Récit de la course : Les Carrières by Night 2012, par Jonagbé

L'auteur : Jonagbé

La course : Les Carrières by Night

Date : 3/11/2012

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 541 vues

Distance : 21.6km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Venir, voir, finir

Je me suis mis à la course à pied et surtout sur les courses natures du challenge vert en lisant les récits de chacun.Whaou cela à l'air fun ces courses donc me suis mis au run depuis le début de l'année après de longues années de foot qui m'ont flingué à peu près tout ce que l'on peut se blesser au niveau des jambes.

Donc l'an dernier premier dépucelage sur 21 km sur la Bynight ou je finis à l'arret au 18ème km juste à l'entrée du chemin agricole interminable, impossible d'avancer en 2h11min. Je reviendrai!!

16h, c'est le départ à quatre. L'un veut finir, l'autre veut faire 2h30, le troisième cherche une place dans le premier tiers et moi je vise 1h45.

Les courses à Mondeville, c'est toujours sympa, garer sa voiture n'importe comment, la petite salle des fêtes, les bénévoles toujours au top, le t-shirt qui me fait toujours plaisir (tiens manche courte cette année), le speaker qui fait vivre la course. Mauvaise surprise aux inscriptions, la course fait 22 km sur la papier donc 1h45 cela paraît chaud mais bon on s'en fout. Retour voiture, tiens un mec m'a accroché l'aile de la voiture,  déconnade, habillage, reste 10 minutes pour s'échauffer. Monsieur le Maire nous prévient d'un parcours pas facile, boueux etc...De toute manière à Mondeville c'est jamais simple.

5,4,3,2,1, la meute est laché, comme d'hab au départ me place n'importe comment et le slalom commence pour remonter. Par mauvaise habitude je pars toujours à fond, le temps pris au départ ne craint pas la gelé me dis-je surement à tort. Virage à gauche dans chemin agricole et là quel horreur, c'est gras cela glisse, l'herbe sera mon fil conducteur. Je dois être dans les 20 premiers, je colle aux basques d'un type qui à une bonne allure mais c'est chiant, c'est long ce chemin.

4 km plus tard, on rentre enfin dans un bois et là super single track, un très beau passage un peu technique avec une belle petite descente sur Champcueil puis retour sur chemin en bordure de bois. Je me dit qu'il faut envoyer sur le plat car c'est pas avec mes qualités naturelles de descendeur que je vais gratter du temps.

Monter des cent marches en marchant forcement, faut récupérer, je double 2 gars qui allaient bien plus vite mais l'un à perdu sa montre. Arrivé en haut, tu parles d'une récup, j'ai les cuisses qui piquent, cherche l'air et il faut déjà relancer. Mon lièvre m'a semé dans la montée des marches, je le vois au loin et ne le reverrai plus. Me retrouve seul, mais comme j'ai un mal de chien à retrouver le rythme, cela ne va pas tarder à rentrer sur moi.

Nouvelle descente km9, j'ai une super lampe frontale (ferei HL08) pour voir de loin mais dans les descentes, j'aimerai voir de près donc je bouge sans arrêt la frontale, ce que cela me gonfle, je dois faire gaffe au tracé en plus mais ouf en bas de la descente 4 types rentrent sur moi, plus besoin de penser au balisage.

A la montée suivante, on se retrouve à la croisée des chemins, 3 voies possibles, droite, milieu, Gauche. Les 2 premiers partent à droite, je choisis le milieu avec un autre, le dernier prend à gauche. Le ticket gagnant est à gauche, le pire au milieu, c'es une ornière ultra boueuse aucun appuie je monte à quatre patte et sort déguelasse j'ai autant de boue sur les mains que sur les pompes qui doivent peser 2 kilo de plus. Les 3 ont pris un peu d'avance, je pars à leur poursuite avec mon acolyte qui à du apprécier de me suivre auparavant sauf que la poursuite commence par la descente annoncée dangereuse au briefing. Et là, me fais une super frayeur, je pars en survitesse impossible de m'arrêter tant cela glisse, me dis que je vais me fracasser contre une pierre ou un arbre mais le miracle se produit, pas de chute et je rentre sur les gars.


10 à 12 encore un chemin interminable,regarde ma montre 10 km en 47 minutes le train train blanc, bleu, vert, noir et orange continue sa course dans la nuit mais il ne va pas tarder à dérailler. Le bleu manque un appuie et se paie une belle gamelle, on ne le verra plus. Sympa la sélection naturelle à Mondeville.

Km 13,1h02 que l'on en bave, on attaque enfin un bois avec des rochers (Je suppose que les carrières doit faire référence à cette partie). Promenons nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas,(en faite il y est mais loin devant) c'est vraiment bien sauf la première montée ou deux se font la belle. On reste à deux pour leur courir après dans les bosses mais je suis pas à l'aise dans les descentes et m'éclate dans les single, l'autre non plus je suppose car je fais tout pour qu'il me passe devant, traine sur le plat car j'aime bien qu'un type fasse la trajectoire dans la descente,d'ailleurs une descente bien rectiligne se profil sans trop de cailloux au sol et avec beaucoup de feuilles mortes, celle là je la fais à fond pour revenir sur l'un des deux échappés. Jonction opérée en bas avec mon suceur de roue toujours aux basques. 3 autres gars reviennent sur nous mais la sélection naturelle va encore s'opérer, le lièvre se mange une bonne pierre bien caché sous les feuilles. Cela va, cool, excuse de pas t'attendre le temps ne suspend jamais sa course

C'est marrant, je ne me souvenais pas du parcours sauf du début, de la fin. On descend, on laisse le bois sur sa gauche je me souviens on remonte et on attaque l'interminable fin, l'endroit ou tout s'est finis pour moi l'an dernier. 2 gars mettent une bonne accélération, je décide de ne pas les suivre, je sais pas les forces qu'il me reste et veut envoyer sur la fin.

Et voilà, le chemin agricole, c'est long, c'est venteux, c'est triste mais j'ai la bave aux lèvres. J'ai l'impression de voler tellement je trace. J'en ai 3 en point de mire, 2 sont vite avalés mais le troisième résiste et puis c'est galère de le dépasser y'a qu'une trace possible. Reste 1km5, le suivant doit avoir 100 m d'avance, je tire sur les bras, je suffoque mais je grapille 90, 70, 60, 50 je vais me le faire et là c'est le drame...ma cible a disparu dans la nuit. C'est quoi ce délire, je cours après un fantôme ? Je ralentis et j'entends un type derrière moi hurler, reviens c'est à droite. Purée, j'ai raté la bifurcation. Demi-tour rageur, dernier single et arrivé. COmme d'hab j'oublie d'éteindre la frontale et éblouit les charmantes personnes qui prélèvent les dossards. Le verdict tombe 1h47min25s, je sais pas ma place mais je me suis bien amusé et l'essentiel est là. En plus je finis pas carbonisé comme au cul d'enfer ou à la Montatou.

Reste plus qu'à attendre les 3 accolytes. Le premier fini 61, son contrat est rempli, le deuxième termine en 2h40, déçu mais TB pour son gabarit sans entraînement, le dernier fini la course avec un méga entorse contracté au 7ème km en 3h (au lieu de 2H20 l'an dernier).Quant à moi, quand je volais à la fin, j'ai maté ma vitesse, j'avais la sensation d'être autour de 15 km/h alors que je faisais à peine du 12,5, comme quoi avec la fatigue le jugement est clairement faussé. Un peu deg de ne pas faire 1h45 mais bon ce sera pour la prochaine fois.

Un grand merci à tous les bénévoles qui nous permettent de courir!!





 

5 commentaires

Commentaire de caro.s91 posté le 06-11-2012 à 13:39:55

Quand on aime, on ne compte pas! 500m de plus c'est pas bien grave !!!
1h47, c'est du tout bon à Mondeville où ca colle souvent à la by night!
Merci pour le récit de la course. Ca donnera à d'autres l'envie de venir !!!

Caro_en_mode_bénévole

Commentaire de Le Loup posté le 07-11-2012 à 21:11:46

Alors d'abord merci pour ton commentaire sur mon propre récit, je prends le compliment droit au coeur ! Vrai, ça fait plaisir... Il faudrait me l'encadrer si possible et demander à Mathias d'augmenter mon salaire. ^^
Tu fais une belle course, très belle même ! Je vois que tu étais à la Virée des 2 bois et au Cul d'Enfer... on finira par se croiser : je suis facile à reconnaître même sans signe distinctif. Un loup c'est un loup quoi... Merci pour ce récit, à+

Commentaire de Le Loup posté le 07-11-2012 à 21:17:56

En fait ton fameux commentaire il est à lire sous le récit de Caro ; je précise car je n'ai pas été très clair !! ;-)

Commentaire de tombraider posté le 09-11-2012 à 08:58:40

Bravo
Pour ma part il s'agissait de mon deuxième trail nocturne (la chouette l'an passé)
Et je craind le dernier: au 10eme km à peine juste avant la photo (souriez) ... La chute... Ça glissait même pas, rien de particulier
Bref ma cheville me fait souffrir et c'est avec amertume que je me suis arrêtée
C'est le photographe qui m a ramené au QG ou j'ai été prise en charge
Résultat : une belle entorse
1ère blessure et 1er abandon: c'est frustrant
Mais bon je fais le nécessaire pour me remettre en piste et être opérationnelle si possible en fin d'année pour les corridas
Je pense être calmée pour un bon moment en tout cas
Mais ce genre de course demande un bon niveau, va falloir que je m'entraîne !!!

Commentaire de gdraid posté le 11-02-2013 à 11:06:13

Bravo jonagbé ! Belle vélocité sur un tel parcours de nuit à la frontale, accidenté, et bien gras ! 1h47' ou 1h45' c'est kif kif à Mondeville, où les coureurs viennent plus pour le plaisir de se surpasser en tous terrains, que pour des chronos seulement indicatifs de temps.
Merci pour ce bon récit de plaisir de courir, avec juste ce qu'il faut d'humour.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran