Récit de la course : Raid 28 2008, par leptitmichel

L'auteur : leptitmichel

La course : Raid 28

Date : 19/1/2008

Lieu : Epernon (Eure-et-Loir)

Affichage : 1099 vues

Distance : 85km

Objectif : Se défoncer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les aventures de Flash Mc Queen

Introduction

Né d'un défi que s'est lancée l'EQUIPE TUROOM en préparant le célèbre Raid Gauloises, le trajet de Bures jusqu'à la cathédrale de Chartres était une manière de s'entraîner près de Paris en réunissant des conditions difficiles. 

Jamais, en s'entraînant sur ce parcours, l'EQUIPE TUROOM n'aurait imaginé qu'un jour des dizaines d'autres équipes viendraient affronter les conditions difficiles d'une progression qui part de nuit, en hiver, en pleine nature, sans ravitaillement et en faisant sa route à la carte et à la boussole : le RAID 28® est né en janvier 1994

N'hésitez pas pour commencer, à aller jeter un coup d’œil rapide au concept du Raid 28. Cela vous donnera une idée de ce qu'est cette épreuve.

Cette année, l'édition est annoncée "n'eau limit". Vous pensez à un simple jeu de mots ? C'est mal connaître l'équipe Turoom… Heureusement notre fière équipe, la Blidas Montertruck Team, composée d'Emmanuelle, de Domi, de Bruno de Soul et de moi même n'a peur de rien… !

Départ d'Epernon (lieu d'arrivée de l'édition 2007) et arrivée à Bures/Yvette. On va donc faire la course à l'envers cette année…

Autre nouveauté, le nombre de balises. Pas moins de 160 postes ont été placés sur le parcours, ce qui correspond pratiquement à un World Record sur une seule course….

Dernier point, un partenariat avec l'association Dunes d'Espoir, association créée en 1998, dont l'objectif est de permettre à de jeunes handicapés d’appréhender la pratique du sport par l’athlétisme, en particulier la course à pied."

L'association permet ainsi à des enfants handicapés, atteints de maladies génétiques de s’impliquer dans de grandes épreuves sportives grâce à la " Joëlette ", fauteuil à une roue, adapté spécialement à cet effet. Pendant la course, une équipe de marathoniens se relaie régulièrement pour faire progresser la " Joëlette ", en adaptant le rythme et la vitesse de course au confort et à la sécurité des enfants.

Le CR de la course

Raid 28 2008 ou les aventures de Flash Mc Queen…

Vous connaissez Flash Mc Queen ?

Non ? Alors vous devriez aller voir le film "Cars" de Pixar avant de lire ce CR… car c'est pratiquement la même aventure.

Acte 1 du film :

Une voiture de course, presque reine des circuits, spécialiste du bitume qui après une bêtise se retrouve obliger de partager la vie de quelques voitures issues d'un patelin paumé au fin fond de la campagne…

Acte 1 du Raid 28 :


Dans le rôle de FLASH MC QUEEN… Bruno… là même pas besoin d'effort d'imagination… rapide affûté roi du bitume et anti-terre et boue, vrai compétiteur, ne travaille que pour la victoire…


Dans le rôle de SALLY… Emmanuelle… "Superbe californienne qui en a eu marre de vivre en cinquième vitesse et préfère refaire sa route au calme…" (Bon je suis pas certain pour la californienne, mais c'est ce qui est écrit sur le site de Pixar !!!) Au pied levé, elle vient replacer FLO (Patricia) , blessée et qui a du renoncer


Dans le rôle de MARTIN… Domi. Je cite (encore) la présentation faite sur le site de Pixar : "Un bon p'tit gars avec un cœur gros comme ça. Bien qu'un peu rouillé, toujours prêt à donner un coup de treuil à ses amis" Du sur mesure pour toi ça Domi…


Dans le rôle de FILLMORE… Soul. Probablement pas pour le côté Hippie (quoi que… ) mais peut être plus pour le fait qu'il croie dans l'individualité et l'importance des choses naturelles…


Pour le dernier de la bande (c'est à dire ma pomme) j'ai longuement hésité… Je suis sur que certain(e)s m'auraient vu sous les traits de SERGENT… (ne dites pas non…) mais il y a un détail qui m'a finalement fait basculé pour DOC… Je vous laisserai chercher lequel.

Ben voilà les présentations sont faites.

Il faut dire que de MARTIN, PHILLMORE et DOC se connaissent depuis longtemps, et qu'ils parlent aussi depuis pas mal de temps de participer ensemble à ce RAID28… mais leurs engagements respectifs avec d'autres équipes n'ont pas permis d'avoir les disponibilités nécessaires.

Ils se retrouvent parfois sur d'autres épreuves, plus courtes, jusqu'au jour où ils sont ensemble aux boucles de Ste Gemme, chez FLASH MC QUEEN. Que dire de Flash… Un pro du bitume… encore du bitume et toujours du bitume, refusant de faire le Sparnatrail à quelques kilomètres de chez lui car le terrain est trop gras…Et de toutes façons le bitume lui réussi assez bien

Ce jour là, avec une petite dose de course et une après-course festive, c'est le drame… FLASH, peu habitué au mélange anti-douleur (suite à un petit accrochage) et champagne, se retrouve engagé vis à vis de MARTIN, PHILLMORE et DOC à participer avec eux au Raid28…

Acte 2 du film.

Après avoir été condamné à réparer les dégâts qu'il a commis, FLASH essaie par tous les moyens de s'enfuir sans terminer sa tâche

Acte 2 du Raid 28 :

Les semaines passent… L'entraînement tire en longueur et le capitaine MARTIN nous envoie régulièrement ses consignes. Retour de FLASH… "J'aime pas l'eau", "si il faut se mouiller j'y vais pas" (l'édition cette année s'appelle "n'eau limit", alors !!!, ), "mais qu'est-ce que je fous là". La seule excuse qu'il ne nous sortira pas c'est "je peux pas venir, j'ai piscine…" ;-)

On arrivera pas à faire une sortie entièrement groupés tous les 5, mais quelques sorties nous permettent de nous caler. La Noctorientation avec MARTIN, une sortie du côté de Roissy avec MARTIN, SALLY et FILLMORE, une autre sortie sans moi avec le reste de l'équipe… finalement on rentre dans le bain

Acte 3 du film.

A force de vivre avec eux, Flash commence à apprécier ses hôtes… et en plus il tombe même amoureux de la belle SALLY

Acte 3 du Raid 28.

Le rendez-vous est donné dans un premier temps à Bures, juste sur le lieu d'arrivée. Avec PHILLMORE on retrouve MARTIN qui doit nous conduire jusqu'à Epernon où on doit retrouver FLASH dans une Pizzeria histoire de fêter dignement cette avant course.

Il faut dire qu'avec plus de 40 personnes dans la pizzeria on s'est un peu fait remarquer…C'est là que commencent les opérations de déstabilisation. Par exemple une pétition afin de rétablir Keuplate (comprenez Cédric, alias le Castor Junior) dans son rôle d'orienteur

On bénéficie également d'une logistique perso avec vestiaires chez TAZ et chauffeur privé (FLO) pour nous descendre sur le gymnase de départ où nous arrivons à quelques minutes de la fin des contrôles .

Là commence le premier gros gros travail de ce Raid… Saluer un maximum de connaissance regroupées dans un minimum d'espace…

Petite photo de groupe sur le podium, fin des préparatifs, briefing de PAPY TUROOM puis départ de la Goelette de DUNES D'ESPOIRS qui va faire la course avec plusieurs enfants handicapés à bord… je ne vous raconte pas où ils ont prévu de passer !!! chapeau.

PS : Pour la relation entre FLASH et SALLY, je ne ferai pas de commentaires…

Acte 4 du film
.


Finalement retrouvé par ses sponsors, Flash part courir sa course… le Piston d'Or. Lâché au dernier moment par ses soutiens habituels, c'est épaulé par ses nouveaux amis qu'il va faire la course.

Acte 4 du Raid 28

.

22h00. MARTIN est parti chercher les cartes et le road book (jetez donc un œil dessus) Il revient avec les dossiers et on se met au boulot du report des postes.

On décide de reporter 2 pages tout de suite (c'est assez rapide) et de reporter le reste pendant la course.

A partir de là j'aurais du mal à vous donner le tempo, les rares fois où j'ai regardé la montre étaient surtout destinées à voir si on pouvait passer les barrières horaires.

Tout le monde est prêt. On y va… On a décidé que MARTIN fera l'orientation sur la carte IGN, je prendrai certainement les spéciales CO, PHILLMORE les spéciales spéciales, FLASH se chargera du trouillotage et SALLY nous donnera les top divers et variés (ravito …). Ca c'était notre stratégie de 22h00 sachant que de toutes façons, à partir de 22h01 on avait décidé d'improviser et de faire au mieux…

La spéciale de départ
.


A titre exceptionnel, l'équipe va avoir le droit de se séparer pour les 10 premières balises. Il s'agit en fait d'une spéciale de 10 postes sur lesquels sont marqués des indices qui doivent nous permettre de retrouver l'endroit où sont cachés les cartons de pointages de la course…

Accès à la carte du prologue

Nous quittons donc le gymnase tous les 5 par le chemin d'arrivée de l'an dernier. Montée sur le plateau par un long escalier qui permet de mettre tout de suite la machine à température. D'ailleurs en parlant de température la météo se veut très clémente pour une mi-janvier. Même si le sol est détrempé après les pluies de ces dernières semaines, aucune précipitation n'est attendue cette nuit ni demain, et la température pourrait rester autour des 10°. Ca a largement influencé ma tenue de course

Une fois en haut, nous, poinçonnons la balise un et on sépare l'équipe en 2. MARTIN, PHILLMORE et SALLY partent faire les 7, 6, 9 et 8 alors qu'avec FLASH je pars chercher les 3, 5, 10, 4 et 2. Rendez vous est pris au carrefour entre la 2 et la 8

Balise 3 : Calvaire

Balise 5: Angle de clôture

C'est parti. Aller chercher la 3 ne pose aucun soucis. Ensuite on décide de couper par les ruelles pour aller chercher la 5. Excellente idée sauf que… j'ai mal lu la carte et on tombe dans un cul de sac. Et M…. ça commence bien mon truc. Demi tour et contournement de la zone. Pour le moment on est sur le bitume et la CO urbaine plaît bien à FLASH.

On revient sur nos pas… c’est pour cela qu’on a croisé plein de monde à l’aller. Cette fois ci on prend la bonne allée puis le chemin qui mène à la 5. La FLASH poinçonne, et on relève le premier indice (y’avait rien sur les premières balises).

Balises 10 (avancée de terre), 4 (Jonction de chemins) et 2 (mare)

Pas de gros soucis. Beaucoup de monde un peu dans tous les sens mais on trouve les balises sans trop se forcer. Dommage pour cette petite bistouille du départ, mais les quelques minutes perdues compteront peu sur la longueur de la course.

Après la balise 2 on retrouve MARTIN, PHILLMORE et SALLY. Ils sont là depuis un petit moment. On regroupe nos indices et on trouve l’information indiquant que la remise du carton de pointage se fera au hangar à l’ouest du point côté 133

Allez Hop ! Hop ! Hop, direction le Hangar…

Du hangar à PC1



Accès à la carte

2 malheureux postes sur cette section surtout destinée à nous faire quitter Epernon.

PP011: La mare Fabulet : Mare près de la côte 165

Depuis le hangar, c’est pratiquement tout droit. On y va en trottinant légèrement (normal on est encore frais) mais pas trop vite… Quelques centaines de mètres plus loin on entend des appels… " Hé Ho ! l’équipe 21…. Hé Ho ! vous êtes où ? ". Je me retourne … Mais c’est nous ça ! ! ! A ce moment là, et sans savoir pourquoi j’appelle FLASH… On répond et voilà que l’équipe en question va nous tendre… notre carton de pointage !!!

ARRRGGGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH FLLAASSHHHHHHHHHHHHHHHH il est où le carton de pointage… ??????????

-Hmmmmmm je crois que je l’ai laissé tombé DOC !

Remake de notre édition 2001 où 30mn après le départ, le Papy avait perdu le road book (heureusement retrouvé ensuite)… Imaginez un peu la tête de l’équipe si avant le première vraie balise on se retrouvait déjà hors course pour perte du carton de pointage ……….

Bon alors mon petit FLASH, maintenant le carton tu le garde dans tes petites mains … sinon on te transforme en camionnette de livraison…

Arrivée au bosquet où se trouve la mare. On rentre dans le champ, et on trouve la balise. Celle ci est accessible facilement, mais… en passant par la case baignade. Là franchement on attend de voir la réaction de FLASH… et pas de chance pour nous, le voilà qui rentre dans l’eau comme si c’était un bitume tout neuf… Même pas drôle… 20 secondes plus tard il ressort avec le carton trouilloté…. Arf, et lui qui faisait le difficile avant la course le voilà en plein dedans maintenant.

PP012: Les hautes bruyères – Ruine dans le bosquet situé côte 164

On reprend notre chemin, on trouve une piste pour traverser le champ sur la droite puis on arrive au bosquet.

Là on rentre dans le bosquet, avec l’idée de passer par derrière vu que la ruine semble être à l’autre bout… Mais c’est pas facile d’être précis sur une carte IGN.

On tournicote un peu avant de trouver la ruine, mais on trouve la balise.

PC1: Traversée de la D80 (point carté)

Toujours tout droit sur le chemin, pas de problèmes

De PC1 à PP021



Accès à la carte

PP013 : Croisement CET/DLNI le plus au sud de la parcelle 29

On quitte PC1 par le chemin en face, puis à la première grosse intersection on trouve le chemin parallèle dans le bois. On va le suivre jusqu'au CET (en fait un gros fossé) et aller chercher la balise.

PP014 : Croisement CET/DLNI le plus au nord de la parcelle 29

Heu, comment dire… De là, jusqu'à PP020 je ne sais plus par où on est passé. C'est MARTIN qui orientait et je n'ai fait que suivre sur ce tronçon, alors du coup, j'ai un kolossal trou de mémoire… La seule chose dont je me souvienne c'est qu'on a zappé PP021 (trop excentrée) mais pour le reste c'est le vide total !!!

De PP022 à PC3


PP022 : Parcelle 2, borne la plus au sud

Bon là ça va car j'ai pris la carte à ce moment là.

On passe sur la carte annexe n°1

C'est en fait un agrandissement de la carte IGN renforcée par quelques infos turoomesques.

MARTIN nous mène à la grande intersection au sud de la carte annexe 1. Là je prend le relais. Direction PP023, mais au passage, nous allons faire un petit crochet vers PP022 car nous passons pas trop loin.

Une fois dans l'angle du chemin on rentre dans le bois. Ca semble jardiner un peu dans tous les sens. On rentre assez profondément dans le bois et on fini par trouver le poste. Allez go, on retourne d'où on vient.

PP023 : Borne armoriée double

De mémoire la balise était pratiquement sur le chemin. On a presque marché dessus…

PP024 : Petite presque île sur la Guesle

On continue le chemin , on passe le pont et on prend à gauche. Pas de difficultés.

A partir de là je n'ai pas forcément pris les options optimales. L'idéal, vu la configuration des ponts et des gués, aurait été de les prendre dans l'ordre des numéros, mais j'ai fait une petite erreur, sans grandes conséquences mais quand même…

PP027 : Arbre couché sur la Guesle.

On continue de suivre la rive pour aller à l'arbre couché. Quand on arrive, tout le monde est à la recherche de la pince… Visiblement elle est tombée dans l'eau. On attend quelques minutes mais comme rien ne vient je propose à l'équipe de déguerpir. De toutes façons, si la pince n'y est plus on ne sera pas les seuls dans ce cas là… et l'organisation comptera quand même la balise (d'autant qu'on y est.

PP026 : Passerelle sur la rigole
PP025 : Jonction CET - Guesle

On revient en arrière pour passer le pont qui mène sur l'île (en fait j'aurais du aller jusqu'au gué et passer de l'autre côté de la rivière). Un sentier nous amène pratiquement au niveau de la passerelle. Là on voit la PP025 de l'autre côté… On envoie notre poinçonneur de choc traverser et pointer la balise. Ca fait un petit détours alors que la balise est juste en face de nous. Dommage.

PP028 : Clairière côté ouest (arbre)

Une fois FLASH de retour, on regarde si on peut traverser la zone verte pour rejoindre l'autre rive. Rien à faire, la végétation est beaucoup trop dense. On essaie de contourner tant et si bien qu'on arrive à… PP027. En fait, choses qu'on avait pas vu tout à l'heure, l'arbre couché traverse la rivière… On décide donc de retraverser mais sur l'arbre et là, oh surprise, arrivé au milieu du passage, la pince est revenue… Chic… FLASH ajoute quelques petits trous à notre feuille de pointage…

On passe de l'autre côté non sans une certaines appréhension de la part de SALLY, et on retrouve un sentier qui mène droit sur la balise.

PP029 : Jonction CET - Guesle

Trop facile, il n'y a qu'à suivre le chemin…

PP030 : Extrémité ouest de l'île la plus au nord

Il y a un gué à proximité. On traverse et on longe le bord de la Guesle jusqu'au poste. C'est un peu dense mais ça passe pas trop mal.

PP031 : Extrémité ouest de l'île la plus au sud

Là le seul passage indiqué est une jolie échelle turoomesque, posée en travers de la rigole et qui commence même à faire la tête. Un poil acrobatique avec ses planches mouillées, mais ça passe quand même…

De là on pousse jusqu'au bout de l'île chercher la 31.

PP032 : Rive nord de la Guesle, face au bosquet de conifères

PC2 : D107, aire de détente près de la côte 145

Là il faut retraverser. Encore une échelle mais celle ci est à sens unique (et il y a des contrôleurs). La suite n'est qu'une formalité

PC3 : Traversée de la D936 en venant de PC2

RAS, juste 600m de jonction entre les 2 PC pour assurer des traversées de route.

Petit bilan… On progresse… pas assez vite probablement, mais on progresse… et surtout FLASH commence à courir partout… Eau, boue, acrobaties… rien ne l'arrête… alors on continue.

De PC3 à PC4


Accès à la carte

Arrivé à PC3, c’est MARTIN qui reprend la main sur la carte. Du coup, j’ai de nouveau un gros gros trou sur les chemins que nous avons suivi.

Ce que j’ai tracé sur la carte, c’est une estimation de trace, mais je n’y mettrais pas ma main à couper (ni autre chose non plus)

Juste un souvenir d’une petite boulette qu’on a fait sur la fin. On arrive sur PP041 alors qu’on cherchait PP040 (mon tracé est faux d’ailleurs). On cherche la 41 sur l’étang, on remonte fissa chercher la PP040 à l’angle du chemin puis on cherche à partir vers PP042, et là on se trompe à une intersection et on est à 2 doigts de se retrouver sur la route. Demi tour et retour vers PC4 en passant par PP042

C’est sur cette section qu’on a commencé à se faire " sucer la roue " par une équipe. Chaque fois, elle restait quelques mètres derrières, copiant nos choix. Même quand nous nous arrêtions, ils stoppaient attendant qu’on reparte… Ch/@nt de chez ch/@nt comme stratégie…

De PC4 à PC5


Accès à la carte

Là j’ai quelques souvenirs du départ… On file par un chemin et on cherche une groosseeeeee butte. Une fois au pied on se lance dans la grimpette pour aller chercher la balise PP043, sauf que, une fois en haut… ça ne ressemble pas à ce qu’on cherchait… Même pire, il y a une piste goudronnée… lecture de carte, recalage… et Mais qu’est-ce qu’on fout là… on est pas sur la bonne butte…

Allez, hop… grossssseeeeee descente, et on remonte la nouvelle butte, la bonne cette fois… pffffffffffffff .. Même pas grave, ça fera toujours ça de pris pour préparer l’UTMB… Ouais je sais c’est limite crédible, mais il faut bien s’accrocher aux branches qui restent.

Ensuite de PP043 à PP048, c’est encore flou… Je me souviens de quelques passages dans les bois le long d’une rigole mais pas de quoi fouetter un chat à 3 pattes… Ah si on a encore eu des soucis avec les " suceurs de roue "…

PP049: Extrémité nord du cous d’eau souterrain La Voute.

Ce passage on le connaît bien car il y a deux ans on est passé dedans,

mais dans l’autre sens. Là on va le suivre depuis l’extérieur. Arrivé au bout on tombe sur une sorte de grosse vanne où d’autres équipes cherchent déjà. On jette un œil puis on remonte plus haut pour trouver la vraie entrée du tunnel. On appelle discrètement FLASH mais même en éteignant les frontales, voilà que les " suceurs de roues " rappliquent… On ne les attend pas… FLASH pointe la balise et on file.

PP050: Borne la plus à l’ouest sur la rigole

On part par le chemin le long de la rigole mais probablement par manque d’attention (on est encore un peu obnubilés par nos suiveurs) on passe la balise. On ne s’en rendra compte qu’au bout d’un moment trouvent la distance trop longue. De toutes façons, pas question de retourner en arrière.

PP051: Photocarte. – Clôture

On reste sur le chemin jusqu’à la D60 on va jusqu’au petit pont et on descend dans le marais. Là la progression se ralenti, mais il faut dire qu’on a de l’eau (si on peut appeler ça de l’eau ) jusqu’aux genoux… Phillmore part devant, mais voilà que nos " suceurs de roue " reviennent. On progresse dans le marais jusqu’à la balise.  Là petite pause. C’est la balise 51… Et le 51… C’est le pays de FLASH. Alors ça valait bien une petite photo

PP052: Photocarte – Arbre isolé

Trouver la zone de l’arbre isolé n’est pas très complexe et la balise tombe rapidement

PP053: Photocarte – Arbre isolé

Celui là j’ai un doute. Je ne sais même plus si on l’a eu ou non. Je sais qu’on a tourné un peu, qu’on a regardé quelques arbres isolés mais impossible de me souvenir si finalement notre FLASH national a trouilloté son carton sur ce coup là.

PP054: Photocarte, angle clôture

Sur celle là on arrive à prendre un peu d’avance sur nos suiveurs. On coupe à travers bois pour trouver un chemin carrossable alors que les suiveurs restent de l’autre côté. Le temps qu’ils décident de nous suivre on s’est éclipsé. On trouve la balise, mais on doit filer car leurs frontales commencent à apparaître.

PP056: Extrémité nord du chemin limitant les parcelles 28 et 29

On passe la route et on décide de zapper la PP055 car pas assez de points d’appuis (là je pense qu’on a bien fait)

Pour le reste du poste à poste j’ai été mauvais… mais on y reviendra.
C’est là qu’on va se payer une tranche de fou-rire… Un peu au delà de la virtuelle PP055, on voit nos suiveurs revenir sur nous. On s’arrête, MARTIN entre dans le bois frontale éteinte puis un peu avant qu’ils arrivent sur nous il rallume sa frontale et revient vers nous. A ce moment là, PHILLMORE appelle MARTIN qui lui répond " Oui c’est bon je l’ai… ". MARTIN nous rejoint et on repart par le chemin. Evidemment, ça ne rate pas. Nos " suceurs de roue " s’arrêtent et on voit une frontale partir dans les bois…à la recherche d’une balise fantôme… Mort de rire. On va avoir la paix un bon moment.

Bon même si le choix d’itinéraire fut peu judicieux (surtout à la relecture de la carte), on passe le pavillon de l’empereur et arrivé au bout pas de balise… on cherche un peu jusqu’à ce que je relise la définition. Et re-re-re-m….. On est pas sur le chemin de jonction des parcelles… Hop retour sur la gauche, pêchage de balise et on se remet en ordre de marche vers PC5… mais que ce fut laborieux.

PC5: Traversée de la D191

A ce moment là de la course en général on fait un point. Et là je ne sais plus rien. J’étais bien (enfin a ce moment là ça allait encore) mais impossible d’associer PC5 à un truc particulier.

Le seul souvenir c’est notre progression, pas vraiment rapide, mais en dehors de l’épisode des suceurs de roue, la cohésion est plutôt bonne, et on fonctionne entièrement aux sensations. SALLY avance toujours à sa petite allure, et FLASH n’arrête pas d’aller de droite et de gauche chercher les balises, un vrai " Balises Killer " ce FLASH !

On avance sans trop se prendre la tête même si je commence à me dire qu’on risque d’être juste pour certaines barrières (mais ne cherchez pas c’est récurrent chez moi…) J’ai eu beau prendre le départ en me disant que cette année j’y allais cool, sans marques et sans pression, il est impossible sur cette course de ne pas se prendre au jeu au fur et à mesure de l’avancée de l’équipe.

J’essaie d’anticiper le passage des barrières et de sensibiliser (on va le dire comme ça) mes équipiers, mais c’est pô gagné ;-)

De PC5 à PC6


Accès à la carte

PP057 : Anciennes glacières, ruines

Sortie de PC5, le long de la clôture sur la droite puis on rentre à l'azimut dans le bois. Je m'attendais à un bâtiment en ruine vu le dessin, mais en fait on a du bol de tomber pile dessus (bon azimut…) car il ne reste en fait pas grand choses

PP058 : Mare de la parcelle 25

Même si ces mares ne nous réussisse pas trop, on y va quand même…L'interposte est court et le risque est assez faible

PP059 : zappée volontairement me semble t-il…

PP060 : Lorsque le CET traverse les parcelles 7 et 8

PP061 : Mare de la parcelle 8

On zappe la PP059, et on vise les 60 et 61 qui sont sur l'axe de progression de toutes façons. Je crois bien qu'on les a eues… mais je ne m'en souviens plus…

PP062 et PP063 ne sont que des formalités destinées à nous mettre sur le bon chemin pour traverser la nationale à PC6

Avant d'arriver à PC6 on retrouve les annick angel's… en fait on va faire le yoyo pendant pas mal de temps ensemble…


Ils trouveront même le moyen de nous faire prendre un cul de sac à quelques mètres de PC6… A les sagouins !!!

PC6 : Pas hyper sympa, mais c'est surtout un des points sécurisables pour traverser la RN12…

de PC6 à PC7



Accès à la carte

Après PC6, passage sous la ligne SNCF. Petite pause pour quelques soins de pieds. En repartant on retrouve les annick angels en plein pique nique… "bon, on part devant les enfants…"

PP064 : Photocarte, borne

PP065 : Photocarte Passage sous rue

PP066 : photocarte début sentier

Ces 3 là ne nous poseront pas de soucis (sauf un petit grillage à enjamber), MARTIN connaissant le lieu comme sa poche… ça aide aussi un peu d'avoir un "local" dans l'équipe

PP067 : Coude de la rue 170m au 195° du Tf le plus à l'est.

Là le plus compliqué ce ne sera pas de trouver l'emplacement de la balise (je trouve le transformateur, 170m au sud, il n'y a qu'un coude de route…) Non c'est juste que je loupe une intersection et que j'emmène l'équipe visiter des pavillons neufs. Bon heureusement je m'en rend compte et on fait marche arrière…

PP068 : Source de l'Yvette, nous donne l'occasion d'admirer une statue au goût… douteux !!!

PP069 est sur le chemin, on zappe la PP070 me semble t-il, et on monte sur PP071 et PP072

Ensuite jolie grimpette pour aller sur PP073. Le soucis c'est qu'une fois en haut sur le plateau la zone est en plein débardage. On a beau chercher avec les annick angels, on ne trouve pas la balise… Tant pis on repart sans …

PP074 : On décide de couper dans le bois puis en lisière de champ pour rejoindre la route..Avec sa photo-définition n'est qu'une formalité à positionner grâce à la route qui borde le bois, et la PP075 est faite en suivant deux autres équipes… Oui je sais on a joué les suceurs de roue… naaannnn en fait on jouait surtout au petit train sur un sentier.

PC7… Nos soucis On passe la première barrière éliminatoire avec un peu d'avance je crois… pas des tonnes mais un peu quand même…

De PC7 à PC8


Accès à la carte

On quitte PC7 et on se lance sur PP076 qui est une photodéfinition.

On pense deviner l'arbre et on lance FLASH chercher la balise. Les minutes passent et pas de FLASH en retour… Le temps passe, passe et on commence à s'inquiéter d'autant que la balise n'est pas sensée être loin… PHILLMORE part à sa recherche, et … nous voilà avec 2 disparus…

Il va falloir pas mal de temps avant de les retrouver par force d'appels hauts et forts…

FLASH tout content revient avec la PP077 et la PP078, mais point de PP076, c'est dire où il est allé traîner

En tous cas ça en fait deux de plus, sachant qu'on avait décidé de laisser la PP079 de côté de toutes façons.

L'enchaînement PP080 et PP081 vas aussi nous causer un petit soucis de regroupement d'équipes en se loupant après le pointage de PP080… On va perdre du temps avant de regrouper sur PP081 suite à un malentendu entre nous… Avec la fatigue les explications données (et reçues) sont parfois moins claires que prévues

Je suis obligé de tirer et de ramer un peu pour faire la montée après PP081 et je vais y laisser un peu de jus. Je crois que c'est là que j'ai amorcé la pompe à "coup de bambou". Jusque là j'étais super bien, mais à partir de là je vais commencer à baisser un peu de régime

On passe PP082 et PP083 (que j'avais mal reporté mais on trouve la seconde barrière quand même puisqu'elle est sur le chemin), puis c'est un inter-poste facile jusqu'à PC8

De PC8 à PC9

Accès à la carte

Circuit de liaison jusqu'à PP084 puis c'est l'attaque de la spéciale de Champ Garnier. Normalement j'aurais du prendre l'orientation sur cette spéciale, mais je suis un peu dans le dur, et je laisse MARTIN prendre la carte en main. On connaît bien cette zone pour y avoir couru pas mal de CO, dont une en novembre dernier. Donc pas de grosses surprises.

Accès à la carte détaillée de la CO

On a prévu de ne pas prendre tous les postes. En fait on part sur l'idée de faire le nid de 4-5 postes au départ de la CO et les 4-5 de la fin, zappant la boucle du milieu.. Bon c'est pas tout à fait ce qu'on va faire mais l'idée y était… Sur cette progression je reste avec SALLY sur le chemin pendant que MARTIN, PHILLMORE et FLASH virevoltent de droite et de gauche pour rapporter les sésames…

Sortie de la CO par la PP103, repassage sur un poste de CO PP104 puis de nouveau on reprend le cheminement normal à partir de PP104

Sur cette section j'ai été vraiment suiveur. Pas de gros souvenirs des choix d'itinéraires jusqu'à PC9 (je ne sais même plus si on a été chercher ou non PP107 ?)

De PC9 à PC10


Accès à la carte

Pas grand chose à dire. Deux balises, pour un inter-poste destiné à sécuriser des traversées de routes.

Je suis désormais complètement HS (et ça va durer jusqu’à la fin). Je me contente de suivre l’équipe…

Arrivés à PC10, je me souviens qu’on a un peu d’avance sur la barrière horaire éliminatoire mais pas beaucoup. Du coup la fin de parcours sera très très speed, avec probablement un maximum de zapping… De toutes façons l’objectif est clair depuis bien avant le début de la course… finir. Le reste c’est du bonus…

De PC10 à PC11


Accès à la carte

33 balises et 2 spéciales de CO sur cette portion. Probablement une des plus denses et des plus techniques de la course, sauf que… j’ai rien vu.

Accès à la carte détaillée de la CO n°2

Accès à la carte détaillée de la CO n°3

On a fait un choix de jonction au plus court, ce qui nous a mis HS sur pas mal de balises (ce sera amusant de regarder la liste de pointage après coup). Le choix était judicieux sur le moment pour assurer le finish, mais aujourd’hui avec le recul je m’en veux un peu d’avoir été HS sur cette section.

On a pris quelques postes faciles, mais on laisse ici probablement beaucoup de places au classement général.

De PC11 à PC12


Accès à la carte

Joker… Aucun souvenirs…

Encore une fois ce n’est pas faute de connaître le secteur… mais là c’est le vide… je ne pourrais même pas garantir qu’on y est passé… j’avançais, c’est tout

De PC12 à l’ARRIVEE


Accès à la carte

Arrivé à PC12 on ne traîne pas. MARTIN annonce 30mn pour faire les 5 km restants. Impossible à imaginer. Déjà, si on termine dans les classés ce sera pas mal (1h pour 5km ce doit être jouable).

Du coup on zappe les deux Photodéfinitions, avec des balises à… 60mn chacune ! (sic !)

Mais c’est là que la notion d’équipe va prendre tout son sens.

Acte 5 du film


FLASH est sur le point de remporter l’épreuve qui le fait rêver, et au moment de franchir la ligne, il s’arrête et fait demi tour pour aller chercher YYYY qui a été mis hors course et qu’il ne veut pas laisser sur le bord de la piste, quitte a laisser passer sa propre chance…

Acte 5 du Raid



SALLY est pas au mieux, mais elle relance la machine, tout au train…

PHILLMORE est aussi mal que moi…

Et alors…

A partir de là ce sera séance de pompoculthérapie généralisée non stop par MARTIN et FLASH. Ils sont persuadé que malgré tout on peut faire ces 5 bornes en moins de 30mn…

Là on ne parle pas de balises… on ne parle que d’avancer… Presque dommage car certains postes sur la fin à 60mn de pénalité vont nous faire très très mal, mais ce n’est pas ça qui nous anime à ce moment là.

SALLY est parti un peu devant nous, toujours au train elle ne faiblit pas.

MARTIN et FLASH ne nous lâchent pas avec PHILLMORE. Je crois bien que j’ai encore l’empreinte de la main de FLASH gravée dans le dos…

On avance, on lâche rien, on relance… j’ai mis tous les capteurs " OFF "… J’ai débranché le dernier neurone qui fonctionnait encore un peu et j’essaie juste d’avancer. Je vais même envoyer promener MARTIN qui me propose la corde pour me tirer un peu… Pas question. Je dois le faire un point c’est tout. On doit y arriver alors je dois me pousser (et me faire pousser)… mais je dois y arriver.

Je profite de courtes poses quand PHILLMORE se met à s’étouffer… et on repart de plus belle…

Les temps et les distances annoncés par les promeneurs sont totalement fantaisistes. Je connais la fin car on emprunte le circuit des 12h de Bures et je sais combien il reste, mais je ne m’en occupe pas… j’avance, c’est tout, juste pour l’équipe, tiré à distance par la détermination de SALLY et poussé-tiré par MARTIN et FLASH… Je reste à portée de PHILLMORE, ça évitera que l’un des deux lâche prise

On passe la fin du dernier bassin de déversement, on rentre en ville, et on approche enfin de l’arrivée. Là on doit franchir un dernier obstacle, et pas le moindre… une traversée de l’Yvette avec une descente raide pour entrer dans l’eau et une sortie non moins raide pour en sortir.

Il faut savoir qu'un peu plus tôt, même les "Dunes d'Espoirs étaient passées ici …

Pas le temps de se poser de questions. SALLY est déjà de l’autre côté… elle nous attends pour passer la ligne. Je vois devant moi PHILLMORE se jeter dans l’eau sans utiliser les cordes placées là en sécurité. Je le suis …On est à une ou deux minutes du temps limite et plusieurs équipes se battent pour avancer avec l’aide de la corde. On passe à côté, traversant directement pendant que FLASH poinçonne la dernière balise flottant au milieu du cours d’eau.

SALLY me tend la main pour m’aider à sortir, on sort les autres et on passe sous l’arche…

Heure d ‘arrivé finalement enregistrée… 15h59… Une minute sous le temps limite…

AYYEEEEEEEE
c’est fait !


Là, tout se relâche d’un seul coup… le stress de ces dernier kilomètre retombe… on l’a fait, et franchement cette dernière section a été bien plus prenante que tout le reste de la course… Mais sans les heures de course avant, il n’y aurait pas eu ce final non plus. C’est un ensemble… un tout. Course, effort, équipe… un trinôme indissociable…

Premier ravito à la traditionnelle soupe, félicitations des accompagnateurs qui nous ont retrouvé mais aussi des équipes qui sont arrivées en même temps que nous, et de celles qui continuent d’arriver. A partir de maintenant ce sont les pénalités qui tombent, et dans 30mn, ce sera la fin du classement…

Difficile de décrire ce qui se passe à ce moment là… content, heureux, crevé, un peu triste aussi que ce soit fini…

Entrée dans le gymnase, on enfile les protections pour ne pas étaler les kilos de boue accumulés au fil des heures, puis c’est l’étape ravitaillement que j’attendais avec impatience. J’ai faim.

L’heure est ensuite aux retrouvailles avec les un(e)s et les autres… " Tu as fait quoi alors ? " , " Ca c’est bien passé ? " , " Vous avez super bien tourné " … Quelques blidas échangés… Une petite bière par ci, un clin d’œil par là… Seule la fatigue viendra au bout de certains… Y compris de notre FLASH… impérial pendant tout la course et qui là est en train de s’écrouler sur la table…

Epilogue


Que dire de cette édition ?

Franchement cette course est toujours aussi prenante.

On a pas été à l’optimum cette année côté perf, mais ce n’est pas très important. On a vécu quelques grands moment qui se suffisent à eux seuls.

Il sera temps avec un peu de recul de voir où on s’est planté. Pas dans une optique de mise en cause, mais juste pour essayer de ne pas refaire les même erreurs une prochaine fois (tiens ! on parle déjà de prochaine fois…)

D’un point de vue perso j’ai vécu cette course de façon très différente de ces dernières années.

A part les deux premières éditions, j’ai toujours été orienteur et donc pris à plein temps dans la course. Cette année nous nous étions organisé différemment et c’est vrai que ça laisse une sensation étrange après coup, surtout le fait d’avoir zappé certains tronçons de circuit de ma mémoire. J’en ai profité pleinement pendant la course, mais aujourd’hui j’ai plusieurs zones de vide qui subsistent. Finalement être équipier ça se travaille aussi.

J’ai été bien pendant environ 14 heures puis je me suis écroulé. Pourquoi ? Je creuse du côté de l’alimentation et de l’entraînement. Peut-être des restes de ma gastro de la semaine précédente ? Je ne sais pas trop… mais je vais trouver.

Et voilà, une page de plus se tourne… heureusement qu’il reste encore quelques tomes à écrire…

Un grand grand merci à tous ceux qui nous ont aidé dans cette aventure, ainsi qu'à celles et ceux à qui j'ai emprunté les photos de ce CR (désolé de ne pas tous les citer mais je suis capable d'en oublier)

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran