Récit de la course : Ultra Tour du Beaufortain 2012, par bouh17

L'auteur : bouh17

La course : Ultra Tour du Beaufortain

Date : 21/7/2012

Lieu : Queige (Savoie)

Affichage : 1171 vues

Distance : 103km

Objectif : Terminer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

fini....

Depuis l’année dernière, après lecture d’un article « up & down » dans un magazine de Trail, je lorgne sur cet UTB, décidé de franchir cette barre des 100km accompagné de ce niveau de D+, moi qui n’ai jamais fait « que » les Templiers et ses 72km…. Allé, Go !

 

Je programme les Citadelles en avril (40km), puis les Gendarmes et les Voleurs fin mai (65km), enfin, un weekend choc dans les Pyrenees à – 3 semaines pour faire du dénivelé, ben oui, chez nous c’est vite répétitif alors…

 

On arrive à Queige à J-7 en famille, je reconnais la 1ère montée qui se fera de nuit, elle passe à 50m du gite. L’idée m’a traversé de partir de cette hauteur au lieu de descendre tout en bas le 21, toujours 400m de D+ de gagné… nannnnn, j’blague…..

On profite de qq jours de repos avant: au fond, le Mont Blanc

 

 


Comme d’hab, petite nuit, je m’endors vers 22h30, alors que je me suis couché à 21h15, le réveil sonne : 2h30, déjaaaaaaaaa…fichtre….

 Pas de gateau cette fois, qq céréales, un peu de miel, ça ira. Un voisin sympa, bénévole, descend avec moi, on arrive 15 minutes avant le départ, je me place dans le milieu, il est 4h00 : enfin ! On part, on y est !

Je trottine, et marche dès que la pente augmente, je sais qu’il y a 2000m de D+ sur les 13km, alors, ça grimpe jusqu’au lévé du soleil, env 2h plus tard on est en haut. Le peloton s’est étiré. Fait moins chaud qu’en bas tient, j’suis parti en long, j’ai bien fait, ce qui n’est pas le cas de nombreux coureurs, énormément sont partis en court, même le maillot, la météo était pas excellente pourtant, bon..

 

fin de nuit.

 

 

Premieres neiges....

descente sur St Guerin 

 

 

En arrivant au refuge des Arolles, je suis en 247eme position, bofff, de toute façon je veux finir. Je m’arrete pas longtemps histoire d’avoir un peu de marge sur les barrières horaires. Déjà qq trailers en difficulté : une qui dépose son p’tit dej, beurkkkk, ça s’annonce pas simple. Toujours du brouillard, c’est dommage pour le paysage, je pense que je vais regarder la video 2011 moua plutôt que celle de 2012 ;o)

Ravito, tjrs le sourire 

 

Je suis bien, je bois régulièrement et me mets pas dans le rouge. Les sensations sont bonnes. Descente sur St Guerin, un peu plus d’1h30 d’avance sur la barriere, cool. Je remets vite fait de la crème sur les pieds car ils sont trempés, ben oui, je fais pas tjrs gaffe ou je marche, on verra aussi ça plus tard ;op

Arrive ici un accompagnant, Fred, qui fera 22km avec moi pour terminer sa prépa pour la 6000D la semaine prochaine(juste pour info, il n’a rien pris aux ravitos, et j’avais demandé l’accord à François avant). Arrive donc mon coup de moins bien, dans cette montée vers Cormet d’Areches, c’est laborieux…. J’en ch… mais ça avance quand même. Le ravito fera du bien. Je repars avec le sourire, je sais que les passages qui arrivent sont difficiles mais, je vais mieux, alors go go go….

 

 

on y voit pas grand chose

 

si, j'vous dis que ça monte! 

 

Tout va bien sur les passages du Col du Coin, de la Croix du Berger, la Pierra Menta se découvre un tout petit peu alors que nous sommes à son pied, le lac d’Amour est passé, les bénévoles sont toujours aussi souriants et sympas, ils ont du courage aussi car fait pas chaud et y’a du vent. Le col à Tutu, la descente en corde, je me sens bien, même si la fatigue est la, ça roule.

 

Lac Amour 

 

 

 

 

 

enfin, en haut! 

 

On arrive enfin à apprécier un peu le paysage, ça dure pas longtemps hein, mais on en profite.

 

 

 

Allé, on enchaine : refuge de Presset, une soupe chaude pour moi et un peu d’eau gazeuse. Je suis un grand fan de soupes, c’est pratiquement la seule chose que j’arrive à manger.

 

 

 

On arrive sur la brèche de Parozan, et sa descente dans le pierrier : ben j’aime pas ! 2 gamelles, sans gravité mais bon… Et sur le névé juste après : re- 2 gamelles !! La du coup, il aurait fallu mettre une caméra.

 

 

Je fatigue sur les 2 derniers km avant d’arriver au plan de la Laie, je sais que je vais retrouver ma famille, mes enfants, le sac de rechange. On est à mi-course. Fred s’arrête la, je le retrouverai au col du Joly, sympa.

On est à 49km, et 3900m de D+.

On surplombe Roselend 

 

Ah, enfin des gens que je connais, mes enfants m'accompagnent qq minutes: cooooollllll 

 

Je fais un bon arrêt : 35 minutes. C’est bcp, mais j’en profite pour me changer, soigner mes dessous de pied, masser un peu, faire le plein, la totale quoi. Je mange encore très peu, un morceau de pomme de terre, ça passe. Allé, bisous tt le monde faut continuer à avancer.

Direction le col du Bonhomme, et ça monte direct, 5 minutes après avoir repris, vlan ! la pluie ! Ben tient manquait plus que ça, ça caille, je mets la gore tex. Je continue mon chemin, pas facile, mais pas de doute, j’avance avec mon MP3 sur les oreilles, chui dans ma bulle. La crête des Gîtes se passe dans le brouillard, avec du vent : rien vu…

 

 

Descente du chemin du Curé et je rejoins enfin le hameau de la Gittaz. Je m’arrete qq minutes pour prendre ma p’tite soupe, encore des coureurs à l’arrêt sous des couvertures. Ça à l’air d’abandonner pas mal.

Et je repars pour la montée vers le col de la Gittaz : je l’ai trouvé très long, dans l’herbe, j’aime pas. Passé ce col, on bifurque à droite, je cours un peu, on discute avec 2 autres coureurs, et pas manqué : on rate un virage sur la droite, on file tout droit….. pendant env 15 minutes, plus de balisage…. Euh, on s’est planté ! retour en arrière, on a raté le changement de direction sur la droite. + de 20 minutes de perdues : un peu de stress, je sais plus à quelle heure est la barrière du col du Joly… je mets les bouchées doubles, je sais qu’il n’y a que 10km entre les 2, je cours sur les hauteurs, du 13km/h, je veux arriver avant la nuit. Enfin je vois la tente, il fait presque nuit. Fred et Estelle sont la, ils m’ont attendu, ça c’est super cool.

 

 

Je mets la frontale et choppe un groupe de 5 ou 6 pour pas partir tout seul (ah oui, si, j’ai bien pris ma soupe !!). 17km au programme pour 300m de D+ jusqu’aux Saisies. La, s’il n’y a que 300m de D+ entre les 2…. Parce des montées sur ces 17km y’en a quand même pas mal. Je m’arrête sortir un caillou de ma chaussures, et appeler me femme pour donner des news. Du coup, je me retrouve tout seul pendant + de 13km…. Ben c’est long… impossible de recoller au groupe devant. Enfin tout seul : les vaches sur le passage seront de courtes compagnie

Avant d’arriver aux Saisies je rejoins enfin qq coureurs, dont un qui veut arrêter, je l’encourage à finir, il reste 15km et presque tout en descente, ce serait dommage… je ne sais pas s’il aura fini….

 

 

Enfin, les Saisies, il est 1h00, je ne peux plus rien avaler, (si si, un peu de soupe quand même, npon mais…) il me tarde de rentrer, je repars vite avec 4 coureurs, ils sont + en forme que moi, je me mets en queue de peloton, et suis le rythme, 400 de D+ droit dans la pente, et paf ! On est à 1900m d’altitude, reste plus qu’à descendre. J’avais lu qu’elle était longue celle-ci, ben c’est le cas. Je laisse partir mes compères et fini à mon rythme, je double qq coureurs, voit enfin les lumières de Queige, entend le speaker, j’y suis. Yessss.

Descente dans le village, on passe sous la route, contourne le stade, passe dans les bois…. Mais ils le font exprès ou quoi….. ahh, les flambeaux : 23h52 !! Bouclé !

Qq applaudissements, un sourire teinté d’émotion, Peg qui m’attend à 4h du mat, tout ça pour ça, ben ça vaut le coup…

On partage qq mots avec d’autres trailers, je veux manger qq chose…... de la SOUPE BUCHERONNE ! J’ai raté le feu d’artifice, mais pas la soupe, ah non….

On rentre, j’ai froid et grelotte, la fatigue est bien présente.

C’est marrant mais je pensais avoir bcp + de mal à récupérer : pas de mal aux cuisses. Qq douleurs sous les pieds, pas d’ampoules, et dans le dos, à cause du sac et des batons. Besoin de sommeil à rattraper, mais je marche normalement, ce qui n’était pas le cas après les gendarmes et le voleurs.

Bon, voila, merci d’avoir lu, c’est long mais ce fut long alors…. Les photos ne sont peut être pas toutes dans le bon ordre, tant pis.

Je tenais à remercier Guy et sa famille pour l’accueil et la bonne humeur, si vous passez vers le 17, la porte est ouverte, bien sur l’orga François et tous les bénévoles franchement sympas, aux petits soins. Fred et Estelle les assistants de choc ;o)).

Peg et les enfants : les mots trouvés dans le sac sur la crête des gîtes , c’est que du bonheur….

Et après : j’en sais rien, faire du vélo c’est sur… L’UTMB pour mes 40 ans en 2013, j’ai les points, mais j’ai encore qq semaines on verra plus tard.

Bravo bien entendu à tous les trailers qui ont participé à cet UTB, 42% d’abandon je crois.

@+

 

 

7 commentaires

Commentaire de diotpolente posté le 27-07-2012 à 09:13:45

Félicitation!! tu es le roi de la soupe mais t'inquiéte pas, t'es pas le seul.J'ai tourné à la soupe, tuc et eau gazeuse toute la journée. J'en peu plus des boissons hysotonique et autres gels.Arrivé un peu plus tôt que toi (21h34 de course), c'était également mon premier 100km. Dur, dur les 30 derniers km depuis le Joly. Dommage pour la météo. Bonne récup.

Commentaire de robin posté le 27-07-2012 à 14:04:35

bravo et merci pour ce récit. Cela n'a pas l'air simple mais pour une première tu me sembles avoir bien géré l'affaire. C'est vrai c'est bon la soupe !
bonne récup.

Commentaire de Scoubidou posté le 27-07-2012 à 21:05:11

J'avais lu que la météo n'avait pas été tip top pour cette édition, ce qui est confirmé pas tes photos !

Bravo pour ta course et merci pour ton récit.

Commentaire de jano posté le 27-07-2012 à 21:19:14

bravo à toi !!
belle gestion de course, à ton rythme, régulière et avec persévérance.
je n'ai malheureusement pas ton goût immodéré pour la soupe.
j'ai pris froid entre la crête des gittes et le col du bonhomme, puis fait une hypoglycémie au col du joly et mon mental a lâché...j'aurais dû attendre, ayant de la marge sur la barrière horaire.

Commentaire de bouh17 posté le 15-08-2012 à 12:42:31

De retour ;o))
Merci pour vos commentaires. En esperant voir qq kikous sur les prochaines courses, surement en 2013 pour ma part, plus rien de prévu cette année.
je lorgne sur l'ultra du Puy Mary, et l'UTMB, même si peu de chance d'etre tiré au sort pour 2013.

Commentaire de coach Jack posté le 15-08-2012 à 23:00:50

Bravo à toi, je t'ai doublé juste avant le col du Joly et tu as dû me repasser dans la descente finale. Édition 2012 pas évidente en raison des conditions météo difficiles. Bonne continuation à toi.

Commentaire de Bicshow posté le 16-07-2013 à 12:04:00

Dis donc tu monte 2000mD+ en 2h ??!!!!? t'es parti fort ou bien tu es fort ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran