Récit de la course : Raidlight Ultra Trans Aubrac - 105 km 2012, par OF82

L'auteur : OF82

La course : Raidlight Ultra Trans Aubrac - 105 km

Date : 14/4/2012

Lieu : Laissac (Aveyron)

Affichage : 971 vues

Distance : 105km

Matos : Asics sensor 5
Sac Raidlight avec porte gourde de bretelle
Mini-guêtres Raidlight
Quad et manchons Compressport
Gel et boisson Effinov Nutrition

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Magique Aubrac

Arrivée en famille vendredi en fin d'après-midi à St Geniez d'Olt qui sera le point d'arrivée de cette originale course en ligne et première expérience pour moi sur + de 100 km, on en profite un peu pour se dégourdir les jambes et visiter ce joli bourg :

Récupération du dossard à Bertholène lieu du départ, voilà mon numéro pour la course :

Samedi matin, réveil à 4h après une nuit moyenne (comme d'habitude avant une course..) et direction le chateau de Bertholène illuminé pour notre départ. J'ai l'occasion de saluer Patrick Bohard vainqueur en 2011 mais qui devra abandonner cette fois ci sur une contracture au 70ème kilomètre, c'était une course de préparation au Mont Fuji pour lui !

Les traileurs (près de 200 partants et une quinzaine d'équipe de relais à 4) prêt à s'élancer pour les 105 km... un mélange d'appréhension et de libération, excellente ambiance et ce sera le seul bouchon de la journée pour monter au point de départ, ça change des Templiers Clin d'œil

Un départ tranquille en essayant de ne pas s'emballer, ça va encore être long... mon seul objectif est de finir et je me fixe mentalement sur chaque étape en visant à atteindre mes objectifs dans les temps prévus afin de pouvoir passer la dernière barrière horaire prévue à 23h au kilomètre 90. Lever du jour sur le parcours :

Pour l'instant la première étape se déroule bien, je suis régulier dans mon avancée et suis facilement un balisage impeccable ne laissant pas de place à l'hésitation. Ce sera le cas tout au long de la course.

 Arrivée à St Côme d'Olt au bout des 23 premiers kilomètres courus en un peu moins de 3h soit pile sur mes prévisions. Je retrouve comme à chaque point de passage ma "support team" qui va me soutenir, cajoler, ravitailler, accompagner... un vrai plus et un grand merci à Sylvie, Guillaume, Christian, Delphine, Marine, Frédéric, Christine et Anaïs !

En route maintenant pour la deuxième étape de 32 kilomètres et 1900+, ça commence par un long passage en bord de ruisseau où je sens les premiers signes du coup de moins bien qu'il faut savoir gérer sur du très long... avancer toujours avancer en se répétant la formule magique du jour tirée du récit de mic31 en 2008 :" t'as pas de fracture ouverte ? alors tu cours et on marchera quand ça montera..."

ça commence à monter sec et j'ai du mal mais j'avance en m'appuyant sur mes bâtons et en continuant à m'alimenter (gel et boisson de chez Effinov dans le camel + coca coupé d'eau dans un bidon). Passage à l'abbaye de Bonneval dans le dur.. et on n'est pas encore à la moitié...

Je ne lâche rien et poursuis ma progression, petit à petit ça revient et c'est vraiment une leçon de l'ultra : toujours progresser et savoir que les coups de mou passent plus ou moins vite mais passent si on continue à avancer et surtout à s'alimenter.

Arrivée sur le plateau de l'Aubrac sous le soleil, magnifique Cool

Passage près d'un château, thématique de ces deux premières étapes en discutant et donnant à boire à un autre concurrent que je perdrai de vue ensuite et qui n'a pas la chance d'avoir ma super assistance :

 

Finalement arrivée à Laguiole sous la neige (ben oui dans l'Aubrac on a les 4 saisons dans la même journée !) dans les temps prévus soit 9h pour 55 km, allez pour l'instant j'ai 1h15 d'avance sur la barrière horaire, YES !

 

Changement de poche à eau, pause technique, nouveau gel hydraminov, bidon coca/eau, 10mn tout compris et on repart accompagné par Christian pour l'étape 3 de 23 kilomètre qui va nous conduire à Aubrac, Je suis dans les temps et je commence à penser que je tiens le bon bout.

Toujours ces paysages magiques de l'Aubrac :

Mais arrive le point culminant du parcours après la montée de la piste de ski de Laguiole, une vrai tuerie après plus de 60 km de course !

Toujours le même refrain, pas de fracture, tu cours... enfin ça ressemble de plus en plus à de la marche sur un relief vallonné mais ça avance toujours au rythme des encouragements de la "support team" et le buron des Bouals se rapproche.. De moins en moins de photo, trop concentré à avancer en gérant les moments de bien et de moins bien et aussi moins de lucidité au fur et à mesure du déroulement de la course... Je tiens toujours mon temps en arrivant au kilomètre 78 en 13h20 (explosant au passage mon temps des Templiers où les bouchons font vraiment perdre beaucoup beaucoup beaucoup de temps...). En ressortant après un nouvel arrêt court de 10mn maxi accompagné par Delphine, je sais que sauf blessure je vais aller au bout car il me reste 12 km avant la Croix de Vergnes et la dernière barrière horaire et 3h30 de délai pour le faire....

Passage à Aubrac alors que la nuit tombe :

dernière photo avant la fin... Les chemins se font à la frontale dans un mélange de marche sur le rythme le plus élevé que je sois capable de tenir (entre 5 et 6 km/h) dès que ça monte...même un peu je le confesse Langue tirée et trottiner à 7-8 km/h quand je m'en sens capable. Le soutien de mes accompagnant(es) successif a été plus que précieux, encore un grand merci à toutes et tous pour tout...

Passage à la Croix de Vergnes à 22h soit 1h avant la limite fixée par l'organisation, j'ai 30 minutes de retard sur mes prévisions mais je sais maintenant que je vais finir Rigolant. Il fait très froid me dit ma "support team" mais moi bien équipé et dans l'effort depuis 16h je vais bien. Sylvie prend le relais pour la dernière partie de 15 km en descente et avec quelques remontées courtes mais sèches.

Ce sera un vrai calvaire, 3h37 pour 15 km dans des chemins pierreux, parfois marécageux à s'enfoncer jusqu'à mi-mollet, à la frontale, en réussissant l'exploit de rater un embranchement pourtant parfaitement évident ( je répète encore mes félicitations à l'organisation d'Action 12 vraiment au top) et de rajouter 4 à 500 mètres à des kilomètres déjà interminables... je n'avance plus, la moindre cassure du terrain me fait souffir les cuisses et à la limite je préfère remonter les quelques raidillons qui restent que de descendre sans fin. C'est interminable... le GPS rend l'âme à environ 5 km de l'arrivée, Sylvie me soutient moralement mais on n'en voit toujours pas la fin et les heures défilent 0h30... 1h00... envolée la prévison de 6km/h soit une arrivée vers 23h40 après 17h40 de course ! C'est fou ce que l'on peut perdre de temps quand on est cuit !

Je m'accroche en pensant seulement à ne pas tomber, à gérer un début de crampe à la cuisse suite à une glissade, en me servant énormément de mes bâtons qui sont, à mon niveau, indispensables pour finir une telle épreuve..

Enfin les lumières de St Geniez alors que nous sommes juste au dessus d'elle, je me rendrais compte le lendemain (en fait le même jour...mais après avoir dormi un peu !) que la ville est entourée de collines et que du côté où nous arrivions, on ne la voit que quand on y est...

Le passage le long du Lot est plus long que dans les souvenirs de ma balade de la veille, je ne peux plus courir, je marche aussi vite que m'autorise mes jambes; une dernière petite pente en direction du gymnase puis l'entrée dans la salle éclairée qui éblouit après tant de temps passé à la frontale, les applaudissement de la "support team", la voix bien connue du speaker qui m'encourage à finir en courant, comme un automate je le fais alors que je croyais ne plus savoir le faire... j'ai fini l'Ultra Trans Aubrac en 19h37  ! un aboutissement de mois d'efforts partagés par la famille qui doit supporter les absences pour aller faire des kilomètres (même si Sylvie a en partagé de nombreux avec moi), mes doutes, mes efforts diététiques (parfois très relatifs...) et un soutien sans faille le jour J... Encore merci à toutes et tous.

Le tee-shirt final siglé finisher dont je sais ce qu'il signifie en poids de sueur :)

Un vrai bonheur simple, celui d'être aller au bout :D

5 commentaires

Commentaire de bubulle posté le 16-04-2012 à 09:39:35

Fort, très fort. Je me reconnais un peu dans les moments de galère (même si je n'ai jamais connu une distance pareille), donc j'apprécie d'autant ton CR! Bonne récup!

Commentaire de mic31 posté le 16-04-2012 à 10:02:50

Bien joué ! Que ça fait mal, que c'est dur, mais que ça laisse de grands souvenirs...

Commentaire de robin posté le 16-04-2012 à 15:31:14

Bravo ! Merci pour ce C.R. Toute la magie du long !

Commentaire de jymm posté le 19-04-2012 à 19:06:48

bien sympa ...çà rapelle un bon week end ....on a certainement du trottiner ensemble

Commentaire de Francis31 posté le 23-04-2012 à 07:20:34

A la lecture de ton récit, j'ai souffert comme si j'étais avec toi...Mais que la "victoire" est belle ! Bravo pour la gestion de ce long périple, tu n'as pas faillis.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran