Récit de la course : 24 heures de Brive 2012, par luclafrat

L'auteur : luclafrat

La course : 24 heures de Brive

Date : 17/5/2012

Lieu : Brive La Gaillarde (Corrèze)

Affichage : 396 vues

Distance : 194km

Objectif : Se dépenser

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Récit d'une course non préparée

Après une certaine déception lors du France de 100 km à Belves, je me promettais de faire un 24 heures avant l'été.

Je me programmais donc le 24 heure de la Voie Romaine le 17 juin à Lillebonne.

Après avoir fait le 10 km de Pinterville et déjeuné avec notre animateur favori, Daniel Robin, nous avons pris la décision de le rejoindre à Brive.

Donc voici le CR d'un 24 heures réalisé sans la phase de préparation à l'allure spécifique :

De retour de Brive-la-Gaillarde je me permets de faire un petit CR de mon aventure sur le 24 h de course à pieds de la ville : http://www.24h-brive.fr/

Content d'y avoir retrouver un bon nombre de Normands.

Après un voyage de 5 h en voiture et de 1h30 en camping car récupéré dans la campage limogeoise, nous arrivons avec la tribue (Sylvie, mon épouse, Perrine ma seconde fille et Robin mon fils) à Brive vers 21h30 où nous retrouvons l'animateur des course de chez nous (Daniel Robin qui fera l'animation non-stop pendant 24 h) qui nous retrouve pour récupérer mon dossard (n°15).

Installation camping-car le long des tables de ravitaillement personnels sous la grande Halle de Brive.
Repas Cool puis on essaie de dormir.

Le centre de Brive la Gaillarde est très agité, bar dansants autour de la grande place, jeunes un peu éméchés, la nuit est plutôt difficile.

Réveil 7h, petit déj puis préparation des nécessaires (ravitaillements, boissons, tenues).
Le micro se met en fonction vers 8h30.
La start-list est assez conséquente, nous serons 124 au départ (114 classés), je me présente sur la ligne avec la 15ème performance personnelle.
10 h départ, je me sens si bien que sans faire d'effort je tourne les 3 premières heures à 11,7 km /h me trouvant ainsi en tête de course, là je me dis que ça craint et je me fais vioplence pour ralentir.
A force on y arrive, de toute façon, tous les coureurs ralentissent car nous nous faisons surprendre par le temps, il fait très beau et la température est montée à + de 24 °C. Les organismes ne sont pas habitués, il va y avoir des dégâts parmi les favoris.

Le rythme s'est bien réduit, quasiment 64 km sont parcourus en 6 h de course.

Les 100 km sont passés après 10h13
10h35 : changement de tenue, la fraicheur est tombée.
113 km sont fait à 12h de course, je suis sur les même bases que mon record et j'y crois car j'ai encore des jambes légères, je suis encore dans le contrôle de la vitesse.

Et malheureusement, les soucis viennent juste de commencer, mes vieux démons sont là : diahrées...
Même si les jambes sont présentes, le ventre me force à marcher et les longs arrêts se succèderont toute la nuit.
Après 3 smecta et 2 immodium, cela va mieux à partir de 5 h du matin vendredi.

Je ne ferais que 2 arrêts pour changement de tenue (grosse pluie survenue dans la nuit) et remise en tenue légère pour terminer l'épreuve en remettant de l'énergie dans la foulée.

En essayant d'accélerer dans les 3 dernières heures je remonte de la 10 ème à la 9ème place (et la 8ème était seulement à 300 m). Malheureusement je ne passe pas les 200 km ni les 195 (barrière symbolique).
Je réalise 194,619 km soit 10 mètres de mieux que mon précédent record.

ça passera à Vierzon pour les France en octobre.

A bientôt.

Luc.

1 commentaire

Commentaire de calou posté le 20-07-2012 à 23:40:18

Bravo, une marque qui doit en faire rêver plus d'un et plus d'une (moi la première !)Sans ces problèmes intestinaux la barre des 200 aurait largement été dépassée !
Bonne chance pour Vierzon ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran