Récit de la course : Trail du Château de Pierrefonds 2008, par leptitmichel

L'auteur : leptitmichel

La course : Trail du Château de Pierrefonds

Date : 24/2/2008

Lieu : Pierrefonds (Oise)

Affichage : 373 vues

Distance : 30km

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du chateau de Pierrefonds

Introduction

Il s’agit d’un trail " classique ", d’environ 30km (32 cette année) pour 750-800m de D+, en autosuffisance (un point d’eau à mi course seulement) partant de Morienval et arrivant au château de Pierrefond.

Circuit avec une première partie assez rapide et roulante, puis on bascule en forêt de Compiegne et on attaque un profil un peu plus accidenté mais toujours sur des chemins très propres et peu techniques

Pour cette seconde édition la météo sera avec nous, et dès le départ le brouillard se lèvera pour laisser place à un soleil qui permettra également de faire remonter la température

Cliquez sur la carte pour voir le parcours complet


Vue du profil de la course



Le CR de la course

Pour la première édition de ce trail en 2007, Frédéric (l’organisateur) m’avait proposé de venir tester cette course. Malheureusement il tombait une semaine avant le trail de Vulcain auquel j’étais inscrit et l’enchaînement des deux épreuves s’avérant difficile à gérer, j’avais du refuser cette proposition.

Aussi cette année, ayant pas mal allégé mon planning de courses, j’ai inclus assez tôt ma participation à ce trail, d’autant qu’avec une distance raisonnable (environ 30km) cela rentre d’avantage dans ma nouvelle approche (courses moins longues en phase de préparation afin de ne pas trop tirer sur la machine). Bon, à 3 semaines de mon départ pour le Raid Amazonie, une sortie comme ça ne doit pas pouvoir me faire grand mal !

Dimanche matin (très tôt). Bikoon passe me chercher à la maison (merci le "kivaou" de kikourou) direction Pierrefond, dans l’Oise lieu d’arrivée de la course.

Arrivée sur place vers 7h30. Passage aux formalités administratives puis rencontre avec le maître des lieux Frédéric avec qui on avait discuté via Kikourou mais que je n’avais encore jamais rencontré. On en profite aussi pour croiser quelques autres connaissances (allez, je rentre pas dans le détail sinon je suis encore certain d’en oublier un ou une et de me faire tirer les oreilles) puis direction la voiture pour se mettre en tenue.

L’idée est de se changer puis d’aller directement aux navettes. En effet le départ de la course se situe à Morienval situé à quelques km de là, (voir la carte ICI ) mais l’organisation a mis à disposition des navettes qui font l’aller/retour.

Petit tour en bus , arrivée à Morienval, où nous attends un bon café chaud dans une grande salle.

Il faut dire qu’on a fait le trajet pour venir ici dans le brouillard avec une température très stable (c’est à dire pile poil à 0°), mais que ça semble remonter tout tout doucement

Côté tenue j’ai prévu du très classique. Chaussure Montrail, chaussettes DK, Collant long, maillot Akamak manches longues, coupe vent reebook et buff kikourou. J’ai aussi pris le sac DK5L avec environ 1,5 litre de maxim neutre (détail dispo dans la fiche équipement).

La course se déroule en autosuffisance (il y a quand même un point d’eau à mi parcours) et comme ça j’ai de quoi être autonome sur toute la durée de l’épreuve.

Côté parcours, Frédéric nous a annoncé 32km (au lieu de 30 initialement prévus), avec une première partie roulante et une seconde plus difficile (il suffit de voir le profil de la course) et nous conseille de garder du jus pour la fin (voir le profil ICI ).

Dans la salle avant le départ j’ai la surprise de retrouver Emmanuelle, notre féminine lors du dernier Raid 28. Je crois aussi Manu, Tamiou, le Bagnard, Zeb, … heu j’ai dit que je ne passais pas la liste en revue…

Un peu avant 9h00 ; on se dirige vers la place de l’église. Le brouillard est en train de se lever et le soleil pointe le bout de son nez. On aura peut-être pas aussi froid que ça…

On se regroupe sur la place. Je laisse Bikoon se placer devant et file à l’arrière du peloton . Il faut dire que la course a fait pratiquement le plein des 600 places disponibles, plutôt bon signe pour une seconde édition.

Je décide d'enlever le coupe vent et de le fourrer dans le sac. Le maillot long devrait suffire.

9h et quelques minutes, c'est parti.

Départ en descente, assez rapide puis on enchaîne des parties assez roulantes. Ca a au moins l'avantage d'étirer les coureurs. Une première petite cote et on repart sur des chemins au milieu des champs. Pour l'instant c'est très roulant mais c'était prévu. Je reste à une allure modérée (quoi que un peu rapide pour moi).

Cette partie roulante me semble durer assez longtemps, d'autant que je n'ai pas regardé l'heure et que je n'ai pas envie de le faire… je coure aux sensations point barre…

On attaque une nouvelle section avec une belle montée… traversée de route (elles sont toutes très bien sécurisées) puis ca repart dans les bois.

On continue sur des chemins roulants. En fait quand je dis roulant, c'est surtout que ce sont des sentiers et des chemins très propres, et tout a fait praticables. Les premiers peuvent courir sans danger de bout en bout (et en fait ce sera le cas jusqu'à l'arrivée). Cela n'empêche pas de devoir gérer de belles montées, mais sur ce tracé, elles sont suivies de belles descente roulantes qui permettent de bien récupérer. Encore une ou deux montées et on arrive au ravitaillement de la mi parcours. Là je retrouve Tamiou avec qui je vais jouer au yoyo pratiquement jusqu'à l'arrivée. Je ferai d'ailleurs de même avec le Bagnard et son célèbre costume

La seconde partie de la course, toujours en foret comporte effectivement plusieurs jolies montées, mais là encore, que ce soit sur chemin ou sentier, ça reste très très propre au sol. Mon allure n'est pas très rapide. Petite douleur dans la cuisse que je ne souhaite pas développer d'avantage et que je gère en levant un peu le pied.

La suite du parcours se passe en profitant pleinement du soleil (désormais bien présent) et de la foret qui nous offre à deux reprise des biches sur les chemins voisins du notre.

Sur la fin on voit de loin le château de Pierrefond. Plutôt imposant. On termine les chemins en descendant dans le village, puis on se retrouve au pied des murailles, et là on nous annonce un petit km de montée pour rejoindre l'arrivée… devant la cour du château, tout en haut.

Je vois Bikoon qui me dit être arrivé depuis près d'une heure (il termine 30ème) et qui me dit m'attendre au gymnase ou se passe le repas d'après course.

Juste avant d'attaquer la montée j'attends le Bagnard qui était quelques mètres derrière moi. On attaque cette dernière montée ensemble et il faut bien avouer que son costume fait fureur…

On attaque donc cette dernière montée par une petite rue en ville puis on entre dans les fortifications… Là il nous reste de multiples virages en épingle à cheveux (et comme on est pas en CO, on a même pas le droit de couper) avant de passer la ligne d'arrivée sur laquelle nous attends Frédéric…

Et voilà c'est fait… 3h50 pour un objectif estimé à 4h00, pile poil dans les temps même si avec ce type de profil de course je me retrouve un peu aux oubliettes côté classement.

Demi tour complet, on refait le chemin inverse pour rejoindre le hall d'arrivée. Je retrouve Bikoon et quelques autres dans la grande salle où sont servis les repas d'après course. On a tous le droit à une ch'tite bouteille de vin (quelle bonne idée) et à un lot (en plus du kway distribué au départ).

Le temps de me changer et je retrouve Frédéric qui se prépare à la remise des récompenses, puis ce sera le retour (ca doit faire plus de 1h30 que Bikoon arrivé maintenant…)

Voilà. En bilan je dirais que j'ai pris un départ un peu rapide puis que j'ai eu une fin de parcours plus difficile en raison de cette douleur dans la cuisse que je n'ai pas voulu accentuer et quelques montées de crampes tout à la fin.

Sinon le parcours est vraiment très agréable, les côtes passent plutôt bien mais attention ça reste quand même une course très roulante et surtout rapide. Assez bien adaptée aux coureurs sur route qui veulent faire un trail avec un chrono à peu près équivalent à un marathon. Pour les trailer, c'est d'avantage à prendre comme une sortie longue avec de belles côtes qu'il est même possible de monter en courant (enfin , pas moi mais les bons…)

Je voudrais juste terminer en remerciant Fred pour son invitation. Tu as là une belle course qui fait le plein pratiquement a sa seconde édition… et c'est mérité. Merci aussi aux bénévoles qu'on a pu croiser pendant la course et toujours aux petits soins pour les coureurs…

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran