Récit de la course : Trail Mont Saint-Michel - 18 km 2012, par Corne de chamois

L'auteur : Corne de chamois

La course : Trail Mont Saint-Michel - 18 km

Date : 22/4/2012

Lieu : Barby (Savoie)

Affichage : 1044 vues

Distance : 18km

Objectif : Se dépenser

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du MSM à Barby

 

 

C’est peut être que mon coach Run4caillette n’était pour la 1ère fois pas inscrit avec moi que je me permets de faire mon 1er récit sur KIKOUROU.

Il s’agit du 4ème trail en 2 mois, 21 km annoncé pour plus de 1000 m de D+.  

Tout commence mal, ce vendredi, au lieu de se dégourdir tranquillement les jambes, Mickael LLOVRARD me propose un petit tennis, qui au bout de 5 minutes m’est fatal : sur un amortit-bois bien négocié par ce dernier, je monte au filet et clac : léger claquage au mollet droit.

Sous les conseils avisés de mon coach je passe la journée de samedi avec mes bas de contentions et je mange une côte de bœuf saignante à midi. Mais c’est l’alimentation du soir qui sera moins judicieuse. En effet, nous sommes invités à la crémaillère du Lapinou, au menu : chips, bières, cahuètes, saucissons, chorizo, gougères maisons, quiches et autres produits riches en lipides. Après une bonne petite soirée, on se couche finalement à 2 h 30. Demain ça va être dur, ce même Lapinou vient me chercher à 8 h 15 pour le départ de la course à 9 h.

On arrive alors tranquillement sur la grille de départ, pas mal de coureurs semblent s’échauffer avec bcp de sérieux, bizarre, le niveau parait tout de suite meilleur qu’au LUT, on voit par ailleurs de nombreux buff du trail des collines et quelques têtes connues telles que les filles de l’ASPA RUN, une cliente inscrite sur le 13, et bien sûr Mardouk le Lapinou qui n’a pas l’air très frais mais qui comme à son habitude reste très décontracté.

Et c’est parti pour 21 kmde galère dans une température relativement fraiche mais ensoleillé en ce matin d’avril. Je pars sur un bon rythme, comme d’habitude, histoire de ne pas être freiné en cas de goulet. Après une petite virée dans le village de Barby, on attaque une belle cote sur près d’1 km, le km suivant est plus roulant sur un grand sentier bien humide, ça promet pour la suite. Au détour d’un virage à gauche, on quitte ce grand sentier par un plus petit, plus pentu et plus boueux. La montée dure bien 1 kmet je sens pas mal de coureurs à mon cul qui commencent à me doubler, en haut un léger replat me permet de souffler, mes jambes me font déjà mal et il reste encore 17 km. Le défile de coureurs continu, je me fais doubler et je ne double personne, si au loin, j’aperçois un marcheur avec des bâtons et un poste sur l’épaule qui crache du Bob Marley « No woman no cry », je le double dans une montée glissante en m’accrochant aux genêts, mais rien y fait, je n’ai pas les cannes. Et là stupeur, le chemin a disparu et laisse place à un immense champ totalement semblable la montée de la SARRA au LUT 3 semaines plus tôt. Je cherche mon Camel back mais non je n’en ai pas, merci julien. J’arrive en haut en ayant perdu 20 places, de sympathiques supporters scande « Vas-y Thierry » et j’entends un « Moi je m’appelle Julien ». Et merde, le bouk est déjà là, comme toujours, le visage pas du tout marqué, le sourire aux lèvres à déconner avec les bénévoles. On finit la montée ensemble, il me lâche 1 kmavant le sommet. Arrivé au sommet du Mont Saint Michel pas le temps d’admirer le superbe panorama sur la vallée car il faut faire le tour de la chapelle, le bouc est seulement 20 secondes devant et je me lance dans une descente très technique alternant cailloux et boue, j’accroche au passage mon buff 6000D à un buisson, et un sympathique traileur que j’avais doublé un peu avant me le ramène. En bas de la descente, je rattrape le bouc et on part en direction du 1er ravito, 1 verre d’eau, 1 banane et on repart aussi sec en laissant campingou allumer le feu pour le barbecue. 10 KM qu’on court, le bouc aligne les grandes foulées, on arrive alors dans un sentier pentu avec 20 cm de boue, puis un autre sentier pentu qui s’est transformé en torrent, je me dis que n’y aura peut-être pas besoin de laver les chaussures en vain. Le sentier monte moins et le bouc enchaine les grandes foulées, je perds un peu de terrain sur ce long faux plat, on traverse le village de Curienne, on remonte un peu, et là le circuit semble enfin reprendre une belle descente, je tente alors de revenir sur le bouc, mais difficilement, bien que je double pas mal de coureurs prudents ou d’autres moins, qui glissent à chaque virage boueux. Le sentier continu à travers les bois, on longe une grosse rivière, et je continu à envoyer ce qui me reste dans les jambes pour rattraper ce foutu bouk qui semble être galvanisé par les 15 crèmes au chocolat qu’il a englouti hier. On arrive à un ravito, je fais l’impasse, le sentier est vraiment sympa dans ce sous-bois. Depuis plus d’1 km je ne vois plus le bouk, pour autant, je ne suis pas trop mal, je suis tiré dans les montées par une traileuse et je lui ouvre les chemins dans la descente. On arrive bientôt le sentier s’éclaircit peu à peu et on commence à voir des maisons. La descente se finit, un bénévole me dit qu’il reste 2 km, la traileuse me dit qu’on court depuis 1 h 55, je me dis putain, finalement, je ne suis pas trop mal. Il reste 2 km de plat sur route, les jambes sont lourdes, la traileuse file, on traverse saint alban leysse, puis voilà le panneau barby, il reste 1 km, je donne ce qui me reste en vain et voilà l’arrivée en 2 h 06, le bouc est là tout sourire. Il finit 1 minute devant à la 135ème place, pour ma part je prends la 143ème place. 2 h 06 pour21 km c’est super, sauf que le parcours a été réduit de2,5 km pour cause d’intempéries et là c’est tout de suite moins bien surtout sur 236 coureurs.

2 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 22-04-2012 à 19:17:00

Dis donc tu me fais passer pour quoi ??? Lol et ptdr !

J'avais une stratégie sur 3 jours pour m'éviter un 3-0 en faveur de la corne.
Il faut croire que ça a payé. Ouf. Le truc con c'est que tu vas devenir méfiant maintenant. Heureusement qu'il me reste Eugénie-la-taupe dans mon jeu de tarot créole.

Commentaire de Le FaiZan posté le 19-01-2013 à 17:43:04

oh t un quichon la corne !!!!!! le bouk ta battu!!!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran