Récit de la course : Andorra Ultra Trail Vallnord - Ronda dels Cims 2012, par goonif37

L'auteur : goonif37

La course : Andorra Ultra Trail Vallnord - Ronda dels Cims

Date : 6/7/2012

Lieu : Ordino (Andorre)

Affichage : 1542 vues

Distance : 170km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ronda del Cims 2012

Nous nous retrouvons à Escaldes le mercredi soir avec Crèm’ avec la sage intention de nous reposer le plus possible avant l’échéance de vendredi. Jeudi est donc dédié à manger des pâtes, dormir, et profiter de la détaxe pour faire du shopping. Pas de stress majeur, juste l’envie de courir et de découvrir cette principauté aux mille-et-un attraits.


Départ de la course le vendredi 6 juillet à 8h, les choses se corsent rapidement. Les divers comptes-rendus lus de la Ronda 2011 me laisse prévoir le pire. Les prévisions étaient belles et bien à la hauteur de la dure réalité, des pierriers, de grosses montées, des descentes vertigineuses et 12 cols à plus de 2300m…

Je passe la majeure partie de cette première journée avec Yann rencontré en tant que bénévole sur le GRP en 2008. Les jambes sont bien, par contre pour ce qui est du souffle, l’acclimatation est plus difficile, le souffle court, je n’ai pas l’allure escompté en montée. Les paysages se dévoilent et la magie opère. La montée du Comapedrosa exalte les sens et honore comme il se doit cette première journée de course. Au sommet, le toit d’Andorre est bouché mais la cornemuse raisonne à plus de2900 m d’altitude. La descente est abrupte et l’on se félicite de l’avoir parcouru de jour.

Connaissant la famille, l’idée m’avait traversée l’esprit mais quelle joie de retrouver Ron’s, Kat’, Kaëlig et Yannou du côté de la Margineda, lieu de la première base de vie.

Je ne m’attarde pas vraiment, et bien que je ne sois pas vraiment frais, je sens le traquenard. La défaite au tennis contre le beau-frère dimanche dernier me remonte à l’esprit et dévoile sournoisement mon manque de mental actuel. Le frangin me dit alors de repartir ce que je m’empresse de faire, seul, Yann est exténué et doit récupérer un peu plus. Je le laisse à ses angoisses, il est 23 heures, et m’en vais retrouver cette douce nuit étoilé encouragé par la GTC (Gouingouin Team of Chirens). Le chemin est encore long et déjà je sens une belle et grosse fatigue générale. L’énergie disparaît et la pâte de fruit voulue régénératrice me vide l’estomac en moins de temps qu’il m’en a fallu pourla manger. Jesuis mal, je ne peux plus m’alimenter et attend avec impatience le prochain ravitaillement. La nuit sera longue et je profite de mon état de faiblesse pour faire un somme de20’au détour d’un chemin. Le jour se lève et je n’ai parcouru qu’une petite quarantaine de kilomètres durant la nuit, nous en sommes à 105 et il en reste donc 65.

Prochain objectif le Pas de la Case au pk 132. Le jour se lève, le temps s’annonce brûlant et libère ma tête de tous ses démons. Le soleil ressuscite mon cœur vaillant, la journée sera belle… Jusqu’au Pas de la Case (seconde base vie) le parcours est fantastique, les marmottes taquinent les chevaux dans le bouillonnement des torrents. Les lacs, véritable havre de paix nous incitent à la baignade et à la contemplation. Le vrai plaisir, que nous sommes si nombreux à rechercher sur ce type de course s’exprime alors dans sa plus grande largesse. Les douleurs aux quadris se font de plus en plus intenables, j’utilise les cours d’eau en guise de cryothérapie sans véritable effet. Le doux bruit incessant des messages nouvellement captés par mon portable au passage du Col Isards me galvanise et m’influe la détermination nécessaire pour aller au bout.

A la base je me fais masser pendant une bonne demi-heure sans plus de résultat, mes cuisses m’ont définitivement abandonnées. Le parcours menant au Pas de les Vaques est sans intérêt, ce terrain impraticable sur plus de3 km mène mes nerfs à rude épreuve…

Je rejoins par la suite un espagnol qui se trouve être sur le mitic. On ne se parle pas mais l’entente de course est parfaite, on se relaye constamment afin de mener à bien notre grupetto. Dans la descente finale de plus de 15km il prend la tangente, je souffre, sers les doigts mais l’arrivée est proche. Pendant les 7 derniers kilomètres nous tournons de façon confuse avec cette impression d’emprunter sans cesse les mêmes chemins, de quoi devenir dingue… ma tête me joue des tours, il est grand temps de rentrer. Il est 1h30, nous sommes le dimanche 8 Juillet, je termine ma Ronda à moi !!!


Merci à Crém’ de m’avoirsupporté pendant ces 2 jours et d’avoir été là pour mon arrivée, trop cool !!! A la famille de Chirens pour cette très réconfortante surprise. Aux parents, amis, pour tous vos messages d’encouragements. Et à ma douce pour tolérer toutes ces heures passées sur les sentiers, et j’ai bien peur que ça dure…

4 commentaires

Commentaire de BENIBENI posté le 13-07-2012 à 15:09:15

Et voilà, un ultra de plus dans la poche ! Bravo Arnaud, tout à l'air facil avec toi, même les coups de mou !
A bientôt pti gars !

Commentaire de laulau posté le 15-07-2012 à 22:05:13

Bravo pour cette ronda menée à son terme ! Quel sacré morceau de bravoure !

Commentaire de Mustang posté le 16-07-2012 à 12:06:01

Pfuiit tu racontes cette ronda comme s'il s'agissait d'une balade!! bravo pour ta perf mais on reste sur notre faim avec ton récit court!

Commentaire de Miche posté le 17-07-2012 à 19:41:10

Bien content de te voir arrivé au bout de ce gros morceau qui me fait aussi très envie. J'essaierai de remotiver Yann l an prochain!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran