Récit de la course : La Course Cettoise 2011, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : La Course Cettoise

Date : 5/6/2011

Lieu : Sete (Hérault)

Affichage : 393 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

A la Cettoise: Ah, c'est toi?!!!!

« Un peu monotones, ces lignes droites », ai-je entendu chez les coureurs. Oh que oui, alors ! Les kilomètres en paraissaient le double. Tout droit. Des petits points noirs dans le lointain. Quand va-t-on tourner ? Interminable, oui, ces deux lignes droites de 5km, toutes plates,  en bordure de plage. Un léger vent de face, oui, mais nous l’avons dans le dos au retour. Alors, l’un compense l’autre.

 A gauche, la mer, cachée, cette satanée ligne droite de piste cyclable et du vent, mais quel bon air!!!

 

Où étaient les «reliefs » alors ? Je prends un morceau de ligne droite en photo après le ravitaillement et un coureur au premier plan me demande, en souriant,  s’il est beau sur la photo ! Je lui dis que oui et qu’il n’aura qu’à regarder Kikourou.net. Bof. Aucun effet….. !!!!

Le temps, l’ambiance ? Un ciel couvert. Quelques gouttes de pluie. Inhabituel pour Sète, un 3 juin. Mais rien de vraiment décourageant. Il ne fait pas froid. Nous sommes à peine 200, je pense, au départ.  Ce n’est pas la grande foule habituelle. Ce n’est qu’une 2è édition de la course. La veille au soir, il y en avait une autre à St Georges d’Orques, dans la banlieue de Montpellier et une autre, caritative aussi,  à Montpellier, ce même dimanche matin.

 Trois minutes avant le départ: on sent que nous n'allons pas nous bousculer!

 

L’ambiance, je l’ai vue-mais là mon esprit est sans doute partisan-du côté de ce groupe en formation autour du club du « Marathon Sétois », qui s’est en quelque sorte retrouvé autour de son coach-animateur patenté, Alain Rosselli. Nous ne nous connaissions pratiquement pas et nous nous sommes retrouvés à une petite dizaine, après les présentations, pour monter en quelque sorte la future « sauce » d’un club qui dormait jusqu’ici et qui revit, grâce à toutes sortes d’initiatives prises par leurs animateurs-ils sont plusieurs à se partager diverses activités ouvertes à tous, de tous niveaux, du secteur « santé », à celui de la compétition- L’échauffement collectif avait été prévu par Alain avant la course. Un peu arrosé-par la pluie !-il a été efficace, en tous cas, sur le plan du contact humain. Et ça, c’est le gros point positif de la matinée, pour le club en tous cas.

 Ciel couvert mais contacts découverts à l'échauffement

 Puis, petite pause. On se réchauffe....autrement!

 

J’ai aussi retrouvé un sétois de connaissance qui s’est mis récemment à la course à pied et qui a fait le marathon de la Rochelle. 5h30 mais terminé. C’est du sérieux alors. Il n’est pas loin derrière moi, ce dimanche et ma foi, je verrais bien ce sportif un peu esseulé, rejoindre le Marathon Sétois, justement. D’où le fait que je l’ai présenté à Alain, qui continue à tout faire pour recruter, en soulignant cet esprit  de club, très ouvert à tous. C’est d’ailleurs ce côté original et sa proximité, qui m’a fait le rejoindre, pour finir « ma carrière » de coureur !!!!!!

 Une des grandes spécialités d'Alain (à droite): l'utilisation du mobilier urbain pour tous les exercices possibles du corps. Sous la surveillance de Véronique, et dans un esthétisme remarquable dans la symétrie!

Si j’ai aussi retrouvé la fameuse Maryse Goudard, la V4 féminine  connue et célèbre dans toute la région, non seulement pour son talent de coureuse, « à son âge »( !!!!!)mais aussi pour sa gentillesse vis-à-vis de ses supporters, « la rencontre » du jour c’est non seulement Vincent Diaz, l’éternel speaker des courses de la région, qui m’a intercepté en arrivant aux inscriptions, mais ce « monsieur », dont je n’ai pas tout de suite saisi les qualités (et il en a !). Juste avant de le quitter, je l’ai entendu épeler ses noms et prénoms à Vincent et lui dire qu’il était le médecin de la course. Comme Vincent mélangeait encore un peu asthme et maladie bizarre, me concernant, je me suis vu obligé de(re)préciser devant le docteur que c’était le diabète insuliné. Quand il a vu la canule de mon cathéter sur le ventre, le médecin a tout de suite compris. « Vous êtes médecin….. ? »….    « A la clinique Ste Thérèse de Sète… », ai-je appris, avant que les préparatifs de course ne reprennent le dessus trop vite. Ce soir, à la maison, j’ai soudain l’idée de demander à ma femme le nom du médecin qui l’a examinée à Ste Thérèse il y a peu. « Le docteur P….. » me dit-elle. « C’est un homme très fin et très intelligent, qui a mes livres et aime ma poésie…. ». Eh bien, c’est tout simplement le même médecin que Vincent Diaz m’a présenté ce dimanche-là ! Toujours aussi petit, ce monde !

Sinon, aux inscriptions, j’ai eu un mal fou à faire comprendre à ces dames du Lions’s Club que le club n’était pas demandé sur le bulletin d’engagement alors que j’aurais bien voulu ce dimanche, écrire « Marathon Sétois ». Mais n’étant pas encore affilié à la FFA -c’est en cours-pas de licence alors club pas mentionné. Même pas la ville, Sète, Frontignan ou autre….Un petit regret car j’aime bien voir les origines des coureurs dans les classements. Comment alors savoir qui est d’où ? Comment peut-on se retrouver ? Cela ne facilite pas les choses.

Une fraîcheur pour finir : ma première tranche de melon -c’est rare- et de pastèque, au ravitaillement de l’arrivée. En général, je fais une orgie de pastèque le premier dimanche de juillet à Lattes, à la Galopade du Méjean. Disons que Sète n’était qu’un apéritif avant le 1er juillet !

Résultat des courses, c’est le cas de le dire : les huit membres du Marathon Sétois finissent tous sous les 60mn. Côté glycémie (puisque DIABETE il y a, Vincent !) : 1,20g à 6h39 et 1,37g à 12h42, après la douche ! J’ai rebranché la pompe à insuline, comme si je n’avais rien fait ! Reste une petite pointe d’aiguille dans le genou droit quand je marche, mais qui s’amenuise quand je cours ! C’est comme la glycémie : hier, je cours, elle est excellente ; ce matin je repars en douceur avec l’activité santé d’Alain, en marchant le plus souvent, et c’est l’hypoglycémie !!! Va comprendre Charles !

1 commentaire

Commentaire de montevideo posté le 05-06-2012 à 14:43:28

Belle organisation et le parcours est bien même s'il peut sembler monotone : le seul hic pour moi qui était venu (de loin) pour faire un temps : le vent pas si faible que çà avant le retournement et sans effet bénéfique sur le retour : dommage.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran