Récit de la course : Saintélyon 2011, par julsocks

L'auteur : julsocks

La course : Saintélyon

Date : 4/12/2011

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 901 vues

Distance : 69km

Objectif : Faire un temps

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Saintélyon - Round 2

CONTEXTE

Cette STL 2011 c’est ma deuxième participation. Je l’ai faite sur un nuage en 2009 (compte rendu ici  - http://www.kikourou.net/recits/recit-9489-saintelyon-2009-par-julsocks.html) et je comptais bien renouveler l’opération avec les copains en 2010. Mais malheureusement je me blesse à 1 mois de l’épreuve. Je m’étais quand même déplacé pour venir encourager les copains. Et je peux vous dire qu’au vu de conditions dantesques de 2010, j’ai vraiment eu un gros pincement au coeur quand je les ai vus s’élancer… J’avais donc une revanche à prendre.

Cette blessure au genou m’a mis pendant quelque temps sur la touche. Ce n’est qu’en Avril de cette année que j’ai pu rechausser mes Asics. Je m’étais fait un super planning de course pour 201mais j’ai du tout mettre à la poubelle au fur et à mesure que le temps passait.

Bref je m’y remets petit à petit, quel bonheur de pouvoir recourir même à vitesse réduite après 4-5 mois d’arrêt.

Première course de l’année 10km de Paris centre début Octobre, je finis 207ème en 40:43 je voulais passer sous les 40 mais c’est pas mal sachant que ma montre me donne 300m de plus.

J’enchaine ensuite sur le triathlon de Barcelone (Olympique) que je fais avec mes copains de Londres. Je ne devais pas participer mais comme la saison a été chamboulée par la blessure je me suis dit que ce serait une belle opportunité de refaire un triathlon et de ne pas faire que de la course à pieds. L’épreuve se passe très bien. Je finis 208ème en 2h18. Le genou tirait un peu sur le vélo mais rien de trop méchant.

Après Barcelone, je me dit qu’il me faut un beau challenge et je prends la decision de faire la CCC 2012. Il me faut un point qualificatif pour m’inscrire le 16 Décembre. Je ne realise pas que je l’ai déjà avec mon Marathon du Mont Blanc 2010 et je m’inscris donc à la SaintéLyon. J’essaie de motiver les usuals suspects Fabien et Eddy mais ils ont tous deux un autre programme. Dommage, je serai donc seul. 

 

ENTRAINEMENT

Entrainement sur 6 semaines à la sortie du triathlon. Je reprends l’entrainement official SaintéLyon qui m’avait fort bien réussi en 2009 en allongeant un peu les sorties longues pour faire 72km semaine 1, 90km semaine 2, 89km semaine 3, 63km semaine 4, 48km semaine 5 et 10km semaine 6.  Je fais 2 sorties à 30 et 35km en semaine 2 et 3 avec dénivelé et du plat et ennuyeux en fin de parcours. Je sais comment finit cette maudite course ;) Je garde des séances de fractionné et pas mal de séances en côte. En semaine 5 je me sens en super forme. Bien motive, la semaine 6 va être longue.

 

MATERIEL

Fidel sac raid decathlon. Je trouve le sac plus agréable que le porte bidon pour la longue durée.

Haut – 1 seule couche manche longue doublée polaire

Bas – cuissard long skins version été (tout neuf, tout just reçu de vente privée, il est beau… J)

Chaussures – Asics Trabuco. Très bon compromise pour cette course

Gants et bonnet

Frontale Tikka XP

1,5l d’Isostar

5 gels

2 barres énergétiques

J’ai longtemps hésité niveau habillement vu la météo, mais au final je suis parti léger et par 7/8°C je n’ai pas eu froid.

 

LA COURSE

Cette année le depart de la course se fait devant le stade Geoffroy Guichard. Il nous faudra 10minutes pour rejoindre le depart depuis le parc expo. Cela n’apporte pas grand chose à part un peu plus de stress d’être loin de la ligne de depart et une bonne douche en cas de pluie. Je me souviens qu’il y avait plus d’ambiance il y a deux ans. J’étais peut être plus près de la ligne de depart.

 

Saint Etienne – Saint Christo – 1:29:06 – 504ème

C’est parti, je me suis promis de ne pas partir trop vite. Jusqu’aux premières côtes je me cale sur un rythme de 5:00-5:30 au km. Je me dis que la course va passer vite alors il faut profiter de chaque minute. C’est si bon de pouvoir refaire cette course après la frustration de l’année passée. Les coureurs parties en veste commencent à s’arreter pour se changer. Au 6ème on commence à monter. Je me rappelle bien de ces premières côtes mais il me semble qu’il y a moins de monde qui marche. En tous cas je sais que je peux facilement passer toutes les côtes bitumées en courant donc je fonce. A la sortie de Sorbier on commence la partie chemin et la boue. Ca glisse pas mal mais la pluie s’est arrêtée. On ne la reverra pas J. J’ai commencé à doubler des relais très rapidement, après environ 45 minutes de course. Il y a quelques bouchons qui se forment dans les petits sentiers menant au premier ravito mais rien de bien méchant. J’arrive à Saint Christophe en moins de 1h30. J’ai 5:44 d’avance sur mon temps de 2009. Je me sens bien, mais suis-je parti trop vite? Je suis beaucoup plus à l’aise dans les descentes cette année. L’expérience joue. Je mange du chocolat + banana et un grand verre d’eau afin d’éviter les crampes de l’année dernière.

 

Saint Christo – Moreau – 2:08:31 – 400ème

Les montées commencent à être difficiles, il faut marcher. J’ai senti que le genou tirait un peu dans la montée de St Christo… aie aie aie, j’espère que ca tiendra. Il a tenu à l’entrainement il ne va quand meme pas me lacher maintenant !! J’avais fait du 6:40 en 2009 sur ce passage. Je gagne 100 places en 6km :)

 

Moreau Sainte Catherine – 2:40:23 – 370ème

Je sais que le plus dur de la montée est derrière nous. On attaque la descente où je peux allonger mes grandes jambes. Quelques km avant le ravito je m’aperçois que je n’ai déjà plus d’eau et que je commence à avoir mal au ventre. L’eau fraiche me perturbe… la digestion. Il va falloir que je m’arrête vite, les secousses de la descente ne font qu’empirer les choses. Je m’écarte du chemin et descends un peu le long d’un parque, j’éteins ma frontale. J’aime être assez discret dans ces moments là. Une fois mes petites affaires terminées je me redirige vers le chemin toujours la fontale éteinte et la quelque chose me stope net. Aie… ce sont les fils barbelés du parque. Mince mon beau skins est resté attaché, je prends le temps de me detacher lentement. Je ne peux pas tirer dessu, il est tout neuf… J. Je repars rapidement cette fois-ci avec la frontale allumée. Je fonce même si la descente est un peu delicate, je lache tout comme d’habitude pour ne pas trop forcer avec les quadri et la patatra les appuis fuient et c’est mon 1,93m qui s’étale dans toute sa longueur et glisse sur quelques metres dans la boue bien grasse. Decidemment c’est le baptème du feu pour mon skins. J’ai de la chance tout va bien, pas de bobo. Je repars de plus belle. En 2009 c’est là que j’avais perdu mes deux compères. Une petite pensée pour eux. Un coup d’oeil au chrono, j’ai 6:37 d’avance par rapport à mon temps de 2009 et en plus j’ai du faire un pause conséquente avant le ravito. Le départ rapide se confirme. Je ne me pose pas trop de question, je continue.

 

Sainte-Catherine – Saint Genoux – 3:39:33 – 267ème

Dans quelques km ce sera le bois d’Arfeuille, celui que redoutent tant de coureurs surtout par temps de pluie. Déjà en 2009 un mythe était quelque peu tombé mais là je dois dire avec le marathon du Mont Blanc derrière mois je dois dire que cette descente n’a rien de compliqué ni de si terrifiant. Il faut faire attention sur quelques passages délicats mais la descente technique ne me semble pas durer plus de 15 minutes. Avant celle-ci il y a un très long passage dans le bois, très plat qu n’en finit pas. Le genou va bien finalement mais c’est la cuisse droite qui commence à me rappeler à l’ordre. Le quadri commence à se durcir. Ca remonte ensuite sur Saint Genoux. Je me sens pas mal mais je commence à sentir la fatigue. Je commence à manger du salé au ravito. Cette fois-ci on ne passe plus dans la grange comme en 2009, c’est bien mieux. Je gagne 97 places mais j’ai perdu près d’une minute sur mon avance à St Catherine. J’ai encore plus de 5 minutes d’avance vs 2009. C’est bizarre car j’avais l’impression de me sentir plus fort. 

 

Saint Genoux – Soucieu en Jarrest 4:31:04 – 250ème

Les cuisses fatiguent pas mal sur la descente mais j’essaie de bien gérer au niveau musculaire en relâchant au maximum les quadri, en laissant aller le plus possible, en évitant de tapper et en gardant le bust bien droit. La descente est un peu monotonne mais l’aternance chemin/route permet de ne pas trop y penser. En arrivant à Soucieux je n’ai plus que 4 minutes d’avance… encore une minute de perdu. Seulement  Je ne regarde plus le chrono alors je pense encore être bien en avance et avoir encore gagné du temps. Là il y a une horde de relayeur attendant le départ. J’ai déjà dépassé autant de relais que ça ?? Cela me donne du baume au cœur.

 

Soucieu en Jarrest – Beaunan – 5:47:12 – 205ème

A la sortie de Soucieux, quelques relais me doublent mais je finis pas prendre leur roue assez facilement. On tourne à 11km. On descend vers le Garon, je sais que ça va remonter fort après le pont. Juste avant l’estomac refait des siennes.  Il faut que je m’arrête avant la montée sinon je suis cuit. Ouf, je trouve un petit endroit discret. La côte est rude mais pas aussi rude que dans mes souvenirs. Elle se passe bien. Après je me souviens qu’il y a encore quelques petites côtes très casse pattes. Mais allez il faut s’accrocher. Vers le 55ème je regarde un peu ma montre et fais quelques calculs. Je pense être très en avance et me demande si comme je me sens pas trop mal je ne pourrais pas aller chercher la saintélyon d’or. Si je compte 50 minutes pour les 10 derniers km (quel doux rêveur). Il faut que je passe vers 5:40:00 au 58ème. J’arrive à Beaunant en 5:47:12 ayant gagné 45 places et la je me retrouve avec 3:40 de retard vs 2009. Cela voudrait dire que j’aurai perdu plus de 7:30 en 12km alors que je n’avais pas eu l’impression de faiblir ? C’est vrai que j’avais du m’arreter encore deux petite fois à cause de mon estomac en vrac mais quand même… Le tracé est-il différent ?? C’est rappé pour la sainté d’or mais je pense accrocher les 6h45 maintenant.

 

Beaunan – Lyon Centre – 6:23:51 – 197ème

On nous annonce 11km avant l’arrivée à ma montre il y en aurait à peine 10 Allez la côte de St Foy et après on se rentre à la maison. J’avais eu un vrai coup dur sur cette côte l’année dernière j’avais du m’arreter en haut pris de crampes. Cette fois-ci je la gère un peu mieux, je ne m’arrete pas. Allez la bascule et on commence la descente sur Lyon. Ils vont être très difficile ces 8 derniers km. J’aurais bien fini la course ici. La descente est longue et monotone. Ca va de moins en moins bien niveau estomac. Il faut que je m’arrête de nouveau, cette fois ci en milieu urbain L, pas facile mais je m’accroche il faut faire mieux qu’en 2009 quand même… allez allez.  Je passe au point de controle. Il devient de plus en plus dur de doubler des coureurs, ils sont très espacés. 8 places de gagnées quand même.

 

Lyon Centre – Gerlan – 6:52:49 – 187ème

Allez encore 4km, oh qu’ils vont être difficiles. Fort heureusement l’arrivée vers le stade a été modifiée depuis 2009. On fait maintenant le tour de la presqu’ile. Les nouveaux batiments construits sont très design, je suis fan. J’ai l’estomac retourné et j’ai le choix entre ne plus boire où m’arrêter à nouveau. J’opte pour la 1ère solution. Je m’accroche comme je peux à un groupe de deux. Il faut que je tienne pour ne pas me retrouver tout seul sur ces longues lignes droites. C’est dur, je pense à tous ceux qui m’ont encouragé dans la préparation de la course… L’un d’eux craque et les deux s’arrêtent. Aie, je suis seul, mais rapidement je retrouve d’autres coureurs. Je reprends un des relais qui m’avait doublé à Soucieu. Ca fait du bien au moral. On arrive au bout de la presqu’il et là il faut revenir… que c’est dur pour le moral et que c’est long. Malgré tout ça je remonte encore quelques coureurs. Par ailleurs je ne sais pas si ma montre indique le bon kilométrage. A ma montre il ne reste pratiquement plus rien mais on nous annonce encore 1,5km au passage du pont. Il va falloir s’accrocher. Je n’ai plus de réserves dans lesquelles puiser et mon estomac me fait très mal. Allez allez il faut s’accrocher… Ca y est on bifuque à gauche, plus que 100m. Je suis au bout du rouleau, mais un coureur m’entraine avec lui sur les 50 deniers mêtres. « Allez, moi aussi je suis mort , on y va pour le chrono ». Je le suis… ca y est j’arrive dans le stade, c’est fini. Je suis vidé mais plus qu’heureux. Je suis 187ème ! C’est bon ça ! Je mets plusieurs longues minutes à reprendres mes esprits. Que ca été dur.

 

Finalement je fais 33 places de mieux qu’en 2009 mais seulement 53 sec de moins. A ma montre j’ai 69,12km, soit 1,12km de plus que les 68 officiels. L’année dernière ma montre affichait 68,03km. Je sais que le GPS peut être un peu flexible mais j’aurais tendance à me fier à ma montre plus qu’au kilométrage officiel.

 

Super souvenir, mais la Tika XP était un peu juste quand même. J’ai depuis acheté un Myo RXP et là c’est le jour et la nuit ;)

3 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 10-10-2012 à 13:38:25

Bon, c'est sur, t'es plus rapide en course que pour les CR .... mais bravo pour cette belle STL malgré tes soucis de digestion.

Pour ta question sur la partie "Soucieu-Beaunant", oui, le parcours a été modifié entre 2009 et 2010 avec un peu plus de distance mais surtout plus de chemin. C'est pour cela que tu as perdu du temps sur ce tronçon.

On se croisera peut être à la STL 2012....

Commentaire de julsocks posté le 10-10-2012 à 23:28:00

Le CR cela faisait des mois que je l'avais sur word mais j'ai toujours remis à demain le fait de le poster sur Kikourou. La Saintélyon 2012 arrivant je me suis dit qu'il était temps ;) Je ne serai pas la cette année mais cette course est si spéciale que j'y reviendrai un jour c'est sur.

Commentaire de Elcap posté le 11-10-2012 à 15:29:10

Ha, je suis pas le seul à trainer pour les CR ? ;-)))

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran