Récit de la course : Ultra Trail Atlas Toubkal 2012, par a_nne

L'auteur : a_nne

La course : Ultra Trail Atlas Toubkal

Date : 4/10/2012

Lieu : Marrakech - Oukaïmeden (Maroc)

Affichage : 989 vues

Distance : 26km

Objectif : Balade

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

UTAT sans dossard...

Après la Jordanie en 2010, c’est vers le Maroc que mes collègues et moi allons cette année : le choix se porte sur l’UTAT, une course dans l’Atlas Marocain, avec plusieurs distances au programme : 26, 42 et 105. Décidés au départ à tous s’inscrire sur la longue distance, les aléas feront qu’aucun d’entre nous ne disputera cette course…du coup Eric, Djima et Guy s’inscrivent sur le challenge (42 + 26km), les ‘Michel’ sur le 26km, et moi, avec beaucoup de regrets, juste en accompagnatrice ‘randonneuse’ !
MichelM et moi partons le mercredi matin, de très bonheur via Easyjet…levés à 3h40, ca fait un peu mal . Les autres ont devancé un peu le séjour sur Marrakech, histoire de profiter de quelques jours de repos avant la course.
Arrivés vers 8h du matin sur place, nous attendons la navette qui doit nous amener directement sur l’Oukaimeden, à 2h de route environ de là. Trajet sans encombre, avec de jolis passages en montagne : nous montons à 2600m d’altitude quand même.

Sur place, nous découvrons le campement, et retrouvons le reste de l’équipe. Ce sera pour moi une tente biplace que je partagerais finalement qu’avec moi-même cela me va très bien ! De grandes tentes font office de ‘restaurant’, et un grand chalet nous servira pour les douches et toilettes (car ceux installés en pleine nature ne m’inspirent pas plus que cela…).

L’heure de manger étant largement dépassée, nous allons vers un petit ‘bouiboui’ histoire de se restaurer : ce sera une Kefta (mélange d’oeufs et de viande hachée) avec un bon thé menthe pour se mettre dans le bain des traditions ! Parfait et très bon qui plus est !


Il fait bon et nous profitons pour faire un petit tour autour du camp, contourner un lac, marcher un peu et dégourdir les jambes. Un petit vent nous rafraichit, mais il fait assez bon finalement.
L’heure du repas arrive, 19h, et nous mangeons dans de grandes tentes berbères, au vent…il faut faire la queue dehors pour attraper une assiette de poulet et pates : on se refroidit vite…une petite soupe avant le plat, et quelques oranges à la cannelle pour le dessert.

Nous allons ensuite nous coucher, car le lever est tôt : nous avons décidé avec les Michel, de se lever pour voir le départ de la course à 6h, histoire d’encourager tout ce petit monde.
Je m’installe donc seule dans ma tente, au froid…le vent ne faiblit pas bien au contraire, c’est donc en survêtement et t-shirt que je me glisse dans mon duvet…la nuit sera très mauvaise…vent, froid, impossible de dormir correctement ! brrrrrr
Je vais pas mal me cailler toute la nuit, et puis le vent dans la tente ne facilite pas non plus l’endormissement….bref que du bonheur ! Levée vers 5h15, avec quelques signes de fatigue
quand même, je me dis que j’aurais p’tet eu du mal à partir sur le 105km, mais bon, l’esprit n’y est pas non plus depuis quelques jours, alors forcément…
Je me rends vers la ligne de départ, proche du petit déjeuner : nous mangerons lorsque tous les coureurs seront partis. Tout le monde s’affaire, puis se rend tranquillement vers le départ : Dawa et plusieurs autres favoris sont en première ligne. Le 42 et le 105km partent ensemble, et font course commune sur les 20 premiers km. Il fait presque jour, et la frontale ne va du coup pas servir pour les coureurs. Je me place une 50taine de mètres devant la ligne pour filmer le départ : un peu de regret forcément de ne pas prendre ce départ, mais moins que je ne pensais…en fait cela viendra plus tard, lors des arrivées…moment difficile pour moi…
Allez pan, c’est parti, nous voyons passer Djima, Guy et Eric, tout sourire.
Le temps de les regarder monter sur la première cote, puis nous allons petit déjeuner. Suivi d’une bonne douche qui nous réveille un peu, puis nous nous équipons pour aller randonner : l’idée est d’aller sur leurs derniers kilomètres, à la rencontre des coureurs, de manger vers là bas, et revenir tranquillement avec certains coureurs…Mais c’est sans compter le vent qui va mettre à mal notre périple !!!
8h, nous partons avec Christian (Kikourou) et quelques uns de ses amis qui ne courent pas aujourd’hui non plus.
La fin du 42km est en fait le début du 26km de demain : nous empruntons le chemin un peu encaissé, très chouette : de nombreuses maisons en pierre jalonnent le trajet, et puis la vue sur un ou 2 monts enneigés contraste un peu avec cette atmosphère.

Après 2/3km de plat montant, nous attaquons une bonne petite côté, qui nous donne tout de suite chaud ! Mais le k-way est de rigueur car le vent est tout simplement incroyable !!! Certains passages sont mêmes délicats avec la force qu’il engendre ! Nous devons nous retourner pour ne pas être aveuglé par le sable qui est soulevé ! Arrivés en haut de la cote, la vue est somptueuse, mais toujours aussi ventée : pas facile de lâcher les bâtons et de prendre l’appareil pour photographier…impressionnant : j’ai rarement vu des rafales de vent comme celles-ci (ils annonceront plus tard des rafales dans la journée de + de 100km/h !).

Nous ne pouvons pas rester sur place tellement cela nous glace, c’est vous dire…nous partons sur la descente, un superbe chemin qui me donne terriblement envie de courir…mais je reste raisonnable ! Nous descendons ainsi 1,5km environ, tout en évoluant dans des décors de rêve, par moment abrités du vent, par d’autres en pleine bourrasque…du coup notre envie de piqueniquer tombe vite à l’eau…impossible de rester à l’abri longtemps !! La vue sur l’autre coté de la vallée est à nouveau somptueuse : des villages, des cultures en terrasse, …on est un peu hors du temps ici, bien loin de la région Parisienne…

La descente se prolonge, mais nous décidons avec Michel de rester par là pour voir les premiers arrivés, avec juste la volonté de voir comment ils nous montent cette côte ma foi assez raide…nous aimerions bien savoir ! Il nous faudra un bon moment (toujours dans le vent, faut être motivé…) avant d’apercevoir le premier coureur qui pointe ses baskets ! Il est seul…et Michel et moi sommes ‘rassurés’ : il marche !!!  Je croyais le voir galoper, ou tout du moins marcher plus rapidement, mais non…visiblement les km commencent à se faire sentir, et la montée est difficile pour lui aussi ! Ha cela me rassure quelque part…il n’y a pas que nous qui souffrons dans les montées en trail…
Puis 2, puis 3 coureurs passent…mais assez espacés pour notre plus grand étonnement. Nous commençons également à remonter car nous sommes vraiment frigorifiés : cette montée va tout de même nous réchauffer un petit peu 
Nous basculons sur la descente et les 5 km qui vont suivre sont descendants. Le retour se fera tranquillement, et c’est à peine une dizaine de coureurs que nous verrons passer durant tout ce temps, impressionnant !
Le premier finit en près de 5h. Nous attendrons nos amis proches de la ligne d’arrivée, avec finalement le soleil qui va montrer son nez ! Nous allons même avoir chaud un petit moment…ouf on peut se mettre en t-shirt et faire de la pub pour mon club !

L’arrivée des concurrents me fait un peu mal au coeur : j’encourage comme je peux, mais à chaque passage de ligne d’arrivée, j’ai un petit pincement…je m’y vois sans doute passer cette ligne, moment difficile, mais je garde tout ca pour moi…
Et c’est Guy qui passe la ligne en 7h environ, véritable performance !! Il se placera dans les 20 premiers, bravo ! Djima et Eric passeront eux en 9h, bien contents de leur course. L’ensemble des coureurs s’entend pour dire que la course était difficile, et le dénivelé bien difficile à absorber…
Le temps de se doucher et se réchauffer, nous nous trouverons autour d’un bon thé à la menthe. Le vent redouble d’intensité (si si c’est possible !!), et c’est vraiment gelés, que nous attendons l’arrivée annoncée de Dawa ! Il passera la ligne d’arrivée en 13h de course, incroyable (le dernier du 42 est arrivée très peu de temps avant lui…c’est un autre monde…) !! Il mettra environ 50min au 2ième, Oscar, qui quelques temps auparavant a remporté le Tor des Géants (petite course dans la vallée d’Aoste de 300km…). Que du beau monde !
Nous nous réchauffons tant bien que mal autour du diner. Cela fait du bien : le vent et le soleil nous a un peu ‘saoulé’ une bonne partie de la journée, j’espère que la nuit va être bonne.
Demain tous mes compagnons s’alignent sur le 26km, j’ai donc prévu de partir comme aujourd’hui, sur les derniers km à leur rencontre…à défaut de pouvoir courir.
La nuit sera bien meilleure : je me suis couverte plus, il a aussi visiblement fait meilleur pendant la nuit, avec un petit peu moins de vent. Je retrouve mes amis pour le petit déjeuner, et me prépare pour aller randonner : et puis je croise de nouveau Christian, qui me propose de faire les 26km avec lui…en marchant et courant tranquillement lorsque cela sera possible, il envisage de le faire en 7h (quelques soucis de hanche l’empêchant de courir comme il le souhaiterait). Là pour le coup, je suis drôlement tentée !!! 7h me parait très raisonnable pour les 26km, et puis de toute façon je n’ai nullement l’intention de forcer, juste me faire plaisir sur cette course. Après quelques hésitations, et conseils auprès de Philippe, je décide de l’accompagner : il semble content également !
Je n’ai pas de dossard, mais bon, je pars en ‘accompagnatrice’
9h, top départ, je suis ravie !! C’est bête mais je me sens comme ‘revivre’ (depuis 15jrs maintenant, dans la tête c’était un peu dur, alors je vais me faire plaisir et profiter de ce beau moment qui m’est offert), et je sais que je vais le faire de façon raisonnable, je me le suis promis !
Départ très tranquille, nous nous retrouvons rapidement avec Christian dans la fin du peloton, mais cela n’a aucune importance ! Le but étant bien de finir cette course, tout en gérant cela de façon paisible, et surtout se faire énormément plaisir…ce qui sera le cas !
Les 5 premiers km reprennent notre sortie d’hier, nous sommes en terrain connu, cela facilite la gestion de l’effort : dès que cela monte nous marchons, histoire de ne pas affoler le cardio : Christian donne le rythme, qui me convient parfaitement ! Merci à lui…je me sens terriblement bien à cette allure

Nous arrivons au sommet (nous sommes à 2950m d’altitude) : cette fois le chemin quitte le trajet d’hier, nous allons découvrir de nouveaux paysages : descente un peu technique que nous abordons en ‘courotant’. Le rythme est encore une fois parfait, descente tranquille tout en profitant du paysage : montagnes dans le fond, villages en pierre dans le bas de la vallée, cultures en terrasses en face, et sommets enneigés, c’est somptueux ! Il y a pas mal de vent de nouveau, mais un peu moins qu’hier. Cela va être une longue descente jusqu’au 15ième km, et c’est très bien ainsi.
Vers le 7/8ième km je rejoins Djima et Eric, assez surprise de les voir là, ils mènent leur course tranquillement visiblement. Nous continuons avec Christian, je filme régulièrement.
Une traversée de village approche : nous sommes vraiment hors du temps…pleins de petits gamins sont là à nous demander des petites choses, malheureusement je n’ai rien prévu…des femmes, des ânes, l’ambiance est étrange, mais tellement chouette et dépaysant des courses que nous avons l’habitude de faire : et puis le sentiment est également tout autre puisque je suis plus là pour profiter de l’ambiance, des paysages et du moment tout simplement… je me régale, vraiment !

Le vent est bien moindre de ce coté de la vallée, et je finis par enlever ma couche Gore tex, je respire mieux ainsi ! Nous sommes au 15ième km et mes réserves en eau s’amenuisent dangereusement…le ravito est dans 4km, je vais gérer…je finis ma barre aux céréales, histoire de ne pas tomber en hypoglycémie non plus… nous traversons plusieurs villages rapprochés, c’est vraiment très surprenant comme ambiance. Nous profitons tous les 2 de ces moments privilégiés.

Christian commence à me parler de la côte qui nous attend : pas moins de 1300m de dénivelé, qu’il appréhende vraiment ! Je lui dis que cela va bien se passer, et puis que de toute façon on prendra le temps qu’il faudra !
19ième km, ravito : nous prenons notre temps, et surtout je louche sur l’énorme Tupperware rempli de cacahuètes…ça me fait du bien…j’en mets quelques uns dans ma poche pour me faire plaisir dans la côte. Christian prend le temps de boire, et manger, puis nous repartons.
Il faut maintenant aborder la côte, et ce pendant plus de 6km. Allez c’est parti : le rythme se fait évidemment plus lent, mais aucune importance. Cette fois je me positionne devant et encourage Christian sans arrêt. Les paysages sont somptueux encore une fois : nous passons de la terre ocre, aux thuyas verts qui contrastent de la plus belle des manières : c’est juste un régal pour les yeux…et pour les jambes… ben ca tire…beau dénivelé !

Allez Christian, faut tout donner…le pauvre n’en peut plus…il lutte contre la douleur, et ne voit pas venir la fin de la côte !!! Le dernier kilomètre est annoncé par 2 drapeaux marocains, nous rêvons de passer entre depuis quelques temps maintenant, surtout Christian !
Je l’encourage de plus belle, lui dit que son amie Martine va l’attendre la haut sans aucun doute ! Nous apercevons ces drapeaux sous certains angles…nous croisons des ânes chargés…comme des mules !! Impressionnant ! Un petit gamin, sortant de je ne sais où nous double à vive allure…en marchant ! Gloups… Je profite pour filmer, et ‘absorbe’ ces paysages, car je sais que dans 2 jours le traintrain va reprendre…j’emmagasine un maximum de ces beautés, je profite de la vie tout simplement !
Allez les drapeaux sont à portée de main maintenant, près de 3h de montée, et comme je l’avais prévu Martine est là, venue à l’encontre de Christian ! Ce dernier craque en passant les drapeaux…il a tellement lutté contre cette hanche qui le ‘paralyse’ qu’il est soulagé d’un coup…il sait que le dernier kilomètre est en descente et qu’il va pouvoir relâcher, et profiter, enfin !
Il me dit que c’est grâce à moi qu’il est arrivé là, mais je ne crois pas, il a su lutter et combattre sa douleur, il a su aller jusqu’au bout, certes avec mes encouragements, mais pas seulement. Moi aussi, c’est grâce à lui que je suis là, nous nous sommes donc bien trouvé tous les 2 aujourd’hui et c’est tant mieux !
Allez, nous profitons de ce dernier kilo, d’où nous apercevons le camp, juste en dessous de nous…le bonheur !
Les amis de Christian sont là pour la hola, tip top, puis Michel m’accueille également, nous avons tous les 2 le sourire, ce n’est que du bonheur !!!

6h25 après le départ, nous franchissons la ligne ! Le bonheur !

Très belle course, superbes moments que de traverser ces paysages, ces villages, de voir ces enfants dans les rues, de déconnecter tout simplement pendant quelques heures de notre monde de fous…
Merci Christian, je ne l’aurais pas fait seule, juste par souci de me préserver… J’en garderais un très bon souvenir !

Après l’euphorie de l’arrivée, je vais tranquillement me prendre une bonne douche, puis nous nous retrouvons autour d’un bon thé à la menthe pour ne pas déroger aux habitudes du coin
Les autres se mettent même autour d’un tajine, mais je n’ai pas spécialement faim…Pourtant à part une barre, une banane et…quelques dizaines de cacahuètes..., je n’ai pas mangé grand-chose !
Je me réserve pour le couscous annoncé du soir sous les tentes berbères, pour clôturer cette course !
Couscous, danses marocaines, voilà une soirée qui finit de belles manières ces quelques jours passé dans l’Atlas. Une petite boule au ventre de n’avoir pu faire comme prévu les 105 kilomètres…mais finalement je reviendrai peut être plus forte dans quelques années pour en profiter pleinement !
Une bonne douche, suivi d’une belle soirée couscous (sous le vent toujours…arghhh…) pour clôturer ces 3 jours de la plus belle des manières.
Le lendemain c’est le retour en bus vers Marrakech, où nous allons avoir le temps de se balader dans les souks, d’avaler un dernier tajine avant de reprendre l’avion du retour.

Très beau séjour, fatiguant, mais tellement dépaysant…

 

Plus de photos sur mon blog : http://djap.fr/blog/run/index.php?post/2012/10/14/UTAT-%3A-le-compte-rendu

4 commentaires

Commentaire de akunamatata posté le 15-10-2012 à 21:34:44

Beau recit, Badgone a pioche dans ses reserves, je vois aussi qu'il y avait aussi du vent aux alentours d'oukaimeden

Commentaire de brague spirit posté le 16-10-2012 à 09:56:11

Bravo Anne.Meme sans dossard(j'espere que tes soucis de santé,vont disparaitre,afin que tu puisses retrouver le plaisir d'épingler un dossard).
C'est vrai que cette année ce fut venteux.Dommage,car cela aura meme,un peu gacher la soirée couscous.
Mais comme moi,je pense que tu retourneras au Maroc.Un pays qui ne laisse pas indifférent.

Un beau CR,pour une belle épreuve.

Commentaire de Tbc01 posté le 16-10-2012 à 10:55:34

Bonjour Anne,
Très beau réçit...
Inch Allah, tu gueriras très vite et seras présente l'année prochaine!!!
@+
Chérif

Commentaire de Arclusaz posté le 16-10-2012 à 23:45:29

Voici un récit qui fait vraiment plaisir à lire !
la sagesse que t'imposent tes soucis actuels ne t'empêche pas de te faire ce genre de "petits" plaisirs.
T'orienter provisoirement vers des balades en marchant/courant lentement me semble une très bonne solution (si le corps médical est d'accord bien sûr !).


Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran