Récit de la course : La Course des 3 Clochers 2012, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : La Course des 3 Clochers

Date : 12/8/2012

Lieu : Bessilles (Hérault)

Affichage : 744 vues

Distance : 10.7km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Montagnac, ses 3 clochers, Vincent, Maryse, Ludovic et les autres...

 

   La course des 3 Clochers de Montagnac n’a de clochers que par le nom, les clochers de Montagnac, Aumes et St Pons de Mauchiens n’ayant plus vu passer de coureurs à pied depuis quelques années, du fait de contraintes administratives et routières, on le comprend. Alors, cette année, c’est presque au « centre » de ces 3 clochers, sur la base de plein air de Bessilles, à 5km de Montagnac, que s’est déroulée l’épreuve. C’est un vaste espace de verdure et de paix, où chantaient encore les cigales, ce dimanche, qui a accueilli entre 150 et 200 coureurs, si l’on compte les enfants, avec dossards, s’il vous plait, qui ont ouvert les épreuves, autour du petit lac central de la base.

Pas de voitures sur cette base. Ecologiquement, c’est cohérent et bienfaisant. Mais le parking, tout en longueur, situé à au moins 300m des inscriptions, avec fossé à franchir, fournissait un échauffement obligatoire, mais pas désagréable pour tous. Après, c’est une certaine belle queue où il a fallu patienter pas mal de temps, qui nous attendait, le système des préinscriptions n’ayant pas fonctionné. Tous les fidèles habitués de ce genre d’épreuve-4,1 et 10,7km donc-étaient présents dans le fief de Vincent Diaz, fidèle lui aussi à son poste du micro. Et puis, avec l’ami Ludovic du club du Marathon Sétois et nos femmes aux indéniables compétences photographiques, on se sent un peu moins seul dans ce poumon vert des hauts de Montagnac où vignes et pinèdes célèbrent un été chaudement ensoleillé et odorant.

Le Marathon Sétois, avec un ancien et le jeune qui monte!

Les enfants ont alors ouvert le bal, à 9h15, sous l’œil attendri de bien des adultes, lesquels, à 9h30, se sont lancés autour du lac, pour deux petits tours, puis un grand tour extérieur à la base pour le 4km et trois de ces grands tours pour le 10km.

 C'est parti!

 Des « grands » tours pas si plats que cela puisque un faux plat pour revenir sur la base et une petite montée, sur chemins de terre pierreux,  juste en sortant, constituaient sans doute une telle petite difficulté, que le premier des 10km n’ est que dans les 38mn, le vent favorable, dans la partie descendante bitumée ne compensant que peu les difficultés, aussi dues à la chaleur, vite revenue sur le coup de 10h.

Quant au pauvre vétéran 3 que je suis, qui ne s’était pas entraîné de la semaine et qui était donc venu « pour s’entraîner », j’ai  soulevé de telles jambes de plomb jusqu’au 4è km, que je me suis arrêté, pensant que c’en était fini. Puis voyant Maryse Goudard arriver derrière moi, accompagnée de son porteur de drapeau tricolore,

 Et voilà la grande Maryse, en train de lâcher Pierrot34!

 je me suis dit, « allons, un peu de courage et essayons de l’accompagner jusqu’à l’arrivée » ! Ce que j’ai fait, tant bien que mal, en la distançant quelque peu dans la descente du 3è tour. Mais à 400m de l’arrivée, sur une erreur de parcours-décidément pas évident pour tous-erreur rectifiée par le cri de l’accompagnateur de Maryse, derrière, j’ai passé la ligne avec mon habituel référent féminin, dont la popularité est indéniable, grâce à l’ami Vincent, lequel, je dois le dire modestement, ne m’a pas oublié non plus, au micro, sur la ligne,

 

 A l'arrivée, chacun son tour, mais d'abord les femmes (Maryse) et son suivant immédiat, quand même resté à son contact!

 puis à la remise des prix, où il m’a passé la parole pour que je puisse revenir sur l’utilité, pour les diabétiques, de pratiquer une activité physique, de compétition ou pas, afin de s’ajouter aux bienfaits de l’insuline et/ou des comprimés. Encore merci à Vincent alors, puisque l’une des dames primées est  aussitôt venue me trouver pour me parler de son fils, grand sportif, mais diabétique lui aussi, et au besoin établir des contacts avec lui, pour dialoguer,  ce que je cherche désespérément à faire, depuis longtemps.

A suivi une dégustation des produits du vignoble local, puis un repas d’après course, jamais inintéressant non plus par les contacts qu’on peut y nouer autour de la sacro sainte paella des familles.

Sur le plan des chiffres, il y avait bien une glycémie un peu haute le matin au réveil, 2,50g (au lieu de 1,20) mais avant le repas d'après course, je suis retombé à 0,88g, preuve cette fois que la course a fait de l'effet, les muscles des cuisses douloureux ce lundi en étant une autre preuve.

Aux résultats, l'ami Ludo fait une excellente place de 43è avec 50mn, tandis que le vétéran 3 fait 1h09 et 108è sur 124 classés sur le 10km. Allez, gardons espoir, tant que je ne suis pas 123è!!!

3 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 14-08-2012 à 00:07:25

une course estivale, bien sympathique ! l'essentiel est d'arriver, non?
Et Montagnac, je connais, c'est là que j'ai marié ma fille!!!

et je connais aussi la cave de Montagnac et ses crus!!!!

Commentaire de pierrot34 posté le 14-08-2012 à 16:43:10

Le monde est toujours aussi petit. Et toujours aussi chaud, à chaque course de Montagnac. D'où l'essentiel, terminer, oui! Pour profiter des repas d'après course et....des petits crus du coin....modérément, sauf quand il s'agit de Picpoul!

Commentaire de enaol posté le 14-08-2012 à 20:26:11

nous avons participé a une tres belle course et je suis tres fier a chaque fois de courir avec toi mon pierro , je suis devant certe, mais bien loin derriere toi quand a ton courage !! bravo a toi et vivement la prochaine sortie avec notre humble et familial club du marathon setois !!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran