Récit de la course : Trail de Valberg - 48 km 2012, par Japhy

L'auteur : Japhy

La course : Trail de Valberg - 48 km

Date : 1/7/2012

Lieu : Valberg (Alpes-Maritimes)

Affichage : 1364 vues

Distance : 49km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Valberg, un trail à grand spectacle!

Valberg est une très ancienne et réputée station de ski de l’arrière-pays niçois, qui est aussi très active l’été.

C’est la deuxième édition de ce trail,  qui compte deux distances, 28 et 50 km. J’ai choisi le « 50km » (en fait 49 à mon GPS), pour cause de préparation CCC, et aussi parce que je sais que les plus beaux paysages sont sur celui-là uniquement, hé hé.

On monte la veille, il fait chaud le samedi soir, j’espère qu’il fera beau le lendemain mais pas trop chaud non plus. Dîner avec Brague Spirit, la petite MJ n’est pas venue finalement, bouhou…allez gros bisous à elle.

Départ à 7h, nous ne sommes qu’une petite cinquantaine, ils seront environ cent à prendre le départ du 28km un peu plus tard. Lau me fait remarquer qu’il n’y a que 5 filles, dont plusieurs que je n’ai jamais vues.

L’un des organisateurs du trail, Rémi Castaings, a décidé de nous faire un échauffement à la Véronique et Davina (nan j’déconne) pour détendre un peu l’atmosphère et dérider les visages ….un peu anxieux il faut l’avouer. Moi-même, j’ai un petit peu mal au ventre ! Mais un tour de bâtiment plus tard et deux ou trois holas font que ça va tout de suite mieux ! 

Nous voilà donc partie, au son de la cloche de vache, pour une grande partie de la journée (surtout moi), et pour une belle tranche de déniv : 3400m de D+ selon le fichier openrunner de l’orga.

L’an dernier le premier avait mis 6h50, et il n’est pas mauvais. J’avais donc prévu un chrono de moins de 10h, vu que je fais toujours un peu plus que une fois et demi le temps du premier.

Petit coucou en passant à Steph du trail des Limaces, qui s’est levé tôt en bon journaliste, ce qui ne l’empêchera pas de gagner le 28 km.

Je pars à environ 7 km/h la première heure car je sais qu’il me faut prendre un peu d’avance (on ne rigole pas sur ma "vitesse"), la suite étant beaucoup plus dure. La succession de longues côtes et de descentes passe bien. Je double un peu à partir du 9ème, une fille (la 3ème à ce moment-là), et puis quelques messieurs. Les sentiers sont magnifiques, balcons en corniche, crêtes, pistes de ski (horribles, tellement glissantes, heureusement très courtes), et sentiers au cœur de vallons en suivant les ruisseaux, en sautant d’un côté à l’autre, visiblement les organisateurs se sont éclatés à faire les tracés !

 

Après un premier ravito, on arrive assez vite aux terres rouges, les pélites locales, un mélange de sédiments et de cendres volcaniques riche en fer (c’était la minute culturelle) complètement époustouflant. 

Et hop, troisième côte, en haut de laquelle je croise une spectatrice, Claudine, une championne locale qui ne court pas aujourd’hui, car elle vient de faire l’ultra du Verdon. C’est de plus en plus beau, je prends des photos mais au bout d’un moment j’arrête car j’ai tendance à paumer le sentier, pas facile dans les pélites. C’est assez casse-gueule, beaucoup de dévers, un peu éprouvant pour les jambes et les pieds, mais c’est tellement beau que j’ai envie de me rouler dedans !

 

 

Vers le 20ème Brague Spirit vient me rejoindre pour une douzaine de km. En chemin il trouve un gars qui était sur l’UTAT avec lui, et ça leur rappelle l’Atlas à tous les deux. Moi ça me rappelle les canyons américains, chacun ses habitudes !

 

 

C’est carrément de plus en plus carte postale, du délire, faut se pincer pour se dire qu’on ne rêve pas. On passe sur le pont de la clue d’Amen, un hameau presque abandonné, 120 habitants en 1800 quelque chose (c’était la deuxième minute culturelle, merci à l’orga pour avoir mis des tas de petits panonceaux explicatifs le long du parcours, très bonne idée).

 

 

Tout est parfait sauf qu’il m’arrive une nouveauté : des crampes sous un pied en montée, sans doute à cause des dévers quelques km plus tôt.

Je me rends aussi compte que j’ai encore déconné avec le ravitaillement, j’ai faim, super faim comme sur l’Ecotrail, mais il y a beaucoup moins de ravitos, alors je fais un casse dans le sac à dos de Brague, pas pris assez avec moi.

La barrière horaire du 32-33ème km, après plus de 2000 m de D+, est fixée à 6h30 de course, et n’est pas si facile que ça. J’y arrive après 5h50 et repars 10 min après car c’est le deuxième ravito. Ouf. 5 ou 6 coureurs y seront arrêtés (soit 10%, c’est pas mal !). Brague Spirit me laisse là, aux bons soins d’un certain Eric, kikou comme je l'ai appris ensuite, fort sympathique, mais qui me larguera dans la grosse montée … assez vite !

 Rigolant

Bah oui, il faut monter 1150m de D+ sur 5 km, alors c’est chacun pour sa peau et c’est très bien comme ça ! Direction la tête de la Colombière, altitude 2060m, je mets 1h50 en tout, ça peut aller, vu que je commence à être attaquée par les vers. Je recommence à avoir les crampes au pied, auxquelles se rajoute une crampe à un releveur.

Après les 1150m de D+ on redescend un peu. Je vais encore moins vite qu’à la montée tellement c’est casse-gueule. Je fais du DEUX km/h, véridique. Au secours, quand est-ce qu’on remonte ?

Il suffit de demander, il faut passer par la cime du Pra, entre les deux rochers là-haut ! J'en peux plus (quand est-ce qu’on redescend ?), et lorsque j’arrive sur la crête qui suit, ça devient très exposé et un petit peu dangereux à mon goût, je maintiens donc ma moyenne de 2 km/h en pestant contre la terre entière, « mais pourquoi je m’inflige ça ? » etc…Nouvelle crampe au quadri droit, génial ! J’essaie de me donner du courage.

Dans la pente qui redescend ensuite … droit devant, je perds de vue la rubalise et je commence à assaisonner copieusement l’orga du trail , tous les jurons de la création y passent, sauf que c’est moi qui ne voit pas clair, la voilà la rubalise, plus bas. En passant, j’en profite pour dire que je n’ai jamais vu un trail aussi bien balisé, si si.

Encore 3 ou 4 km de toboggans pour atteindre le dernier ravito au km 43. Plus de coca, flûte, voilà ce que c’est de lambiner ! Je reprends mon courage à deux mains, mais ça devient vraiment dur, je me force à courir, je veux passer sous les 9h30, c’est ma nouvelle lubie !

 

A 9h de course il me reste 4 km, c’est jouable. A – 3 km, je tombe sur Lau et Brague Spirit qui sont venus me chercher en haut du sentier des planètes. Les petits ne sont pas là, pas grave, ils se sont fait porter pâle et ont disparu vers la piste de luge d’été ! D’un côté tant mieux, pas utile que mon Diabolo voit sa maman près de pleurnicher.

Au moment où je les retrouve, ça ne va pas très fort, je fais même un petit asthme d’effort. Lau me dit :

« T’as l’air marqué quand même ».

« Ha ben merci »

« Ha oui mais t’es pas la pire de ceux qu’on a vus hein ! »

 

Heureusement, je connais le sentier des planètes, et je sais qu’il est « aménagé », c’est-à-dire qu’ils ont enlevé les cailloux pour les touristes ! ça va être reposant, mais reposant de ne pas avoir à réfléchir à ses appuis!

On fonce, Brague devant, Lau derrière, enfin, je "fonce" autant que je peux, à au moins 10,5 km/h, voire 11,5 à la fin, ce que je n’aurais pas cru possible quelques minutes plus tôt !


 

En descendant à toute berzingue, j’entends un drôle de « flap-flap » derrière, je me demande bien ce que ça peut être, je ne comprendrai que lorsque Lau va me doubler à la faveur d’une côte : il est en tongs. Il a eu la flemme de remettre ses trails après sa propre course (le 28).

Et voilà, sous les hourrah une foule en délire d’au moins 10 personnes, je boucle le trail de Valberg en 9h23 !

 


Super contente, je ne pensais pas à ce chrono-là.

Il y a eu 48 partants, 12 abandons ou arrêts à la barrière horaire, donc seulement 36 classés, je suis 30ème, et vous savez quoi, je suis très contente.

Je descends à la salle où je retrouve les deux premières minettes, la première vient de Marseille. La deuxième, Roxane, a déjà fait deux fois l’UTMB, va faire la TDS et me rassure sur la CCC en me disant que c’est nettement moins technique. On va aller faire du shopping à Cham il paraît !

Donc podium de 3ème féminine (arrivée 1h après la première !), avec une bise de Rémi, on ne regrette pas d’être venu !


Merci à tous pour cette organisation sans faille, cette nature extraordinaire (bah oui, Natura 2000, ça n’a pas que du mauvais, même pour les traileurs !), ces bénévoles aux petits soins, et cette bonne humeur ! C’est vraiment l’un des plus beaux et plus chouettes trails de la région. Mais attention, les terres rouges, c’est sur le 50 seulement ! 


UN GRAND MERCI A BRAGUE SPIRIT POUR L'ACCOMPAGNEMENT DANS LES TERRES ROUGES ET POUR LES PHOTOS!

D'autres photos prises par lui sur le lien ci-dessous (je n'arrive pas à le mettre en lien cliquable, faudra le copier/coller dans le navigateur):

https://picasaweb.google.com/traileurdelabrague/02072012

 

 

 

 

 

 

4 commentaires

Commentaire de brague spirit posté le 03-07-2012 à 09:25:02

Encore une bonne marche franchie.Un peu de repos,un dernier bloc,fin juillet,et tu seras prete pour le shopping.
L'avantage de la CCC,c'est que les ravitos seront moins éspacés,avec un peu plus de monde.

Avec le soleil,le paysage a encore une autre dimension.A refaire plus tard.

Commentaire de Jean-Phi posté le 03-07-2012 à 10:54:42

Et oui, une belle marche de franchie même ! Celle de 3° ! Podium ! Toutes mes félicitations pour cette belle course qui n'a pas l'air des + simples ! Tu as raison, ça fait envie côté paysages, je vais me l'inscire dans un coin !
PS : A la CCC, ça va être du tout bon ! Tu vas té régaler !

Commentaire de gdraid posté le 10-07-2012 à 16:20:36

J'ai bien aimé ton récit du Valberg, bien illustré par de jolies images, et une jolie Japhi !
48 km sur ce type terrain, en courant même à reculons, à moins de 2km/h c'est une belle prépa, pour ta prochaine CCC.
Bravo pour ton podium, vers lequel tu as fondu en courant vers l'avant, à plus de 10km/h !

Commentaire de Arclusaz posté le 09-05-2014 à 09:55:57

Les pélites, quelle pépites !
j'avais manqué ce récit et c'est dommage car les paysages sont magnifiques, la perf superbe .... et la jupe particulièrement seyante !

Vivement la retraite qu'on ait le temps de faire tous ces beaux trails.....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran