Récit de la course : Saintélyon 2012, par rem490

L'auteur : rem490

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2012

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 861 vues

Distance : 69km

Matos : Salomon XA PRO 5D

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

SaintéLyon 2012 : en quelques mots...

Comment résumer cette édition 2012 en quelques mots ? Glaciale ? Enneigée ? Verglacée ? Boueuse ? Difficile ? Ereintante ? Envoûtante ? Magique ? Inoubliable ?... C'est certainement un savant cocktail de tous ces qualificatifs qui représenteraient le mieux cette édition 2012 et, quelques jours après, notre mémoire sélective a tendance à ne retenir que les bons côtés, pour enfouir les mauvais moments dans les oubliettes de notre cerveau. Et c'est beaucoup mieux comme cela. Donc, s'il fallait n'en retenir que deux, ce serait sans hésitation... ...magique et inoubliable !

Après 2 participations en 2010 et 2011, j'avais tendance à partir un peu trop en confiance, en me disant qu'avec l'expérience acquise, cela ne pourrait que mieux se passer et qu'il serait difficile de beneficier de conditions plus difficiles qu'en 2010. En plus, j'avais cette année fait un Off organisé par le célèbre Arclusaz sur la portion Soucieu - Lyon, donc cela ne pouvait effectivement que bien se passer...Et bien cela ne se déroulera pas tout à fait comme prévu ! Les conditions météo furent aussi dures qu'en 2010, le physique ne fut pas au mieux de sa forme et le mental à resisté tant bien que mal à l'envie de mettre le clignotant à plusieurs reprises, surtout sur cette portion Soucieu -Lyon.

Ayant terminé l'édition 2011 en 9h07, je visais les 9h et j'arriverai sur les rotules en 10h27, après avoir marché pendant quasiment 20 kms sur la fin du parcours en raison d'un genou droit de plus en plus douloureux et qui avait oublié sa fonction d'articulation. J'ai été tenté d'abandonner à Soucieu quand j'ai vu que je devrai finir en traînant la patte, puis à Beaunant ou j'avais la confirmation que je finirai en marchant... L'idée d'attendre et de rentrer en navette ne m'emballant pas plus que cela, je choisis par défaut de finir en marchant jusqu'à Gerland.

Pour les bons côtés, et sans hiérarchie particulière dans cette énumération,
- la soirée au Flore, merveilleusement bien organisée par Elcap et ses proches, qui permet dans un cadre nettement plus agréable que le hall d'exposition de St Étienne de faire le plein de pâtes, de rencontrer des kikous passionnés et très sympas, et de se reposer tranquillement en attendant l'heure fatidique du départ.
- l'organisation de cette course, et sans avoir participé à des centaines de courses, je suis admirablement impressionné par l'organisation mise en place permettant d'accueillir plus de 10000 participants avec toute la logistique nécessaire pour cela. Et il est aussi appréciable de constater que les organisateurs s'efforcent d'améliorer ce qui peut encore l'être, et ce fut le cas cette année pour la consigne des sacs et pour la mise en place de couloir pour court-circuiter les ravitaillements (St Christo notamment)
- les très nombreux bénévoles présents au depart, sur les routes, sur les ravitos, à l'arrivée et sans qui ce type d'evenement ne pourrait pas avoir lieu. Un grand merci à vous tous pour votre dévouement.
- les spectateurs pour vos chaleureux encouragements, qui sont toujours très appréciés et source de motivation pour redonner de l'entrain
- l'ambiance de cette course si particulière, avec son ballet de frontales, dans des paysages enneigés, c'est magique, sur des chemins et routes verglacés (la, c'est nettement moins magique pour l'ambiance !), l'alternance de bitumes et de sentiers, l'arrivée sur Lyon dans l'enceinte du palais des sports de Gerland après une longue balade sur les quais de Saône .... C'est inoubliable !

Et pour les mauvais côtés, je les ai... oubliés, et ils ne devaient donc pas être si négatifs que cela, surtout que mon genou droit s'est refait une santé et que je devrais pouvoir chausser les runnings d'ici une dizaine de jours. Bien entendu, côté chrono, la performance n'est pas celle attendue mais, au final, par rapport à toutes les émotions  vécues sur ce genre de course, cela ne doit pas être le plus important et le fait de pouvoir participer, de terminer, est déjà une grande satisfaction.

Avant de terminer ces quelques mots, je voulais avoir une pensée particulière pour tous ceux qui ont été gravement blessés lors de cette édition, en leur souhaitant un prompt rétablissement.

Vivement la 60eme édition... qui, pour l'occasion, sera certainement encore plus magique et d'autant plus inoubliable !

2 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 09-12-2012 à 21:41:40

Voilà un CR d'un positivisme total : tu as bien raison, c'est comme cela qu'il faut raisonner, se rappeler des belles choses et oublier les autres (s'il y en a eu !).

Effectivement, quand ça ne va pas, il suffit de marcher : c'est long, mais on finit toujours par arriver, c'est une sacrée expérience.

J'espère que nous aurons souvent l'occasion de recourir ensemble, j'ai vraiment apprécié les moments que nous avons déjà passés ensemble.... qui en appellent d'autres !

Commentaire de NRT421 posté le 09-12-2012 à 21:46:37

Excellente récupération de ton genou droit que tu puisses rapidement aller tracer en tous sens dans le domaine de La Plagne.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran