Récit de la course : Eco Trail de Paris Ile de France - 50 km 2012, par Bert'

L'auteur : Bert'

La course : Eco Trail de Paris Ile de France - 50 km

Date : 24/3/2012

Lieu : Versailles (Yvelines)

Affichage : 1311 vues

Distance : 50km

Objectif : Faire un temps

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

ECO-TRAIL 50 - Un bon début de saison :-))

ECO-TRAIL DE PARIS (50km, 1000D+) – 24 Mars 2012

 

Préambule :

L’Eco-Trail 2012 (50km, 1000D+), s’annonce ni plus ni moins que le retour aux affaires après le Mont-Blanc - TDS (120km 7000D+). Il faut dire qu’avec une surcharge de boulot de folie de Septembre à Décembre, je n’ai dû faire que 6/8km par semaine !!...

Bref, à Noël, j’ai déjà 4 kilos de trop et il est temps d’inverser la tendance à 3 mois de prépa pour retrouver le niveau. Le programme est alors suivi avec le plus grand sérieux (2 à 4 séances par semaine et de 30 à 60 bornes). Pas facile pourtant certains matin de se lever aux aurores (pour moi) ou de se motiver à sortir quand il fait -10° dehors…

Les choses reviennent heureusement assez vite et rien ne vaut cette sensation de se sentir en forme, à grimper n’importe quel escalier avec facilité. Mieux, 15 jours avant l’échéance, ma dernière sortie longue s’avère très encourageante : 37 km sur le parcours de la course à un bon 10 km/h sans forcer au niveau cardiaque (130 à 75%) avec la sensation d’en avoir encore sous le pied…

Du coup l’objectif avoué de 5h15 se transforme en un « ambitieux » 5h00. Atteindre le seuil des 10km/h correspond même plus ou moins à 12km/h sur plat (50km + 1000*1% = 60km) ce qui, sur une telle distance, implique d’être bien en forme. D’après les résultats des 2 éditions précédentes, je pourrais même espérer finir largement dans les 100 premiers…  

 

 

Avant le départ :

La veille de la course, en retirant mon dossard, une bonne surprise avec Loul pour me le remettre. Nous nous donnons rendez-vous pour la course demain… Juste avant d’arriver à la maison, je m’arrête devant l’entrée du Parc de l’Ile St Germain pour poser tous les panneaux d’encouragements destinés aux vaillants Kikoureurs.  Il y a au moins 20 messages personnalisés (3 fois plus que l’année d’avant), même si c’est encore loin d’être exhaustif !... Quel groupe !

Tout s’organise pour le mieux et le seul véritable souci sera la météo : pas de chance, il va faire exceptionnellement chaud (+20°) et en général ça ne me sourit pas. Mais comme d’hab’, je ne prévois pas de changer d’un iota ma gestion de course… Je compte juste revenir aux fondamentaux avec le cardio comme principal indicateur… (certainement le plus important à surveiller pour ne pas se griller).

 Dossard, Kikourou & Prunay (mon sponsor !)

 

Château de Versailles - départ :

Sur la ligne, comme prévu je retrouve 2 kikoureurs attendus : Loul et PhilippeG94, « le crack ». Quelques photos, un coucou de loin à Hervé, le directeur de course et… une émouvante minute de silence en mémoire des victimes de Toulouse.

  

Enfin 10h45, ça y est nous partons !! On se souhaite bonne chance et je démarre tranquillement. L’idée est de se caler sur un cardio à 130. Tout en faisant le tour du Grand Canal, je tente de régler mon application Runtastic sur l’Iphone. Je viens juste d’upgrader ma version qui me permettra d’avoir chaque kilomètre annoncé dans mes écouteurs et recevoir des encouragements à distance. C’est sympa, mais le bon réglage musique/annonces me prendra 10 bornes (!) et ça aurait été mieux de peaufiner ça à un autre moment qu’en course ! Sacré geek…

Sur le Grand Canal, les premiers ont vite quelques centaines de mètres d’avance. Peu après c’est à notre tour de visualiser les poursuivants qui s’étalent dans un interminable serpentin coloré.

Déjà quelques encouragements via Runtastic : cool !! :-)

Après 7 kilomètres, arrive la Pièce d’Eau des Suisses, traversée par une très jolie lumière. Il fait quand même bien chaud et le cardio est plutôt à 135 que 130.

Nous traversons Buc et passons le cap des 10 bornes en 53 mn. Le rythme est bien rapide et il faut rester vigilent car les sensations sont toujours excellentes au début ! La traversée de la ville est courte et passe par ma grosse descente « préférée » :-)

Vers le kilomètre 13, deux fusées me doublent avec un bon 5km/h de différence : d’où sortent-ils ? S’agit-il de pros qui ont raté le départ ?? Leur tenue et équipement le laissent penser.

En attendant, on passe par des chemins légèrement nouveaux pour moi et c’est bien agréable de découvrir des changements dans des zones pourtant maintes fois parcourues. Les kilomètres défilent, tout va bien. Une barre avalée toutes les ½ heure et de l’eau toutes les 5/10mn. Seule difficulté, maintenir le cœur à 135 maxi…

20km en 1h48 : je suis toujours aussi rapide et ne me sens pas du tout atteint, ce qui n’est pas le cas de tout le monde que je dépasse régulièrement. Mieux, dans la montée Viroflay, je double au moins 25 personnes d’un coup !! Ça renforce le moral. Dans les côtes, je m’abstiens de marcher sauf si le cardio atteint 150 (85%)  le mot d’ordre est de ne surtout pas forcer !

A mi-parcours, un carrefour sépare le chemin du 50 et 80 km. Nous évitons de prendre la grosse côte :-). Les km continuent de défiler et, sauf rare exception et court passage raide, je coure en toute circonstance. Bon an mal an, c’est déjà la Tour Telecom et l’approche du ravitaillement.

Je rattrape Loul et m’étonne alors de sa vitesse, craignant fortement qu’il ne se grille ! A un virage, un gamin m’annonce 81e mais Loul entend 181e (?)... Je suis pourtant persuadé qu’on doit être dans le top 100 car on a pas du tout chômé et sommes sur une base de 4h45…

  

Chaville, 28 kilomètres : 2h37, 170e

A peine 2 minutes d’arrêt le temps de faire le plein du camel back de boisson Effinov. C’est parfait j’ai consommé exactement 1,5l  comme je m’y attendais. Je souhaite bonne chance à Loul et repart aussitôt.

Belle descente sur Chaville où j’atteints la vitesse maxi de 20km/h !! Remontée toujours en courant… mais avant de passer sous la ligne de chemin de fer : les premiers signes de fatigue se font sentir. Je ralentis. Nous arrivons aux étangs de Ville d’Avray et je trouve le moyen de me tromper à force d’avoir pris tant de fois un autre chemin à l’entrainement !!

Montée vers Jardy, ça devient un peu dur. Outre un début de coup de mou, j’ai une sensation de plus en plus marquée de nausée à cause d’un excès de sucre. Je sens un véritable blocage dans le haut de la tuyauterie… qui me rebute à l’idée de boire.

A hauteur du Haras de Jardy, le téléphone sonne  = c’est Olaf ! Bien que content de le savoir pas loin, je suis peu bavard car un peu dans le mur du Marathon. Toujours ce fameux 35e km !!

Marne la Coquette, Parc de St Cloud : je pourrais presque faire tout ça les yeux fermés. C’est l’avantage de courir à domicile :-)

Dernière difficulté : une montée un peu longue à défaut d’être difficile. Il reste 12/13km et voilà mon ami Olaf ! ça me rebooste bien et m’invite à discuter évidemment un peu. J’ai plaisir à lui commenter chaque recoin de ma zone ultra-classique d’entrainement.

Le ravitaillement approche et je lui explique mon intention de ne pas m’arrêter car j’ai déjà tout ce qu’il faut. Du coup, on double bien 15 personnes d’un coup ?!

 

Parc de St Cloud, 40 kilomètres : 3h54, 117e

Descente. Je suis fatigué et ai du mal à m’hydrater à cause de ces nausées qui n’ont pas disparues par miracle ! Je sais qu’il faut que je me force car il reste quand même une dizaine de bornes.

  Kilomètre 41 (Parc St Cloud)

Je m’autorise une petite marche de quelques mètres dans la montée devant le pavillon de Sèvres et c’est  reparti.

L’envie de marcher est énorme tant mon corps n’en peut plus mais Olaf veille au grain (!) et ne cesse de m’encourager. Sur les quais de Seine, je finis par marcher un peu, n’arrivant pas à boire avec ma petite bouteille d’eau (la boisson Effinov du Camelback est trop « imbuvable » à ce moment là).

A hauteur de l’Ile St Germain, je me sens un peu reboosté. Bientôt les retrouvailles avec la famille et les panneaux Kikourous… J’espère juste que rien n’a disparu ! Le 1er sur la poubelle est bien visible mais le 2e sur l’arbre est tombé. Je le signale à Olaf qui fait le nécessaire :-)

Devant l’entrée du parc, Marie, Léo et Titouan m’attendent, m’encouragent ainsi que le groupe d’Issy Triathlon de mon ainé (à la veille d’un gros duathlon se tenant le lendemain sur le même lieu).

La traversée de l’Ile se fait à rythme régulier : 145 au cœur. Juste une petite marche sur la courte montée. Par sécurité, un petit plein d’eau à la fontaine en sortant du Parc : ça ne sera pas du luxe !

Sur les quais, j’avance en essayant de ne pas trop cogiter. Je n’en peux plus mais fait avec…  Parc André Citroën… j’enchaine les passages à un 10 km/h régulier. Je pressens que les 5h vont être très difficiles, voire impossible mais ne cherche pas à calculer.

De son côté, Olaf me pousse à ne rien lâcher. Il est un peu « dur » mais a bien raison !! Je compte pourtant marcher quand il m’annonce soudainement qu’on a 15 coureurs juste derrières et prêts à me doubler... Ah non, pas question !! Du coup je ne ralentis pas, tout juste quelque pas dans la remontée vers le pont de Grenelle… avant que les photographes ne nous poussent à faire bonne figure… Décidément, les excuses pour ne pas s’arrêter sont innombrables ;-))

 

           

Kilomètre 48                                                     Km 49 - Rémontée vers les photographes

Je maudis Olaf tout en le remerciant car sans lui, j’aurais forcément levé un peu le pied. D’un autre côté, je me remémore la fin de la SaintExpress 2010 où j’avais réussi à ne rien lâcher dans des conditions similaires.

 

Les encouragements via Iphone redoublent et je me sens comme pisté par quelqu’un qui sait que je suis proche du bout… C’est en fait le fiston, Léo, derrière son ordi ;-)

 Cagnard au kilomètre 49

 

Bientôt le dernier pont : mon Iphone m’annonce 50km et 4h56 : je pense à l’histoire de ce coureur qui avait décidé de s’arrêter parce qu’il avait fait la distance annoncée. Pour moi, c’est clair, j’ai atteint l’objectif : 50 bornes en moins de 5h !!

 

Arrive enfin le parvis et là, je lâche progressivement les chevaux à un bon 12-13km/h (?). Pourtant un coureur me double à une vitesse vertigineuse : d’où sort-il ? (c’est curieux mais il n’a pas été pointé à St Cloud…)

 

   

 En fait, je m’en fous car ça y est, c’est fini !! La Délivrance de la ligne d'arrivée :-))

 

 Tour Eiffel, 50,8 kilomètres : 5h00, 125e

Chrono ? 5h00mn30s !! C’est 30 secondes de trop mais, là encore, aucune importance. J’ai quand même fait 5h00 pile :-)) :-))

Je remercie bien chaleureusement Olaf sans qui la fin aurait été bien plus dure. Avec une autre météo, j’aurais été sensiblement plus performant mais, la présence d’Olaf a largement compensé.

Un rêve m’a accompagné pendant les 10 derniers kilomètres : m’allonger dans l’herbe devant la Tour Eiffel. Quelle sensation agréable !! Je sieste une dizaine de minutes tout en appelant la maison et tombe sur Léo, l’auteur de tous mes encouragements. Il m’annonce ma 125e place ce qui me conforte sur la densité de l’épreuve car, à vitesse équivalente, j’aurais fini +/- dans les 50-60 premiers l’année dernière. Enfin sur 1800 inscrits, être dans le top 10% est toujours une grosse satisfaction.

 

Epilogue :

Je retrouve PhilippeG94 et assiste à son podium (8E scratch, 1er V2) avec grand plaisir. Trop modeste le Philippe ;-)

A peine le temps de rentrer, de prendre une douche et d’essayer de voir où en sont les amis… Je file vers l’entrée du Parc avec mon VTT pour chopper TomTrailRunner.

Il est pile au rendez-vous estimé, accompagné de Marioune qui me reconnait (!) et Ampoule.

Ça se transforme en un finish par équipe super sympa. Ils ont une sacré pêche et sur la fin, ça en deviendrait presque difficile de les suivre. On récupère Alex (Le Loup) pour un final en apothéose !!

J’enchaine ensuite avec le chapiteau de ravitaillement. Entre Land, Aurore, LoicM, Chrystelle and Co, suivi de Philippe & Anne, et enfin de la Dream Team, le soirée est très agréable et passe super vite. Quelques échanges avec Papy et RayaRun complètent encore le tableau.

Fatigué, je décide de rentrer même si je loupe certainement encore du monde. Retour en vélo, j’encourage en sens inverse les derniers finishers. Et puis, après un peu plus d’un kilomètre, qui voilà ? Le « Bagnard » !! Un plaisir partagé et aussitôt je fais demi-tour pour suivre Laurent dans son finish. Il en a encore sous le pied et le moment est très agréable. Je le laisse au pied de la Dame de Fer et rentre cette fois pour de bon !

Je croise l’ultime finisher talonné par les vélos balais et arrive chez moi, après un bon total de 14/15 bornes à vélo pendant la soirée. Ce décrassage des jambes s’avère d’autant plus bénéfique que je n’aurai quasiment aucune courbature après, faisant même plus d’une heure de « mon fractionné » football du dimanche.

Voilà, la saison est bien lancée ! Prochaine étape, le Trail de Côte d’Or début Juin avec toujours en ligne de mire le Grand Raid de la Réunion fin Octobre…

7 commentaires

Commentaire de Théophile posté le 21-04-2012 à 13:52:42

Trop bien ! Bravo Bertrand !!

Commentaire de Bert' posté le 26-04-2012 à 19:17:16

De ta part, je suis flatté ;-)))
En tout cas, bonne grosse saison de ton côté !!

Commentaire de bubulle posté le 21-04-2012 à 14:29:02

Enfin, on l'attendait ce CR..:-). Bravo à toi, Bertrand, ça c'est du costaud et de la gestion de course. Et encore mille mercis pour les panneaux de l'Ile St-Germain (bon, la prochaine fois, faut prévoir l'éclairage qu'on puisse bien les lire mais faut garder des pistes d'amélioration chaque année!).

A une prochaine fois, sur une course ou dans un Off...

Commentaire de Bert' posté le 26-04-2012 à 19:18:37

Merci bubulle !! y compris des idées pour les panneaux 2013. T'inquiète, ça sera encore meilleure.
A bientôt,

Commentaire de richard192 posté le 21-04-2012 à 18:21:57

Bravo pour cette course parfaitement gérée et ce récit qui m'a fait revivre cette aventure.
Une belle préparation pour les prochaines échéances qui s'annoncent toutes aussi ambitieuses.

Commentaire de Bert' posté le 26-04-2012 à 19:19:28

Merci Richard et encore un grand bravo pour ta perf' !

Commentaire de MiniFranck posté le 02-07-2012 à 16:13:17

Je découvre tardivement ton récit bien sympathique. bravo pour cette jolie perf.
A bientôt peut-être...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran