Récit de la course : 24 heures du Confluent 2012, par calou

L'auteur : calou

La course : 24 heures du Confluent

Date : 31/3/2012

Lieu : Portet Sur Garonne (Haute-Garonne)

Affichage : 646 vues

Distance : 110.933km

Matos : mes jambes

Objectif : Se dépenser

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

C'est long 24 heures et c'est court...

Secrètement je me disais : ça serait bien si je passais la barre des 100 ! Tel était mon objectif inavoué en m’inscrivant aux 24 heures du Confluent.

Déjà la veille, Shrek48 et moi, arrivés après tout le monde à la pasta-party, avions été accueillis chaleureusement par Jean-Christophe le G.0. du PAC (Portet Athlétic Club) et toute son équipe. Ne connaissant personne sur les lieux, nous nous sommes assis pour manger à une table au pif… Il n’a pas fallu plus de 10 secondes pour faire connaissance avec nos voisins de table et au bout d’une minute nous avions déjà l’impression de retrouver de vieux potes… Bref, le week-end ne pouvait pas mieux débuter ! Pas le temps de s’attarder pour autant…

Après une nuit passée à l’hôtel non loin de là, nous arrivons le lendemain matin sur les lieux pour récupérer nos dossards que nous n’avions pas eu le temps d’aller chercher la veille. C’était également le cas de Lulu que nous rencontrons sur le parking et qui nous accompagne. Accueillis dès le début par les hommes et les femmes en rouge (les pac-men et les pac-women !) avec le sourire. Ce sourire, ils ne le quitteront jamais tout au long des 24 heures !!! L’ultra semble être un microcosme : Tous ont l’air de se connaître, sont heureux de se retrouver, s’embrassent, se congratulent… Puis nous apercevons Petit Franck que nous allons saluer : Il nous montre son nouveau porte-bidon et nous demande si nous pensons que ce sera pratique comme ça il n’aura pas besoin de s’arrêter pour boire et ne perdra pas de temps… Ben oui, si tu veux Franck ! On n’a pas les mêmes valeurs. Tu sais nous on va s’arrêter pour boire… Puis nous retrouvons Dominique (G.O. des 24 heures de Peynier) et Viviane que nous avions rencontrés à Marignane. Cela nous fait très plaisir de les revoir. Mais nous n’avons pas trop le temps de discuter car le départ va bientôt être donné. Pas grave, on aura le temps de se revoir sur ces 24 heures !

Pac-man et Pac-Women... Avec des sourires pareils, comment ne pas s'attarder au ravito !!!

Le top départ est donné dans la joie et la bonne humeur à 10 heures. Il fait déjà beau et on s’attend à ce qu’il fasse chaud. Et il va faire très chaud… moins que l’année dernière nous diront les présents de la première édition. Poireau de la course, je ne peux pas vous donner de nom mais je sais qu’il y a du beau monde qui tourne ici. Et je ne suis pas peu fière de les talonner à chaque fois qu’ils me doublent… Quelle autre course permet cela ? C’est une certain « Stéphane PELISSIER » qui remportera la course avec pas moins de 227 km au compteur… Une bagatelle ! Et pourtant, moi, Calou, si vous saviez le nombre de fois où je me suis retrouvée devant lui !

Chaque tour fait un peu plus d’un kilomètre et au début, on a vraiment l’impression que les tours s’enchaînent rapidement. Enfin… Tout est relatif… A 1/3 de la course soit après 8 heures de course, j’ai parcouru (que) 44 km alors que le premier lui en a fait 88 dans le même temps !!!! C’est de la faute à Mô la régionale de l’étape venue nous rendre une petite visite. Moi je sais recevoir et je m’arrête donc pour discuter…Bon pour tout vous dire compte-tenu de la chaleur j’avais élaboré une petite stratégie. Pourquoi se griller aux heures les plus chaudes alors que vers 18 heures il commencerait à faire beaucoup moins chaud et que les tours pourraient à ce moment s’enchaîner plus vite…. Mouais… Ca c’est de la théorie à deux balles… Tout n’est pas si simple. Au fur et à mesure des heures, la fatigue est là, de plus en plus présente. Alors les bonnes résolutions euh… Et puis je m’arrête beaucoup trop au ravito ! Faut dire que les pac-men et women sont trop sympa ! Ils nous disent que des trucs gentils, nous mitonnent des bons petits plats, blaguent avec nous… Et puis y a Gérard CAIN qui s’y met aussi à faire le pitre avec ses oreilles de Mickey !!! Non vraiment c’est dur de ne pas s’attarder trop sous la tente blanche prévue à cet effet… Et puis c’est là aussi qu’on peut lire les messages d’encouragements envoyés par les kikous (Merci à tous !) En plus il paraît que je passe aussi trop de temps au téléphone ! Oui mais quand même tout en courant… Tata Linda, Dan60… Vous confirmez ???

Mô venue en touriste qui fait son rapport à Tata Linda !!! (L'année prochaine vous tournez avec moi les filles !)

Y a aussi les dessous de pieds qui commencent à chauffer. Moi qui n’ai jamais eu d’ampoule, je crois que ça y est, c’est bon… je vais pouvoir faire un vœu ! Bref, sur un 24 heures, y a quand même pas mal de trucs qui se passent pas comme t’avais prévu. Mais en même temps, y a toujours quelqu’un qui est là pour te réconforter. Lulu et ses spasfons quand t’as un début de mal au ventre, Viviane qui après un bref calcul de ton kilométrage te confirme que 100 c’est tout à fait faisable, Aurélien qui voit même plus loin pour toi à condition de ne pas trop faire « d’escales techniques »… Bref tu finis par te convaincre toi aussi que tu peux y arriver et en plus ça a l’air de leur faire plaisir aussi à eux si tu y arrives !!! Et puis c’est vrai, dans la nuit t’en passes des mauvais moments mais vu les allures de certains tu te dis qui y a pas que toi qui en chie ! Le milieu de la nuit est froid et j’ai de plus en plus de mal à repartir lors des arrêts au ravito. Je ne sens plus mes pieds. Au 2/3 de la course, j’ai parcouru près de 81 km. Reste 8 heures pour faire 19 km, vu sous cet angle on peut se dire : Ouais… Fastoche !

Lulu, "l"homme aux spasfons" 3ème V3 avec pas moins de 162 kms au compteur ! Bravo !!!!

Seulement moi à ce moment là je sais, vu mon état de forme en dent de scie, que je suis capable de ne pas y arriver. Vincent avec qui j’ai déjà fait quelques tours sur le circuit me confirme que je peux y arriver et que je DOIS y arriver. Il fait quelques tours avec moi puis transis de froid et ayant vu son objectif s’éloigner plus tôt dans la journée à cause d’une rage de dents finit par aller se coucher. Mon Mp3 va m’aider à arriver tant bien que mal jusqu’au 93ème kilomètre. Merci Zebda ! (Ben oui j’ai fait honneur à un groupe local !) En 4 heures, je serais remontée de 10 places au classement général ! Dès lors, je vais entamer les 7 plus durs kilomètres de ma course… Rien ne va plus… On me dit tu n’as qu’à marcher… Oui mais moi j’ai plus mal aux pieds en marchant qu’en courant… Enfin courir, c’est un bien grand mot parce que je sautille plus que je cours et d’ailleurs même ceux qui marchent lentement me doublent… Aux alentours de la 21ème heure de course, je passe enfin le seuil fatidique et psychologique des 100 kilomètres !!! Le job est fait !!!! Et il reste 3 heures de course. L’envie est grande d’aller se pieuter… Mais là, je vois réapparaître mon Didier (Shrek48) qui lui aussi se bat pour passer ce cap des 100 bornes avec ses pieds dans un pire état que les miens. Il lui reste un tour à faire. Allez, je le fais avec lui et je déciderai de ce que je fais après. Ca y est, Didier est 100 bornards ! Mais il est cuit. On décide de se mettre au chaud un peu dans la voiture. Je sais une chose : Si je ne fais pas quelque chose pour mes pieds je ne pourrais pas repartir ! Alors je décide d’enlever les godasses, les chaussettes et allons-y avec la crème Nok. Je l’ai déjà fait à plusieurs reprises dans la journée et à chaque fois j’avais pu repartir pour quelques tours dans de meilleures conditions. Enlever les chaussures c’est pas difficile… mais les remettre !!! J’ai bien dû mettre plus d’une demi-heure à me rechausser. Mais j’avais en mémoire les dernières paroles de Tata Linda : « Si tu vois que tu passes les 100, après t’essaies d’aller à 110 (c’est l’âge qu’aurait eu ma grand-mère cette année) ! » Et puis ceux qui étaient partis se coucher sont tous revenus sur le circuit. C’est sûr c’est pas l’envie qui me manque d’y retourner, encore faut-il que je puisse… Là Aurélien passe et me lance « Alors ??? C’est fait ? » Moi fière je lui dis : « Ouais, ça y’est… 103 ! » Et là il me dit : « Et ben allez-là, faut y aller il reste 2 heures !!!! » « Oui, oui, je vais y retourner… » Je demande à Didier s’il veut m’accompagner mais là, il en peut vraiment plus… Alors… J’y vais. J’ai mal aux pieds mais je me dis qu’il faut le temps qu’ils se remettent bien dans les pompes et puis ça ira mieux… Et puis j’ai froid, je suis frigorifiée. Ils ont un vent d’enfer là-bas !!! J’arrive devant la tente de ravito et les bénévoles m’acclament : « Allez Pascale !!!!!! » Purée, ça fait chaud au cœur, ça booste vraiment. Je recale le mp3 sur les oreilles et me voilà repartie pour 2 tours d’affilée… Je me sens pousser des ailes ! Je sais même plus où j’en suis dans les tours ! Je m’en fous, j’ai passé les 100, tout le reste c’est du bonus. Bon mais là faut te calmer Calou parce que là t’es au moins à 8 km/heure !!!! C’est énorme !!! (Oui, c’est énorme !!!) et tu vas pas tenir jusqu’au bout à cette allure… C’est à ce moment là qu’intervient mon sauveur : Vincent ! Rappelez-vous, il était parti se coucher à cause d’une rage de dents… Il me lance : « Alors ? t’en es où ??? » Alors moi toute contente : « Je dois en être dans les 105… à peu près… je crois… » , « Bon ben allez, je t’emmènes à 110 ! », « Hein ??? T’es fou 110 je vais pas y arriver », « Si… Allez !!! » Et là je peux vous dire qu’il rigolait pas le Vincent… « Moi mon objectif de 175 km, il est dans les choux, alors autant que je serve à quelque chose ! », « Bon… ben ok !!! »…

Un tour, et puis un autre tour, et puis encore un… ça rigolait plus avec le coach ! A l’arrivée : 110, 933 kms !!!!! Yessssss !!!!!! Merci Vincent !!!

Et Merci à tous, l’équipe organisatrice et tous les bénévoles, coureurs, accompagnants, supporters, c’était génial !!!! C’est sûr je reviendrai l’année prochaine. Objectif : 120 kms (Et ça c’est Vincent qui l’a fixé ;-))

 Dernier tour avec Vincent "le coach"...

 Didier (Shrek48), encore en forme...

6 commentaires

Commentaire de Dan60 posté le 04-04-2012 à 10:35:51

Que dire...rien, ah si, je confirme que Pascale est (très) bavarde...enfin, tout le temps, pas qu'au tel... :-))
BRAVO à vous deux, vous ferez mieux la prochaine fois...avec de l'entrainement et moins de... "bip"
Bises et très bientôt,
Dan60

Commentaire de lapinouack posté le 04-04-2012 à 11:45:39

je suis réellement impressionnée
je te félicite une nouvelle fois

Commentaire de Marlène/Mô posté le 04-04-2012 à 14:30:42

Il est vrai que j'ai un peu culpabilisé de vous faire perdre du temps. Mais je vois que l'objectif a été atteint et même dépassé ! Pour l'année prochaine, heu, on verra, je viens si tata Linda vient ;) Encore bravo à toi et Didier, vous êtes des lumières avec vos belles ampoules !

Commentaire de Jean-Phi posté le 04-04-2012 à 15:45:41

c'est chouette un 24h00 raconté comme ça, on dirait presque une garden party entre ami(e)s. Ca fait envie !
Bravo pour tes 110 kms, c'est une belle marque !

Commentaire de alain posté le 04-04-2012 à 22:34:23

La magie du 24h !
Bravo à toi

Commentaire de CROCS-MAN posté le 05-04-2012 à 11:13:08

Au TOP ULTRA CALOU, bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran