Récit de la course : La Radicatrail - 56 km 2012, par xaxa

L'auteur : xaxa

La course : La Radicatrail - 56 km

Date : 29/4/2012

Lieu : Tancarville (Seine-Maritime)

Affichage : 955 vues

Distance : 56km

Matos : Adidas Riot4
Black Diamond ultra distance Z pole
Sac Salomon Skin Pro 14+3

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mission accomplie.

56km 1250m de dénivelé positifs annoncés, physiquement et psychologiquement cela s'annonce comme une marche importante pour moi cette année, avant l'objectif du GRP 80km en août. 

    En rapportant 100m de d+ à 1km d'effort supplémentaire cela nous fait un équivalent temps d'effort de 68km à comparer aux 58km ( Trail de Pointe de Caux 18/09/2011) et 52km ( Aquaterra mon premier trail 03/07/2011) déjà réussis. 

    Quand je dis réussi c'est "arrivée ralliée" et c'est encore bien ça l'objectif de cette journée ! 

      

    Bon forcément en ce printemps normand les conditions s'annoncent bien boueuses, d'autant que les copains ont déjà commencé à labourer le terrain la veille soir, vu que l'on pouvait se faire un    16km nocturne (et pluvieux) en apéritif du samedi soir. 

    Pour ma part j'avais choisi l'option vrai apéro, pas sûr que ce soit mieux mais bon je suis resté au sec ! 

      

    8h30 top départ du château de Tancarville et direction Lillebonne. 

    Le dénivelé est réparti de façon homogène tout au long du parcours, sous forme de bobosses. 

    J'ai divisé psychologiquement le parcours en 6 portions à avaler, marquées par l'arrivée aux 5 ravitaillements. 

    Malgré ce nombre assez conséquent (de stands) je préfère me charger pour boire et grignoter à mon rythme: 1.5l d'eau dans la poche, et 500ml de liquide isotonique, barres de céréales et gourdes    de gel. 

      

Première part

      

    Pas de pluie finalement au départ sous un temps venteux et  menaçant je retire la veste dans le sac au dernier moment. 

    Je pars en compagnie de Yann et Laurent camarades des trails locaux avec lesquels on est à peu près de même niveau, et on court tous les 3 surtout pour le plaisir et finir simplement. Eux on fait    le 16km nocturne par contre, ils partent tranquilles et ça m'arrange pour me forcer à modérer mes instincts. 

    On fait donc quelques kilomètres ensemble, jusqu'au 8ème km ou d'une il s'agit de la base d'une boucle et où l'on voit débouler un des premiers, pfffiouu ça va vite ! 

    Et de 2, premier gros pétard à gravir, que je grimpe aidé des bâtons que j'ai choisi de transporter pour deux raisons: m'habituer à leurs maniements pour le programme pyrénéen estival, et afin de    m'aider sur ce parcours boueux. 

    Du coup mes camarades décrochent franchement. Je me dis que je les reverrais un peu plus loin je déroule à mon rythme. Finalement ce ne sera qu'à l'arrivée. 

    Km 10.77 fin de l'étape. Un petit verre de coca avalé une part de pain d'épice et ça repart. (je rééditerai la même consommation lors des autres ravitaillements en rajoutant dans les derniers du    salé) 

      

Deuxième part

DSC_2710.jpg

    Les chemins sont de plus en plus dégradés et usant, les coups de cul s'enchainent, je me retrouve à courir parmi les 3 premières féminines qui se connaissent et courent pour l'instant groupées. 

      

    Mes bâtons m'aident dans les parties difficiles par contre je perd parfois du temps et de l'énergie à vouloir coûte que coûte les ranger tout en tentant différentes méthodes. 

    Un gros grain avec coup de vent se pointe je perd du temps à remettre ma veste, je suis frileux moi! Finalement cela ne dure pas longtemps je la renlèverai un peu plus loin tout en courant, je    teste du maniement de matériel en tout cas! 

    Les féminines sont mieux organisées elles: elles sont régulières, s'arrêtent très peu aux stands, enfilent les montées tranquilles, alors que j'y dépense de l'énergie, puis elles relancent. Je    prend note je prend note. 

    En tout cas pour l'instant tout va bien et j'arrive sans difficulté à la fin de cette portion. Burp. 

      

Troisième part

      

    Ca descend gentiment vers le parc Eana et l'abbaye du Valasse ce qui me ramène quelques semaines en arrière pour le Gruchet Trail Orientation. GTO La Découverte 2012

    Là on peut s'amuser à remonter l'escalator une grosse pente bien raide où mes bâtons aident bien à rester debout! 

    Je décroche dans cette grosse pente les féminines, et me retrouve seul jusqu'au 3ème arrêt au stand. 

    Je commence à avoir un coup de mou dans ce passage, je pense que je me suis un peu enflammé sur ces dernières montées, je pioche même dans la descente technique 

    Au stand je prend un peu de temps à reremplir ma poche à eau, et à me restaurer. 

    Il y a là un peu de va et vient, on me double je double, les 2 premiers du 31km partis une heure après nous passent comme des flèches, et pendant ce temps là les 3 féminines repassent devant. 

      

Quatrième part

      

    Bon ben on traverse Lillebonne où vont s'arreter les concurrents du 31km (belle course jak qui prend goût au trail!). 

    Je suis passé du chamois traversant élégament les difficultés de terrain, au pas lourd de l'éléphant d'Hannibal. 

    Un concurrent expérimenté me rattape ce qui me relance, un multifinisher d'UTMB bien habitué à gérer la durée. 

      

DSC_2717.jpg

      

    Allez hop ça remonte, on rattrape le trio féminin avec lequel je préfère rester pour gérer la durée encore longue de l'épreuve. Elles montent plus sagement la pente. 

    Les montées/descentes continuent, je ne suis pas out mais les jambes sont lourdes. 

    Objectif 4ème stand, qui arrive (km36.33) alors que je me suis refait décrocher par les filles. 

    On n'est pas nombreux ce qui fait que je me retrouve souvent seul face au terrain et à mes pensées. Dingue comment le mental joue les filles de l'air suivant les moments, la vitesse des autres,    le temps qu'il reste, les petites douleurs, la météo ... 

    Tiens les douleurs. En parlant de ça dans cette zone je commence à avoir des crampes au niveau des adducteurs, comme d'ailleurs une des concurrentes féminines qui du coup reste avec moi, on se    soutient mutuellement dans les bons et moins bons moments, nous nous en remercierons mutuellement à l'arrivée. 

    Un copain qui ne connait pas bien la longue distance me posait la question de "quand ça avait été dur? vers la fin ?". Je lui répondais que ce qui est difficile c'est en l'occurence cette zone à    la louche 30-45km où les douleurs apparaissent, où la route est encore longue, et où la certitude d'arrivée n'est pas encore là du coup. 

    Bref revenons à nos moutons. 

      

Cinquième part

      

    L'estomac commence à être bien rempli pour s'enfiler cette 5ème portion. 

    J'alterne entre bons moments, et crampes avec doutes, en compagnie donc d'une concurrente dans le même état. 

    Dans cette zone les montées/descentes s'enchainent, un beau passage en monotrace comme je les affectionne en VTT ou course à pied quand je suis alerte ce qui n'est guère le cas pour le moment! 

    Mais bon on arrive à avancer raisonnablement, on double un coureur qui est dans le dur, un petit mot du style:"ça va passer allez" le requinquera peut-être. Un autre qui a l'air bien nous double    aisément. 

    Et puis au détour d'un virage on aperçoit de nouveau une des 2 filles de tête. Manifestement ça dope ma camarade de crampes qui se relance, pour ma part je me traine un peu en m'arrêtant de ci de    là pour m'étirer. 

    Je suis de loin la bagarre pour le podium féminin, mais je crains que je vais manquer la fin de l'épisode ! 

    A la base d'une boucle de parcours on croise des concurrents de tête, ça à l'air de souffrir mais ça avance vite bravo à eux! 

    Je me retrouve esseulé pendant plusieurs kms, je double juste un coureur qui boite bas appuyé sur un bâton, il est au téléphone et me répond que oui ça va aller, ok je continue. 

    Bon à part les crampes ça va: j'aperçois parfois les filles pas si loin, mentalement je suis ok prêt à avancer, les crampes ne sont pas loin je ne peux guère forcer, mais je ne me sens pas    épuisé. 

    Mais bon que ce 5ème stand m'a parru loin! 

    Enfin km46.70 petite pause! 

    Je recharge l'eau, et me refait un petit mélange isotonique, je rassure 2 coureurs partis léger qui ont un doute sur les barrières horaires et c'est reparti peu longtemps après les féminines. 

      

Sixième part:

      

    Psychologiquement la fin de ce gâteau est plus facile: c'est la dernière étape je sais que j'arriverai au bout, à moins d'un accident. 

    Ca tombe bien que le mental soit là, parce que je me retrouve seul jusqu'à l'arrivée! 

    Je rêvasse en regardant la nature qui nous offre enfin un peu de soleil, ce qui agrémente les champs de colza ou les herbages piquetés du jaune des pissenlits. Le vent est fort par contre. 

    Une dernière côte on se retrouve dans une zone de plaine j'aperçois les féminines et un autre coureur, mais non je n'arriverais plus à revenir dessus. 

    Je croiserai juste 2 coureurs à la base de la boucle on s'encourage mutuellement mais je préfère être à ma place, allez courage! 

    Un long chemin en descente dans les bois est agréable comme tout, mais je suis surtout vigilant aux chevilles, mes appuis sont incertains avec la fatigue même si les crampes sont plus lointaines. 

    Un retour à la civisation dans Lillebonne, personne devant, personne derrière je trainaille, je range mes affaires. Le détour face au vent dans le parc me parait longuet malgré quelques    encouragements. 

    Et ça y est mission accomplie je passe la ligne d'arrivée ! 

      

    Je retrouve les 3 femmes arrivées quelques minutes avant, elle me raconte la fin du film. 

    la plus jeune a gagné face à l'expérience. 

    Ma compagne temporaire de crampes s'est bien relancée et a fini deuxième. 

      

    Une platrée de pâtes plus tard je retrouve Laurent arrivé un peu après et en partant en voiture je vois Yann en train de finir en papotant. 

    Je les retrouverais avec plaisir lors d'autres épreuves. 

      

Bilan de la journée

    Un grand merci aux bénévoles très sympa surtout dans ces conditions à ne pas mettre le nez dehors. 

    Un parcours agréable, les bons raidillons j'aime, mais difficile par la boue. 

      

    Bilan physique et psychologique: grande satisfaction d'avoir rallié l'arrivée dans des conditions sommes toutes correctes, même si un passage difficile me faisait penser sur le moment que    s'aligner sur des trails courts c'est bien aussi ! 

    Des crampes d'adducteurs, je pense avoir bu pas mal avec même quelques pauses pipi à urines claires en cours de route, sur un terrain difficile par la boue. 

    Je vais essayer de m'étirer régulièrement maintenant pour voir. (pour l'instant je ne m'étirais jamais) 

    Des courbatures musculaires franches pendant 2-3 jours, vous savez celles qui vous font penser "mais kikikami des escaliers ici ?", mais bon une semaine après tout va bien j'ai recouru sans trop    de problème. 

      

    En chiffre ça donne ça: 

link

    55.250km, 1143km de d+, en 6h41 

    Cela me classe 52ème sur 112 arrivants, et 90ème sur 294  du Trail Tour 76 (qui intégre les résultats du 31 et du 56). 

    La prochaine étape du TT76 d'ailleurs est 2 semaines après (dans une semaine au moment où j'écris) et la question est je fais le 30 ou le 55km ?

6 commentaires

Commentaire de hormao posté le 07-05-2012 à 17:00:31

beau recit et gros radicatrail cette annee ! un peu loupe pour ma part a cause d'ampoules au bout des orteils qui m'ont gachées la fin de cette belle course à compter de 35-40kms !! fini pour dire de finir et continuer le TT76 mais mon objectif de 7h à ete largement depasse :( . enfin pour moi le trail du pays de bray se fera sur le 32 en attendant que le podologue ait fait mes semelles !

Commentaire de xaxa posté le 07-05-2012 à 22:02:41

Merci hormao et bon soins !
Je n'en n'ai pas parlé dans le compte rendu mais j'ai eu quelques cloques à un orteil et un hématome sous un autre ! À ce we en tout cas ;)

Commentaire de vinch64 posté le 09-05-2012 à 16:51:40

Beau récit et bonne gestion de course. La montée en pression est en route pour le GRP.
Puis maintenant que tu as fait 1143km de D+, ce ne sont pas les petites Pyrénées qui vont t'arrêter! ;-)
Sinon, peut être qu'on se croisera au trail de la pointe de Caux 2012 qui pour l'occasion se verra rallonger d'après leur site (52km pour un peu plus de 900m de D+)
A+ et bonne continuation de prépa!

Commentaire de xaxa posté le 09-05-2012 à 22:05:36

Si je survie aux pyrénées on se verra surement direction etretat!
Il faudra en garder sous la semelle car la fin du parcours sera bien chargée en côtes ! à plus ;)

Commentaire de Woualy posté le 09-05-2012 à 22:20:13

Bravo Xavier, même si tu nous à mis une mine des le 1er pétard, tu as bien géré ta course. Nickel !
GRP nous voila !!!!!!
@+

Commentaire de xaxa posté le 10-05-2012 à 08:48:00

Héhé et bravo à toi pour le défi !
A bientôt :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran