Récit de la course : Marathon des Entreprises 2012, par Maëlwenn

L'auteur : Maëlwenn

La course : Marathon des Entreprises

Date : 31/3/2012

Lieu : La Roche Vineuse (Saône-et-Loire)

Affichage : 443 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Se défoncer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ouf, un super samedi qui a failli mal se finir.

Un rapide CR d’une course courte pas prévue au programme.

 

Je n’avais jusque-là jamais participé à une couse en relais. Aussi lorsque j’ai vu passer un message dans ma boite indiquant qu’il manquait un relayeur je me suis proposé.

La récup était un peu courte après le Ventoux (6j) mais je prenais cet exercice comme une séance de seuil que j’aime tant.

 

Je me fais co voiturer et nous retrouvons un petit groupe vers midi, on casse croute ensemble. 1h avant le départ je décide d’aller faire un repérage du parcours.

Une boucle en 8 avec une belle bosse m’a-t-on dit. A ce moment, j’ai complètement oublié la fatigue de la semaine écoulée. Je commence à me préparer à faire un relais « à bloc ».

Pendant les phases d’échauffement j’essaie toujours de voir si les jambes sont bien, la fc basse, bref besoin de se rassurer. Et c’est toujours le même constat : impossible à savoir. Je monte cette fameuse côte tranquillou, c’est pas le moment de faire des lactates. J’ai de toute façon prévu un échauffement long, car je sais que je mets du temps à monter en régime. Mais aujourd’hui l’effort devrai durer 24’, alors si je ne veux pas être chaud au moment passer la ligne d’arrivée….

 

La descente qui suit est beaucoup plus raide que la montée, ça va taper ….

 

Je termine mon échauffement par des lignes droites à blocs (25kmh) bon tout à l’air nickel.

Je suis le 2e relayeur. Après le départ de Nico, je me tiens prêt. Au passage de la 1ere boucle du 8, je le vois passer en 5e position ! Bigre il allume la garçon !!

Fin du 1er relais il/on est 9e je pars comme un bolide et je passe immédiatement 2 concurrents. Un autre est point de mire à 300m. Je fais attention à pas exploser d’entrée (1er km en 3’30) c’est pas trop mes bases habituelles. Vient ensuite un faux plat où l’on est vent de face, je l’avais repéré à l’échauffement. Sans doute la partie la plus compliquée à gérer. Fin de la première boucle j’ai rattrapé une personne et me voilà 6e.

 

J’entends les encouragements de toute l’équipe. On traverse un parc en direction de la bosse, faux plat descendant. Je regarde la FC je frôle les 180. Bon pour la séance de seuil je repasserai !!

J’essaie tout de même de récupérer avant la montée. Pascal un relayeur de l’équipe me suit en vtt, ça me motive de l’avoir à mes côtés. En bas de la bosse je vois 2 gars devant ils ont 150/200 d’avance, ça semble jouable de les rattraper. Je monte au train, soit 12kmh. Contrairement à dimanche dernier, je suis super bien dans la côte, il suffit juste de faire tomber le % et avoir un sol dur que je soit mieux.

 

La jonction se fait juste en haut avant la descente, j’attaque immédiatement pour qu’ils ne s’accrochent pas mais je ne fais pas d’écart. La première partie de la descente n’est pas trop raide. J’accélère une nouvelle fois lorsque la pente est la plus raide, je crois n’avoir jamais couru aussi vite. Les cuisses tiennent le coup, ça y est j’ai fait un écart. Pas grand mais il ne reste qu’un km à faire.

 

Damned je prends un point de côté, j’ai beau souffler comme un loco, ça suffit pas. Je dois ralentir … et me faire rattraper par l’un des deux suiveurs. Pas grave la course n’est pas finie, encore 5 relais à suivre.

Je sprint tout de même et passe le relais en 22’50’’ et en 4e position.

 

Je suis fracassé, je ne me souviens pas m’être fait aussi mal sur une course !

 

Mais ça ne dure pas, rapidement tout va mieux. Je suis la suite de la course. Les relais s’enchainent. On est toujours en bonne position.

 

Le dernier relais est effectué tous ensemble soit les 6 relayeurs. Je me place de suite en tête, mais ce n’est pas facile de courir en groupe, j’ai un peu de mal à être régulier. Dans la côte je repasse devant, je suis vraiment bien, on double une équipe avant d’attaque la descente.

 

Malheureusement à 300m de la ligne Jean Michel ne se sent pas bien, on finit en marchant en lui tenant le bras. Moi il me fait un peu peur, il est pâle comme un linge. M’est avis qu’il s’est mis dans le rouge (ce qu’il nous confirmera par la suite). On passe la ligne en 6e position. Temps cumulé 2h50'.

 

Jean Michel est pris en charge par le médecin sitôt la ligne franchie. Bon plus de peur que de mal, après 1/4h notre gaillard a retrouvé ses esprits, il plaisante. Tout va mieux.

 

Ouf, un super samedi qui a failli mal se finir.

Un coup de chapeau à ceux avec qui j’ai passé un bon moment et surtout à Nico qui a trouvé les ressources pour scorer dès le lendemain matin sur le LUT (format 38km svp)

 

4 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 06-04-2012 à 13:55:14

Jolie perf tout de même une semaine après le ventoux. Pas à dire, y a de la caisse ! En plus votre équipe avait l'air assez homogène. Dommage pour le copain qui prend un coup de calgon. J'espère pour lui qu'il n'y aura pas d'incidence particulière pour la suite.
A bientôt !

Commentaire de Arclusaz posté le 06-04-2012 à 20:10:43

impressionnant la couleur de ton copain à l'arrivée : il y avait effectivement de quoi s'inquiéter !

Bravo pour ton relais : t'es vraiment un rapide !!!!

Commentaire de tidgi posté le 06-04-2012 à 22:01:20

Sans mauvais jeu de mot, çà doit jeter un froid ton histoire.
Bravo à toute l'équipe.

Commentaire de sebmelalix posté le 07-04-2012 à 13:11:10

Sympa un marathon en relais, t'as lâché les chevaux encore une fois!!! Ouf, ça se termine bien pour ton collègue.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran