Récit de la course : Marathon du Bout du Monde 2012, par caral

L'auteur : caral

La course : Marathon du Bout du Monde

Date : 1/4/2012

Lieu : Beuzec Cap Sizun (Finistère)

Affichage : 655 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Battre un record

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Marathon du bout du monde 2012

Il se courait le dimanche 1er avril de la pointe du Raz à Douarnenez Tréboul. J'ai décidé de dédier cette course -et d'autres à venir- à l'association courir pour les enfants du Népal. De plus, je reverse 50 centimes par km parcouru si je termine -ce que je fais le plus souvent sauf blessure- et je double la mise si je bats mon record de l'épreuve.

Départ vendredi, voyage en train toute la journée, arrivé à Quimper juste à l'heure pour prendre l'autocar pour Douarnenez. Arrivé sur le port, je cherche le camping. je ne trouve pas la bonne rue, je demande à deux jeunes dont l'un me propose de m'emmener sur son scooter. Je lui ai dit que je n'avais pas l'habitude, il sera très prudent et me dépose au camping 5 mns plus tard. Je monte la tente, je m'installe, puis direction le Sport 2000 du coin pour retirer mon dossard.

Mon samedi est consacré à mes amis, qui me ramènent le soir à Tréboul. Le soir, je participe à la pasta party. Très bonne ambiance, je dîne avec un couple -c'est lui qui court le marathon- très sympa. Il y a un groupe local qui nous fait danser.

Réveil à 6h15. Je range toutes mes affaires, je m'habille, je sors...brrr, quel froid! Je plie la tente et je rejoins le port. Il n'y a rien d'ouvert, pas question de petit déjeuner. J'attends donc la navette, transi de froid. 7h15, départ de l'autocar, 8 heures nous sommes à la pointe du Raz. Et bonheur, il y a un bar ouvert. Je m'y précipite, café, croissants. Je vais tout de suite mieux, je me change et allez, c'est parti pour l’échauffement.

Le vent est terrible -20 nœuds environ- et il faut vite se réchauffer. 9h15, départ du seul handisport de l'épreuve, que nous encourageons tous très fort.

9h30, c'est à nous. C'est parti! Le peloton s'étire très vite en direction du sémaphore.

Nous atteignons le pied et nous faisons demi-tour vers Plogoff. Heureusement que nous sommes en peloton, cela permet de se protéger mutuellement du vent. Traversée de Plogoff, on tourne à gauche et on descend sur la baie des Trépassés. Les premiers ont déjà attaqué la montée vers Cleden. Je suis bientôt dans la côte aussi, il faut s'économiser, ce vent est épuisant. Une fois à Cleden, nous tournons le dos au vent, direction la pointe du Van. Il fait un soleil magnifique et nous bénéficions d'une vue exceptionnelle sur l'île de Sein. Ce marathon mérite d'être couru rien que pour ses paysages magiques qu'il nous offre.

Très vite, les affaires se corsent: nous attaquons la route vers Douarnenez et nous avons le vent en pleine face, et ce sera comme cela quasiment jusqu'à la fin. Avec une alternance de faux plats montants et descendants, dans des lignes droites interminables. Le moral est d'importance dans un marathon, mais peut-être encore plus dans celui-ci, en particulier avec les conditions climatiques que nous avons.

Je passe les 10 kms en 52 mns, à l'heure je passe les 12 kms, tout va bien et je passe le tapis du semi en 1h52. Je suis dans le bon rythme et même si je sais que la vitesse va baisser dans le deuxième semi, je devrais finir dans un bon temps.

Mais la suite va me démontrer qu'il ne faut pas s'enthousiasmer trop vite. En effet, au 32ème km, j'ai un gros coup de moins bien, le moral est dans les chaussettes, et j'ai du mal à avancer. Heureusement, cela ne va pas durer trop longtemps, 1km et demi à me demander ce que je fais là, à maudire ce vent. Et puis ça repart mais je sais que cela a été nuisible à mon temps. Et encore au 36ème km une amorce de crampe à la cuisse gauche me contraint à ralentir. j'arrive à la faire passer sans m'arrêter, et je fais les deux derniers kms à allure rapide mais rien à faire, je ne pourrais empêcher le chrono le franchir les 4 heures de quelques minutes. tant pis pour le record! Et puis je suis déjà content de finir dans ce temps tout de même acceptable puisque le 1er termine en 2h 43. On est loin des temps rapides de Annecy ou Paris!

L'arrivée est là avec son ambiance formidable, ses spectateurs encourageant tous les coureurs, le tapis rouge sur les 20 derniers mètres et mon sprint habituel sur les 400 derniers mètres. Ben voilà, c'est fait.

Je termine 271ème en 4h03'55"

Le classement complet

le blog de association "Courir pour le Népal

4 commentaires

Commentaire de Zef17 posté le 04-04-2012 à 16:53:05

Merci pour ce CR et bravo à toi ! Pas de chances pour le vent, d'habitude on l'a de dos entre la pointe du Van et Douarnenez ...

Commentaire de caral posté le 04-04-2012 à 17:17:27

Et oui il y a deux ans on l'avait dans le dos, mais on avait eu des averses de grêle! Alors...

Commentaire de lapinouack posté le 05-04-2012 à 11:18:59

j aimerai bien le faire un jour. bravo a toi

Commentaire de CROCS-MAN posté le 05-04-2012 à 15:28:26

Faudra que j'aille y faire un tour. Bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran