route (encore que le 100 bornes.ça doit être chou
ette après ce que j'ai ressentis auprès du milepattes)

C'est un peu rageant ces histoires de crampes car je pense que je valais bi
en 10 minutes de moins.

Voili voilou

Le zèbre

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran