Récit de la course : Semi Trail Ticino 2012, par @lex_38

L'auteur : @lex_38

La course : Semi Trail Ticino

Date : 4/8/2012

Lieu : Airolo (Suisse)

Affichage : 721 vues

Distance : 58km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Semi Trail Ticino: Une belle première édition!

 

Au début de l’année, au hasard d’internet, je découvre un nouveau trail en Suisse : Le Ticino Trail, prévu début août ! Cela ne fait qu’un tour dans la tête de Noémie « Tu t’inscris et on part en vacances là bas »

Et voilà un critère comme un autre pour choisir ses prochaines compétitions ! Trail pour lequel se motiveront également mon pote Mathieu et surtout mon Papa !

 

Course 04.08.2012

 

Les dossards récupérés la veille, nous voici donc au centre sportif de Faido ce samedi matin 4 août. L’ambiance est bonne, le soleil pointe le bout de son nez, coureurs et supporters sont tous très motivés, même si Mathieu est stressé et mon papa inquiet…

 

STT12 8331

 

A 10h, Fabio lance un décompte, en français, et voilà 100 coureurs qui partent avec un seul objectif en tête : arriver à Airolo !

Placé plutôt devant, je pars tranquillement et me retourne, surpris que personne ne soit avec moi au bout de 200m ! Le départ est donc vraiment calme !

Et pendant ce temps là, sur la grande course, Lizzy Hawker mène la danse !

 

Après moins d’un kilomètre de goudron, nous entamons la montée sur une large piste. Je me retrouve alors en compagnie d’un allemand et d’un coureur suisse venu du Locle : Baptiste. On discute tout en montant en courant.

 

Si la pente n’est pas très raide, je trouve que le rythme imposé par l’allemand est un peu trop rapide pour moi et après environ 8km, je préfère laisser filer mes 2 compères et gérer ma propre course sans me mettre dans le rouge. Il reste encore un bout de chemin !

 

P8040005

 

Petit à petit, on sort de la forêt, ce qui me permet de voir un peu les paysages qui m’entourent, même si le brouillard bouche un peu la vue ! Cette météo, justement, m’a empêché de profiter pleinement de la vue, mais aura finalement été idéale pour courir au niveau des températures !

 

La fin de la montée sera l’occasion d’entendre siffler quelques marmottes en grimpant sur des chemins sablonneux bien moins roulants qu’au début de la course.

 

1h48 et 1500m de d+ plus tard, me voici au sommet de la première ascension, Capanna Leit. Le temps de remplir mes bidons, je suis rejoint par 2 autres coureurs mais je repars dans la descente en premier.

 

Si la montée était dans l’ensemble plutôt roulante, la première descente contraste puisqu’il s’agit d’un petit sentier très technique avec pierres et tout ce qu’il faut pour se tordre une cheville ! Mais non, ça n’arrivera pas !

 

STT12 8409STT12 8411La descente est courte, une centaine de mètre de dénivelé seulement, et je retrouve en bas ma maman et Noémie, venues encourager l’ensemble des coureurs ! A peine le temps d’un petit bisou, je repars vers le Passo Campolungo.

 

 

Les paysages ici me font penser à Andorre l’an dernier : des cailloux, des lacs de montagnes, des prairies, des ruisseaux de partout ! C’est génial !

Malheureusement, c’est le vent et le brouillard qui m’attendent au sommet du col et je ne m’attarde pas ici pour rapidement entamer la descente vers Fusio.

 

P8040001

STT12 8418

 

Le terrain est joueur, ça tombe bien, les jambes suivent et j’avale les kilomètres de cette descente tout en prenant du plaisir ! Je rattrape alors le Loclois, peu à l’aise dans les portions techniques, et continue mon chemin.  

Puis, arrivé sur la route goudronnée à Fusio, je vois alors le coureur allemand ! Il vient de perdre 10 minutes à tourner dans Fusio pour trouver le ravitaillement !

 

On arrive ensemble à ce ravitaillement, les bénévoles sont juste en train de tout installer, il semblerait que l’on soit un peu en avance… Le pointage sera donc manuel ! Je mange un bout et fait le plein d’eau. Pendant ce temps là, 2 coureurs sont également arrivés.

 

Mon arrêt étant bref, je repars 2e de ce ravitaillement derrière l’allemand, prêt à en découdre avec cette 2e grosse montée !

Là haut, on voit la voute du barrage qui se dresse. On doit monter jusqu’au pied du barrage, puis par la gauche avant de complètement le traverser.

 

Malheureusement, même si le soleil sort, mes jambes me lâchent un peu et je vais devoir affronter un petit coup de moins bien. Je me fais doubler rapidement par Baptiste puis par un canadien. Je prends sur moi, mais ne baisse pas les bras (bah non, sinon on ne peut pas pousser sur les bâtons !)

 

P8040006

 

On doit longer ce lac pour le remonter dans son intégralité, environ 3 bons kilomètres de plat sur lesquels j’arrive cependant à courir à 11km/h, ce qui me permet de maintenir l’écart constant avec le coureur qui me précède.

 

P8040009

 

La montée continue, à travers les myrtilles, les troupeaux et toujours avec le bruit des nombreux ruisseaux ! Je m’efforce d’être le moins lent possible mais les jambes ne sont toujours pas au top… Pendant toute cette montée, j’aurai en tête une chanson de Stout « Hé Ho, faut pas lâcher, Hé Ho, on va passer » dont les paroles se prêtent assez bien à la situation !

 

P8040015P8040016C’est maintenant la voute du 2e barrage, synonyme de ravitaillement, que je commence à apercevoir. Un tessinois me rattrape, je ne cherche à nouveau pas à l’accrocher.

Mais en fait, après avoir repris un gel pour me forcer à manger, la forme revient petit à petit. Je me retrouve alors rapidement juste derrière lui, puis je le double !

 

Me voilà donc au pied du barrage, que l’on va cette fois grimper par la droite. Je vois le canadien en train de le traverser. Puis j’arrive au ravitaillement alors qu’il y est encore. Des bénévoles très sympathiques m’aident à faire le plein, je mange un bout, et je repars en compagnie de mon ami Canadien.

 

Amanti della Montagna TicineseSvizzera (1)

 

On fait le tour du Lago del Naret. On discute un peu, je me sens vraiment bien. On dirait que le coup de moins bien est maintenant derrière moi ! Enfin, on discute, on discute mais là, il n’y a plus de balisage ! Et merde, on redescend alors puis on retrouve le tessinois qui nous suivait sans faire attention lui non plus au balisage ! Heureusement, il repère une balise sur un chemin en dessous et on retrouve le bon sentier après avoir coupé dans le champ.

 

Amanti della Montagna TicineseSvizzera (3)

 

J’ai tellement de bonnes jambes, que, sans forcer, je décroche mes 2 compères. Mais avoir de bonnes jambes, ça ne suffit pas, faut aussi avoir une bonne vue !!! A nouveau plus de rubalise, à nouveau rattrapé par le canadien et le tessinois qui me suivaient, à nouveau demi tour !

Le parcours était bien balisé, c’est vraiment moi qui ne regarde pas…

 

Bref, après avoir perdu 2 fois 5 minutes (d’après la trace GPS), j’essaye de me concentrer pour terminer cette montée !

Me voici enfin au Passo del Naret. D’après le profil, on doit redescendre un petit bout avant de remonter à nouveau. Je descends donc prudemment, surtout que le terrain est technique. Mais en regardant la montre, je me rends compte que je suis plus bas que ce que l’on devrait être. Je comprends donc que le parcours a été modifié et que je vais pouvoir descendre jusqu’à Bedretto.

 

Je me lâche un peu plus dans cette belle descente ! Pas évident de doubler un troupeau de vaches sur un single track, mais il faut savoir s’adapter !

Quand le terrain me le permet, j’essaye de me retourner, mais le canadien n’est pas visible. Je sais maintenant que vais retrouver en bas un ravitaillement ainsi que mes fidèles supportrices !

 

Je traverse la grande route, puis remonte un petit bout sur le village de Bedretto. J’ai bien donné et j’ai fait une belle descente. Je suis content de moi ! Il doit rester moins de 15km, je me dis que cette 3e place, je me dois de la garder !

 

STT12 9138

 

STT12 9143STT12 9146La cloche d’encouragement de Noémie ne suffira pas pour me faire sourire dans ce petit coup de cul ! Mais pourtant le moral est là et les jambes aussi !

Je continue en direction de Villa où je me ravitaille. C’est encore un arrêt express mais efficace !

 

Un petit bout de plat le long de la rivière, puis je traverse à nouveau la route pour attaquer la dernière montée. Il reste 12km pour rallier l’arrivée. Dans ma tête c’est « Alexis, tu ne dois rien lâcher, donne tout pour ne pas avoir de regret à l’arrivée »

Faut dire que je me sens bien, et ça c’est agréable !

 

La montée est trop raide pour être courue, mais je marche sur un très bon rythme. Dès que la pente s’adoucit, je me force à courir. Je me retourne, et je ne vois pas le canadien. Je me mets  à y croire à ce podium ! Une bonne averse viendra me rafraichir. Heureusement, elle était intense mais courte !

 

Puis après une longue portion vallonnée, assez difficile, voici le dernier ravitaillement de Pescium. Je remplis les bidons, je prends un morceau de banane et c’est parti pour les 4 derniers kilomètres de course !

 

Le début de la descente, c’est une piste de ski ! Droit dans la pente ! Puis petit à petit, on rentre dans la forêt, et c’est un genre de single sur lequel on dirait que les VTTistes de descente se sont amusés ! Et moi aussi d’ailleurs !

Je regarde régulièrement l’altitude pour savoir où j’en suis. L’arrivée se rapproche…

 

STT12 9187STT12 9201Puis on arrive sur la route. Un dernier petit kilomètre sur la route, une traversée du village et je vois mes supportrices !

Dernier virage, l’arche est là, je suis heureux de ma course ! Top chrono après 7h49 d’effort ! Fabio m’attend avec mon T-shirt finisher ! Je termine donc 3e sur 95 coureurs classés.

 

Quelle course ! Après mon abandon au Grand Duc, j’attendais beaucoup de cette course pour me faire plaisir. C’est réussi. J’ai bien géré mon coup de moins bien, et j’ai pu fournir un bel effort sur les 20 derniers kilomètres, et plus que mon podium, c’est surtout ça qui me satisfait !

 

Course 04.08.2012, Altitude - Distance


Un grand merci à Noémie et ma Maman pour les encouragements sur le parcours. Bravo à Mathieu, finisher lui aussi, en 11h49

Mais surtout un grand Bravo à mon papa qui termine 50e en 10h53. Si c’est lui qui m’a initié à la course à pied, et même au trail, il n’avait pour autant jamais couru une aussi longue distance en montagne ! Voilà chose faite à bientôt 53 ans ! J’ai donc encore de beaux jours devant moi, et pour continuer, ce sera au Trail des Aiguilles Rouges ;-)

 

Photos: Noémie Brunner, Amanti della Montagna Ticinese/Svizzera, AMR

Et toujours les autres récits sur le blog http://freres-fun.over-blog.com

6 commentaires

Commentaire de lalan posté le 07-08-2012 à 21:48:37

BRAVO Alex, belle géstion de course,du gros mental,la région doit etre jolie pour avoir envie de faire tous ces détours!!!!!.BRAVO au papa,il a bien fait de te mettre à la CAP!!!!

Commentaire de @lex_38 posté le 08-08-2012 à 09:05:25

Merci Lalan! La région est magnifique avec tous les lacs de montagne, c'est vraiment un trail qui vaut le coup! Et en effet, je peux remercier le Papa! A+

Commentaire de Arclusaz posté le 07-08-2012 à 23:06:24

bravo, beau résultat dans cette course très internationale : un vrai championnat du monde !

Commentaire de @lex_38 posté le 08-08-2012 à 09:07:41

C'est vrai que c'était très international comme course. Peut-être un effet "vacances"!

Commentaire de Jean-Phi posté le 10-08-2012 à 09:05:29

Toutes ces photos et un podium ? Mais comment fais-tu Alex ??? Bravo à toi et belle "résurrection" !

Commentaire de @lex_38 posté le 10-08-2012 à 18:36:49

Merci Jean-Phi! C'est peut-être en prenant des photos et en profitant du paysage qu'on se prend moins la tête et que les jambes suivent! En tout cas, ça me fait des souvenirs, et des bons, donc c'est ça qui compte!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran