Récit de la course : Les Foulées Vertes Mazériennes - 21 km 2012, par Berty09

L'auteur : Berty09

La course : Les Foulées Vertes Mazériennes - 21 km

Date : 20/5/2012

Lieu : Mazeres (Ariège)

Affichage : 578 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Dernier volet

     Pas besoin d'ouvrir les volets pour connaître le temps. Ca tambourine fort et sûr, on va se tremper ce matin. Pourtant, c'est pas l'genre de truc à me refroidir mais comme j'avais prévu d'emmener les filles faire la course enfant, je doute. Finalement, au bénéfice d'une accalmie, on charge tous dans la voiture, à moitié endormis mais motivés et heureux de partager ces moments ensemble. Le team est prêt pour aller chasser les médailles.


     Ce 20 km des foulées de Mazères, c'est pour moi le troisième et dernier volet du challenge "Courir aux portes de l'Ariège". Je suis pour l'instant 4ème et il me suffit d'un désistement d'un des trois premiers pour monter sur le podium. Je n'ai plus mon "destin" en main mais la première des choses pour faire ce podium, c'est déjà d'aller affronter ces 20 bornes, après avoir déjà couru ces deux derniers week-ends.


     C'est évident, vu l'accumulation des courses, je ne suis pas au top. Fatigue importante et fraicheur envolée, je viens faire une place sans me faire mal et si possible prendre du plaisir dans cette course que je ne connais pas. Heureusement, les dernières courses se sont super bien passées et je suis dans une dynamique positive.


     J'arrive à Mazères. Positive attitude: on ne va pas souffrir de la chaleur! Ca caille mais miracle, la pluie cesse au moment du départ, ouf. Pour autant, je n'ai pas pris le temps de bien m'échauffer et je sais que la mise en route risque d'être difficile. Sur la ligne de départ, je cherche des yeux les virtuels trois premiers du challenge. Jérôme, le numéro 1 est bien là, intouchable. Par contre, je ne vois pas les deux suivants. Cool! Si je tiens mon rang, c'est la deuxième place qui me tend les bras.



Bang!




Jérôme, la classe




Berty et Pascalou, pas loin derrière



     C'est parti! Jérôme allonge la foulée, seul Paulo arrivera à le suivre quelques temps. Derrière eux, deux gars et Berty juste derrière, en embuscade. Pour la course, les comptes sont vite faits. Les deux premiers sont un niveau au dessus mais la troisième place est jouable. Pour ça, j'ai 2 gars à rattraper sans me faire reprendre, bien sûr. Ca met du piment dans la course, j'adore.


     Côté sensations, c'est moyen, comme je le craignais. Cependant, la course est longue, il faut miser sur la durée. Le profil est plat (pour un trailer) avec 80% de chemins et 20% de bitume. Les passages au bord des étangs du domaine des oiseaux sont sympas et je me mets à rêver d'une course en roue libre dès que j'aurais récupéré la troisième place. Songe de courte durée car sur les deux, il y en a un que je sens à ma portée mais l'autre, inconnu, m'a déjà pris 100m et ne semble pas lever le pied.



Concentré, l'Berty



     Pour l'instant, je me concentre pour me positionner à la quatrième place, et c'est pas gagné. A mi-course, je reviens enfin sur le 4ème. Je suis légèrement plus rapide et je fais l'effort pour l'empêcher de prendre ma roue. Ca a l'air de fonctionner mais manque de bol, on arrive au ravito et j'avale vite mon gel énergétique pour pouvoir boire par dessus. Sympa, y'a même un gars qui me tend une petite bouteille, c'est exactement ce qu'il me faut. Je ralenti et prends le temps de bien m'hydrater.


Du sentier au macadam



     Du coup, ça revient de l'arrière. Un autre gars se colle à ma foulée mais ne semble pas en mesure de partir devant. Quant à moi, je cherche désespérément quelqu'un à qui confier ma bouteille qui m'encombre sérieusement maintenant. Malheureusement, pas un chat. Je vais quand même pas la balancer dans la nature. Pas naze à ce point tout de même. Ils sont deux maintenant, collés aux basks de Berty le porteur d'eau. Ouf, deux gentilles aiguilleuses sont en vue à la sortie du sentier. Je leur fait cadeau de la fiole et me sens d'un coup, léger comme le vent.


     J'accélère. Ca répond bien. Ca, c'est le top. T'es en course et tu te mets à allonger. Avant, durant mes 3 ou 4 premières annnées d'apprentissage de la course à pied, ça ne m'arrivait jamais. J'étais toujours limite en course. Quel plaisir de pouvoir maintenant pousser la machine, même en pleine course. Du coup je creuse un bon écart et je revois même le troisième à 300m devant. Mais pour lui c'est déjà cuit, à moins qu'il ne craque. Je fais semblant d'y croire. Mieux vaut être concentré sur celui de devant que de regarder dans les rétros.


     La course est jouée. Je sers les dents sur les 3 derniers km pour garder ma place. Je ne suis vraiment plus très frais mais je suis content de ma course. Je ne pouvais pas espérer plus aujourd'hui. Les filles sont là, sur la ligne d'arrivée. Bien joué Berty qui revient les bras chargés de produits du terroir. La moisson à été bonne. Y'a que les filles qui font un peu la tête. Elles gagnent leur course mais pas de podium pour les enfants. Elles crient à l'injustice. Ces adultes, quand même, ils pensent qu'à eux!



Quel apôtre!



1 commentaire

Commentaire de laulau posté le 31-05-2012 à 11:09:08

Bien joué Berty ! joli podium...Tu a de quoi bien manger !
C'est quand même bien dommage pour les enfants, ils méritent bien eux aussi un petit quelque chose !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran